Crab2ddcc

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2009

ADN

 

AADN.jpg

Double hélice

Le Maniérisme

Avertissement

Depuis que certains mouvements ''dits antiracistes'' ont inventés une race nouvelle ''l'homme musulman'' il vous faudra dans un souci de clarté remplacer la couleur magenta par un vert caca d'oies

-

ADN

Le saviez-vous?

Le paon bague ses femelles à l’identique, au cas elles viendraient à convoler ailleurs – l’objectif - Pouvoir dans le cadre du regroupement familial les faire identifier sans recourir aux testes ADN

-

29.06.2009

L'AFFECTATION (de);

et de la loi...

 

Le maniérisme

Est venu le temps de l'affecté que de dire «nous savons que le voile n'est en rien une prescription divine, mais beaucoup de gens le croie» - prétendre cela c'est faire l'utilisation d'une forme (1) du langage dans le but d'abuser en laissant accroire l'idée que le projet politique islamiste serait secondaire ou peu important

Désinformation
Ce serait le rôle des institutions musulmanes auxquelles, en principe, il appartiendrait de faire savoir que le voile n'a rien affaire avec la religion et n'est en rien une prescription divine
Force est de constater que ces «
clergés » musulmans ne si astreignent pas - pire ils entretiennent, par la désinformation, cette croyance
Suffit de visiter les sites ''
dits musulmans'' ou islamistes pour le vérifier - d'où fort opportun et de la plus grande nécessité de construire une loi d'interdiction

Une loi
Compte tenu de la carence constatée de ces institutions une loi  d'interdiction ne pourrait pas être considéré, en aucun cas, comme une loi antireligieuse
Crab

-

Ci-dessous les origines patriarcale, phallocrate, sexiste et misogyne des voiles

Piqûre de rappel

Réglementation Assyro-Chaldéenne -dix neuf siècles avant le coran...

Teglath-Phalazar Ier qui a décrété que '' Les femmes mariées qui sortent dans la rues n’auront pas la tête découverte. La concubine qui va dans la rue avec sa maîtresse(l’épouse)sera également voilée. La hiérodule (prostituée sacrée) qu’un mari a prise sera voilée dans les rues. Et celle qu’un mari n’a pas prise ira la tête découverte. La prostituée (non sacrée)ne sera pas voilée, sa tête sera découverte'' [12 siècles avant notre ère]

 

Étymologie

Au septième siècle de notre ère le mot voile [au sens d'un tissus] n'existe pas dans la langue arabe [du coran]

 

Exemple dans le texte coranique

8. Nous mettrons des carcans à leurs cous, et il y en aura jusqu'aux mentons : et voilà qu'ils iront têtes dressées.

9. et Nous mettrons une barrière devant eux et une barrière derrière eux; Nous les recouvrirons d'un voile : et voilà qu'ils ne pourront rien voir

La traduction par le mot voile [mot non arabe] est bien à prendre au sens de ''brouiller les esprits''

-

Lire en suivant

Suite DEBBOUZE ''Tout le monde''

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/37-mecque-de-la-et-d-un-petit-mec/

 

 

16:07 Publié dans ADN | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : loi, islam, identité |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer |

27/06/2009

TEKNÊ (de la); et du sophisme...

27.06.2009

 

TEKNÊ (de la); et du sophisme...


Les chaises musicales

JUIN 2009; REMANIEMENT MINISTÉRIEL

 

TEKNÊ (de la); et du sophisme...

 

 

Un cas d'école

Donc ce serait un jeu de chaises musicales, l'arrivée d'une génération de sophistes (1) et non pas de gens au langage sonore ni de grands ténors

 

Les nouveaux sophistes

 

Bien loin d' idées de grands changements, c'est le savoir parler, la maitrise de la communication pour un moment, un tempo sur les idées

 

Partant d'un MITTERAND

 

«Je ne participe jamais à ce qui m'entoure, je ne suis nulle part à ma place» - me paraît une bonne définition de l'orchestre nouveau

Voilà "un Sens nouveau du combat" menés avec des instruments désaccordées qui ne manquerait pas de rendre hilare un HOUELLEBECQ

Crab

 

  1. Sophiste au sens négatif contemporain

 

 

 

OVIDE (de); ou de Naso... (1)

 

 

Avoir le nez long

 

«J'étais d'ailleurs sans ambition et je n'écoutai que la voix des Muses, qui me conseillaient les doux loisirs." Il l'écouta si bien que le charme des doux loisirs faillit l'enlever même au culte des Muses ; mais l'amour l'y rendit»

[…]

"Mes jours,s'écoulaient dans la paresse ; le lit et l'oisiveté avaient déjà énervé mon âme, lorsque le désir de plaire à une jeune beauté vint mettre un terme à ma honteuse apathie"

Vous noterez au passage que c'est de l'anti-Sarkosysme de bonne aloi. (Travaillez plus pour...)

 

L'éloquence

 

OVIDE chantait ses amours, dans peut-être ce qui est une de ses plus belles élégies

Toutes les belles rapportent ses contemporains sollicitaient son hommage, se disputait le renom son amour et ces vers

Remarquable son goût pour la diversité, sans recourir à la discrimination positive. (Il aimait les jupettes)

 

De la guerre et de l'Amour

Un critique même a dit de lui "qu'il n'était pas seulement ingénieux, mais le génie personnifié - qu'il n'était pas seulement le ministre des Muses, mais qu'il en était la divinité ;" et l’on rapporte d'un roi de Naples qu'étant avec son armée dans le voisinage de Sulmone , il salua solennellement cette ville, et dit, au front de la bataille, ce qui était choisir étrangement son temps et son auditoire "qu'il renoncerait volontiers à une partie de ses états pour faire revivre ce poète, dont la mémoire lui était plus chère que la possession de l'Abruzze"

Ici, c'est clair il n'aurait pas pût faire partie des nouvelles chaises, Hervé Morin a eu la préférence et occupera la seule chaise d'où résonnera de bonnes musiques militaires.(Certes il n'est pas Lully, mais encore lui faudra-t-il bien se servir du bâton)

 


Parmi les Anciens, Ovide, remarqué par tous est le poète de la France. Son esprit enjoué, sa riante imagination, son bon sens ingénieux, son scepticisme railleur, le tour fin et ingénieux qu'il sait donner à ses pensées, ont avec le génie français de merveilleuses ressemblances ; on le dirait né au milieu de nous, et il a été appelé le Voltaire du siècle, d'Auguste

( Non ce n'est pas Michel ONFRAY, mais comme chacun le sait, c'est F Mitterrand qui désormais est assis sur le tabouret. Rire à la manière Rabelaisienne)

Crab

 

 

(1) Surnom donné à OVIDE

 


MÉMOIRE (de la); et du petit nouveau à la Culture...

 


S'assujettir à une critique
La mémoire cède parce que les vieilles générations disparaissent, c'est la nature qui le veut, que les nouvelles générations ne savent pas, et celles qui viendront en sauront encore moins

La recherche de la vérité étant impossible, sauf pour les religieux obtus persuadés de la détenir, ce qu'ils nomment la parole dieu
Dieu une invention de charlatans en mal de pouvoir,

Retrouver, raconter, conter les évènements des époques passées comme le feraient les historiens retrouver l'esprit de chaque époque, pour garder la mémoire vive

Aguamemnon:
Extrait: «
Egisthe s'arrête pour parler avec le chœur des faits sanglants qui se sont produits, mais Clytemnestre gagne la scène depuis les coulisses, elle interpelle Egisthe et lui dit quelque chose dans ce genre-là: “Ne perds pas de temps, Egisthe, tout cela sera oublié demain» Tragédie de Eschyle

En rire
Pas si sûr, puisque 2300 ans après nous entendons encore la parole de Egisthe qui à mon sens s'était un peu trop avancée. Mais elle était probablement dans son rôle, faire rire les spectateurs

Une forme censure
C'est ce que chrétiens et musulmans, pendant des siècles,  se sont ingénié à réaliser
(1) bien souvent soit en pillant les textes des Anciens Grecs (2), de les falsifier, de supprimer des fragments de chapitres, d'en changer le sens, allant jusqu'à y faire interférer des éléments de  phraséologies propres à leurs idéologies (religions) pour en changer complètement le sens.
Ce qui explique, largement décryptés et décrits, le tissus d'incohérences substantielles au Nouveau Testament comme au coran

Escamoter, omettre, dénaturer, falsifier et bricoler les textes des Anciens Grecs fut pendant des siècles la forme de censure parmi les plus insidieuses, la pire des tentatives d'effacement de la mémoire dans le but de propager « le mode de pensée » rétrograde et aliénant des monothéismes
(Heureusement bon nombre d'originaux nous sont parvenus...
Faut-il rappeler que Champolion de son vivant ne fut pas autorisé à publier ses découvertes sous la pression de l'église...?

La censure contemporaine

Sont autant de moyens pour tenter d'effacer la mémoire
En cela consiste par un accroissement de l'utilisation de la télévision, devenu outil majeur de la propagande religieuse. Sans que rien ne viennent réellement, contrebalancer,  compenser en temps d'antenne, soit par l'esprit de la philosophie critique, rien sur la recherche éthique des incroyants
(3) ni  non plus rien de  sérieux (un petit documentaire de temps en temps) sur ce que notre culture est redevable d'essentiel aux Anciens Grecs.
Internet support où les sites négationnistes sont plus nombreux (et dans tous les domaines de la connaissance) que les sites soucieux d'informations.
Globalement vous trouverez plus de sites qui proclament, prônent sans jamais rien démontrer, sans produire la moindre proposition vérifiée.
(Par exemple pullule les sites qui prétendent raconte que l'évolution est une théorie et non pas un fait)
Je peux me demander si c'est pas un moindre mal qu'un pré-ado qui échapperait à la vigilance de ses parents visionne « un mauvais film » porno.( Ça me fait penser au fantôme de la liberté de Luis Buñuel )

Mais en attendant mieux puisque que nous avons un petit nouveau à la culture, je vous dis, «Bonsoâre»
Crab

(1) Quelques rares exceptions, par des ecclésiastiques, pour la plupart entrés en religion non pas par choix mais se retrouvant  dans les ordres parce qu'ils n'étaient pas l'ainé de la famille; donc intellectuellement plus honnêtes que la très grande majorité des copistes, théologiens, les saints ou les hadiths.
(2)L'apport de l'Égypte aux Grecs n'est pas négligeable...

(3)Excepté, plutôt rarement et souvent invités dans la nuit , quelques philosophes, réputés comme auteurs d'une philosophie qui ne matérialise pas le pouvoir, non dogmatique et dont le nombre impressionnant de lecteurs étonne...

(4)Vous verrez plus souvent un Odon Vallet que la mémoire rend anxieux; il craint que les gens que les gens (enfin les croyants probablement) oublient que les religions sont des révélations [RÀGD]

24/06/2009

Ahmose_tuer le corps

amour,société,religion,islam

AHMOSE ( de ) ; et de la vérité du corps...

 

Extrait 1

Comme il eût voulut, à cet instant, être la bague que la reine portait au doigt ou le collier dont elle ne se séparait jamais afin de respirer l'odeur de sa peau embaumant le perséa le jour et la nuit.

Il eût souhaité l'entraîner à l'ombre des arbres centenaires ou au milieu des papyrus, l'emmener en barque dans une promenade romantique, lui avouer quelle était unique à ses yeux, la plus resplendissante des étoiles, à la peau soyeuse et fine, à la grâce incomparable, au coup majestueux, à l'allure accélérée, au corps menu; mais elle était reine et lui simple Crétois. Extrait de « La Pharaonne » (1)

 

Ainsi s'exprimait, XV siècles avant notre ère un simple Crétois; Soit 35 siècle avant les discours effarants tenus dans notre pays par les partisans de voiler ou de momifier les femmes.

Les Grecs et les Romains n'ont jamais salis le corps, il faut attendre les chrétiens et les musulmans pour voir en Égypte endoctriner, puis graver dans les mentalité des populations une idéologie de la détestation du corps et plus particulièrement de celui de la femme

 

Extrait 2

La liberté des Égyptiennes n'était pas sans le surprendre. Isis s'imposa à lui. N'était-elle pas le symbole de l'amour... ( ? )

[…] Moi qui aime tant la Crète, pourquoi l'ais-je si vite oublié ? Aurais-je aussi gommé de ma mémoire (2) l'endroit où repose ma chère mère ? Renierais-je les dieux que je vénère habituellement. Extrait de « La Pharaonne »

 

ICI, se comprend mieux la peur que les femmes libres ont inspiré aux prophètes, hadiths, saints ou théologiens des monothéismes ; une peur qui sera le fondement réel de leurs religions et de leurs moralines mortifère

 

Extrait 3

[…] Pourtant le Crétois ne put s'empêcher de penser à la belle Ahmose. Il la revit assise dignement sur un fauteuil à haut dossier, la pointe rose des seins dépassant de sa tunique fourreau transparente, tenant dans sa main une coupe de vin. Elle buvait du bout des lèvres tandis que sa servante bouclait ou tressait sa perruque et qu'un serviteur lui enduisait les cheveux de cette pâte huileuse constituée de noyaux de dattes et de morceaux de sabots d'âne broyés que Kallisthès lui avait apporté afin qu'elle gardât toujours sa magnifique et épaisse chevelure noircie avec du sang de bœuf macéré dans l'huile.

Il lui arrivait de ramener un châle sur ses épaules nues et de placer entre ses seins une fleur de lotus. Kallisthès, se rappela encore ses gestes gracieux lorsqu'elle mettait de la pommade sur le bout de ses doigts avant de l'appliquer sur sa poitrine. Elle rejetait alors sa chevelure en arrière d'un mouvement brusque de la tête tandis que Ménis lui rafraîchissait le visage en agitant des plumes d'autruche.

Tout invitait au rêve dans le boudoir d'Ahmose...Extrait de « La Pharaonne»

No comment

 

  1. La princesse d Thèbes -La Pharaonne- de Violaine Vanoyeke. Pages 149-150-151-152.153Livre de poche

    ( Athmose la seule femme ayant régné comme un Pharaon )

  2. Là je me reconnais dans le personnage, chaque fois que je me rends dans un magasin et que je croise une reine j'oublie de faire mes achats.., ne ramenant que l'exceptionnelle senteur d'un parfum...

 

- le saviez-vous ? -

La première féministe

était Sumérienne


Inanna la dame du ciel

Inanna Le récit mythologique d'Ishtar raconte sa descente aux enfers où elle est retenue prisonnière – cependant finaude pour s'en évader elle conclut un marché qui laisse son amant Dumuzi captif à sa place

Depuis ce temps plus personne ne s'étonne de voir un homme faire le café, repasser des petites culottes, langer les bébés...et d'il en fût - il en est désormais ainsi...n'est-ce pas ?


Note

[ Ishtar en Akkadien ] associé à la planète Vénus -  étoile du soir qui devient étoile du matin après sa disparition

 

Texte complété,

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/0-inanna-la-dame-d...

 

23/06/2009

ÉPICURE

La révolution n'était pas Voltairienne
La révolution issue de la pensée des ultras des lumières fait référence aux droits de l'homme, donc sans aucun rapport avec les idéologies de régressions des acteurs de la terreur

Voltaire n'était qu'un cabot de salon...silencieux [ comme Diderot ]  quand au sort abominable réservé
à Robert-François Damier
auteur de la tentative d'assassinat de louis XV, en outre considérait que l'athéisme était bon pour l'aristocratie mais pas pour le peuple  

La France qui avance, qui s'émancipe n'est pas le pays de Voltaire, mais celui de Jean Meslier et des féministes universalistes

ÉPICURE (de); et des pourceaux...

Epicure.jpg

 23.06.2009

Liminaire

Pour mettre fin à la rumeur

Il est bien de rappeler qu'aucune guerre civile ou autre dans toute l'histoire de l'humanité ne fut jamais déclenchée au nom de l'athéisme

Hitler était athée, rien ne permet de l'affirmer et les pourceaux d'Épicure d'ajouter que la guerre faite à l'Europe par les nazies était une guerre de l'athéisme

C'est revisiter cette période par la négation de l'histoire de la persécution des juifs durant des siècles et des siècles par la chrétienté...et de l'impact sur la mentalité de nombreux croyants

Quelles raisons, à ces époques tragiques, feraient qu'un incroyant haïsse les juifs ?

Avez-vous entendu parlez de prières anti-juives de la part d'incroyants ?

[ Même pas envie de rire ]

 

ICI

Le moment est venu de faire le point car je constate que les incroyants sont ceux des personnes qui ont en face d'eux le plus grand troupeau de pourceaux

Vous aurez noté que j'ai employé le terme incroyant - l'athéisme étant composé de nombreux mouvements de pensées – j'ai préféré prendre mes distances -

Des pourceaux à la pelle, mais à la peine

Dans un jeu de rôle...

CROA dans le rôle du pourceaux

CHANGELEJEU dans celui de l'incroyant

La scène

Se situe dans un souk que la bienséance désigne comme la société

 

CHANGELEJEU pas vraiment surpris de trouver en face de lui CROA couvert de boutons

CROA ouvre le débat, entame le dialogue

 

 -Vous dites que dieu n'existe pas ?-

 

-Pas du tout, sauf pour rire-

 

-Mais alors pourquoi dites-vous que vous êtes un incroyant ?-

 

-Pas si vite, si vous ouvrez sans précaution la barrière, tous les pourceaux vont s'échapper-

 

-Pardon ?-

 

-Vous savez bien, c'est une méthode pratiquée par les pourceaux d'interpréter un propos et de sauter par dessus la barrière pour enclencher un glissement vers une autre question

( Jouer à saute mouton, certes je vous l'accorde, c'est amusant, mais seulement sur arte )-

 

-Bon je vois, je vois mais où voulez vous en venir ?-

 

-Que ma préférence va à MEZZO, car en matière d'existence et de être il est de loin tellement mieux de connaître la musique-

 

-Je ne vous suis pas, où voulez-vous en venir ?-

 

-A votre question initiale; imaginez que je vous dise '' je ne crois pas en vous '', est-ce que cela voudrait dire que vous n'existez pas ?-

 

-Non! Bien sûr, tenez regardez je me pince-

 

-Vous vous pincez, douteriez-vous ?-

 

-Mais non! Mais non!! Voyons !!!-

 

Un instant, j'ai pensé que la raison avait quelque emprise sur vous...

 

Quoi ???

 

-Bon après tout, chacun peut avoir l'illusion d'être lui-même-

 

-J'existe, même si vous ne croyez pas en moi, et alors ?-

 

-Alors ? C'est tout simple un incroyant ne dit jamais dieu n'existe pas car ce serait admettre qu'il existe, ce qui reviendrait à croire en lui-

 

-Donc si vous ne pouvez pas dire '' dieu n'existe pas ''; ne faites-vous pas là, la preuve de l'existence de dieu ?-

 

-Ce n'est pas du tout comme cela-

 

Comment ?

 

-Voilà une question qui vous rapproche, au plus près, de celles que se pose tout chercheur-

 

-Soit mais quel est votre réponse ?

 

-Que l'on ne peut que définir que ce qui existe-

 

-Donc vous ne pouvez pas définir ce qui n'existe pas-

 

-Je ne vous le fais pas dire-

 

Sur ce, CROA quitte CHANGELEJEU, pour aller se confesser, pensez donc après toutes ses émotions...

 

Qui a commencé la poule ou l'œuf?

 

50 Citations + C Corday.jpg

Citation - “ Et s’ils croient en ce que vous croyez, ils sont dans le droit chemin. S’ils s’en détournent, alors ils sont dans la désunion, mais Dieu vous suffit. Il est Celui qui entend et qui sait. Telle est la religion de Dieu, et qui mieux que Dieu, s’y entend en religion ? ” ( Coran, 2, 137-138 ) -

 

La Poule

Si c'est la Poule c'est la preuve qu'il n'y a pas de dieu que dieu [ car une poule pond de nombreux œufs ] mais bien plusieurs dieux '' qui s'y entendent tous très bien en matière de religion '' - puisque qu'en plus de ceux évoqués dans les principaux monothéismes ont peut en compter plus d'une cinquantaine de ''dieux'' connut depuis plus de quarante siècles

 

L'œuf

Si c'est l'œuf, '' on '' peut se dire qu'il n'y à qu'un seul dieu – oui mais dans ce cas le problème n'est toujours pas résolu car ''comment vient l'œuf '' ?

 

Bref , compte tenu de l'avancement des connaissances, en attendant mieux, tout ce que l'on peut dire des monothéismes - que ce sont des religions d'hommelettes

Citation

 '' La superstition la plus répandue c'est de croire que l'on à besoin de la religion pour être moral '' Richard Dawkins

 

C'est '' incroyable '' [Ràgd]

 

Toute '' personne '' qui ne condamne pas les religions duelle [ idéologies masculines ], comme entres autres les monothéismes, nuit [ consciemment ou inconsciemment ] à l'humanité de l'être– en tant que telle se contrefiche que l'autre n'existe pas – l'autre – la femme – l'inexistante – [ quand bien même, nous le savons, de nombreuse femmes adhèrent à ces idéologies qui forgent leur propre aliénation ]

La dignité de la femme ne fait pas partie de ses préoccupations – mais bien exclusivement celles '' droits de l'homme '' -

 

Malgré toute la finesse déployée par toute la critique publiée des textes '' dits du livre '' se dire qu'il y a encore encore des million d'individus qui sont autant de millions d'individualité de mauvaise foi – '' C'EST INCROYABLE ''

 

La solidarité symétrique de la fraternité c'est comprendre que l'inculture est la cause de toutes les violences – que la responsabilité en incombe aux négations des valeurs positives au profit de valeurs masculines guerrière [ de mort ]

Par exemple Napoléon premier est idolâtré [ un guerrier ] - mais qui connait Émile du CHÂTELET [ une personnalité scientifique et humaniste ]

 

Accepter les religions duelle masculines [ mortifères ] c'est non seulement valider l'art de tuer symboliquement l'autre – la femme – cette femme que l'on ne saurait voir - mais c'est aussi tenter de déconstruire ce que depuis la Renaissance en se ressourçant au préalable dans l'étude des mythes de l'antiquité [ sans y croire ] les artistes, [ les penseurs en dehors de toute philosophie matérialiste de la volonté de domination], les créateurs, les chercheurs [ comme NEWTON et surtout DARWIN ] siècles après siècles ont joué un rôle fondamental dans les débuts d'effacements dans certains pays [ comme le nôtre ] ou participé de façon majeure à mettre fin à toutes sortes de régimes despotiques – qui d'ailleurs s'appuyaient sur ces idéologies mortifère pour édicter les lois assujettissant les femmes à l'homme

Pour les adeptes de ces religions duelle c'est tout simplement nier que la Culture seule ne génère pas de pathologies et s'affirme comme la seule voie susceptible d'éradiquer progressivement des esprits ces idéologies guerrières

Crab

Suite

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/0-2011-dieu-condamne/


 

 

22/06/2009

LA FOI

 

La foi.jpg

 

FOI (de la); où de l'immoralité...

22.06.2009

La croyance proprement dite

La foi c'est croire que l'on croie et l'incapacité à dire «je ne sais pas»

Botter en touche

C'est de prétendre que la foi ''autorise'' dispense de faire la preuve – bon moyen de refuser le principe d'un débat argumenté et contradictoire
Dans l'incapacité de démontrer pour éviter toute explication sur ''qu'est-ce que la foi''? - c'est de prétendre que la foi est une expérience...

La mauvaise foi

C'est de prétendre que la foi est une expérience, donc ne se transmet pas et [très curieusement] cependant d'endoctriner pratiquement dès la naissance les enfants dans la religion


L'immoralité

C'est la propagande et le clonage des esprits, (l'assujettissement des consciences), quand un État (ou un clan) impose la religion à tous et développe l'endoctrinement des enfants
Cela devient de la désinformation d'inculquer les contenus de la religion et c'est cela précisément qui constitue un déni d'éducation dans les pays démocratiques

L'éthique

Je me passe des religions pour une recherche ou faire une démarche éthique – heureusement que pour nous tous qu'il en est ainsi depuis l'apparition de l'homme sinon l'humanité n'aurait pas survécu, aurait disparue bien avant l'invention du monothéisme

Crab

Suite

COURS D'ATHÉISME

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/cours-d-atheisme/

 

15/06/2009

L'IRAN

 

15.06.2009

L'IRAN

 

L'ORIENT (de); et du parler vrai...

 

15 JUIN 2009

Antoine SFEIR, il y a de cela quelques années avaient soutenu, sur ce même plateau de C dans l'air F 5, le bien fondé de la torture pratiquée par les troupes américaine en Irak, passe son temps à tenter de faire accroire l'idée d'un Orient compliqué

 

Moi j'ai le souvenir d'un reportage de C dans l'air ou deux jeunes étudiantes iranienne avaient déclarés «que BUSH aurait mieux fait d'envahir l'Iran et non l'Irak»

 

Mais ces deux jeunes iraniennes n'ont sans doute rien du parler subtil oriental selon la vue brouillée ''du spécialiste'' Antoine SFEIR

 

Toujours sur le plateau de C dans l'air, il avait déclaré en s'adressant à Yves CALVI; tenez-vous bien, je le cite: «Vous savez à quel point la virginité à de l'importance dans ces pays»... (Comme c'est compliqué ''l'Orient''...[RIRE]

Cela explique probablement la réaction de A SFEIR qui s'est empressé de couper la parole, à cette iranienne (non voilée) au moment ou entre autre évoquait la sharia. C'est gênant n'est-ce pas la vision politique qu'une femme peut avoir sur son pays?

 

En réalité, dans un ''Orient'' qui n'a rien de compliqué, en Iran c'est une majorité de la population féminine qui ne veut pas de ce régime, mais hélas, sans qu'il y ait une majorité suffisante d'hommes pour les soutenir et pour in fine renverser cette dictature

 

Il n'y a pas ni d'Orient ni d'Occident sur cette planète, mais des démocraties ou des dictatures, des femmes libres ou des femmes captives...

Crab

 

SHAH (du); et du turban...

 

Liminaire

 

Mis à part la période de domination nazie (le mal absolu), il m'est souvent arrivé d'écrire que pire que le stalinisme ou les dictatures dite « blanches » c'était bien évidemment dans notre actualité les dictatures ou régimes islamistes

 

Le ''mal'' Doute BLAZY

 

Il fut le premier à dire «l'Iran est un grand pays» termes repris régulièrement par des ministres bien installés dans les équipes de gouvernants successifs

 

Le niveau de civilisation

L'ancienneté ne fait pas la grandeur, ni ne fait la preuve d'un haut niveau de civilisation, quand c'est un pouvoir religieux qui choisi les compétiteurs pour participer aux élections

 

L'esprit de la tekhnê

 

C'est le goût de la parole

Mais cette force de vie est incompatible avec les idéologies du fascisme islamique

 

L'islamisme contre les sophistes (1)

 

Depuis le siècle de PÉRICLES, en réalité les trente glorieuses de ce cinquième siècle avant notre ère, la question qui se pose; qu'on donc appris, depuis, bien que défait par deux fois par la démocratie Athénienne, ces élites perse?

 

RIEN!!!

L'actualité le démontre une fois de plus que pour se maintenir les partisans de l'obscurantisme comme force loi s'ingénient à étouffer la parole de toute personne physique, morale ou professionnelle de la presse

Crab. 18 Juin 2009

 

(1) Sophistes au sens premier

 

DAIMÔN (du); et du concept...

 

Un préjugé

 

Douter de l'offre républicaine laïque de la liberté de se présenter comme candidat aux élections me fait penser à des personnes d'un état d'esprit qui daterait de plus de vingt quatre siècles

 

LACHÈS et NICIAS étaient de leur temps; ils ne savaient pas ce qu'ils disaient, qu'ils parlaient par pur mécanisme, qu'ils ont fabriqué leur argumentation à partir d'une idée préconçue, et que cette argumentation n'est absolument pas probante, car l'un comme l'autre n'aurait pas cherché à savoir, comme certains intervenants sur queques forums, ce que pourrait contenir cette mise en question de notre démocratie

 

Le concept

 

Depuis SOCRATE savoir ce que contient toute mise en question et de cette idée est né un concept qui reste moderne car c'est la victoire de la raison qui donne tout son sens à l'expression démocratique

En France le nombre d'association dépasse les 1,1 millions associations avec plus de soixante mille créations chaque année

Il n'y à pas de limites (sauf celles des lois antiracistes) pour tous ceux qui veulent créer un parti politique

 

Le daimôn

 

Ce sont par la suite les électeurs qui décident de pérenniser ou non chacun des partis, et cela dépendra toujours du génie personnel de chacun de ses dirigeant voire d'une forte majorité de ses membres

 

Des Mollah non vertueux

 

De KÛRUS les mollah sont passés du soleil pour enfoncer leur pays dans la nuit la plus sombre de l'histoire de la Perse

Cyrus_II_le_Grand_et_les_Hébreux.jpg

Cyrus II ''le grand'' - et les hébreux-

IRONIE?

Extrait du cylindre de CYRUS:.... «Je ne laissai aucun de mes soldats semer la terreur sur la terre d'Akkad et de Sumer. Je gardai à l'esprit les besoins de Babylone et de ses nombreux lieux de culte pour leur assurer une vie paisible»...

Crab

 

11/06/2009

Discours du Caire

Confusions entre croyances et politique

Discours du Caire

0000.jpg

Acrylique - Crab - 1996

 

OBAMA ( de ) ; et de l'indépendance d'esprit...

 

Ou l'art de poignarder les femmes dans le dos, pour le grand ravissement des chantres du relativisme culturel

 

Ce discours du Caire, nie par omission que dans les pays qui se réclament de l'islam vivent des laïcs, des athées ou des agnostiques

 

Oublieux des femmes fouettées, assassinées ou emprisonnées parce qu'elles savaient que le voile, la burqa ou le tchador n'ont rien à voir avec une croyance monothéiste

 

Mais dit au Caire par OBAMA et répété par un intervenant musulman [ sur le plateau de C dans l'air F 5 ] ce jour, « l'islam n'est perçu qu'aux travers des stéréotypes négatif  »

 

Certes l'Islam n'est pas composée d'idéologies inacceptables dans tous les pays ou il est manifeste, mais c'est le cas dans un grand nombre de pays comme par exemples dans les pays du Maghreb, du Proche Orient ( sauf la Jordanie ), du Moyen Orient, en Iran, au Pakistan et en Afghanistan pour citer les principaux

 

Mais toutes ces femmes et tous ces laïcs ont parfaitement identifié que dans ces pays domine une idéologie d'origine masculine destinée à assurer la suprématie de l'homme sur la femme

 

Ce verbiage fait injure aux femmes, aux combats des laïcs, originaires de ces pays qui se réclament de l'islam et qui sont venues se réfugier dans les pays européens

 

En matière de Droit de l'Homme, ( et plus particulièrement des droits des femmes ), il n'y a pas ni d'Occident ni d'Orient, il y a une planète habitées par des personnes reconnues comme sujet ou non

 

Les droits de la femme, ceux des personnes d'orientations autres que hétérosexuelles sont plus ou moins bafoués dans tous les pays du monde, mais il n'empêche que le pire et l'insupportable est localisé dans les pays qui se réclament de l'islam, pays que j'ai cité plus haut sur cette page; n'est déplaise au philosophe musulman qui sur le plateau de C dans l'air, qui lui par mimétisme s'en est tenu et s'est complut dans '' ses propres généralités '' - c'est un démagogue …( Dans un deuxième temps ce '' philosophe '' a essayé de se reprendre mais sans pour autant sortir des généralités )

 

Il n'y pas ; ni d'Occident, ni d'Islam des lumières - il n'y a que des peuples ( ou partie de populations dans chaque pays ) capables de respecter les femmes et d'admettre l'indépendance d'esprit des personnes

 

N'est pas discutable

Protéger les jeunes filles d'un mariage contraint [ forcé ]

Le droit des femmes : Leur autonomie et leur liberté

L' Indépendance d'esprit....

 

J'ai noté qu'en France dans sa déclaration à propos du débarquement, « du sacrifice de soldats de foi et sans foi » - certes il n'était plus au CAIRE. Le vent, ce jour là, venait et soufflait de l'intérieur de notre territoire

 

Prétendre que dans chaque confession '' on '' trouve tout et son contraire permet de mieux comprendre que l'on peut se passer de dieu et des religions, autant d'inventions qui n'ont pas d'autres objet que de diviser les hommes, et plus particulièrement de rendre [ dans l'islam ] les femmes captive du regard du clan

 

Ni l'un ni l'autre ne sont indispensable pour faire une recherche et une démarche éthique...

 

Lors de sa campagne électorale il avait déclaré qu'il était pour '' l'unité de Jérusalem '' - j'avais écris à cette époque que ''cette imprudence'' était révélatrice du peu de pression réelle qu'il conduirait à l'encontre des israéliens pour les mener à respecter tous les accords ( 1 )

 

OBAMA, est une personnalité de couleur, certes, certes, mais encore très BUSH à l'intérieur

 

Sa particularité, préférer la cuisine des chefs plutôt que de prendre le temps de se rendre sur un monument érigé en mémoire de la Résistance

 

Ce qu'il y a de dramatique dans ce discours - c'est à travers '' ce soutien '' apportés aux femmes '' voilées volontaires '', voir Obama s'aplatir '' à l'américaine '' en confortant de fait les dictatures ou régimes antidémocratiques tous fournisseurs de gaz et de pétrole

Chaque fois que les États-Unis soutiennent les dictatures les islamistes...en tire le meilleur profit

Crab

 

(1) Mieux encore les '' Accords dit de Genève '' de 2003

Ne pas en déduire que je soutiens le Hamas, dont rien ne justifie les actes terroristes...

 

L'ATHÉISME ( de ) ;

et ses pourceaux...

 

L'athéisme est chargé de toutes les connotations, plus fantaisistes les une que les autres, que lui attribue ses pourceaux - il faudrait pratiquement consigner l'ensemble des interprétations dans un nombre incalculable de livres...

 

Un discours voilé

 

Comme je l'évoquais plus haut OBAMA fait dans son discours du Caire la confusion entre croyances et luttes politiques

 

Cette confusion '' fondée '' sur la négation '' par omission '' ( volontaire ou non ) du '' monde des incroyants '' est une régression

 

C'est d'autant plus grave s'il feint d'ignorer t que toute personne qui fait preuve d'indépendance d'esprit fait l'objet de toute sorte de censure ( ou pire ) dans la plupart des pays qui se réclament de l'islam

 

La pire des censures c'est celle fabriquée par l'interdiction de penser

Comment ?

 

Par l'apprentissage par chœur du coran infligé aux enfants en bas âge au lieu de les aider à penser par eux mêmes

L'endoctrinement ( 1 ) par le bourrage de crâne - le pire fléau inventé par des hommes...

 

L'athéisme

 

Sachant qu'il y plusieurs courants philosophiques qui se réclament de l'athéisme, pour ma part je préfère intervenir tout simplement en tant que incroyant

 

Incroyant - définition

 

Personne ( sujet ) indépendante d'esprit

( Une définition, que vous ne trouverez pas dans les dictionnaires....)

 

La confusion OBAMACADABRANTESQUE

Parler de religion ( comme un pape ) en triant quelques lentilles sans rapport ou disant le contraire de ce que l'on peut trouver dans chacun des textes de toutes les confessions précitées, c'est éviter de faire le discours politique sur la situation ou sur la nature réelle des conflits qui part d'Asie centrale pour aboutir ( sauf la Jordanie, la Tunisie, peut être un peu le Maroc ) en bordure des rives Nord Afrique de la Méditerranée

 

Le discours politique

 

Celui que j'aurais aimé entendre

Un propos débarrassé, épuré de toutes pollutions religieuses - consisterait à convenir que c'était une erreur d'envahir l'Irak, la priorité était de s'occuper correctement de l'Afghanistan, de l'Iran et de ne plus aider ( ni financièrement et militairement ) tout état qui ne respecte pas les résolutions de l'ONU

Le terrorisme concernant pratiquement la plupart des pays - d'insister sur des méthodes de luttes en partenariat

C'est un résumé, mais qui permet de démontrer que la politique
( le discours ) se passe de la religion surtout quant '' on '' prétend prendre une position et y répondre en toute clarté  - Crab

 

( 1 ) Consulter les analyses de FREUD à propos de l'endoctrinement des enfants dans la religion - vivant de nos jours je pense qu'ils serait littéralement horrifié par les pratiques en vigueur dans les écoles coraniques

 

A L'attention des scribes de OBAMA


L'ISLAM ( de ) ; et des lumières...


Un éclairage à la lanterne

Dans l'islam le '' sujet '' n'est que le membre de la communauté de fidèles d'Allah. il est un '' sujet '' collectif guidé par un texte sacré, ce qui a conduit à l'avènement de théocraties
.
Des lumières d' ultras des lumières
.
Dans les pays qui ne se réclament pas de l'islam ce sont les femmes qui ont lutté pendant des siècles pour la reconnaissance de leur statut de sujet

Faire cette différence

C'est comprendre ce qui rend inutile de modifier ou d'interpréter des textes

Qu'il est préférable de penser par soi même et non pas écouter le discours démagogue d'un chef d'état qui cherche à se faire bien voir par ses maîtres plutôt que d'étudier sérieusement...
Crab

 

L'ISLAM ( de ) ; et du genre masculin...


Qui signifie en langue arabe soumission - (
...peut-être OBAMA, qui peut savoir... )

La soumission à dieu est symbolique de l'état d'esprit d'un croyant;donc il ne peut pas se déclarer indépendant d'esprit, puisque pour lui la religion est une vérité absolue, donc indiscutable

Par exemple puisque un des sujets de ce forum est l'Islam par devers la version des scribes de OBAMA ; se veut à la fois religion, mode et système de gouvernement et règle de la vie quotidienne
Cela dit, cela vaut pour les autres monothéismes ; mais nettement mieux camouflé sous une terminologie '' joliment nommé '', '' nos valeur '', (
comme ils disent )...

Sinon la censure tentée pratiquement en permanence à l'encontre de toutes critiques des textes religieux, ou l'interdiction dans de nombreux pays ne serait pas observée...

Élevé dans le mensonge monothéiste bon nombre de croyants (
c'est en tout cas comme cela qu'ils se comportent ) n'admettent pas la construction de notre langage fait des symboles issues du raisonnement ( 1 ) constitutifs de notre culture sans lesquels il n'y aurait pas de repères dans la vie du groupe ni de porter à connaissance aux autres groupes ( Citoyens )
Crab

( 1 ) La laïcité, par exemple, est un pilier notre culture , sa constitution en loi est symbolique
Ne pas compter sur qui vous savez pour expliquer correctement la laïcité à OBAMA
OBAMA parait ignorer ce que son pays doit aux ultras des lumières

 

VOILE ( du ) ; et du fog sur le Caire...

 

Le fog Obamacadabrantesque

Obama ignore que la liberté sans l'éthique est le terme employé par toutes les dictatures religieuses ou non religieuse

 

Que signifie les libertés religieuses, mise en avant par OBAMA à propos du voile symbole du patriarcat dans ce qu'il a de pire et autres attributs du même acabit...

 

Cette notion des libertés religieuses est associée au respect des croyances - dans ce cas laissons sur notre sol pratiquer la lapidation, l'excision, le mariage forcé, la polygamie comme privilège masculin, l'interdiction de l'école aux filles, interdiction d'autonomie et de liberté pour les femmes...Etc...Etc...

 

Éthique

 

Il est facile de constater que le mot liberté, et le sens que nous attribuons à nos libertés sont nuls et sans effets sans l'éthique

 

Il n'y pas la liberté ni de libertés qui ne soit issues d'un raisonnement et cela porte un nom - L'éthique

 

C'est au nom de la liberté religieuse que des femmes revendiquent dans les pays démocratiques le droit de porter en tout lieu le voile et autre...

 

Nul ne peut ignorer que le port du voile était interdit à la putain non acceptée par le mari dix sept siècles avant la rédaction du coran. Historique du voile publié - entres autres - sur la plupart des forums.

( Ni que le mot voile n'a pas d'équivalent en langue arabe au septième siècle )

 

Non assistance à personne en danger

 

Ces femmes, d’elles-mêmes, devraient rejeter le port du voile en guise de solidarité avec leurs consœurs de l’étranger victimes des intégristes, car en portant le voile pour revendiquer leur cause, ne se rendent-elles pas indirectement coupable de non-assistance à personne en danger ?

 

Au féminin la liberté des unes ne devrait jamais se revendiquer au détriment de celle des autres  - Crab

 

CROYANCES ( des ) ; et de la raison...

15 juin 2009

Je constate que la dernière déclaration d'OBAMA et des européens est dérisoire et débilitante
Déclarer que Nétanyahou fait un premier pas, c'est sordide

Un règlement du conflit équitable ?

Relisez les accords d'Oslo – ceux encore plus parfaitement équitables de 2003 ( les Accords dits de Genève ), et vous comprendrez le grotesque de cette position de Nétanyahou et des déclarations internationales qui ont suivies...

Que dit le pouvoir israélien ?

( Et cela n'a rien à voir avec l'identité juive proprement dite ) - mais cela à bien avoir avec une croyance aussi stupide que toutes les autres croyances, que ce territoire « c'est dieu qu'il leur à donné », pour justifier la colonisation
Cela ne vaut pas mieux que les discours sur '' la terre '' du Hamas

Croyances et luttes politiques sont deux notions incompatibles

La confusion faite entre croyances et luttes politique conduit les individus à des comportements ou choix irrationnels, incohérents; conduisent à des prises de positions ennemies de l'humanité

Certaines personnes me l'on fait savoir, s'étonnent que je refuse un discours, celui du Caire, qui fait la confusion entre croyances et luttes politiques...? ? ?  - Crab

 

DEUX ( et ) ; ne fait plus la paire...

 

Deux papes, les deux derniers, ( dont celui qui bouge encore ), en déplacement au moyen Orient ont fait un même discours œcuménique avant et identique à celui d'OBAMA

Même, si je ne prends pas au sérieux ces deux mitrés, eux ces deux là, étaient '' selon leur nature '' dans leur rôle

 

Ce que j'attends d'un politique, c'est un discours politique et en suivant la mise en œuvre

( Réf ; plus haut sur cette page )

 

PAPE ( du ) ; à l'inpapitude...

 

L'angélisme d' OBAMA ou de son passe temps à jouer au pape n'a en rien touché les extrémistes des deux bords

Le refus de geler la croissance des colonies ( 1 ) validée une fois de plus, hier, par le ministre de la défense israélien, ni d'autre part aucune intention manifestée du hamas d'accepter le principe de partage de la terre

 

En dehors des '' Accords de Genève '' que je n'ai cessé d'évoquer plusieurs fois chaque année passées...

Une fois de plus Je rappelle également l'excellente proposition de THÉO KLEIN, qui judicieusement indiquait que pour ne pas démanteler la plupart des colonies, ils suffisaient que les colons acceptent de devenir citoyens du futur État palestiniens  - Crab. 18 Juin 2009

 

( 1 ) Colonies qui pour moi sont toutes illégales au regard de toutes les injonctions exposées par la communauté internationales depuis plusieurs décennies

 

17 04 2009

Athéisme - Judaïsme

 

L'ATHÉISME ( de ) ; et du Judaïsme...

 

Ce qui fait la différence c'est que certains christicole ou mahométan préfèrerait qu'il n'y ait eu personne avant eux

 

L'IDENTITÉ

Un juif peut affirmer sa judaïté, son appartenance à un peuple sans que l'État contemporain d'Israël ( 1 ) ait pour autant un rapport avec l'identité juive proprement dite et se déclarer athée - ce n'est pas le cas ''de ces certains autres'' qui s'empresseraient d'exclure , d'emprisonner ou encore d'assassiner...

 

C'est bien parce que les juifs incroyants et croyants considèrent qu'après la mort c'est le néant qu'ils ont sans que ce soit partagé de la même manière par tous ce besoin presque impérieux de transmettre leur culture

Pour Jacques ATTALI « la philosophie juive est un athéisme avec au centre dieu » dit-il...

 

C'est un point de vue intéressant, singulier, évite le piège sectaire et ce n'est pas vraiment important de ne pas le partager en totalité, du moins pour ce qui me concerne car je n'ai nul besoin de la plus petite référence déiste pour une démarche éthique ou humaniste...  - Crab

( 1 ) ...je soutiens la nation israélienne mais pas la colonisation...

 

Lire en suivant : Les dix commandements + 1 x 2

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/texte-de-l-exode/

 

Du Rire et de Satan

 

Du rire et de Satan.jpg

Peinture numérique - Crab -

RIRE (du); et de SATAN...

 

« Dieu est si bon, qu'il a inventé SATAN » - CAVANNA

 

Du coup, j'ai pris sur moi d'interroger SATAN

 

- Me direz-vous, SATAN, pourquoi vous riez entre vos cornes ?

 

- Je vais vous racontez une petite histoire; j'avais inspiré la gérante d'une salle de thé située dans l'enceinte de l'Université de Newcastle: Là, ,je laisse la parole à Jean François Dortier, rapporteur des faits; « La scène se passe à l’université de Newcastle, dans une petite salle où thé et café sont mis à la libre disposition de chacun

Un petit panneau indique simplement qu’il faut payer 30 cents pour un thé, 50 pour un café. Melissa Bateson a réalisé ce test simple : placer au-dessus de ce panneau un poster représentant deux grands yeux ouverts

Résultat : les buveurs de thé se sentent observés et ils laissent de l’argent deux fois et demi plus souvent que lorsque le poster représente un bouquet de fleurs !

La conclusion [...] il existe une tendance forte à se comporter de façon plus morale quand on se sent observé... »

Et Satan de partir d'un grand rire

 

- Cela vous rend si joyeux; excusez l'expression, on dirait que vous êtes aux anges, pourriez-vous m'expliquer ?

 

- Inventer par dieu, certes, certes, malgré tout ce que je lui dois, cela ne pas empêché de constater son inefficacité, ses yeux mêmes peints sur papier recyclés n'impressionnent plus qui que ce soit, donc depuis pour mieux contrôler les consciences, entretenir la peur de la punition, j'ai fait mettre des caméras dans tous les lieux public, et voulut la loi Hadopi çà y est.., vous y êtes ?

 

- Oui, mais alors, soutiendriez-vous que ceux qui persistent dans la délinquance, sont tous des personnes dont le cerveau ne serait pas « programmé pour croire », n'est-ce pas là plutôt les propos d'un bon diable ?

 

- Ne commencez pas par m'insulter !!! J'ai inspiré quelques chercheurs pour scanner le cerveau et mettre en évidence la zone ou se situe l'aire de la croyance, c'est tout, rien de plus

 

- Bon, bon, ne vous fâchez pas, cependant pourquoi n'avez-vous pas plutôt proposer de rechercher la zone de l'incroyance ?

 

Écoutez, vous pouvez bien comprendre tout de même.., je ne peux pas tuer le père, je lui doit tout

 

Je quittais cet entretien soulagé, Satan était le dernier et le premier à croire en dieu  - Crab


Suite...

Eros

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/09/29/eros.html

 

06/06/2009

CROYANCES; Éloges du déni d'éducation...textes regroupés

Croyances - eloge du deni.jpeg

Acrylique - Crab

 

 

CULTURE

ET

ÉDUCATION

 

CROYANCES ; Éloges du déni d'éducation...

 

SCIENCE ( la ); donnée essentielle de la culture...



Croyances et violences


Les croyances génèrent toutes les formes de la violence morale ou physique et le plus souvent la réunion des deux...


Par exemple, un '' bon informaticien '' comme autrefois un '' bon menuisier '' pouvait-être un membre du parti nazie, plus près de nous un stalinien et aujourd'hui pire qu'un stalinien un islamiste ou encore un fou de dieu issue de '' la souche kato ''...


Ce sont bien ces barbus islamiques et autres monothéistes ou encore ces Hallidays du showbizz eux même endoctrinés '' au sens de drogués '', qui se chargent à leur tour de droguer les foules et par là même sont associés de fait au mode de fonctionnement du pouvoir ou par endroits associés à quelques institutions ( souvent communales )

Tenter de décourager ceux qui ne veulent rien laisser en l'état ; les forces vitales, les forces de propositions, mais en l'espèce visent consciemment ou inconsciemment à endormir des fractions importantes de populations habitants notre pays


Culture et éducation

L'inculture est la cause majeure de la violence

Dès l'école, dès le plus jeune âge, et de façon autant que possible ludique, apprendre aux enfants que l'univers n'est pas un barbu

Culture et éducation sont indissociable ; les religions sont des fables, des mythes, mais présentées aux enfants comme la vérité des origines ou de l'univers et des espèces, là ce ne sont plus seulement des fables mais des mensonges, de la désinformation, autant dire cela constitue le pire déni d'éducation


Recherche et culture


Donner aux enfants le goût de la recherche car culture et éducation vont de pair.

Un exemple, un enfant de moins de sept ans me racontait qu'il était fatigué à l'arrivée à l'école, mais que par chance la première heure était celle d'un cours de science, qu'il en profitait pour dormir; je n'ai pas besoin de vous préciser la confession de ses parents...


La télévision tueuse


À l'esprit de recherche, à la pensée critique qui pourtant permettent l'avancement des connaissances, la compréhension '' de nos mondes '' les ravages que peuvent faire certaines émissions et J T des chaines parmi les plus publiques, sont considérables

Un simple exemple parmi d'autres sur une des chaines, une présentatrices de rappeler (pratiquement la larme à l'œil) qu'un certain nombre d'États (USA) enseigne désormais la bible au lieu et place de l'évolution (1)

La même, quelques jours après, qui ne peux s'empêcher de parler au J T du midi du pape avec des trémolos dans la voix

A cela s'ajoute que bon nombre de journalistes qui bien souvent interprètent, sans rien n'y connaître, la pensée ou les propositions vérifiées d'un scientifique

De nos jours les chercheurs sont la communauté dans l'ensemble de la population de notre pays qui est confrontée au plus grand nombre de pourceaux d'Épicure...

(Suffit de se référer à la profusion d'âneries débitées à propos de l'évolution ou de l'univers sur les sites religieux, mais pas seulement...)

C'est pathétique, à l'ère de la communication, c'est la désinformation qui tient encore le haut du pavé dans notre pays '' dit des droits de l'homme '' (2)


Refuser toute négation


Il est urgent que les gens indépendants d'esprits réagissent; plus que jamais dans nos sociétés « dites développées » ou la recherche est d'importance essentielle à la création et permettre ainsi de réduire le chômage et d'accroître la qualité de nos environnements et la beauté de notre planète


Éducation


Il n'y a pas de science sans conscience, fort heureusement, mais il y a bien trop de croyances (3) qui font fi de toutes les exigences morales dignes (4) et nécessaire quand il s'agit de l'éducation des enfants


Tohu-bohu


N'est plus au début de ce XXI siècle le chaos de début du temps, mais bien celui généré par les actuelles religions reliquats du délires de clercs plus concurrentes entres elles et plus que jamais ennemies de la connaissance et de la pensée


La pensée


Ce n'est pas le fait religieux ou de faire l'apologie du mensonge monothéiste qui sont formateur, mais c'est bien de la pensée critique dont devrait se prévaloir, par l'acquisition.., les enfants en sortie d'enseignement par la connaissance des grandes étapes de la pensée inséparable de ce qui fait de l'homme un être de culture : C'est d'expliquer aux enfants ce qui nous a permis de passer d'un mode de pensée mythique et mimétique ''souvent violent'' pour à notre façon désormais penser sur la base de l'expérience et la raison


Les phases fondatrice de notre pensée :


Quelques éléments de la chronologie: Par l'invention de leurs mythes et par mimétisme d'hommes à hommes et de peuples à peuples les hommes ont toujours créés les dieux ( païens ) ou celui des principaux monothéismes à leurs images

A partir du moment ou ces mythes païens, par les grecs anciens, ont fait l'objet de discussions les temps de la crédulité, avec le temps, se réduisirent comme une peau de chagrin

Il en est de même pour les monothéismes qui s'ils perdurent encore à notre époque contemporaine c'est essentiellement grâce à la propagande, à la violence morale et physique perpétrée à l'encontre des personnes quand ce n'est pas à l'encontre de la totalité de populations

La connaissance, jour après jour, toujours plus fine de l'évolution, tant de l'infiniment petits que de l'infiniment grand est et sera toujours la première cause d'effacement de la plupart des croyances, des ignorances dont les actuels monothéismes


La chronologie très résumée


Il serait bienvenu de rappeler aux enfants quelles ont été les principales étapes formatrices de notre pensée, de notre culture, suivant ces quelques exemples :

Thalès de MILLET démontre que la lune est éclairée par le soleil et prévoit assez précisément les éclipses

Pithagore établit que le soleil, la lune et la terre sont des sphères et expliqua les éclipses et les phases de la lune

Aristote (5), bien qu'ayant commis l'erreur de ne pas comprendre l'évolution et considérer que l'univers était une création tel quel et fini démontra que la terre était une sphère.

Eratosthène de Cyrène mesure presque précisément la taille de la terre et indique à partir de la ville de Syène le premier jour de l'été

Les évaluations relativement précises et surtout la compréhension des distances et de la positions des astres de Aristarque de Samos qui pourrait en outre ''revendiquer' la démonstration de l'héliocentrisme (6)

La loi de Hipparque du mouvement du soleil et de la lune.

La clarté de la démonstration de Démocrite vers quatre cents avant notre ère expliquait, démontrait que rien ne peut naitre du néant...que toutes les pièces du ''puzzle'' fonctionnent sans le concours d'un esprit ou d'une action

Bien plus tard Copernic mettra fin à toutes théories qui faisait de la terre ''le centre du monde'' un coup porté de plus aux monothéismes ambiants de son époque

Ces étapes franchies lentement siècles après siècles auxquelles s'ajoute un pas immense franchi au cours des trente dernières années du XX siècle ou désormais l'évolution de l'univers et sa mort n'est plus contesté sauf encore dans le monde contemporain par de trop nombreux monothéistes figés dans des idéologies ou mythes d'autres âges, peu scrupuleux de s'imposer les contraintes observationnelles qui permettent par l'expérience et la raison de comprendre, dynamiser et faire évoluer notre culture

Rappeler que Giordano Bruno mort sur le bûcher en 1600 de notre ère pour entres autres avoir dit que l'univers était infini

( '' On '' se contrefiche que l'église ne soit toujours pas à se jour excusée...)


La nature


Rappeler aux enfants qu'ils sont issus de la poussière d'étoiles et que les vieux barbus ne sont en rien dans cette affaire, que dans l'univers tout meurt un jour et que certains d'entre eux sont fait en partie d'un peu de poussières de dinosaures; vous êtes sûr de les amuser et ainsi ils retiendront plus facilement que l'être humain est la nature et en même temps une petite partie de la nature et non pas en aucun cas comme le prétend la religion au-dessus de la nature


L'art et la spiritualité


L'art disait Nietzsche est la nature; j'ajoute qu'il ne peut y avoir qu'œuvres anecdotiques ou de représentations, de pratiquement d'aucune valeur artistique, en l'absence de toute indépendance d'esprit

Exception est faite par détournement du message initial comme ont sût, à toutes les époques, pour contourner l'imagerie figée des valeurs ou moraline impératives cléricales, si bien le faire la plupart des artistes


L'art c'est l'expression à contrario du clonage des esprits; non pollué par les religions l'art est le plus haut sommet de la spiritualité atteint par l'homme


Les faits forgent la culture


Avant la vie il n'y a rien, donc après la mort il n'y a rien

De l'absence d'avant… et donc d'après, c'est bien là la clé que nous livre une meilleure connaissance de l'univers; le big bang générateur du mouvement, donc de l'évolution, du mouvement sans lequel il ne pourrait y avoir de culture


L'éthique ou la morale


L’être humain peut sans difficulté se passer de religion ; cela ne nuit en rien à sa volonté de recherche de morale ou d’éthique ni encore moins à son besoin de rêver

Savoir que l'évolution n'a pas commencée ni ne finira pas avec l'homme, que le futur est imprévisible et en outre on ne saurait dire quelle part y prendra l'homme, c'est la porte ouvertes à tous les rêves


Rêver ou opprimer


Rêver c'est mieux et sera toujours dans la nature de l'homme civilisé, et non pas dans un état d'esprit fondé sur des idéologies religieuses fossiles, de faire porter le voile, le tchador ou la burqa aux femmes et pour certains de se faire sauter avec des explosifs pour aller plus vite dans un inexistant nommé '' au-delà '' où ils seraient récompensés et pour cela attendus, mais seulement '' pour le bon usage exclusif des hommes martyrs '' (7) par des houris ( objets sexuels fabriqués sur mesure ) plus vierges les unes que les autres. [ RÀGD ] (8)  - Crab


(1) Ce pays idyllique '' du rêve américain '' où les croyants sont majoritaire maintient la peine de mort dans trente cinq états sur cinquante

(2) Pays des droits de l'homme mais pas encore en totalité celui des droits de la femme ni des homosexuels...

(3) Croyances sur lesquelles surfent bien des chaînes de T V

(4) Ce besoin de cloner les petits; le refus de les respecter comme des autres...

(5) Ce qui avait le don de « plaire » au monothéistes...

(6) Tout le monde a en tête la régression de la connaissance pendant de longs siècles, le fait des chrétiens; il aura fallut mille huit cents ans avant que son idées soit validée...

(7) Noter qu'au paradis d'Allah « le grand misogyne » rien n'est prévu à l'arrivée pour récompenser les femmes martyrs...

(8) [ RÀGD ] = Rire à gorge déployée

 

23.05.2009

le vivant.jpg

Peinture numérique - Crab -

LE VIVANT

HASARD ( le ) ; ne se clone pas...

 

Le hasard n'est pas synonyme de ce que les croyants nomment dieu

Le hasard, un concept qui dérange ou bouscule toutes les explications non scientifiques de l'évolution des espèces

 

Le refus ou l'impuissance des croyants à se référer aux contraintes observationnelles, fait de la notion de hasard, en quelques sortes, l'exemple le plus pertinent de leur part de nier que l'évolution est un fait et non pas une théorie ni une hypothèse

 

L'ÉVOLUTION


Un poisson vaut un mouton

 

Le '' rôle '' du hasard

Ici un exemple : pour comprendre le rôle du hasard dans l'évolution d'une ( des ) espèce : '' Des poissons changent de sexe ''

Des poissons ont changés de sexe à cause de la pollution des eaux d'une rivière

C'est cela un fait du hasard; soit un impact produit sur cette ( les ) espèce de poissons dans un environnement donné à un moment donné de leur développement

Cette démonstration d'une variation est corrélative à toute l'histoire du vivant depuis la toute première bactérie

 

 

INCONSCIENT ( notre ) ; et une bonne raison...

 

L'incroyance

 

Tout n'est pas qu'illusions; nous sommes parfaitement capable de distinguer le vrai du faux

Toutes les théories ne se valent pas, et la confusion ne saurait se faire entre ce qui relève du produit obtenu scrupuleusement sur la base des contraintes observationnelles et non pas d'une '' vérité '' ( croyance ) non vérifiée prétendue par certains inviolable

 

Prétendre à tout prix que l'Univers à une finalité, c'est le fait de tous ceux qui n'ont pas encore compris ou retenu les leçons de l'histoire dramatique ( et dans l'actualité ) des oppressions, des dérives et crimes commis au nom du monothéisme

 

Citation: « Ajoutez à cela l'orgueil insupportable des humains qui se persuadent que la nature à été faite que pour eux, comme s'il était vraisemblable que le soleil [...] n'eût été allumer que pour mûrir les nèfles et pommer ses choux ».   Cyrano de Bergerac

 

J'ai eu souvent l'opportunité de rappeler que l'homme n'est pas au-dessus de la nature...

Il importe d'avoir toujours présent à l'esprit l'histoire du géocentrisme et des persécutions qu'il engendrait siècles après siècles, encore de nos jours dans bon nombre de pays, mais pas seulement, il suffit de lire les fils du forum de C dans l'air [ France 5 ] '' république, laïcité, religions ''... pour s'en convaincre

La capacité des croyants qui interviennent, sur ce forum, à se persuader et maintenir une vision nombriliste que les hommes apparus il y a environ deux millions d'année sur terre feraient parti d'un grand dessin de l'univers...

Prétendre que l'homme est le but de l'univers est une régression...

 

Le '' libre arbitre ''

 

Une invention de théologien, pour déculpabiliser ce qu'il nomment ''dieu'' d'actes socialement destructeurs en fonction de ce qu'ils eux, mais eux seuls se font du sens ou de l'idée du bien ou du mal

Certains sont allés jusqu'à écrire que c'est ce qu'ils nomment dieu qui est la victime des hommes

Après le pire des pires, c'est à dire la shoah, pour moi être sexiste,homophobe, c'est le mal; relisez « nos monothéistes poissons et moutons de service» pour vous faire une idée d'où ils places les notions de l'honneur, de dignité et du bien. ( en dessous de la ceinture )

 

Cette défense mordicus du libre arbitre trouve aussi une explication dans la criminalité refoulée dans l'inconscient collectif, notamment celle de la pédophilie largement répandue depuis l'antiquité, mais à toutes époques pas acceptée dans les populations par tous ceux qui se rendaient compte des désordres générés par la suite dans la vie des victimes une fois devenus adultes

Ce degré de refoulement dans l'inconscient est tel que des millions de gens persistent à idolâtrer un prophète qui n'avait rien fait de mieux que de mettre sa fillette adoptive de neuf ans dans son lit

Par rapport à celle relevée dans les populations civiles la proportion de pédophiles criminels dans les institutions chrétiennes n'est plus à quantifiée; chacun sait ce qu'il en ait ou nous n'en savons peut-être pas encore toute l'ampleur

 

A la différence des théologiens et autres '' penseurs '' monothéistes de notre époque, par peur de la Science, paniquer par les connaissances qui se font jour année après année tentent de ce faire passer pour des scientifiques

L'incroyant se sert des textes religieux, pratique l'exercice par le recours à la méthode de la pensée critique que nous leurs appliquons y voit un des moyens de faire progresser la science qui fait la richesse de la Culture

 

Qu'est-ce que l'inconscient ?

 

Quelle est la cause de nos actes ?

Comment fonctionne notre vie psychique ?

Soit : Qu'est-ce que l'Inconscient ?

Là, il me paraît plus judicieux de citer quelques définitions nées des contraintes observationnelles suivie par les spécialistes  - Crab

 

Citations

 

Extraits

Qu'est-ce que l'Inconscient ? Volume 2, L'inconscient structuré comme un langage

 

01/04/1999

 

Collection:

 

Freud dans son élucidation des mécanismes du rêve, puis de l'extension de ceux-ci d'abord aux autres formations de l'inconscient puis à l'ensemble du discours tenu selon la règle fondamentale, on s'aperçoit que la route était déjà toute tracée pour la proposition fondamentale énoncée par Jacques Lacan de l'inconscient structuré comme un langage.
On peut même s'étonner qu'aucun théoricien de la psychanalyse ne l'ait formulée avant lui. Sans doute fallait-il s'aventurer hors des sentiers battus d'une doctrine en voie d'affadissement pour redonner vie au concept freudien de l'inconscient à partir de disciplines affines telles que la linguistique, la logique et la topologie. La mise en équivalence des processus primaires à l'œuvre dans l'inconscient avec les lois du fonctionnement du langage, repérables dans tout acte de parole, constitue le moment inaugural et le pas essentiel pour la saisie de la nature de l'action psychanalytique et de ses effets, permettant de fonder celle-ci en raison, comme une expérience de discours.

 

Notre conscience c'est ce qu'on se rappelle de notre passé, de notre vécu.

Notre inconscient c'est ce qu'on ne se rappelle pas de notre passé, et qui parfois nous fait souffrir même si ce n'est pas conscient.
Par exemple, une petite fille (ou un petit garçon) victime d'inceste ou d'attouchements dans sa petite enfance [...] ne va pas s'en souvenir et pourtant elle va être mal, ne va pas pouvoir aborder sa vie sexuelle sereinement. Elle va être obligée de remonter dans son inconscient (en conscience modifiée ou en hypnose) pour découvrir ce qu'elle a subi.

Car sinon si la blessure n'était pas là sous le prétexte que ce n'est pas conscient, il suffirait d'oublier tout ce qu'on a subi pour être heureux.
Malheureusement, ça ne se passe pas comme ça, même si beaucoup le pensent. Ils remontent à ce qu'ils se souviennent et oublient d'aller voir au-delà.  - Fin de citations

 

TENTATION ( la ) ; et le pouvoir...

 

Avertissement

 

Turgot écrivait avant 1789, ces paroles: « La société peut choisir une religion pour la protéger, mais elle la choisit comme utile et non comme vraie, et voilà pourquoi elle n’a pas le droit de défendre les enseignements contraires »

 

Actuellement bon nombre, bon nombre voudraient voir anéantir la philosophie, mais aussi la science (1), interdire le droit souverain de penser

 

Le refus de la Culture

 

Ces gens là considèrent que les croyances et les doctrines des religions sont utiles au corps social, mais sans pour autant, d'où une contradiction, les reconnaître comme vérité absolue, car dans le même temps ils sont obligés de se rendre compte que cela pose en principe l’égale liberté des autres opinions

 

La spiritualité

 

Piqûre de rappel : les religions n'ont pas le monopole ni de la vie, ni la capacité exclusive de faire œuvre spirituelle.

Spiritualité des religions plus que contestable, plus matérialistes que le matérialisme notamment de considérer par exemple le sexe ravalé à un simple un outil de reproduction.

Quand par opposition à leurs bricolages idéologiques et leurs moraline, les religieux parlent du matérialisme ils s'agitent comme savaient si bien le faire les pourceaux d'ÉPICURE.

Comprendront-ils un jour, « qu'un savant qui élucide les lois du réel ou un philosophe qui réfléchit sur les principes de la lucidité et de la sagesse font aussi œuvre spirituelle » ?  (2)        [ Rire ]

 

L'effet sectaire

 

Ce qui est affligeant, de la part de ces gens là, c'est leur manque de vitalité, de ressort, de capacité à imaginer, à concevoir et à réaliser une démarche éthique ou morale sans passer par la religion; Ils restent enfermés dans des idéologies ( croyances ) au lieu de rechercher comme un bienfait pour l'esprit tout ce qui permettrait d'évoluer

Quand il ne s'agit pas d'hypocrisie c'est le confinement dans des idéologies (croyances) ou de nature sectaire aggravée ( apostasie par exemple )

 

La citoyenneté

 

Sans passer par les religions, là, est le véritable enjeu de société si nous ne voulons pas voir régresser nos libertés et construire une citoyenneté acceptée par tous par l'exercice de l'indispensable et fondateur esprit philosophique, que la Science vient chaque jour nouveau enrichir.  - Crab

 

(1) Ils s'empressent selon les et les autres consciemment ou inconsciemment de faire la confusion entre la recherche et les technologies...

(2) Citation, l'entre guillemets de Henri PENA-RUIZ

 

 

UBUNTU

 

UBUNTU ( terme ) ; signification de humanité....

Mais aussi ; « Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous »

 

Lu sur un site

« Dieu a beau nous avoir créé à Son Image, l'Homme s'obstine à vouloir faire vivre une autre Image que celle de Dieu ( lequel par définition est l'Invisible, c'est à dire l'Omnipotent, Omniscient, Omniprésent ), comme un reflet chercherait vainement à s'affranchir dans le miroir de l'empreinte de l'Original » Fin de l'affabulation.

 

Omnipotent

adj. omnipotent, omnipotente ( de omni- et du lat. potens, puissant )

Dont l'autorité est absolue : Un maire omnipotent dans sa commune

 

Cela me fait penser à BOKASSA juché sur une pirogue flottant non pas sur une rivière de diamants mais bien sur un cours d'eau en république Centre Afrique qui tentait chaque fois qu'un crocodile (1) baillait de faire croire à ses invités que ces reptiles aquatiques lui obéissait...

http://www.dinosoria.com/reptil_prehi/crocodile_01.jpg

http://www.dinosoria.com/reptil_prehi/crocodile_nil.jpg

 

Cependant nos poissons et moutons devraient savoir que leur croyance dans ce qu'il nomment '' dieu '' ne peut qu'avoir une durée limitée; citation: « Août 1989, la dernière locomotive suisse de type « Crocodile » rentrait définitivement au dépôt. Ainsi s'achevait une histoire qui avait commencé en 1920...» Source Helvète

 

J'ai eu l'opportunité d'écrire que le '' libre arbitre '' était une invention de théologiens. ( Que la psyché de l'être humain est composée de l'Inconscient et de la Raison.)

Cela est une des nombreuses contradictions parcourant les textes: le libre-arbitre accordé aux humains ne peut exister que si ce qu'ils nomment '' dieu '' se lie les mains, autant dire, qu'il n'est pas ( ou plus ) omnipotent (2), sorte de piège du protestantisme, du monde musulman dans lequel sombrent nos poissons et nos moutons

 

Omniscient

Adj. Qui sait tout, dont les connaissances sont universelles

 

Comment un croyant peut-il supporter ( ne serait-ce que l'idée même ) que ce qu'il nomme '' dieu '' puisse tout savoir sur lui ?

Ce que les croyants nomment dieu connaitrait tous les choix de chaque homme ; dans ce cas d'espèce l'Homme n'a pas une once de liberté. Il a l'illusion d'être libre, puisque il n'est pas omniscient

L'Homme ainsi ne serait pas libre. Une des contradiction habituelles relevées dans les idéologies (religions) monothéistes; leur ''dieu' aurait créé des automates ( puisqu'il sait tout d'eux ) et d'en expédier bon nombre malgré eux en enfer. ( Certains vont jusqu'à s'y rendent à l'insu de leur plein gré )
Leur invention '' dieu '' est un pur sadique

La soumission en est la triste réalité; '' inch Allah '' expression du refus de maitriser son destin, de reconnaître le Droit comme signifiant et signifié de la vie des citoyens libres

 

A mon avis amusé, les croyants ne se sont pas aperçus que depuis bon temps ils sont placés sous le coup de la caméra cachée

 

En fait seul est omniscient (3) celui ( narrateur, théologien, ect ) qui prétend connaître tout de l'histoire ou de la fable de ce qu'il nomme '' dieu '' [ RÀGD ]

 

Omniprésent

Adj Féminin ente

Sens Qui est partout

 

Les femmes sont partout ce qui à le don d'irriter les poissons et les moutons, houe la frousse [ RÀGD ]

 

Omniprésent est symbolique de toute les tentatives de gouvernance par la dictature blanche, rouge ou verte, soit: de type Pinochet ect.., stalinienne ou islamique

Omniprésent c'est le domaine de la censure; lois contre l'indépendance d'esprit, contre toute expression de l'Athéisme, aussi anti laïque, par l'endoctrinement des enfants dès la naissance et à l'école, livres censurés dans ces mondes de l'interdiction du rire. (4)  - Crab

 

(1) Que fait un crocodile quand il rencontre une superbe femelle ?
''- Il Lacoste ! ''.Source:anonyme.

 

(2) L'omnipotence est un potentiel d'exécution
Le contrôle absolu est l'utilisation effective de cette omnipotence

 

(3) C'est lorsque le narrateur connaît tout de l'histoire racontée. On parle aussi de « narrateur omniscient »

« Vers le milieu du mois d'octobre 1829, monsieur Simon Babylas Latournelle, un notaire, montait du Havre à Ingouville, bras dessus bras dessous avec son fils, et accompagné de sa femme, près de laquelle allait, comme un page, le premier clerc de l'Étude, un petit bossu nommé Jean Butscha. Quand ces quatre personnages, dont deux au moins faisaient ce chemin tous les soirs, arrivèrent au coude de la route qui tourne sur elle-même comme celles que les Italiens appellent des corniches, le notaire examina si personne ne pouvait l'écouter du haut d'une terrasse, en arrière ou en avant d'eux, et il prit le médium de sa voix par excès de précaution.[...] » BALZAC.

 

 

(4) « Que les gens sont absurdes ! Ils ne se servent jamais des libertés qu’ils possèdent, mais réclament celles qu’ils ne possèdent pas ; ils ont la liberté de penser, ils exigent la liberté de parole »

Kierkegaard

Comme d'autres musulmans, pour qui le latinisme virevoltant et incisif de Marie est la grande inconnue à plusieurs grands X, opèrent la contraction religion-femmes et du coup «crée» une race de femmes parmi les femmes; «la femme musulmane doit...», lit-on çà et là... Curieusement cela ne fait pas broncher le MRAP.., cherchez l'erreur...

Sans doute le mot discrimination n'a pas le même sens pour tous...

 

POLLENS


TERRITOIRE ( un ) ; sacré...


Je vous sens interrogateurs.., '' des territoires sacrés..? ''

Bien obligé de me référer à ce qui se dit sur un ton très sérieux et entendu dans bon nombre de reportages de J T et autres; l'herbe n'y est pas la même qu'ailleurs […] J'ai regardé de près, en effet, l'herbe n'est pas verte mais de la couleur symbole des sectes « rouge sang d'humain »

En règle générale ce serait nous dit-on des territoires  réclamés ou revendiqués par des idolâtres de plusieurs ( grande ) sectes monothéiste, elles assurent que c'est un don que leur à fait ce qu'ils nomment dieu


Ce qui pose problème pour l'observateur amusé que j'aime être, c'est que leur dieu ne parle pas la même langue, ce qui fait douter de la notion ou du concept même de ce que l'on désigne par « le monothéisme »...


En fait si je comprend bien, la légalité serait représentée par plusieurs dieux, sans que l'on sache lequel représente réellement le monothéisme, remplacerait celle du cadastre

Sur un des forums, il y a quelques temps déjà, ( imaginer dans le même temps, ou vous lisez, la tête de Jean François KAHN ou de Max GALLO ), qu'il serait bien de Nobeliser Ponce PILATE et JUDA pour avoir tenté d'éviter une division des hommes dans le souci d'éviter ainsi la prolifération des sectes


Tout le monde l'aura compris la légalité est un petit arrangement divin qu'à nul ne plaise...


ATHOS était un créateur de talent, en jetant une roche sur Poséidon il créa le monde actuel; eh oui faut vous y faire si EINSTEIN était encore en vie, bien mieux que moi, il vous l'expliquerait d'un air bougon


C'est à partir du IVe siècle que des moines ermites s'installent dans le monde le Mont Athos étant l'épi-centre; l'histoire, je ne m'en rappelle pas, ne dit pas si ces moines sortaient de la cuisse de Jupiter


Vous comprendrez d'autant mieux que ces monastères d'Athos étant masculins,, la montagne entière est strictement interdite aux femmes car nos moinillons ne doivent être en aucun cas distrait. ( règle de l'abaton )

Mais savez vous aussi qu'aucun animal femelle n'a droit de cité, dans ce lieu sain des plus saint, mais pas seulement les mammifères, sont aussi interdit les poissons ou les crustacés femelles


A mon humble avis, je me demande; comment font-ils pour éviter d'être en contact avec la polymérisation végétale..???

.

Peut-être faut-il demander à Benoit seize le premier pape écologique de toute l'histoire de la chrétienté ou encore la réponse pourrait bien venir de Claude ALLÈGRE, si toutefois ce dernier, sait-on jamais, n'est pas victime d'un coup de chaleur.  - Crab

 

03.06.2009

 

PÉRSÉE ( de ) et de la Méduse...

Quand le regard triomphe de l’œil

L’œil de la Méduse a le pouvoir de pétrifier quiconque le croise

Il est la négation du devenir, la négation du ça, la négation de l’inconscient

C’est un œil catégorique. '' Catégorie '' en grec signifie procéder à une accusation

 

Haut du pinacle :

 

Le libre arbitre (1) est une invention de théologien [ ais-je eu souvent l'opportunité de l'écrire (1) ] ; une spéculation ''philosophique'' aussi simpliste que ce qui en fait '' son genre '' le bien le mal

 

La médusomania

 

FREUD, explique fort bien dans '' Le moi et le ça '' ce que c'est qu'un œil catégorique : Citation « Tu es A et pas non-A ! Tu es statique et non pas dynamique, tu n’as pas plus le droit de parler qu’un cadavre, tranche la catégorie foudroyante »

 

L'UNIVOQUE

 

PLATON et ses émules, comme savait le faire la MÉDUSE, ont pétrifié les esprits par la déification de la croyance et une activité sans précédent au détriment du goût naturel des êtres humains pour la recherche, le plaisir de savoir, d'approfondir les connaissances; en un mot dénier aux hommes le droit de refuser toute idée simpliste tant de l'infiniment grand comme de l'infiniment petit

Les conséquences en sont les religions qui elles tentent de pétrifier les esprits. ( Ce que j'appelle ; le clonage des esprits dans une croyance ou une idéologie )

 

A tous les étages

 

Des méduses s'agitent dans pratiquement tous les domaines de la vie dans notre société, mais comme PERSÉE venue de l'inconscient, il y aura toujours un humaniste pour trancher la tête de ces nuisibles Gorgones

 

Un message de raison

 

Le message que nous adresse la mythologie; savoir que si la physique quantique a désubstantialisé l'univers physique, les philosophes après les ultras des lumières comme en particulier NIETZSCHE ont dépétrifié la philosophie

PERSÉE ou le langage  de l'athéisme ( l'athéologie ) avait permit et permettra toujours de découvrir un  infini à contrario de l'invention simpliste ou réductrice des inventeurs du fini ( " le monde fini " ) prétendument créé par ce que les religieux nomment dieu  - Crab

 

  1. La psyché; notre inconscient et la raison

    Dans notre inconscient est refoulé tout ce qui nous déplait

     

    Notes : « ce qui règne dans le surmoi est une pure pulsion de mort… Un surmoi surfort fait rage contre le moi avec une violence sans ménagement comme s’il s’était emparé de tout le sadisme disponible… Ce qui règne dès lors dans le surmoi est une culture pure de la pulsion de mort... si le moi ne se défend pas contre son tyran c’est la mort » FREUD

     

05.06.2009

 

PYRAME et THISBÉ


PYRAME et THISBÉ  (de) ;    la scène originaire...

 

Et de l'embrouille du code impératif

Extrait
PYRAME et THISBÉ effaçaient en beauté tous les hommes, toutes les filles de l'Orient. Ils habitaient deux maisons contiguës dans cette ville que Sémiramis entoura, dit-on, de superbes remparts

Le voisinage favorisa leur connaissance et forma leurs premiers nœuds. Leur amour s'accrut avec l'âge.

L'hymen aurait dû les unir; leurs parents s'y opposèrent, mais ils ne purent les empêcher de s'aimer secrètement. Ils n'avaient pour confidents que leurs gestes et leurs regards ; et leurs jeux plus cachés n'en étaient que plus ardents. [.../...] Fin de l'extrait.
Métamorphoses d'Ovide : Pyrame et Thisbé (IV, 55-166).
Traduit par, Emmanuelle BAUMGARTNER


L'
Histoire de PYRAME et THISBÉ, pour moi, est l'expression des dispositions ou qualités inhérentes à la nature humaine;nature faites de singuliers, où se manifeste l'attirance physique,  l'émotion irrésistible  de s'approcher et de  connaître cet autre
C'est là,  la victoire  de la volonté de puissance de la personne d'être soi-même et non pas un objet ou une marchandise propriété du clan.
(1)
Cette victoire, était à ce moment là,
un des  marqueurs, majeurs de la pensée, de l'humanisme, essentiel
fondateur de notre Culture

Le mariage arrangé ou forcé

«
L'hymen aurait dû les unir; leurs parents s'y opposèrent, mais ils ne purent les empêcher de s'aimer secrètement
»
A cette époque, non seulement le mariage était obligatoire, mais pire faisait l'objet d'un arrangement entre parents des deux familles et qui plus est était forcé; c'était ce que l'on désigne par le code impératif et qui par la suite sera celui des moralines de chacun des monothéismes

PYRAME et THISBÉ désobéissent, transgressent la loi, ignorent le code impératif ; par leur volonté à la fois d'être et d'être réuni,  ouvrent la voie à l'insoumission

Après la fin tragique de PYRAME et THISBÉ,  leurs parents ne purent  condamner leur comportement, se rendirent et contre la loi les enterrèrent cote à cote

Les moralines ou codes impératifs

Les moralines christicole et mahométane imposeront le code impératif ( le mariage arrangé ou forcé ) pendant des siècles
( Code impératif, à notre époque,  encore appliqué, en vigueur dans la majorité des populations ou pays qui se réclament de l'islam )

La pensée

La voix ouverte par OVIDE, (hormis dans les pays  musulmans), a contribué à forger la pensée
: D'abord au moyen âge, puis à la Renaissance, plus tard durant la période les lumières, puis enfin depuis un peu plus d'un siècle tant dans la littérature et dans les faits aura permis à l'humanité de l'être  de triompher de ce  reliquat  contre nature issue de l'antiquité

Le droit à Être

Il faudra pratiquement attendre le début XXe siècle, pour que le mariage ou le choix du (de la) marié ne soit plus imposé  par les  parents dans nos sociétés et que cet abandon devienne un fait essentiel de notre Culture
Un fait essentiel, car il ne faut pas s'y tromper, cela revenait à porter  un coup fatal  au patriarcat et son support la religion

Ne pas se voiler la face

Aujourd'hui, dans notre société,
l'égalité admise entre hommes et femmes, est certes, la conséquence du triomphe des amours de PYRAME et THISBÉ; cependant nous n'en avons pas totalement fini avec ( la moraline ) le code impératif du patriarcat (2) religieux, n'est pas totalement acquise
Sans vigilance, sans  le renforcement de la loi,  le mariage forcé pourrait se maintenir voire s'accroitre, comme cela s'est constaté dors et déjà dans ce que l'on appelle, dans notre pays, les quartiers

La loi

Avoir tout le temps à l'esprit que la loi qui condamne le mariage forcé  est une expression de notre culture ; elle est défenderesse de l'autonomie et de la liberté d'être de la personne
Il s'impose de  reléguer dans les poubelles de l'Histoire les moralines religieuses ( ou d'origines religieuses )
  - Crab

(1) Citation; L'énergie, la potentialité (nyoze riki), la force ou l'énergie potentielle inhérente à la vie pour réaliser quelque chose.  Source nichiren
(2) L'homme est le chef de la femme...La virginité des filles pour assurer cette suprématie des hommes...Le garçon est plus important que la fille... C'est un garçon qu'Abraham accepte de sacrifier... Etcétéra, etcétéra...


ADONIS  ( de ) ; et de la pensée...

Son vrai nom  Ali Ahmad Esber                              

Extraits
[...]
voit le jour en janvier 1930 dans un village de Syrie, près d'Ougarit. Etonnamment lettré pour un paysan, son père l'initie très jeune à la langue arabe et à la poésie. Mais l'école coranique lui "fait haïr la lecture et l'écriture". Il en sort grâce au... président de la République d'alors, Chokri Al-Kouatli, en visite dans la région. Le jeune garçon fait des pieds et des mains pour lire devant le chef de l'Etat un poème de sa composition, et il y réussit : "Vous êtes l'épée et nous sommes le fourreau..." En guise de récompense, on l'envoie à l'école laïque française de Tartous, où il troque sa robe paysanne pour un vêtement citadin. C'est là qu'il déchiffrera Les Fleurs du mal de Baudelaire, mot à mot, à l'aide d'un dictionnaire bilingue...
[...]

; « " JE SUIS NÉ EXILÉ "
Avec l'avènement de l'islam, affirme Adonis, la poésie a été réduite en un instrument au service de la religion. Ce n'est que sous les Omeyyades qu'elle a repris son souffle et sa liberté, pour atteindre son apogée au temps des Abbassides. Puis, on est revenu en arrière. "La culture arabe, affirme-t-il, est fondée sur deux choses essentielles : la religion et la poésie. Deux choses antinomiques, voire ennemies." Le public crie "Allah !" pour saluer une belle rime. "Comment un être qui ne voit et ne pense que par la religion peut-il, en même temps, s'ouvrir sur ce lieu de transgression et d'égarement qu'est la poésie ?, se demande-t-il. Quel est le secret ? Comme si ce plaisir était une vengeance inconsciente du musulman contre la religion."
Un poète, selon lui, est un immigré, indépendamment de son origine. " Je suis né exilé ", affirme Adonis, pour qui " l'exil est la véritable patrie du créateur ". Etre poète, c'est avoir une existence en perpétuel mouvement, vivre à la fois une naissance et une négation permanentes. " Le poète n'écrit pas ce qu'il connaît. L'écriture embrasse l'inconnu. Sinon elle n'est pas l'écriture."
Source: LE MONDE.  Entretiens avec Houria Abdelouahed.
http://www.lemonde.fr/livres/artic [...] _3260.html



Cet interview dans le Monde est une gifle à l'adresse de tous ceux qui essaient de faire passer pour raciste  toute personne qui comme moi portent un regard lucide sur " la culture islamique ".., et d'autre part considère que les religions sont nuisibles.., l'endoctrinement des enfants dans les moralines religieuses inacceptable..., et que la pire de toutes les religions monothéistes est celle qui englobe à la fois l'idéologie que propose le coran, la shariah conjuguée à toute la production des Hadiths  qui y sont attachés.
Suffit de se reporter à l'ensemble des analyses de ces textes que je n'ai pas manqué de produire...  - Crab


Ci-dessous la totalité de l'article parut au Monde :

" Le Regard d'Orphée ", d'Adonis : Adonis le dissident

LE MONDE DES LIVRES | 04.06.09 | 11h13  •  Mis à jour le 04.06.09 | 11h13


Poète : " Ecrivain qui compose de la poésie ", nous dit modestement Le Petit Robert. "Ecrivain qui pratique la poésie", précise Le Petit Larousse, ce qui est déjà plus ambitieux - et plus conforme à Adonis. Sachant que " pratiquer ", dans son cas, ne veut nullement dire observer des prescriptions, mais au contraire vivre, penser et créer en toute liberté.

Ce grand poète arabe s'en explique dans un livre d'entretiens passionnant avec Houria Abdelouahed, maître de conférences à l'université Paris-VII : une interlocutrice de choix, qui a le double avantage d'avoir traduit son dernier recueil, Le Livre Al Kîtab (Seuil, 2007), et d'être psychanalyste. On quitte vite le registre de l'interview pour atteindre un dialogue d'une rare qualité, sur la poésie bien sûr, mais aussi sur l'exil, la sensualité, l'islam et la misère intellectuelle dans laquelle le monde arabe semble s'enliser.

Adonis - de son vrai nom Ali Ahmad Esber - voit le jour en janvier 1930 dans un village de Syrie, près d'Ougarit. Etonnamment lettré pour un paysan, son père l'initie très jeune à la langue arabe et à la poésie. Mais l'école coranique lui "fait haïr la lecture et l'écriture". Il en sort grâce au... président de la République d'alors, Chokri Al-Kouatli, en visite dans la région. Le jeune garçon fait des pieds et des mains pour lire devant le chef de l'Etat un poème de sa composition, et il y réussit : "Vous êtes l'épée et nous sommes le fourreau..." En guise de récompense, on l'envoie à l'école laïque française de Tartous, où il troque sa robe paysanne pour un vêtement citadin. C'est là qu'il déchiffrera Les Fleurs du mal de Baudelaire, mot à mot, à l'aide d'un dictionnaire bilingue...

Licence de philosophie. Engagement politique. Onze mois effroyables dans les geôles syriennes. En 1956, jeune marié, Ali Ahmad Esber décide de quitter son pays et de s'installer au Liban, dont il prendra la nationalité. Avec un ami, il crée la revue Shi'r ("poésie"), visant, ni plus ni moins, à "fonder une autre langue poétique". Sa thèse de doctorat est consacrée à l'influence négative de la religion sur la créativité, un thème qu'il ne cessera d'approfondir par la suite. Et, pour couronner la transgression, Ali Ahmad Esber, musulman arabe, emprunte son nom de plume à un dieu païen de la mythologie grecque.

Adonis fait un premier séjour à Paris en 1960-1961, où il rencontre Henri Michaux, Jacques Prévert, Pierre Jean Jouve, Alain Bosquet... Un choc, et une seconde naissance poétique. C'est là qu'il écrit la plus grande partie de ses fameux Chants de Mihyar le Damascène (Poésie/Gallimard, 2002). Il reviendra en France un quart de siècle plus tard, cette fois pour s'y établir.

Le poème en prose s'installe avec la revue Shi'r. Adonis est l'un des premiers à briser le moule de la versification et de la métrique arabes classiques. Voulant "en finir avec la structure linéaire" de la poésie, il y introduit des dialogues et divers éléments architecturaux ou musicaux : il faut que la forme s'adapte à une pluralité de thèmes, puisés aussi bien dans les légendes de l'Arabie païenne que dans la culture islamique traditionnelle, la mythologie grecque et romaine, les grands mystiques arabes ou les poètes occidentaux modernes. On l'accuse de détruire l'héritage, mais il n'en a cure, persuadé au contraire de renouer avec une créativité perdue depuis des siècles.

Le poète, dit-il, "doit mettre de la distance entre lui et la langue commune, sinon il n'est pas poète". A lui d'inventer "une langue à l'intérieur de la langue". Mais pour qu'on puisse vraiment le comprendre, il faudrait le lire dans sa langue maternelle, disait Adonis à sa fille, Ninar Esber, dans un précédent livre d'entretiens (Conversations avec Adonis, Seuil, 2006). Cela ne l'empêche pas d'être remarquablement traduit en français, notamment par Anne Wade Minkowski, et d'avoir lui-même traduit en arabe des poètes comme Saint-John Perse ou Yves Bonnefoy. Des spécialistes lui ont sévèrement reproché de prendre des libertés avec le texte initial. "La traduction, réplique-t-il, est une autre création. Lorsque je traduis, je ne choisis pas le mot que me désigne le dictionnaire, mais celui qui s'harmonise avec la phrase arabe d'un point de vue poétique et musical." Houria Abdelouahed précise joliment pour sa part : "Quand je traduis, je me remplis la bouche avec le mot. C'est une expérience extrêmement sensuelle, jouissive, érotique, et en même temps angoissante. Il y a l'angoisse du saut et du vide. (...) Habiter les deux langues et, à un certain moment, aucune. On va de l'une à l'autre et on aime les deux. Mais par moments on flotte ou on reste suspendu."

La langue d'Adonis est à la fois très littéraire et très inventive. Un poème traduit par François Xavier, et paru dans le quotidien libanais L'Orient-Le Jourdu 12 mars 1998, commence ainsi :

"J'ai écrit mon identité
A la face du vent
Et j'ai oublié d'écrire mon nom.
Le temps ne s'arrête pas sur l'écriture
Mais il signe avec les doigts de l'eau
Les arbres de mon village sont poètes
Ils trempent leur pied
Dans les encriers du ciel"

Pour Adonis, qui a été influencé aussi bien par Nietzsche que par la philosophie soufie, la religion doit être distincte de la société, mais la poésie, elle, ne peut être séparée de la pensée : c'est comme le lien "que tisse le parfum avec la fleur". Aujourd'hui, remarque-t-il, "la poésie arabe est très loin de la pensée". Ce n'est qu'une "sorte de chant", dans le vide, parce que privé de confrontations avec la langue, la religion et les grandes questions existentielles. D'une manière générale, le débat intellectuel est interdit. "On est considéré comme mécréant dès qu'on ose poser une question. Toute interrogation devient blasphématoire." Il ne cesse pour sa part de "blasphémer", comme peu d'intellectuels arabes osent le faire...

" JE SUIS NÉ EXILÉ "

Avec l'avènement de l'islam, affirme Adonis, la poésie a été réduite en un instrument au service de la religion. Ce n'est que sous les Omeyyades qu'elle a repris son souffle et sa liberté, pour atteindre son apogée au temps des Abbassides. Puis, on est revenu en arrière. "La culture arabe, affirme-t-il, est fondée sur deux choses essentielles : la religion et la poésie. Deux choses antinomiques, voire ennemies." Le public crie "Allah !" pour saluer une belle rime. "Comment un être qui ne voit et ne pense que par la religion peut-il, en même temps, s'ouvrir sur ce lieu de transgression et d'égarement qu'est la poésie ?, se demande-t-il. Quel est le secret ? Comme si ce plaisir était une vengeance inconsciente du musulman contre la religion."

Un poète, selon lui, est un immigré, indépendamment de son origine. "Je suis né exilé", affirme Adonis, pour qui "l'exil est la véritable patrie du créateur". Etre poète, c'est avoir une existence en perpétuel mouvement, vivre à la fois une naissance et une négation permanentes. "Le poète n'écrit pas ce qu'il connaît. L'écriture embrasse l'inconnu. Sinon elle n'est pas l'écriture."

LE REGARD D'ORPHÉE d'Adonis

Entretiens avec Houria Abdelouahed. Fayard, " Témoignages pour l'Histoire ", 342 p., 22 €.

Robert Solé

14:48 Publié dans MARIAGE FORCÉ


CONSCIENCE (de la) ; à l'eschatologie...


Faussaires de l'histoire

 

C'est de faire accroire l'idée que les monothéismes, au pourtour de la méditerranée, sont les piliers de toute nos cultures.

Hors ce n'est vrai que pour des populations mise à l'écart de la pensée avec suivant les périodes dans le siècle avec plus ou moins un relâchement des autorités ou dans d'autres moments des élites.

Dans l'actualité le refus de l'indépendance d'esprit des personnes est favorisé ou combattu selon les régimes en place.( Ce que nous devons d'essentiel aux Anciens Grecs, voir en fin de texte )


L' Eschatologie :

Pour le monothéisme il y à un commencement et une fin autrement ce serait l'effondrement du discours ( de la totalité de ses contenus ) religieux et sa conséquence serait inévitablement l'effacement de la religion


L'humanité

Rien n'est inscrit à l'avance, l'humanité va où elle veut aller, et surtout là où l'on veut qu'elle aille

Ce qui est gagné d'un coté est souvent perdu de l'autre, ce qui relativise la notion de progrès. Cela ne veut pas pour autant dire que cela va plus mal dans l'ensemble

Il n'y à pas de finalité, simplement le constat d'une évolutions constante et de la complexification des sociétés


Conscience :

Elle est relative puisque d'expression irrationnelle comme par exemple (et pas par hasard) la croyance dans le monothéisme, alors que ce même monothéisme est une philosophie qui matérialiste le pouvoir

Le monothéisme n'a jamais ni rien encouragé ''de mieux'', engendré d'autre que des sociétés où les individus sont dominés et paralysés dans leur vie quotidienne par toutes sortes de frustrations


La violence

Un fait de mentor ou de conseiller, dans certains pays il se nomme ( pas moins ) guide suprême. [ RÀGD ]

Sans commentaire superflu, la violence se fait à l'encontre des idées; c'est l'interdiction de penser qui revient à interdire toute évolution, dans tout les domaines constitutif de la vie en société ou d'un pays. ( Sauf sans que ce soit la règle là ou il y a l'argent du pétrole, mais cela reste encore très relatif puisque ce sont des migrants asiatique qui viennent pour un salaire ridicule faire le travail )


Mot clé - comprendre -

C'est tenter, s'efforcer, vouloir comprendre ce qui se produit dans l'actualité, soit vérifier pour en valider ou non les effets. Définir et éventuellement voir si cela vaut la peine. ( Comme notre mode de consommation par exemple )

Ce qui implique et là je prends fermement position, c'est à dire de s'opposer à tout pouvoir qui considèrerait que les sciences doivent changer de statut pour se développer devenir techniciennes


Pour en finir avec CONDORCET ;

C'est d'en finir avec l'idée de finalité propre à l'eschatologie dans l'invention du monothéisme et associé; l'étude de l'évolution nous a appris la durée, la complexité, l'adaptation, cela vaut pour les transformations, l'expansion de la pensée

Un lycée portant le nom de CONDORCET ferait sourire les Anciens Grecs car pour eux il n'y avait ni commencement ni fin


Le voile

Une sorte de perversion consécutive à un schéma répressif, constitué, perpétué par inertie successivement par des hadiths

La volonté de ces théologien ( guides dans l'actualité ) de maintenir capturées les femmes en leur signifiant que porter le voile les mettrait en sécurité dans ce qu'ils nomment ''ici-bas'' être une bonne musulmane en attendant '' l'au-delà ''

C'est le même dédain du corps, de la sensibilité, du plaisir, certes que chez les chrétiens mais ici en milieu musulman paroxysmique plus particulièrement quand il s'agit de la femme.

Cette haine de l'esprit, des sens, contre la joie signifié par le port du voile et autres attributs parents est une fin de non recevoir la vie.  - Crab

 

AXEL KAHN ( de ) ; et des dieux...


Les dieux du monothéisme n'avaient pas les qualités requiert pour le génie génétique; ils auraient pus  avec un minimum d'intelligence par rapport à leur objectif prévoir la reproduction sans femme
La reproduction des hommes par les hommes pour les hommes, là ils auraient fait preuve de cohérence

Se rendant compte qu'ils avaient échoués dans leur entreprise ils ont tenté d'y parvenir par le clonage des esprit mais là encore ils y a que des ratés

La multiplication hors la nature des croyants en grands nombre d'exemplaires à partir du clonage d'une cellule souche c'est révélée une entreprise génératrices de sectarismes de schismes et de servitudes inconscientes désormais incontrôlables

Clonage raté car même leurs messagers s'illustrent de tous les dérapages identifiés par défaut de  formation; de fait ignorent le corps, confondent le mythe fabuleux de l'éternelle jouvence avec les imaginaires résurrection et la fuite des esprits dans l'eau-delà

La salamandre  gâté par la nature: détient toujours le plus grand des mystères son secret: son corps peut s'autorégénérer

Mais les dieux des monothéismes, ne savait rien ni ne pouvaient de toutes façons,  par leur nature même de dieux constructions anthropomorphes (inventés par quelques idéologues) appréhender ni comprendre l'éthique de la salamandre
http://www.futura-sciences.com/upl [...] f2.jpg.jpg
Crab

Précision afin d'éviter une confusion: Axel KAHN est l'auteur de ''le secret de la salamandre'' mais pas du texte ci-dessus


Le '' TESTAMENT '' ; Chapeau l’Abbé


C’est à l’Abbé Jean MESLIER que l’on doit probablement en premier la destruction de dieu et du christianisme


Les croyants disent « Vous les incroyants ou les Athées vous nier dieu et vous ne pouvez pas prouvez son inexistence »

D’emblée pour ne pas avoir à y revenir; En tant qu’incroyant ou Athée je ne nie pas dieu, je dis que dieu est une construction

Mon propos est de montrer que cette construction est la résultante de la peur de la mort et du néant

Que la morale chrétienne en est l’étage eschatologique car elle dit le contraire de ce qu’enseigne la nature

Cela vaut aussi pour les autres religions monothéistes

L’Homme n’est pas au-dessus de la nature, il est la nature et en même temps une petite partie de la nature

 

L’Abbé fut le premier à faire flèches de tout bois contre les christicoles et les déicoles

Des philosophes dont Voltaire estimait, tout en se déclarant '' athée '' qu’il n’était pas nécessaire de saper la construction de dieu érigée par les monothéistes

Pour lui un grand horloger immanquablement permettait le fonctionnement du mécanisme de la nature

Voltaire était Déiste, comme l’était avant lui Spinoza, et non pas Athée

De la même manière que les panthéistes et les agnostiques ne sont pas non plus des Athées

Mais pour Voltaire et quelques philosophes de son époque il s’agit '' d’un Athéisme de salon ''

; Donc d’un Athéisme de bon ton, mais si le peuple devenait Athée « n’y songez pas mon bon monsieur », cela le conduirait à ne pas pardonner mais à vouloir la justice et que justice soit rendue. A vouloir le Droit et non pas la loi de la jungle

La loi de la jungle régnerait si l’on prenait au sérieux cette escroquerie '' aimez-vous les uns les autres, pardonnons à tous ceux qui dérives c’est à dieu que reviendra le droit de faire le tri ''

Heureusement qu’après avoir tué dieu et mis au placard les clergés nous avons inventé les lois civiles qui sont devenues notre bien commun : Notre Etat de Droit

 

Hors l’Abbé MESLIER, homme du plaisir, en bon Hédoniste, soutenu par les villageois, le petit peuple de l’époque, contre la hiérarchie cléricale, vécu ( forcément ) en union libre. ( Il aurait eu successivement, durant sa vie deux compagnes connues de tous )

 

Ici je cite Michel ONFRAY; « Mais sauf erreur de ma part, le Testament manifeste pour la première fois dans l’histoire cette idée d’un univers débarrassé de dieu qui induit une vision cohérente du monde-immanent et matérialiste». Entre 1719 et 1729. Fin de l’extrait tiré de son livre «Les ultras des lumières »

 

L’intérêt de lire le Testament de Jean MESLER ne réside pas exclusivement dans son annonce de la mort de dieu et dansles huit preuves qu’il apporte de la vanité et de la fausseté des religions. Religion (s) que bien souvent, dans mes textes, je nomme « le mensonge monothéistes »

Sa démarche ne se résume pas à la destruction de dieu ni à démanteler, ni à la mise en pièces, du bricolage idéologique qu’est la religion

ESOPE oui ! ! ! Non à Luc et Mathieu

 

En suivant il propose une éthique du bonheur et c’est en ce sens que Jean MESLIER effectue durant dix années un travail de destruction-reconstruction, annonçant ainsi, dans notre magnifique et grand pays, la fin des tyrannies politiques et religieuses

 

Je connaissais, vous vous en doutez l’abbé Jean MESLIER, qu’il m’est souvent arrivé de paraphraser, sur ce même forum, en écrivant de temps à autre « qu’il faudrait pendre les Mollahs avec les tripes des curés...»; Mais vous trouverez l’exactitude de son propos en lisant le Testament

Son TESTAMENT

Crab

Étrépigny, l'église minuscule où officia Jean Meslier de 1689 à 1729

Citations

Né d'un père marchand, Jean Meslier devient, le 7 janvier 1689, curé d'Étrépigny dans ses Ardennes natales, et le restera jusqu'à sa mort

Choisissant pour bonnes des femmes n'ayant pas atteint l'âge canonique (40 ans), sa conduite scandalise et lui vaut réprimandes et punitions de la part des autorités ecclésiastiques. Ses démêlés avec le châtelain du lieu lui en vaudront d'autres. Indigné par les mauvais traitements que fait subir le seigneur de Touilly aux paysans de sa paroisse, cet ultra en tout les dénonce un jour en chaire de vérité. Sévèrement tancé par l'évêché, il ne fera plus parler de lui de son vivant mais sa vengeance posthume aura des répercussions considérables

Penseur isolé, nourrissant des idées qu'il ne peut échanger, sa bibliothèque se compose, à côté de la Bible, des Pères de l'Église, et des comptes rendus des conciles, d'auteurs latins comme Tite Live, Sénèque, Tacite, Flavius Josèphe ainsi que de Montaigne, Vanini, La Bruyère, La Boétie, Pascal, Malebranche et Fénelon

À partir des essais de Montaigne et de la Démonstration de l'existence de Dieu [1] de Fénelon — qu'il annote frénétiquement dans les marges — il rédige ses propres Pensées et sentiments, volumineux mémoire manuscrit recopié en trois exemplaires qu'il lègue clandestinement à ses paroissiens

Ce testament philosophique de l’Abbé Jean MESLIER fait de lui un précurseur des Lumières de tout premier plan. Il y est le premier à professer un athéisme sans concession tandis qu'il développe avant la lettre un matérialisme rigoureux et pose également en précurseur les bases d'une philosophie anarchiste, ainsi qu'une conception communiste de la société

De nouvelles copies circulèrent sous le manteau. Voltaire, d'Holbach, Frédéric II de Prusse, Jean-Jacques Rousseau,Diderot, d'Alembert et l'ensemble des encyclopédistes les liront clandestinement et subiront l'influence de Meslier. Tout en restant dans l'ombre, Voltaire fait publier en 1762 des extraits de cette œuvre qui est si corrosive qu'il en réécrit et édulcore certains passages jusqu'à les rendre méconnaissables. L'athéisme radical du curé s'y trouve travesti en undéisme prudent. D'Holbach publia, quant à lui, Le bon sens du Curé Jean Meslier suivi de son testament

Portée par la langue rugueuse de sa province, la pensée de Meslier annonce la Révolution française .../...

e siècles présentent une grande période de trouble pour la foi chrétienne. Mais les diverses critiques athées qu'avaient connues le christianisme de l'époque n'étaient encore rien face au manifeste de l’abbé Meslier qui influencera en profondeur les penseurs athées à venir. Tout commence à la mort de l'abbé, à la fin du mois de juin 1729. Meslier, à la tête de la paroisse d’Étrépigny depuis quarante ans, avait laissé à sa mort une enveloppe contenant deux documents, le premier n’étant en fin de compte qu’une introduction du second :

« Je ne crois plus devoir maintenant faire encore difficulté de dire la vérité. Je ne sais pas bien ce que vous en penserez, ni ce que vous en direz, non plus que ce que vous direz de moi, de m’avoir mis telle pensée en tête, et tel dessein dans l’esprit. Vous regarderez peut-être ce projet comme un trait de folie et de témérité en moi…»

Inévitablement, cette lettre préface dut piquer au vif l’intérêt de ceux qui découvrirent le document, et on peut facilement imaginer quelle fut la réaction des amis de Meslier apprenant par le biais de son second document que l’abbé qui avait été à la tête de leur paroisse depuis plus de quarante ans, considérait que la religion n’était qu’erreur, mensonge et imposture et invitait du même souffle ses confrères à abandonner le christianisme… Renversement inattendu, le texte de Meslier est aussi révolutionnaire pour l’époque puisque les propositions athées qui y sont présentées ne sont pas cachées sous aucun subterfuge, d’emblée l’auteur s’y déclare athée et attaque directement la religion chrétienne en évitant la précaution habituelle qui entourait les textes de l’époque qualifiés, à tort ou à raison, d’athées. Bien plus qu’une exposition de thèses athées, l’œuvre de Meslier se présente même comme une œuvre prosélytisme s’attaquant directement à la foi du croyant :

« Pesez bien les raisons qu’il y a de croire ou de ne pas croire, ce que votre religion vous enseigne, et vous oblige si absolument de croire. Je m’assure que si vous suivez bien les lumières naturelles de votre esprit, vous verrez au moins aussi bien, et aussi certainement que moi, que toutes les religions du monde ne sont que des inventions humaines, et que tout ce que votre religion vous enseigne, et vous oblige de croire, comme surnaturel et divin, n’est dans le fond qu’erreur, que mensonge, qu’illusion et imposture »

Meslier est conscient du caractère paradoxal de sa vie, pourquoi déclarer à sa mort son athéisme? Meslier avoue sa peur, mais présente tout de même le caractère véridique de sa pensée athée, selon lui, ceux qui devront le lire devront tenter de le réfuter, s’ils ne le peuvent, ils doivent se ranger de son avis, et s'ils ont peur de se ranger du côté de Meslier de leur vivant, ils devront le faire à leur mort :

«… (intervenez) en faveur de la vérité même en faveur des peuples qui gémissent comme vous le voyez tous les jours, sous le joug insupportable de la tyrannie et des vaines superstitions. Et si vous n’osez non plus que moi vous déclarer ouvertement pendant votre vie contre tant de si détestables erreurs, et tant de si pernicieux abus qui règnent si puissamment dans le monde, vous devez au moins demeurer maintenant dans le silence et vous déclarer au moins à la fin de vos jours en faveur de la vérité».

Le caractère vain de l’idolâtrie, l’attitude des prêtres, exégètes pouvant faire dire ce qu’ils veulent aux ''saintes'' Écritures, maintenant leur emprise sur le peuple grâce à l’usage de la peur et porteur d’un silence complice face à l’abus des grands, ne voilà que quelques éléments écorchés par Meslier :

«…vous adorez effectivement des faibles petites images de pâte et de farine, et vous honorez les images de bois et de plâtre, et les images d’Or et d’Argent. Vous vous amusez, Messieurs, à interpréter et à expliquer figurativement, allégoriquement et mystiquement des vaines écritures que vous appelez néanmoins saintes, et divines; vous leur donnez tel sens que vous voulez; vous leur faites dire tout ce que vous voulez par le moyen de ces beaux prétendus sens spirituels et allégoriques que vous leur forgez, et que vous affectez de leur donner, afin d’y trouver, et d’y faire trouver des prétendues vérités qui n’y sont point, et qui n’y furent jamais. Vous vous échauffez à discuter de vaines questions de grâce suffisante et efficace. Et en plus, vous vilipendez le pauvre peuple, vous le menacez de l’enfer éternel pour des peccadilles, et vous ne dites rien contre les voleries publiques, ni contre les injustices criantes de ceux qui gouvernent les peuples, qui les pillent, qui les foulent, qui les ruinent, qui les oppriment et qui sont la cause de tous les maux, et de toutes les misères qui les accablent »

L’athéisme de Meslier se veut donc à quelque part humaniste, et n’est donc pas, comme les libertins nous ont habitués, mis en place afin de contrer le joug de la morale ascétique chrétienne. Pour Meslier, le rôle des prêtres est tout de même d’enseigner: «c’est à vous d’instruire les peuples, non dans les erreurs de l’idolâtrie, ni dans la vanité des superstitions, mais dans la science de vérité, et de justice, et dans la science de toutes sortes de vertus, et de bonnes mœurs; vous êtes tous payés pour cela». Athée, matérialiste, dénonciateur de la misère sociale, Meslier avait donc mûri tout au long de sa vie une vive attaque contre les religions, le christianisme en premier plan, sans oser la divulguer de son vivant. La lettre se termine sur l’annonce de l’existence d’un manuscrit déposé au greffe de la justice de la paroisse, où Meslier a détaillé en trois manuscrits de trois cent soixante-six feuilles chacun, ses thèses. Le titre de ce manuscrit, à lui seul, présente l’ampleur de la tâche à laquelle Meslier a voulu s’attaquer :

« Mémoire des pensées et des sentiments de Jean Meslier, prêtre, curé d’Étrépigny et de Balaives, sur une partie des erreurs et des abus de la conduite et du gouvernement des hommes où l’on voit des démonstrations claires et évidentes de la vanité et de la fausseté de toutes les divinités et de toutes les religions du monde pour être adressé à ses paroissiens après sa mort, et pour leur servir de témoignage de vérité à eux, et à tous leurs semblables »

L’œuvre de Meslier se divise en huit parties, dont chacune vise à prouver la vanité et la fausseté des religions, en voici le plan :

  1. Elles ne sont que des inventions humaines

  2. La foi, croyance aveugle, est un principe d’erreurs, d’illusions et d’impostures

  3. Fausseté des «prétendues visions et révélations divines».

  4. « Vanité et fausseté des prétendues prophéties de l’Ancien Testament »

  5. Erreurs de la doctrine et de la morale de la religion chrétienne

  6. La religion chrétienne autorise les abus et la tyrannie des grands

  7. Fausseté de la « prétendue existence des dieux »

  8. Fausseté de l’idée de la spiritualité et de l’immortalité de l’âme

Tentons d’exposer de manière concise les principales thèses de cet ouvrage volumineux en commençant d’abord par la thèse qui réfute l’existence de Dieu. Le premier argument de Meslier est celui de l’absence: Comment un Dieu se voulant aimé, adoré et servi pouvait-il demeurer si '' discret '' ? Ne devrait-il pas plutôt se présenter à nous comme une évidence certaine et irréfutable ?

«S’il y avait véritablement quelque divinité ou quelque être infiniment parfait, qui voulut se faire aimer, et se faire adorer des hommes, il serait de la raison et de la justice et même du devoir de ce prétendu être infiniment parfait, de se faire manifestement, ou du moins suffisamment connaître de tous ceux et celles dont il voudrait être aimé, adoré et servi »

Devant le caractère '' discret '', l’absence de Dieu, Meslier s’interroge. Pourquoi Dieu ne nous fait-il pas connaître clairement et directement sa volonté, au lieu de laisser les Hommes se disputer à son sujet, voire s’entre-tuer pour des byzantines? Pour Meslier, de deux choses l’une, soit Dieu existe et se moque de nous en nous conservant dans l’ignorance, soit Dieu n’existe tout simplement pas. On opposera sûrement à Meslier le fait que Dieu se révèle aux Hommes à travers la beauté du monde, l’œuvre de ses serviteurs ou bien par le biais de l’enseignement de son fils Jésus-Christ. Ce à quoi Meslier répond tout simplement que ses soi-disant signes si évidents, sont loin de l’être en réalité… De plus, la tendance des théologiens de l’époque à se ramener au fidéisme afin de contrer les divers paradoxes présents dans la foi chrétienne représente une grossière erreur. Qui est donc ce Dieu, demande-t-il, qui nous forcerait à abandonner notre raison afin de croire en lui? La mise aux oubliettes de la raison afin de justifier la foi chrétienne ne laisse-t-elle pas place à toutes les impostures ?

« Nos pieux et dévotieux ''christicoles'' ne manqueront pas de dire ici tout bonnement que leur Dieu veut principalement se faire connaître, aimer, adorer et servir par les lumières ténébreuses de la foi, et par un pur motif d’amour et de charité conçue par la foi et non pas par les claires lumières de la raison humaine, afin comme ils disent d’humilier l’esprit de l’homme, et de confondre son orgueil »

D’ailleurs pourquoi un Dieu si parfait se ferait-il si distant, si éloigné ?

« La première pensée qui se présente d’abord à mon esprit, au sujet d’un tel être, que l’on dit être si bon, si beau, si sage, si grand, si excellent, si admirable, si parfait et si aimable, etc., est que s’il y avait véritablement un tel être, il paraîtrait si clairement et si visiblement à nos yeux et à notre sentiment que personne ne pourrait nullement douter de la vérité de son existence. Il y a au contraire tout sujet de croire et de dire qu’il n’est pas.»

L’antique problème du mal est repris par Meslier afin de remettre en doute l’existence de Dieu; comment mais surtout pourquoi un être parfait créerait un monde si imparfait, ou se côtoient maux, vices, maladies, violence, etc...? Les merveilles de la nature? Balivernes selon Meslier, quel monde sauvage que celui de la nature ou la survie de l’un ne se fait qu’au détriment de la vie de l’autre. Le mal serait une conséquence du péché originel dira-t-on, non ! Encore une fois Meslier réprouve les clichés habituels qui servent d’arguments aux théistes, le mal est pour Meslier un élément structurel de la nature, qui s’avère indispensable afin de contenir la multiplication des hommes et des animaux. Meslier tente aussi de soulever deux paradoxes face aux soi-disant preuves de l’existence de Dieu. D’abord, il soulève leur incapacité à prouver quoique se soit, l’argument ontologique lui-même ne semble que pure plaisanterie puisqu’il se base sur une définition de Dieu qui demeure obscure pour les Hommes. En second lieu, Meslier rejette le fidéisme dans lequel les théologiens tentent de faire plonger les Hommes :

«(Les religions) veulent que l’on croit absolument, et simplement tout ce qu’elles en disent, non seulement sans en avoir aucun doute, mais aussi sans rechercher, et même encore sans désirer d’en connaître les raisons, car ce serait, selon elles, une impudente témérité, et un crime de lèse-majesté divine que de vouloir curieusement chercher des raisons».

L’attaque des '' preuves '' de l’existence de Dieu, que fait Meslier se base sur un livre de Fénelon, Démonstration de l’existence de Dieu, dont Meslier a pris le temps d’attaquer une par une chaque proposition. L’une de ses réfutations de Fénelon lui permettra d’entrer dans son exposition proprement matérialiste du monde. Voyons-la plus en détail. Fénelon présente le fait que Dieu est un être qui est par lui-même (il est nécessaire), et qui surpasse donc tous les degrés d’être (il est parfait). Pour Meslier, ce raisonnement ne vaut rien : «l’être est par lui-même ce qu’il est, et ne saurait être plus être qu’il n’est, mais il ne s’ensuit pas de là qu’il soit infiniment parfait dans son essence». L’être nécessaire n’est donc pas obligatoirement parfait, et d’ailleurs, le seul être nécessaire est la matière. S’inspirant de Descartes, Meslier en vient lui aussi à poser l’existence de vérités éternelles, mais celles-ci ne font pas référence à un Dieu créateur, elles existent de toute éternité, tout comme le monde et la matière. Bien que Meslier ne remette pas en question le cogito, il présente le corps ainsi que la pensée elle-même comme unique fruit de la matière :

« Nous ne voyons, nous ne sentons, et nous ne connaissons certainement rien en nous qui ne soit matière. Ôtez nos yeux! Que verrons-nous? Rien. Ôtez nos oreilles! Qu’entendrons-nous? Rien. Ôtez nos mains! que toucherons-nous? Rien, si ce n’est fort improprement par les autres parties du corps. Ôtez notre tête et notre cerveau! Que penserons-nous, que connaîtrons-nous? Rien »

Pour Meslier, hors de la matière point de salut, sans elle nous ne sommes rien, et il est inutile de croire que quelque chose puisse exister hors d’elle, l’être est la matière. La matière est, nous l’avons dit, indubitablement éternelle, comment justifier la création? Il est impossible de créer quelque chose à partir de rien, comment créer le temps si cette création s’insère dans le temps? Comment créer l’espace? Où était Dieu avant de créer l’espace? Combien de temps cela lui a-t-il pris pour créer le temps? etc. Ne voilà que quelques absurdités que relève Meslier. L’âme est matérielle et mortelle, puisque si l’on convient que :

«…toutes nos pensées, toutes nos connaissances, toutes nos perceptions, tous nos désirs et toutes nos volontés sont des modifications de notre âme. Il faut aussi reconnaître qu’elle est sujette à diverses altérations, qui sont des principes de corruption, et par conséquent qu’elle n’est point incorruptible, ni immortelle »

Meslier pose l’expérience sensible comme seul critère de formation des idées justes, ce qui, nous l’imaginons bien, représente une chaude attaque contre l’idée de ''révélation''. Meslier s’en prend d’abord aux écrits bibliques. Qui peut véritablement en garantir l’authenticité? Sur quoi repose l’autorité qu’on accorde à Mathieu, Marc, Luc et Jean? Qui nous garantit que leur texte n’a pas été travesti, modifié au cours des siècles? Pourquoi les textes bibliques ne sont pas soumis à la même prudence face à leur authenticité que tout autre document écrit profane? Pourquoi les apocryphes ne furent pas conservés et vice-versa? Comment peut-on accepter les divergences entre les témoignages qu’ils nous présentent? L’Ancien Testament est aussi mis à mal, qualifié d’histoires de fous, Meslier questionne la nécessité de poser tant de carnages et de sacrifices dans ce texte supposé représenter la suprême sagesse et la suprême bonté. Le sens allégorique du texte ne semble pas être un argument qui convainc Meslier, puisque dans ce cas, il serait possible de faire dire ce que l’on veut aux textes religieux :

«… qui forgent comme ils veulent, ou qui ont forgé comme ils ont voulu, tous ces beaux prétendus sens spirituels, allégoriques et mystiques dont ils entretiennent et repaissent vainement l’ignorance des pauvres peuples. Ce n’est plus la parole de Dieu qu’ils nous proposent et qu’ils nous débitent sous ce sens-là; mais ce sont seulement leurs propres pensées, leurs propres fantaisies, et les idées creuses de leurs fausses imaginations; et ainsi, elles ne méritent pas qu’on y ait aucun égard, ni que l’on y fasse aucune attention »

D’ailleurs, quel subterfuge est donc ce recours au sens allégorique des textes! Voyant que les promesses des textes ne se réalisaient pas, Paul aurait été le premier à recourir au sens allégorique afin de préserver le mensonge chrétien :

« Nos christicoles regardent comme une ignorance, ou comme une grossièreté d’esprit, de vouloir prendre au pied de la lettre les susdites promesses et prophéties comme elles sont exprimées, et croient faire bien les subtils et les ingénieux interprètes des desseins et des volontés de leur dieu, de laisser le sens littéral et naturel des paroles, pour leur donner un sens qu’ils appellent mystique et spirituel et qu’ils nomment allégorique, anagogique et topologique »

Avec son ironie cinglante, Meslier surenchérit :

« Si on voulait de même interpréter allégoriquement et figurativement tous les discours, toutes les actions et toutes les aventures du fameux Don Quichotte de la Manche, on y trouverait si on voulait une sagesse toute surnaturelle et divine »

Les prophéties bibliques ne sont que des faussetés qui ne se sont jamais réalisées, l’exemple le plus marquant selon Meslier est l’alliance avec les juifs, peuple ayant souffert de toutes les époques :

« Puisque l’on ne voit maintenant, et que l’on n’a même jamais vu, aucune marque de cette prétendue alliance, et qu’au contraire on les voit manifestement, depuis beaucoup de siècles, exclus de la possession des terres et pays qu’ils prétendent leur avoir été promis et leur avoir été donnés de la part de Dieu pour en jouir à tout jamais »

Finalement, Meslier en vient à rappeler les règles pourtant essentielles de la critique historique et nous invite à poser cette grille d’analyse sur les textes chrétiens :

« Pour qu’il y ait quelque certitude dans les récits qu’on se fait, il faudrait savoir :

  1. . Si ceux que l’on dit être les premiers auteurs de ces sortes de récits en sont véritablement auteurs

  2. . Si ces auteurs étaient des personnes de probité et dignes de foi

  3. . Si ceux qui rapportent ces prétendus miracles ont bien examiné toutes les circonstances des faits qu’ils rapportent

  4. . Si les livres ou les histoires anciennes qui rapportent ces faits n’ont pas été falsifiés et corrompus dans la suite du temps, comme quantité d’autres livres »

Une autre attaque profonde de Meslier va contre le personnage de Jésus lui-même. Ce n’est pas que Meslier remette en question son existence historique, mais il le présente comme: « un homme de néant, qui n’avait ni talent, ni esprit, ni science, ni adresse, et qui était tout à fait méprisé dans le monde ; un fou, un insensé, un misérable fanatique et un malheureux pendard ». La glorification de la souffrance, le message paradoxal de Jésus qui dit qu’il sauvera les Hommes tout en présentant le fait que d’autres seront soumis à la condamnation éternelle, l’aveu de Jésus de venir mettre le désordre dans notre monde et la promesse en un royaume inexistant, ne voilà que quelques raisons de la condamnation de Jésus faite par Meslier. Autre élément dénoncé par Meslier est la doctrine incohérente du Christ, haine du corps, le laisser pour compte des préoccupations terrestres tels les vêtements et la nourriture, la croyance en la providence divine :

« Il ferait certainement beau de voir les hommes se fier à une telle promesse que celle-là! que deviendraient-ils ? S’ils étaient seulement un an ou deux sans travailler, sans labourer ? Sans semer ? Sans moissonner et sans faire de greniers ? Pour imiter en cela les oiseaux du ciel. Ils auraient beau ensuite à faire les dévots, et à chercher pieusement ce prétendu royaume du ciel et sa justice ! Le père céleste pourvoirait-il pour cela plus particulièrement à leurs besoins »

La promesse du royaume céleste ( qui n’est toujours pas arrivé après plus de 2000 ans ) présente aussi pour Meslier une autre preuve de la non-validité de l’enseignement de Jésus-Christ. Le passage de Jésus n’a d’ailleurs en rien amélioré notre monde, toujours selon Meslier, le monde n’a fait qu’empirer, le mal, le péché sont toujours présents, et ce même parmi les chrétiens. L’idée de décadence est aussi présente chez Meslier :

« Les hommes deviennent tous les jours de plus en plus vicieux et méchants, et il y a comme un déluge de vices et d’iniquités dans le monde. On ne voit pas même que nos christicoles puissent se glorifier d’être plus sains, plus sages et plus vertueux, ou mieux réglés dans leur police et dans leurs mœurs que les autres peuples de la Terre »

Pour Meslier, si Jésus avait véritablement été un Dieu il aurait rendu un grand service à l’humanité, il aurait rendu tous les Hommes sains de corps et d’esprit, sages et vertueux. Il aurait banni du monde tous les vices, les péchés, les injustices, etc. Finalement, autre absurdité, si Jésus avait véritablement sauvé tous les Hommes par son sacrifice, s’il avait vraiment absout tous les péchés du monde, pourquoi diable le christianisme a-t-il conservé l’usage des pénitences ? Pourquoi y a-t-il encore des damnés? Parce que Dieu ne veut pas nuire à notre liberté et ne veut pas sauver ceux qui ne veulent pas l’être ? Baliverne pour Meslier. Comment un Dieu parfait laisserait-il se précipiter aux enfers des milliers d’humains qu’il est supposé aimer ?

« On peut aussi leur dire que Dieu étant tout-puissant et infiniment sage comme ils le supposent, il pourrait, sans ôter la liberté aux hommes, conduire et diriger toujours si bien leurs cœurs et leurs esprits, leurs pensées et leurs désirs, leurs inclinaisons et leurs volontés, qu’ils ne voudraient jamais faire aucun mal, ni aucun péché, et ainsi qu’il pourrait facilement empêcher toutes sortes de vices et de péchés, sans ôter et sans blesser la liberté »

Autre absurdité, l’Homme se voit condamner par un Dieu supposément juste à payer pour un péché originel que seul deux humains ont commis, et comment un tel péché peut-il affecter avec autant de force un Dieu parfait et immuable ? Outre cela, Dieu n’a pas trouvé de moyen plus efficace pour effacer le péché originel ( qui n’est apparemment aucunement effacé puisque nous en subissons toujours les conséquences ) que d’envoyer son fils se faire tuer par les Hommes, c’est-à-dire, laisser les Hommes commettre un péché encore pire que celui de croquer le fruit défendu. Sans crucifixion, pas de rédemption, Judas et Pilate seraient donc les grands sauveurs de l’humanité? Si tout le monde avait aimé et écouté Jésus, aurions-nous perdu toute chance de rédemption ? Paradoxe final :

« C’est comme si on disait qu’un Dieu infiniment sage et infiniment bon se serait offensé contre les hommes et qu’il se serait rigoureusement irrité contre eux pour un rien ( croquer dans un fruit ) et pour une bagatelle, et qu’il se serait miséricordieusement apaisé et réconcilié avec eux par le plus grand de tous les crimes ? Par un horrible déicide qu’ils auraient commis, en crucifiant et en faisant cruellement et honteusement mourir son cher et divin fils ? »

L’acceptation du christianisme demeure pour Meslier un mystère impénétrable: comment des hommes sensés ont-ils fait pour adhérer à de pareilles idées ? Qu’elle est donc cette étrange morale qui côtoie amour du prochain et recherche de douleurs et de souffrances, « qui déclare bienheureux ceux qui pleurent et ceux souffrent, qui place la perfection dans ce qui est contraire aux besoins naturels, qui demande de ne pas résister aux méchants, mais de les laisser faire ? » Absurdité selon Meslier. Et que dire du mal ? Pourquoi Dieu l’impose-t-il aux bons et aux sages ? Éprouver leur patience, les purifier, perfectionner leur vertu, pour les rendre plus heureux dans le ciel? Re-balivernes, s’écrie Meslier. Et de quel droit parlons-nous du royaume céleste ?

« ( Les '' christicoles '' ) Y ont-ils été voir ? Pour en savoir des nouvelles? Qui leur a dit que cela était ainsi? Quelle expérience en ont-ils ? Quelle preuve en ont-ils ? Certainement aucune, si ce n’est celle qu’ils prétendent tirer de leur foi, qui n’est qu’une croyance aveugle des choses qu’ils ne voient pas, que personne n’a jamais vu et que personne ne verra jamais ? »

Confesseur pendant près de quarante ans, rappelons-le, Meslier en est venu à se demander si les gens croyaient encore véritablement aux diverses '' balivernes '' chrétiennes ou s’ils ne jouaient pas eux aussi la comédie, un peu comme lui qui n’osait pas déclarer au grand jour, de son vivant, sa pensée, par peur de toute la répression qui s’abattrait sur lui :

« Quant au commun des hommes, on voit bien aussi par leurs mœurs et par leur conduite que la plupart d’entre eux ne sont guère mieux persuadés de la vérité de leur religion ni de ce qu’elle leur enseigne que ceux dont je viens de parler, quoiqu’ils en fassent plus règlement les exercices. Et ceux qui parmi le peuple ont tant soit peu d’esprit et de bon sens, tout ignorants qu’ils soient d’ailleurs dans les sciences humaines, ne laissent pas que d’entrevoir, et de sentir même en quelque façon, la vanité et la fausseté de ce qu’on leur veut faire accroire sur ce sujet, de sorte que ce n’est que comme de force, comme malgré eux, comme contre leurs propres lumières, comme contre leur propre raison, et comme contre leurs propres sentiments qu’ils croient ou plutôt qu’ils s’efforcent de croire ce qu’on leur en dit »

Annonçant déjà Marx, Meslier reproche aussi à l’Église son soutien aux tyrannies ainsi qu’à l’exploitation du peuple. L’Église, au lieu de défendre le pauvre, bénit les divers '' parasites '' qui se sont collés au travail des pauvres afin de mieux les exploiter: soldats, ecclésiastiques, juristes, policiers, nobles, etc. Le roi ( qui devrait être assassiné selon Meslier ) domine cette tyrannie et jouit d’ailleurs grâce au clergé d’une supposée souveraineté qui lui vient de Dieu, encore un effort supplémentaire pour soumettre le peuple grâce à la référence au divin. Meslier espère que son message sera entendu, diffusé, et que les Hommes apprendront à vivre sans le mensonge chrétien et ce, peu importe les conséquences :

« Après cela, que l’on en pense, que l’on en juge, que l’on en dise et que l’on en fasse tout ce que l’on voudra dans le monde, je ne m’en embarrasse guère; que les hommes s’accommodent et qu’ils gouvernent comme ils veulent, qu’ils soient sages ou qu’ils soient fous, qu’ils soient bons ou qu’ils soient méchants, qu’ils disent ou qu’ils fassent même de moi ce qu’ils voudront après ma mort; je m’en soucie fort peu: je ne prends déjà presque plus de part à ce qui se fait dans le monde; les morts avec lesquels je suis sur le point d’aller ne s’embarrassent plus de rien, ils ne se mêlent plus de rien, et ne se soucient plus de rien. Je finirai donc ceci par le rien, aussi ne suis-je guère plus qu’un rien, et bientôt je ne serai rien »

Que faut-il retenir de l’abbé Meslier ? Disons d’abord que ses textes, quoique, on le devinera, jugés très dangereux par ceux qui les ont découverts, connaîtront une diffusion relativement large pour un texte si iconoclaste qui s’inscrivait dans une époque où la religion chrétienne conservait une mainmise assez forte sur la société et la culture européenne. Le texte fut cependant utilisé à mauvais usage, Voltaire en édita un résumé, assez populaire, qui fut cependant extrêmement dilué par ce dernier; l’athéisme matérialiste conscient et intransigeant de Meslier avait été transformé en une prudente profession de foi déiste où Meslier s’excusait à Dieu d’avoir professé des mensonges sur son compte tout au long de sa vie d’ecclésiastique. Quoi qu'il en soit, la pensée de Meslier, premier texte moderne franchement athée, libre de l’habituelle ( et confondante ) prudence littéraire qui entourait les textes dits athées de l’époque, est révélatrice de la présence d’une véritable pensée athée ( peut être discrète certes ) au dix-huitième siècle

La franchise posthume de Meslier, qui n’hésite pas à affirmer que bon nombre de ses paroissiens et, encore pire, d’ecclésiastiques ( comme ceux des autres ) ne croient plus et feignent d’avoir la foi, nous est révélatrice de la difficulté qu’avait les Hommes du XVIIIe siècle d’exprimer en toute liberté leur sentiment profond face à la notion de Dieu. La diffusion des thèses de Meslier, premier véritable texte athée systématique, clair et franc, n’aidera évidemment pas les ecclésiastiques de l’époque dans leur lutte contre l’athéisme, qu’ils prêtaient, à tort ou à travers, à tous philosophes posant un nouveau système. L’athéisme franc de Meslier ne connaîtra que fort peu d’imitateurs au cours du XVIIIe siècle, sûrement, s’il faut en croire l’exemple de Meslier en raison du cadre rigide que posaient toujours les structures politico-religieuses du siècle. Cependant, Meslier avait franchi une limite, son texte annonçait que le terrain était désormais prêt pour la mise sur pied d’un discours athée systématique et sans compromis, discours encore contenu par des structures politiques certes, mais dont l’imminente disparition ( la Révolution française, tout comme le vaste courant libéral qui secouera l’Europe est proche ) permettra l’expression d’un véritable athéisme systématique et combatif, mené de leur vivant par des intellectuels qui ne reculent pas devant la crainte de l’Église ou l’argument ontologique

Citations

  • « Je voudrais, et ce sera le dernier et le plus ardent de mes souhaits, je voudrais que le dernier des rois fût étranglé avec les boyaux du dernier prêtre.»

  • « Tous les hommes sont égaux par la nature, ils ont tous également le droit de vivre et de marcher sur la terre, et d'avoir part aux biens de la terre en travaillant utilement les uns et les autres pour avoir les choses nécessaires et utiles à la vie.»

  • « Il serait juste que les grands de la terre et que tous les nobles fussent pendus et étranglés avec les boyaux de prêtres.»

  • « Levez-vous, unissez-vous contre vos ennemis, contre ceux qui vous accablent de misère et d'ignorance. Rejetez entièrement toutes les vaines et superstitieuses pratiques des religions. N'ajoutez aucune foi aux faux mystères, moquez-vous de tout ce que les prêtres intéressés vous disent. car c'est là la cause funeste et véritable de tous vos maux...Votre salut est entre vos mains, votre délivrance ne dépend que de vous, car c'est de vous seuls que les tyrans obtiennent leur force et leur puissance »

  • « Rendez odieux partout le gouvernement tyrannique des princes et des prêtres. Secourez-vous dans une cause si juste et si nécessaire et où il s'agit de l'intérêt commun de tous les peuples...»

  • «Retenez pour vous-mêmes ces richesses et ces biens que vous faites venir à la sueur de votre corps, n'en donnez rien à tous ces superbes et inutiles fainéants, rien à tous ces moines et à ces ecclésiastiques qui vivent inutilement sur la terre, rien à ces orgueilleux tyrans qui vous méprisent...»

  • « Ci-gît un fort honnête homme, curé de village en Champagne qui, en mourant, a demandé pardon à Dieu d'avoir été chrétien et qui a prouvé par là que quatre-vingt-dix neuf moutons et un Champenois ne font pas cent bêtes », épitaphe de d'Alembert

Bibliographie

Jean Meslier, Mémoire contre la religion, Paris, Coda, 2007 (ISBN 2849670278)

  • Maurice Dommanget, Le curé Meslier, athée, communiste et révolutionnaire sous Louis XIV, Julliard, 1965

  • Georges Minois, Histoire de l’athéisme, GML (Fayard), Paris, 1998, (ISBN 2-7028-2300-9)

  • Œuvres complètes, Éd. Roland Desné, Paris, Anthropos, 1970-1972

 

Croyances ; Et l'éthique dans tout ça ?

EXISTER (0)

Je sais ce que je suis et c'est politique

Oui, c'est politique d'être soi ici comme ailleurs; c'est une position dans une société ou le débat n'est plus vraiment contradictoire mais se réduit à une sorte de spirale qui consiste à déclamer ou fabriquer de la rumeur ou de l'opinion

Opinions ou croyances sont les éléments d'une fausse symétrie (1) qui donc ignore le rapport de proportions d'un paysage dont on pourrait dire qu'il est dépossédé de toute thématique symbolique

 

Dans une société ou le Parlement est un théâtre de guignols,le présidentialisé est d'un égo sur-dimensionné; que peut bien vouloir dire le suffrage universel dans une époque d'inculture généralisée ou il est tenté de remplacer ( surtout à la télévision ), la connaissance, le goût de la recherche ou de parfaire ses savoirs, par l'étage des croyances (2)

 

Espérer

C'est le fait des croyants d'où l'envahissement dans notre espace social conjugué à l'apparition d'autocensure, '' comme au bon vieux temps soviétique '', d'un accroissement de propositions non vérifiées

Exemple

'' Des chercheurs '' auraient trouvé dans le cerveau humain '' le siège de la croyance '' ; curieusement ils n'ont pas cherché à localiser '' où pourrait siéger l'incroyance '' [ Rire ]

Question de culture, probablement...[ Rire ]

 

Exister, c'est résister

Exister de toutes forces c'est être libre; indépendant d'esprit, c'est refuser le clonage des esprits, c'est de se livrer en tout lieu aussi opportunément que possible à toutes les pratiques existentielles

 

Espérer c'est infantile

Une société meilleure, voire pacifiée sont des idées de gamins (3); espérer que la politique sera soumise à l'éthique [ rire ], ''on'' a put le constater au moment des J O en Chine

 

L'inculture

Dans notre pays cela atteint un niveau effrayant; seules les luttes des femmes sont porteuses de valeurs civilisatrices, cependant de ce combat les fragiles conquêtes entamées depuis le début des années soixante du siècle dernier, ( c'est à dire près de cent ans après « L'asservissement des femmes » de Jonh Stuart Mill publié en 1869 ), sont menacées par des idéologies d'enfermement soutenu par le silence ou quand ce n'est pas un fait de solidarité entre les principales religions monothéistes avec la complicité des politiques

 

La mondialisation

C'est le monde Lilliput fait d'indécrottables mythes (4) ou les pouvoirs politiques se maintiennent ou pour cela tentent de restaurer le principe du martyrologe. ( Le retour du vieux « boucle-là, reste à ta place, marche et crève  pour l'avenir ou le bien de tes successeurs » )

Dans le monde de Lilliput ceux d'entre-nous qui espèrent un gouvernement planétaire sont oublieux de tout un ensemble de réalités; d'où l'impossibilité de riposter

Suffit de se référer aux analystes économistes qui ont une chaire à Cdans l'air (5) David ne vainc plus, c'est désormais Goliath fort en jeux de société qui désormais règne sur Lilliput en maître incontestée et pas même contestable

 

Des nains

Seront ceux d'entre eux qui ne se prennent pas d'espérer, que dans cette impossibilité de riposter savent de protéger en se bardant d'un égoïsme salutaire, la meilleure façon de ne pas perdre de vue la notion d'exister

 

Honni soit celui qui croie

Il espère et son destin est de sublimer celui du martyr et de porter la souffrance au pinacle, bien triste spectacle, par le truchement des idéologies religieuses, est le mal absolu

 

Aimer la vie; exister c'est vivre, c'est faire pencher la balance du coté du maximum des plaisirs et cela ne signifiera jamais que la jouissance ne se conjugue pas avec conscience. Vendredi 13 Mars 2009   - Crab

 

  1. « Mais dites moi votre texte n'est pas structuré ? »

    - Mais, non bien sûr -

    « Mais pourquoi ? »

    - Parce qu'il doit faire douter -

     

  2. La symétrie n'est pas à l'identique de part et d'autre d'un axe

  3. Le moindre pelé habillé en clown présenté comme un sage

  4. Mal élevés ou mal éduqués

  5. Besancenot et ses mythes guévaristes miteux

    Sarkosy victime de sa Zoromania

    Le frelon d'Asie ( F Bayrou ) qui se pique, en leur tournant le dos, de déplacer les montagnes

    Étymologiquement traduit de l'allemand (le doux-guerrier), soit en français Ségolène qui ose l'universel en créant une moraline de stade

  6. L'équivalent d'un Titre


Suite... Le monothéiste et l’Araignée

Il était une fois

Vivait un '' homme '' dans une grotte profonde, d’un noir sombre -Noire, noire, noire, la lumière semblait lui parvenir, enfin plutôt une faible, bien faible lueur

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/51-conte-le-monoth...

 

05/06/2009

PYRAME et THISBÉ

 PYRAME et THISBÉ (de) ;    la scène originaire...

 

PYRAME ET... .jpg

 

Et de l'embrouille d'un code impératif

 

Extrait
PYRAME et THISBÉ effaçaient en beauté tous les hommes, toutes les filles de l'Orient. Ils habitaient deux maisons contiguës dans cette ville que Sémiramis entoura, dit-on, de superbes remparts

Le voisinage favorisa leur connaissance et forma leurs premiers nœuds. Leur amour s'accrut avec l'âge L'hymen aurait dû les unir; leurs parents s'y opposèrent, mais ils ne purent les empêcher de s'aimer secrètement. Ils n'avaient pour confidents que leurs gestes et leurs regards; et leurs jeux plus cachés n'en étaient que plus ardents [.../...] Fin de l'extrait
Métamorphoses d'Ovide : Pyrame et Thisbé (IV, 55-166).
Traduit par, Emmanuelle BAUMGARTNER


L'
Histoire de PYRAME et THISBÉ, pour moi, est l'expression des dispositions ou qualités inhérentes à la nature humaine;nature faites de singuliers, où se manifeste l'attirance physique, l'émotion irrésistible de s'approcher et de connaître cet autre.
C'est là, la victoire de la volonté de puissance de la personne d'être soi-même et non pas un objet ou une marchandise propriété du clan
(1)
Cette victoire, était à ce moment là,
un des marqueurs, majeurs de la pensée, de l'humanisme, essentiel fondateur de notre Culture

Le mariage arrangé ou forcé

''
L'hymen aurait dû les unir ; leurs parents s'y opposèrent, mais ils ne purent les empêcher de s'aimer secrètement ''

A cette époque, non seulement le mariage était obligatoire, mais pire faisait l'objet d'un arrangement entre parents des deux familles et qui plus est était forcé; c'était ce que l'on désigne par le code impératif et qui par la suite sera celui des moralines de chacun des monothéismes

PYRAME et THISBÉ désobéissent, transgressent la loi, ignorent le code impératif; par leur volonté à la fois d'être et d'être réuni, ouvrent la voie à l'insoumission

Après la fin tragique de PYRAME et THISBÉ, leurs parents ne purent condamner leur comportement, se rendirent et contre la loi les enterrèrent cote à cote

Les moralines ou codes impératifs

Les moralines christicole et mahométane imposeront le code impératif (le mariage arrangé ou forcé) pendant des siècles
(Code impératif, à notre époque, encore appliqué, en vigueur dans la majorité des populations ou pays qui se réclament de l'islam)

La pensée

La voix ouverte par OVIDE, (hormis dans les pays musulmans), a contribué à forger la pensée: D'abord au moyen âge, puis à la Renaissance, plus tard durant la période les lumières, puis enfin depuis un peu plus d'un siècle tant dans la littérature et dans les faits aura permis à l'humanité de l'être  de triompher de ce reliquat contre nature issue de l'antiquité

Le droit à Être

Il faudra pratiquement attendre le début XXe siècle, pour que le mariage ou le choix du (de la) marié ne soit plus imposé par les parents dans nos sociétés et que cet abandon devienne un fait essentiel de notre Culture.
Un fait essentiel, car il ne faut pas s'y tromper, cela revenait à porter un coup fatal au patriarcat et son support la religion

Ne pas se voiler la face

Aujourd'hui, dans notre société,
l'égalité admise entre hommes et femmes, est certes, la conséquence du triomphe des amours de PYRAME et THISBÉ; cependant nous n'en avons pas totalement fini avec (la moraline) le code impératif du patriarcat (2) religieux, n'est pas totalement acquise
Sans vigilance, sans  le renforcement de la loi, le mariage forcé pourrait se maintenir voire s'accroitre, comme cela s'est constaté dors et déjà dans ce que l'on appelle, dans notre pays, les quartiers

La loi

Avoir tout le temps à l'esprit que la loi qui condamne le mariage forcé est une expression de notre culture; elle est défenderesse de l'autonomie et de la liberté d'être de la personne
Il s'impose de  reléguer dans les poubelles de l'Histoire les moralines religieuses (ou d'origines religieuses)
Crab

(1) Citation; L'énergie, la potentialité (nyoze riki), la force ou l'énergie potentielle inhérente à la vie pour réaliser quelque chose. Source nichiren
(2) L'homme est le chef de la femme...La virginité des filles pour assurer cette suprématie des hommes...Le garçon est plus important que la fille... C'est un garçon qu'Abraham accepte de sacrifier... Etcétéra, etcétéra...

 

ADONIS (de); et de la pensée...
Son vrai nom  Ali Ahmad Esber


Extraits
[...]
voit le jour en janvier 1930 dans un village de Syrie, près d'Ougarit. Etonnamment lettré pour un paysan, son père l'initie très jeune à la langue arabe et à la poésie. Mais l'école coranique lui "fait haïr la lecture et l'écriture". Il en sort grâce au... président de la République d'alors, Chokri Al-Kouatli, en visite dans la région. Le jeune garçon fait des pieds et des mains pour lire devant le chef de l'Etat un poème de sa composition, et il y réussit : "Vous êtes l'épée et nous sommes le fourreau..." En guise de récompense, on l'envoie à l'école laïque française de Tartous, où il troque sa robe paysanne pour un vêtement citadin. C'est là qu'il déchiffrera Les Fleurs du mal de Baudelaire, mot à mot, à l'aide d'un dictionnaire bilingue...
[...]

; « "JE SUIS NÉ EXILÉ"
Avec l'avènement de l'islam, affirme Adonis, la poésie a été réduite en un instrument au service de la religion. Ce n'est que sous les Omeyyades qu'elle a repris son souffle et sa liberté, pour atteindre son apogée au temps des Abbassides. Puis, on est revenu en arrière. "La culture arabe, affirme-t-il, est fondée sur deux choses essentielles : la religion et la poésie. Deux choses antinomiques, voire ennemies." Le public crie "Allah !" pour saluer une belle rime. "Comment un être qui ne voit et ne pense que par la religion peut-il, en même temps, s'ouvrir sur ce lieu de transgression et d'égarement qu'est la poésie ?, se demande-t-il. Quel est le secret ? Comme si ce plaisir était une vengeance inconsciente du musulman contre la religion."
Un poète, selon lui, est un immigré, indépendamment de son origine. "Je suis né exilé", affirme Adonis, pour qui "l'exil est la véritable patrie du créateur". Etre poète, c'est avoir une existence en perpétuel mouvement, vivre à la fois une naissance et une négation permanentes. "Le poète n'écrit pas ce qu'il connaît. L'écriture embrasse l'inconnu. Sinon elle n'est pas l'écriture."
Source: LE MONDE.  Entretiens avec Houria Abdelouahed.
http://www.lemonde.fr/livres/artic [...] _3260.html


Cet interviewe publié par le Monde est une gifle à l'adresse de tous ceux qui essaient de faire passer pour raciste toute personne qui comme moi portent un regard lucide sur "la culture islamique".., et d'autre part considère que les religions sont nuisibles.., l'endoctrinement des enfants dans les moralines religieuses inacceptable..., et que la pire de toutes les religions monothéistes est celle qui englobe à la fois l'idéologie que propose le coran, la shariah conjuguée à toute la production des Hadiths qui y sont attachés
Suffit de se reporter à l'ensemble des analyses de ces textes que je n'ai pas manqué de produire...
Crab

 

L'article parut au Monde

" Le Regard d'Orphée ", d'Adonis : Adonis le dissident

 

LE MONDE DES LIVRES | 04.06.09 | 11h13 . Mis à jour le 04.06.09 | 11h13

Poète : "Ecrivain qui compose de la poésie", nous dit modestement Le Petit Robert. "Ecrivain qui pratique la poésie", précise Le Petit Larousse, ce qui est déjà plus ambitieux - et plus conforme à Adonis. Sachant que "pratiquer", dans son cas, ne veut nullement dire observer des prescriptions, mais au contraire vivre, penser et créer en toute liberté.

Ce grand poète arabe s'en explique dans un livre d'entretiens passionnant avec Houria Abdelouahed, maître de conférences à l'université Paris-VII : une interlocutrice de choix, qui a le double avantage d'avoir traduit son dernier recueil, Le Livre Al Kîtab (Seuil, 2007), et d'être psychanalyste. On quitte vite le registre de l'interview pour atteindre un dialogue d'une rare qualité, sur la poésie bien sûr, mais aussi sur l'exil, la sensualité, l'islam et la misère intellectuelle dans laquelle le monde arabe semble s'enliser.

Adonis - de son vrai nom Ali Ahmad Esber - voit le jour en janvier 1930 dans un village de Syrie, près d'Ougarit. Etonnamment lettré pour un paysan, son père l'initie très jeune à la langue arabe et à la poésie. Mais l'école coranique lui "fait haïr la lecture et l'écriture". Il en sort grâce au... président de la République d'alors, Chokri Al-Kouatli, en visite dans la région. Le jeune garçon fait des pieds et des mains pour lire devant le chef de l'Etat un poème de sa composition, et il y réussit : "Vous êtes l'épée et nous sommes le fourreau..." En guise de récompense, on l'envoie à l'école laïque française de Tartous, où il troque sa robe paysanne pour un vêtement citadin. C'est là qu'il déchiffrera Les Fleurs du mal de Baudelaire, mot à mot, à l'aide d'un dictionnaire bilingue...

Licence de philosophie. Engagement politique. Onze mois effroyables dans les geôles syriennes. En 1956, jeune marié, Ali Ahmad Esber décide de quitter son pays et de s'installer au Liban, dont il prendra la nationalité. Avec un ami, il crée la revue Shi'r ("poésie"), visant, ni plus ni moins, à "fonder une autre langue poétique". Sa thèse de doctorat est consacrée à l'influence négative de la religion sur la créativité, un thème qu'il ne cessera d'approfondir par la suite. Et, pour couronner la transgression, Ali Ahmad Esber, musulman arabe, emprunte son nom de plume à un dieu païen de la mythologie grecque.

Adonis fait un premier séjour à Paris en 1960-1961, où il rencontre Henri Michaux, Jacques Prévert, Pierre Jean Jouve, Alain Bosquet... Un choc, et une seconde naissance poétique. C'est là qu'il écrit la plus grande partie de ses fameux Chants de Mihyar le Damascène (Poésie/Gallimard, 2002). Il reviendra en France un quart de siècle plus tard, cette fois pour s'y établir.

Le poème en prose s'installe avec la revue Shi'r. Adonis est l'un des premiers à briser le moule de la versification et de la métrique arabes classiques. Voulant "en finir avec la structure linéaire" de la poésie, il y introduit des dialogues et divers éléments architecturaux ou musicaux : il faut que la forme s'adapte à une pluralité de thèmes, puisés aussi bien dans les légendes de l'Arabie païenne que dans la culture islamique traditionnelle, la mythologie grecque et romaine, les grands mystiques arabes ou les poètes occidentaux modernes. On l'accuse de détruire l'héritage, mais il n'en a cure, persuadé au contraire de renouer avec une créativité perdue depuis des siècles.

Le poète, dit-il, "doit mettre de la distance entre lui et la langue commune, sinon il n'est pas poète". A lui d'inventer "une langue à l'intérieur de la langue". Mais pour qu'on puisse vraiment le comprendre, il faudrait le lire dans sa langue maternelle, disait Adonis à sa fille, Ninar Esber, dans un précédent livre d'entretiens (Conversations avec Adonis, Seuil, 2006). Cela ne l'empêche pas d'être remarquablement traduit en français, notamment par Anne Wade Minkowski, et d'avoir lui-même traduit en arabe des poètes comme Saint-John Perse ou Yves Bonnefoy. Des spécialistes lui ont sévèrement reproché de prendre des libertés avec le texte initial. "La traduction, réplique-t-il, est une autre création. Lorsque je traduis, je ne choisis pas le mot que me désigne le dictionnaire, mais celui qui s'harmonise avec la phrase arabe d'un point de vue poétique et musical." Houria Abdelouahed précise joliment pour sa part : "Quand je traduis, je me remplis la bouche avec le mot. C'est une expérience extrêmement sensuelle, jouissive, érotique, et en même temps angoissante. Il y a l'angoisse du saut et du vide. (...) Habiter les deux langues et, à un certain moment, aucune. On va de l'une à l'autre et on aime les deux. Mais par moments on flotte ou on reste suspendu."

La langue d'Adonis est à la fois très littéraire et très inventive. Un poème traduit par François Xavier, et paru dans le quotidien libanais L'Orient-Le Jourdu 12 mars 1998, commence ainsi :

"J'ai écrit mon identité
A la face du vent
Et j'ai oublié d'écrire mon nom.
Le temps ne s'arrête pas sur l'écriture
Mais il signe avec les doigts de l'eau
Les arbres de mon village sont poètes
Ils trempent leur pied
Dans les encriers du ciel"

Pour Adonis, qui a été influencé aussi bien par Nietzsche que par la philosophie soufie, la religion doit être distincte de la société, mais la poésie, elle, ne peut être séparée de la pensée : c'est comme le lien "que tisse le parfum avec la fleur". Aujourd'hui, remarque-t-il, "la poésie arabe est très loin de la pensée". Ce n'est qu'une "sorte de chant", dans le vide, parce que privé de confrontations avec la langue, la religion et les grandes questions existentielles. D'une manière générale, le débat intellectuel est interdit. "On est considéré comme mécréant dès qu'on ose poser une question. Toute interrogation devient blasphématoire." Il ne cesse pour sa part de "blasphémer", comme peu d'intellectuels arabes osent le faire...

" JE SUIS NÉ EXILÉ "

Avec l'avènement de l'islam, affirme Adonis, la poésie a été réduite en un instrument au service de la religion. Ce n'est que sous les Omeyyades qu'elle a repris son souffle et sa liberté, pour atteindre son apogée au temps des Abbassides. Puis, on est revenu en arrière. "La culture arabe, affirme-t-il, est fondée sur deux choses essentielles : la religion et la poésie. Deux choses antinomiques, voire ennemies." Le public crie "Allah !" pour saluer une belle rime. "Comment un être qui ne voit et ne pense que par la religion peut-il, en même temps, s'ouvrir sur ce lieu de transgression et d'égarement qu'est la poésie ?, se demande-t-il. Quel est le secret ? Comme si ce plaisir était une vengeance inconsciente du musulman contre la religion."

Un poète, selon lui, est un immigré, indépendamment de son origine. "Je suis né exilé", affirme Adonis, pour qui "l'exil est la véritable patrie du créateur". Etre poète, c'est avoir une existence en perpétuel mouvement, vivre à la fois une naissance et une négation permanentes. "Le poète n'écrit pas ce qu'il connaît. L'écriture embrasse l'inconnu. Sinon elle n'est pas l'écriture."

LE REGARD D'ORPHÉE d'Adonis. Entretiens avec Houria Abdelouahed. Fayard, "Témoignages pour l'Histoire", 342 p., 22 €.

Robert Solé

03/06/2009

PERSÉE et la MÉDUSE

 

Perse et la meduse.jpg

 

PERSÉE (de) et de la Méduse...

Quand le regard triomphe de l’œil


L’œil de la Méduse a le pouvoir de pétrifier quiconque le croise.

Il est la négation du devenir, la négation du ça, la négation de l’inconscient.

C’est un œil catégorique. ''Catégorie'' en grec signifie procéder à une accusation

 

Haut du pinacle

 

Le libre arbitre (1) est une invention de théologien [ais-je eu souvent l'opportunité de l'écrire (1)] - une spéculation ''philosophique'' aussi simpliste que ce qui en fait ''son genre'' le bien le mal.

 

La médusomania

 

FREUD, explique fort bien dans ''Le moi et le ça'' ce que c'est qu'un œil catégorique: Citation «Tu es A et pas non-A! Tu es statique et non pas dynamique, tu n’as pas plus le droit de parler qu’un cadavre,tranche la catégorie foudroyante»

 

L'UNIVOQUE

 

PLATON et ses émules, comme savait le faire la MÉDUSE, ont pétrifié les esprits par la déification de la croyance et une activité sans précédent au détriment du goût naturel des êtres humains pour la recherche, le plaisir de savoir, d'approfondir les connaissances; en un mot dénier aux hommes le droit de refuser toute idée simpliste tant de l'infiniment grand comme de l'infiniment petit.

Les conséquences en sont les religions qui elles tentent de pétrifier les esprits. (Ce que j'appelle; le clonage des esprits dans une croyance ou une idéologie)

 

A tous les étages

 

Des méduses s'agitent dans pratiquement tous les domaines de la vie dans notre société, mais comme PERSÉE venue de l'inconscient, il y aura toujours un humaniste pour trancher la tête de ces nuisibles Gorgones.

 

Un message de raison

 

Le message que nous adresse la mythologie; savoir que si la physique quantique a désubstantialisé l'univers physique, les philosophes après les ultras des lumières comme en particulier NIETZSCHE ont dépétrifié la philosophie.

PERSÉE ou le langage de l'athéisme (l'athéologie) avait permit et permettra toujours de découvrir un  infini à contrario de l'invention simpliste ou réductrice des inventeurs du fini ("le monde fini" ) prétendument créé par ce que les religieux nomment dieu

Crab

 

  1. La psyché; notre inconscient et la raison.

    Dans notre inconscient est refoulé tout ce qui nous déplait.

     

    Notes

    «ce qui règne dans le surmoi est une pure pulsion de mort… Un surmoi surfort fait rage contre le moi avec une violence sans ménagement comme s’il s’était emparé de tout le sadisme disponible… Ce qui règne dès lors dans le surmoi est une culture pure de la pulsion de mort... si le moi ne se défend pas contre son tyran c’est la mort» FREUD

     

02/06/2009

ÉMILIE du CHÂTELET

 SAVOIRS (du); et des femmes

savantes lettrées...

emilieduchatelet 2.jpg


Émilie Du CHÂTELET


(1706-1749), née de BRETEUIL
Mme Du CHÂTELET fut probablement, dans le domaine du savoir, une des premières parmi les femmes à revendiquer toute sa place et le droit à l'ambition
Première grande physicienne et mathématicienne française, mais pas seulement, dans le même temps une philosophe des Lumières, auteur d'un Discours sur le bonheur
Oubliée par une société phallocrate, plus prompte à relater ce qui relève des croyances et non de la science, de mettre en valeur l'homme,
son absence dans les manuels scolaires en témoigne, sa personnalité est remise en lumière par Élisabeth BADINTER (1)


Émilie femme savante certes mais aussi adepte de tous les plaisirs, des jeux d'argent, ses amours, comédienne. Elle
prend des amants comme entres autres le mathématicien MAUPERTUIS. Elle s'initie par ailleurs aux travaux du savant anglais Isaac NEWTON, mort en 1727, et sera la première traductrice de ses œuvres.
Traductrice, pas seulement, mais aussi
la seule à l'époque capable de les commenter

A l'école

Mais il en est de même pour la plupart des figures des lumières ou ultras des lumières, connut de surcroit aussi pour leur athéisme, de parler des travaux et du mode de vie de celle qui
sut se faire respecter tant par son mari que par tous ses amants

Dérangeant , devant des collégiens, de parler des qualités essentielles d'Émilie la surdouée...
Crab


(1) Émilie, Émilie ou l'ambition féminine au XVIIIe siècle (Flammarion, 1983) Auteur:Élisabeth BADINTER

Notes

Émilie
Première femme imprimée par l'Académie des Sciences
Première et seule traductrice de Newton, elle-même auteur d'un traité de physique aussitôt traduit dans plusieurs langues
Elle finit en son temps par être considérée comme un des savants les plus célèbres de son temps
Elle s'était initiée à de nombreuses langues et à toutes les disciplines scientifiques. Elle était une cavalière chevronnée, mais faisait preuve de grands talents dans la pratique du clavecin ou au théâtre.


SAVOIR (le); et les femmes...


La culture - une affaire de femme
À l'époque médiévale, Les femmes étaient souvent très cultivées .
Le rôle certain qu'elles eurent à jouer dans la propagation de la courtoisie est à cette époque sans équivalent depuis l'antiquité

alienor-d-aquitaine.jpg

Aliénor d'Aquitaine

 

Sans conteste, Aliénor d'Aquitaine est, d'entre elles, la première

Petite-fille du troubadour Guillaume IX, elle a été élevée dans la culture littéraire du sud de la France.
Sa venue à la cour de France et, plus tard, à celle d'Angleterre va passionner, favoriser la connaissance et le développement de cette culture dans les pays du Nord
Aliénor d'Aquitaine fut le personnage central dans la renaissance médiévale du XIIe siècle


Un mécénat féminin?

Aliénor d'Aquitaine sera à la fois mécène, protectrice des arts, mais aussi elle influencera bon nombre des troubadours...
Influencé certains, comme Bernard de Ventadour ; Wace lui dédiera le Brut et la Chronique des ducs de Normandie et Benoît de Saint-Maure son célèbre Roman de Troie

D'après les spécialistes de la littérature médiévale; sont rôle est indiscutable dans la diffusion de la légende de Tristan
Selon eux ce qui est le plus frappant du mécénat d'Aliénor est son ''caractère féminin''

qu'a eu Aliénor dans la. Mais, « l'un des aspects les plus Et en effet, on peut dire qu'elle a contribué très largement à permettre à la « dame » d'être identifiée et fortement remarquée dans les sociétés en Europe (dans le même temps) comme auteurs et dans la littérature (1)

1225 - La haine cléricale de la femme

L'Université acquiert son ''indépendance juridictionnelle et intellectuelle'', au plus fort de la période de régression culturelle de la France (au moment de la construction des cathédrales)
Les conséquences; ce qui n'était qu'une ''corporation'' composée de maîtres et d'écoliers, une fois devenue indépendante du pouvoir, je dirais plutôt mise entre les mains d'obscurantistes l'Université est désormais cléricale, masculinisée
Sont désormais éloignées les femmes des filières classiques du savoir: leur exclusion de et par l'Université (2)

Aujourd'hui les femmes, est-il besoin de la rappeler, subissent encore les effets malsain de cette emprise cléricale d'une durée de plusieurs siècles par la volonté haineuse des religieux de les écarter des lieux d'enseignement des savoirs
Volonté encore très perceptible dans notre pays et encore actuellement fortement marquée dans la plupart des pays qui se réclame de l'islam (3)
Crab

(1) Est connut le nom d'environ quatre cent cinquante troubadours, parmi lesquels une bonne
vingtaine de femmes : les tobairitz

(2)Sept siècles plus tard les talibans, comme chacun le sait aiment les femmes, interdisaient l'école aux fillettes sans que cela choque qui que soit - le monde se prenait à pleurer sur la destruction des bouddhas monumentaux-

(3) Un pays ouverts aux étudiants étrangers et à d'autres cultures comme la Jordanie fait exception.
Ce n'est pas par hasard si dans ce pays, jour après jour, pas à pas tout est mis en œuvre pour améliorer la conditions des femmes et cela mener sans faillir contre l'idéologie des frères musulmans.
(ces derniers fort heureusement minoritaires)...

Christine de Pisan

  (1364-1431)

Christine_de_Pisan.jpg

Une des rares figures féminines de la littérature française du Moyen Âge. C'est aussi la première femme à avoir fait de son goût pour les lettres un métier – pratiquement déconsidérée de ce fait avec une extrême sévérité par les critiques du XIXe siècle

L'histoire de Christine de Pisan se lit comme la volonté d'une femme de faire de sa condition féminine une cause à défendre – d'en faire une [son] œuvre littéraire

La plupart de ses textes s'ont autant de coups portés contre la grossière misogynie de son temps ...

«De femelle devins masle», affirme-t-elle. Tout en s'identifiant à la fonction d_''homme de lettres'' et fière de s'adonner ainsi à l'étude, elle n'oublie cependant jamais qu'elle doit défendre, contre les injustices de la société masculine, les atteintes à la dignité de son sexe – c'est ainsi, disait-elle, comment le destin, en la faisant devenir écrivain, l'a fait changer de sexe Crab

femme,amour,science,société,misogynie

Miniature de la cité des dames -

Christine de Pisan -

Début du XVe siècle -

 

BALLADE

Seulette suis et seulette veux être,
Seulette m'a mon doux ami laissée,
Seulette suis, sans compagnon ni maître,
Seulette suis, dolente et courroucée,
Seulette suis en langueur mésaisée,
Seulette suis plus que nulle égarée,
Seulette suis sans ami demeurée.

Seulette suis à huis ou à fenêtre,
Seulette suis en un anglet muchée,
Seulette suis pour moi de pleurs repaître,
Seulette suis, dolente ou apaisée,
Seulette suis, rien n'est qui tant me siée,
Seulette suis en ma chambre enserrée,
Seulette suis sans ami demeurée.

Seulette suis partout et en tout être,
Seulette suis, où je vais où je siée,
Seulette suis plus qu'autre rien terrestre,
Seulette suis, de chacun délaissée,
Seulette suis, durement abaissée,
Seulette suis souvent toute épleurée,
Seulette suis sans ami demeurée.

Princes, or est ma douleur commencée :
Seulette suis de tout deuil menacée,
Seulette suis plus tainte que morée,
Seulette suis sans ami demeurée.

De triste coeur chanter joyeusement
Et rire en deuil c'est chose fort à faire,
De son penser montrer tout le contraire,
N'issir doux ris de dolent sentiment,

Ainsi me faut faire communément,
Et me convient, pour celer mon affaire,
De triste coeur chanter joyeusement.

Car en mon coeur porte couvertement
Le deuil qui soit qui plus me peut déplaire,
Et si me faut, pour les gens faire taire,
Rire en pleurant et très amèrement

De triste coeur chanter joyeusement.

Christine de Pisan -

femme,amour,science,société,misogynie

Suite

La maman et la mignonne

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/11/18...