Crab2ddcc

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2015

Casanova

Fragonard - Baiser à la dérobée ou baiser volé  1766.jpg

À l'heure où les politiques publiques de l'État ne cessent d'encourager la natalité, fortement soutenues par de « distingués économistes » - ces « analystes » voient d'un très bon œil ces plans et leurs conséquences sur la croissance démographique, considère que c'est une chance pour la France

Hors cette vision de la société portée par « nos grands économistes» de service au sommet du plus haut des pinacles n'est rien de plus que le reflet d'une idéologie, voire d'une théologieaux antipodes du droit des femmes et des hommes à être - à exister - ICI, il est bon de rappeler ce qu'écrivait la vraie républicaine, féministe et anti-esclavagistes Olympe de Gouges :Le mariage est le tombeau de l'amour et de la fortune

 

ÊTRE OU NE PAS ÊTRE

France 2 présentait le 20 octobre dernier '' l'homme au cent conquêtes '', symbole éternel du séducteur

Mozart l'auteur d'opéras inspirés par '' Les Lumières dont : '' l'enlèvement au sérail '' ( au nom de la liberté - donc de la tolérance ), des '' noces de Figaro '' ( l'égalité femmes-hommes contre le « droit de cuissage » ), de '' La flûte enchantée '' ( l'exaltation de la fraternité ), rencontre Casanova et ensemble ils finalisent le livret de '' Don Giovanni '', un opéra inspiré du mythe de Don Juan dont quelques épisodes et non des moindres ressemblent à celle de la vie du séducteur vénitien

Vidéo :

http://crab.painter.free.fr/videos/casanova.avi

 

Vidéo :

http://blvids.free.fr/la_ci%20darem%20_la_mano.mp4

 

En 2009, j'écrivais : Casanova et Don Juan

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/casanova-et-don-juan/

Crab - 23 Octobre 2015

 

 

 

27/12/2010

Le défi lancé à l'interdit

LES RACINES DE NOTRE CULTURE

L'Enlèvement de Psyché, par William Bouguereau

Psycheabduct 2.jpg

LES RACINES DE NOTRE CULTURE


Nous n'avons pas besoin comme le prétendent les chantres du communautarismes ou de l'anticulture de nous interroger sur notre identité car nous n'imaginons pas un seul instant l'avoir perdue

Nous savons parfaitement que notre identité c'est notre Culture, résultante de la multiplicité des choix, la langue acquise par l'intimité que nous avons avec la sagesse antique des grecs, les héritiers de la poésie, de la philosophe vitaliste, de la tragédie, de toutes les légendes de la pensée, transmises de générations en générations

.Culmine, illumine notre imaginaire l'aventure de Psyché et sa relation avec Cupidon...symbolique histoire initiée par un grec - racontée par le Romain APULÉE


En cela...


Le défi lancé à l'interdit


Avertissement

En caractère noirs le texte original


Liminaire

Comment le clan s'exonère de sa responsabilité en invoquant ou se pliant '' à la volonté '' d'une imaginaire divinité parvient momentanément à causer de la crainte, à faire culpabiliser et durant un temps encore entraver la marche de Psyché vers l'autonomie?


Extrait

[…/...]

On para la jeune fille comme pour ses funérailles et on la mena sur la colline. Psyché seule gardait tout son courage.

« C'est beaucoup plus tôt que vous auriez dû pleurer sur moi, à cause de cette beauté qui m'a valu la jalousie du ciel. Partez maintenant, et sachez que je suis heureuse d'en voir venir la fin. »

[…/...]


Seulement voilà !

N'avait-elle pas dit : « C'est beaucoup plus tôt que vous auriez dû pleurer sur moi, à cause de cette beauté qui m'a valu la jalousie du ciel.Partez maintenant, et sachez que je suis heureuse d'en voir venir la fin »

Le clan avait foi dans cette lâche idée que la beauté [ penser ] de Psyché était un crime au regard du ciel - le clan apeuré s'était donc empressé de se prosterner devant une imaginaire '' volonté divine qui leur demandait de sacrifier une de leur fille ''

Hors valider cette opinion dont la populace s'était éprise, c'était admettre une séparation arbitraire; en effet il ne peut y avoir de Psyché sans Éros [ Cupidon ] – la division étant une invention, un principe que les chrétiens et les musulmans reprendront à leur compte pour construire leurs religions et bricoler leurs propres '' valeurs culpabilisantes '' pour tenter, sans y parvenir, d'interdire l'expression de toute philosophie vitaliste

Psyché est d'un tout autre état d'esprit, elle n'est pas superstitieuse comme le clan, je pourrais dire qu'elle est différente, pragmatique, une athée, une étrangère parmi '' les siens ''

Sur la collineelle seule avait sut garder tout son courage et accepté dignement l'idée qu'il pouvait y avoir une fin, que c'était mieux pour elle et non de continuer à subir, étouffée, objet et non sujet, de demeurer captive au sein de populations superstitieuses, refusant d'admettre que l'humain [ l'homme ], variation de l'animal est au centre de la connaissance

Un monde asphyxier et oppressant plongé jours et nuits dans l'irrationnel


Comment s'exerce la pression du clan ?

Extrait

[…/...]

Le lendemain, portées par Zéphyre, les deux sœurs entrèrent dans le palais et en virent tous les trésors; attablées devant le somptueux banquet, elles entendirent la merveilleuse musique. Une amère envie s'empara d'elles ainsi que la curiosité.

[…/...]

... et bientôt les deux méchantes femmes arrivèrent, leur complot soigneusement mis au point. Elles se doutaient que leur sœur n'avait jamais vu son époux ne pouvant le décrire lorsqu'elles lui avaient demandé. Elles ne dirent rien mais lui reprochèrent de dissimuler sa désolante condition. Elles avaient appris, ajoutèrent-elles, que son mari n'était pas du tout un homme mais bien l'affreux serpent annoncé par l'oracle d'Apollon. Il se montrait doux pour l'instant, mais une nuit viendrait où il se jetterait sur elle pour la dévorer.

Psyché sentait la terreur l'envahir. Elle s'était demandé si souvent pourquoi il ne lui permettait pas de le voir. Misérable à l'excès, troublée, balbutiante, elle laissa entendre à ses sœurs que son mari ne l'avait rejointe que dans l'obscurité la plus profonde.

«Il doit bien y avoir quelque chose d'horrible en lui pour qu'il craigne ainsi la lumière du jour», dit-elle en sanglotant, et elle les pria de lui donner un conseil.

Elles lui conseillèrent de cacher un couteau bien effilé et une lampe à côté de son lit puis quand son mari serait profondément endormi d'allumer la lampe et de plonger vivement le couteau dans la forme affreuse que la lueur de la lampe lui révélerait certainement.

Fin de l'extrait

 

À propos de la réaction de Cupidon

[…./....]

Extrait

[…/...]

Quand enfin il s'endormit, elle rassembla son courage et alluma la lampe. Sur la pointe des pieds, élevant la lampe, elle regarda celui qui était étendu. Oh, de quel soulagement et de quelle extase son cœur fut rempli ! La lueur éclairait la plus belle des créatures. Envahie par la honte de sa folie et de son manque de confiance, elle tomba à genoux et s'il n'était tombé de ses mains tremblantes, elle aurait plongé le couteau dans son propre sein. Mais tandis qu'elle se penchait, incapable de se refuser la joie de contempler tant de beauté, une goutte d'huile brûlante tomba de la lampe sur l'épaule du bel endormi. Il s'éveilla en sursaut, vit la lumière et la déloyauté de Psyché; sans un mot, il s'enfuit.

[…/...]

« L'amour ne peut vivre sans confiance » , et sur ces derniers mots, il la quitta.

Fin de l'extrait


Oui - mais,

Cette réaction donne toute la mesure de ce qui pourrait paraître ambiguë...ce n'est pas en vérité '' le manque de confiance à l'autre '', Cupidon [ Éros ] n'était pas '' une chose '' extérieure à elle, il est une partie de son entendement, Psyché à ce moment de sa vie est encore sous l'emprise de la pression idéologique qu'exerce le clan, mentalement marquée par le défendu d'être elle-même, de vivre selon sa singularité : L'INTERDIT

'' Voilà la chanson gentille '', qu'Offenbach [ '' - les contes d' - '' ] fait chanter par Olympia s'éveillant à la vie, le corps libre aussi vrai, aussi nu que la vérité incontesté


ICI

Ce n'est pas sans rappeler, à notre époque, qu'en Inde hindouistes et musulmans vivent dans des quartiers aux cloisons étanches, parfaitement séparés sans le moindre contact d'une communauté à l'autre, ne formeront jamais dans cette condition un peuple susceptible de placer le rêve au centre des relations sociétales mais n'ont pour toute destination que de faire éprouver l'enfer à ceux d'entre-eux attirés l'un vers l'autre dans le cas de rencontres fortuites car quelque part se trouve toujours une porte mal refermée – plane sur leurs têtes [ saines ] la sentence du clan ... pouvant aller jusqu'au crime d'honneur...

[…./....]

Vénus avait verrouillé les portes, mais il restait les fenêtres. Rien de plus aisé pour Cupidon que de s'envoler et de se mettre à la recherche de sa femme. En un instant, il enleva le sommeil des yeux de Psyché pour le remettre dans la boîte. Puis il réveilla sa femme en la piquant légèrement de la pointe d'une de ses flèches; il la gronda un peu pour sa curiosité, il lui dit de porter à sa mère la boîte de Proserpine et enfin lui affirma que tout se passerait bien désormais.

[…/...]

Fin de l'extrait


Le sens de la fable

Montre que dans les sociétés où domine l'hydre monothéiste [ monde de la pensée unique, totalitaire ] la femme est toujours un enjeu principal pour le clan

La conscience assujettie dans un système [ souvent aggravé d'un code '' social '' infâme, impératif ], aliénée, animée d'un sentiment de culpabilité n'en est que mieux maintenue sous l'emprise du clan

Le clan ici s'identifie, se manifeste essentiellement par la présence et les manipulations entreprises à son encontre par les deux sœurs de Psyché... avec '' l'aide de la divinité '' illustre les barrières qu'oppose le clan à la liberté d'être soi, surtout quand il s'agit d'une femme

Vénus symbolise la jalousie , révélateur de l'état d'esprit, de la véritable nature du clan qui ne sait qu'interdire ce qu'il ne comprend plus ni ne peut admettre – qu'une des leurs soit différente – la beauté de Psyché [ ou la belle femme, c'est à dire la pensée ] lui est insupportable


Psyché est le symbole fort de l'entendement commun à chaque femme susceptible de mettre fin à sa captivité, de la volonté puissante, vitaliste de sortir de la cage, de conduire enfin sa vie sans se référer à l'expérience d'autres


Psyché libérée peut enfin vivre sa singularité, c'est bien là le sens véritable de cette si peu virtuelle fable L'histoire d'une femme heureuse, ravie de vivre loin du clan, sous d'autres cieux embellie par l'excellence des joiesqui lui sont offertes, s'adresse aux autres femmes, femmes refusant de plier sous le joug clanique pour ne pas devenir une caricature de femme

Poétique aventure de l'esprit, de la vie de la conscience;nous démocrates, nous sommes tous redevables, en nous noustrouverons , par ce lien spirituel qui nous unis,toujours l'énergieessentielle pour combattre les idéologies de l'anticulture [ l'hydre monothéiste ] et sa culminante prônant l'interdiction de l'apostasie pour la plus sectaire de toutes

Parce que nous savonsqu'une femme est autre qu'une momie affublée de son linceul mortifère tout juste bonne pour la reproduction et la croissance démographique du clan et de rappelerpar notre enjouement, aussi par malignité autant que par magnanimité l'heure des barcarolles, bouillonnant de chants qu'octroiele sens de la fête , l'amour, la mort, l'art,interprétés avec authenticitépour qu'a la fin il reste l'Art


...mondes de l'anticulture...je le crains ils n'y pensent pas...


En 2011, il sera indispensable, vital de reprendre, d'actualiser la critique radicale de tous les sectarismes colportés depuis l' Orient [ religions ] par l'hydre monothéiste comme autant de rumeurs, en se référent exclusivement aux textes, dont les contenus d'autres époques sont autant d'expressions phallocrates, misogynes, xénophobes, racistes appelant à la haine, à la destruction de l'autre le différent voire à l'égorger – textes '' bien humains, trop humains '' pour cesser d'en parler comme de révélations


Seule La lecture des textes permet l'examen et par conséquent à l'esprit critiquede démontrer ce qu'il en est deces idéologies dont l'impact est de délier et non de relier les gens....de mettre en échec à contrarioles charlatans qui profitent que les ou leurs '' adeptes '' n'ont pas lus ou trouver le temps de lire, ni dans leurs milieux formés à l'esprit de critique pour leur faire accroire cette idée que leur religion est une religion de paix et d'amour...et que l'on ne peut pas, comble de la superstition, vivre sans religion

Lire soi-même...et comprendre...ils n'ont pas vus dans l'homme, que le corps estprincipe de vie et de pensée – Parler dela Psyché, c'est dire le corps

Crab –27 décembre 2010 -


Suite sur : Roméo-Juliette-Inde

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/romeo-juliette-inde/


Ci-dessous - La totalité du texte :

 

Cupidon et Psyché

Il y avait une fois un roi, père de trois filles ravissantes. La plus jeune, Psyché, surpassait tellement ses sœurs en éclat, qu'auprès d'elles, elle paraissait être une déesse frayant avec de simples mortelles. La renommée de sa beauté s'étendit sur toute la terre et de tous côtés les hommes se mettaient en route pour venir la contempler avec émerveillement et adoration. Ils allaient jusqu'à dire que Vénus ne pouvait rivaliser avec cette mortelle. Et tandis qu' ils se pressaient autour d'elle, plus aucun d'eux n'accordait une pensée à Vénus. Les temples de la déesse étaient négligés, ses autels recouverts de cendres froides; désertées, ses villes consacrées tombaient en ruines. Tous les honneurs allaient maintenant à une simple jeune fille destinée à mourir un jour.


La déesse ne pouvait accepter pareille façon d'agir. Comme à chaque fois qu'elle se trouvait dans l'embarras, elle requit l'aide de son fils, que d'aucuns appellent Cupidon et d'autres l'Amour, et contre les flèches duquel il n'existe aucune défense, pas plus au ciel que sur la terre. Elle lui dit ses griefs et comme toujours, elle le trouva prêt à obéir à ses ordres.

«Use de ton pouvoir», lui dit-elle,«et fais en sorte que cette petite effrontée s'éprenne follement de la plus vile, de la plus méprisable créature qui soit au monde».


Il l'aurait fait, si Vénus ne lui avait d'abord montré Psyché. Lorsqu'il la vit, ce fut comme si lui-même s'était percé le cœur d'une de ses propres flèches. Il ne dit rien à sa mère; il n'avait plus la force de proférer un mot, et Vénus le quitta persuadée qu'il mènerait rapidement Psyché à sa perte.


Les choses se passèrent bien autrement qu'elle n'y comptait. Psyché ne s'éprit nullement d'un scélérat; en fait, elle ne s'éprit de personne et chose plus étrange encore, personne ne s'éprit d'elle. Les hommes se contentaient de la contempler, de l'admirer, de l'adorer, puis passaient et en épousaient une autre. Ses deux sœurs, bien qu'infiniment moins séduisantes, avaient chacune d'elles trouvé un roi pour mari. Psyché, la toute belle, restait triste et solitaire, toujours admirée, jamais aimée. Aucun homme, semblait-il, ne la voulait pour épouse.


Ceci était une grande cause de souci pour ses parents. Son père se rendit auprès d'un oracle d'Apollon, pour demander le moyen de trouver un bon mari pour Psyché. Le dieu consentit à répondre, mais ses paroles furent terribles. Entretemps, Cupidon lui aussi était venu implorer son aide. En conséquence, Apollon décréta que Psyché, vêtue d'habits de deuil, devait être menée sur le sommet d'une colline et y rester seule; là, le mari qui lui était destiné, un serpent ailé, terrifiant, et plus fort que les dieux viendrait à elle et l'épouserait.

Le père désespéré rapporta ces nouvelles lamentables. On para la jeune fille comme pour ses funérailles et on la mena sur la colline. Psyché seule gardait tout son courage.

« C'est beaucoup plus tôt que vous auriez dû pleurer sur moi, à cause de cette beauté qui m'a valu la jalousie du ciel. Partez maintenant, et sachez que je suis heureuse d'en voir venir la fin »


Sur la colline, dans l'obscurité, Psyché restait assise, attendant elle ne savait quelle épouvante. Tandis qu'elle pleurait et tremblait, un léger souffle parvint jusqu'à elle, la douce haleine de Zéphyre, le plus doux des vents. Elle sentit qu'il la soulevait. Elle glissa dans l'air, depuis la colline rocheuse jusqu'à une grande prairie moelleuse comme un lit, odorante de fleurs. Il y faisait si paisible qu'elle en oublia tous ses soucis et s'endormit.

Elle se réveilla près d'une rivière scintillante, au bord de laquelle s'élevait un château imposant et magnifique , avec des colonnes en or, des murs en argent et des dallages incrustés de pierres précieuses. On n'entendait aucun son; l'endroit semblait désert et Psyché s'approcha, intimidée par la vue d'une telle splendeur. Comme elle hésitait sur le seuil, son oreille perçut des sons; elle ne voyait personne mais les mots lui parvenaient clairement.


«La maison est à toi» , disaient-ils. «Entre sans crainte, baigne-toi, rafraîchis-toi; ensuite on dressera pour toi la table du banquet»


Jamais elle n'avait pris de bain si délicieux, ni goûté à des mets plus délectables. Tandis qu'elle dînait, une douce musique se répandait autour d'elle -- une harpe accompagnant un chœur nombreux, semblait-il; elle ne fait que les entendre, sans les voir. Toute la journée elle resta seule; mais sans pouvoir se l'expliquer, elle était certaine qu'à la tombée de la nuit, son mari viendrait. Et il en fut ainsi.

Quand elle le sentit près d'elle et qu'elle entendit sa voix murmurer doucement à son oreille, toutes ses craintes l'abandonnèrent. Sans le voir, elle savait qu'il n'était ni un monstre ni une forme d'épouvante, mais bien l'amant et l'époux qu'elle avait si longuement désiré et attendu.


Cette demi-présence ne pouvait pleinement la satisfaire; cependant, elle était heureuse et le temps passait vite. Mais une nuit, son cher bien qu'invisible époux lui parla gravement et l'avertit qu'un danger la menaçait -- sous la forme de ses deux sœurs.


«Elles se rendent sur la colline où tu as disparu,afin d'y pleurer sur toi », lui dit-il. «Mais à aucun prix il ne faut qu'elles t'aperçoivent. Sinon, tu deviendrais pour moi la cause d'une grande peine et pour toi, celle de ta propre destruction».


Elle promit de ne pas se laisser voir, mais passa toute la journée à pleurer en pensant à ses sœurs et à la défense qui lui était faite. Elle pleurait encore lorsque son mari revint et même les caresses qu'il lui prodigua ne purent tarir ses larmes. Avec chagrin, il céda en lui faisant promettre de faire attention.


Le lendemain, portées par Zéphyre, les deux sœurs entrèrent dans le palais et en virent tous les trésors; attablées devant le somptueux banquet, elles entendirent la merveilleuse musique. Une amère envie s'empara d'elles ainsi que la curiosité. Elles voulaient connaître l'époux, le seigneur de toute cette magnificence.

Mais Psyché tint parole et se contenta de répondre que son mari était un homme jeune et qu'il était parti à la chasse. Puis après avoir rempli leurs mains d'or et de joyaux, elle pria Zéphyre de les ramener sur la colline. Les deux sœurs quittèrent Psyché le cœur dévoré par la jalousie. Comparées à elle, toutes leurs richesses semblaient réduites à néant et leur colère envieuse grandit tellement qu'elles en vinrent à comploter la perte de leur sœur.


Cette nuit-là, l'époux la mit une fois de plus en garde. Mais elle ne voulait rien écouter, lui rappelant qu'elle ne pouvait jamais le voir et qu'on ne pouvait lui interdire de voir même ses sœurs qui lui étaient si chères. Il céda de nouveau et bientôt les deux méchantes femmes arrivèrent, leur complot soigneusement mis au point.

Elles se doutaient que leur sœur n'avait jamais vu son époux ne pouvant le décrire lorsqu'elles lui avaient demandé. Elles ne dirent rien mais lui reprochèrent de dissimuler sa désolante condition.

Elles avaient appris, ajoutèrent-elles, que son mari n'était pas du tout un homme mais bien l'affreux serpent annoncé par l'oracle d'Apollon. Il se montrait doux pour l'instant, mais une nuit viendrait où il se jetterait sur elle pour la dévorer.


Psyché sentait la terreur l'envahir. Elle s'était demandé si souvent pourquoi il ne lui permettait pas de le voir. Misérable à l'excès, troublée, balbutiante, elle laissa entendre à ses sœurs que son mari ne l'avait rejointe que dans l'obscurité la plus profonde.


«Il doit bien y avoir quelque chose d'horrible en lui pour qu'il craigne ainsi la lumière du jour», dit-elle en sanglotant, et elle les pria de lui donner un conseil.


Elles lui conseillèrent de cacher un couteau bien effilé et une lampe à côté de son lit puis quand son mari serait profondément endormi d'allumer la lampe et de plonger vivement le couteau dans la forme affreuse que la lueur de la lampe lui révélerait certainement.


Toute la journée Psyché qui aimait son cher époux, fut rongée par le doute. Le soir venu, elle était bien décidée à une chose : elle le verrait.

Quand enfin il s'endormit, elle rassembla son courage et alluma la lampe. Sur la pointe des pieds, élevant la lampe, elle regarda celui qui était étendu. Oh, de quel soulagement et de quelle extase son cœur fut rempli !

La lueur éclairait la plus belle des créatures. Envahie par la honte de sa folie et de son manque de confiance, elle tomba à genoux et s'il n'était tombé de ses mains tremblantes, elle aurait plongé le couteau dans son propre sein.

Mais tandis qu'elle se penchait, incapable de se refuser la joie de contempler tant de beauté, une goutte d'huile brûlante tomba de la lampe sur l'épaule du bel endormi. Il s'éveilla en sursaut, vit la lumière et la déloyauté de Psyché; sans un mot, il s'enfuit.


Elle courut derrière lui dans la nuit. Elle entendait sa voix qui lui parlait. Il lui apprit son nom et tristement lui dit adieu.


«L'amour ne peut vivre sans confiance» , et sur ces derniers mots, il la quitta.


« Le dieu de l'Amour » , pensa-t-elle. «Il était mon époux, et moi, misérable, j'ai manqué de foi en sa parole. Est-il parti à jamais ? De toute façon...» se dit-elle encore, « je peux passer le reste de ma vie à sa recherche. S'il n'éprouve plus aucun amour pour moi, je saurai, moi, lui montrer combien je l'aime » . Et elle se mit en route sachant qu'elle ne renoncerait jamais à le retrouver.


Il était allé rejoindre sa mère pour lui demander de panser sa blessure. Quand Vénus entendit son histoire et apprit qu'il avait choisi Psyché, elle le quitta avec colère et partit en quête de cette jeune fille dont il l'avait rendue plus jalouse encore. Elle était décidée à montrer à Psyché ce qu'il en coûte de s'attirer le courroux d'une déesse.


La pauvre Psyché tentait en vain de se concilier les dieux, mais aucun d'eux ne voulut faire quoi que ce soit qui pût attirer l'inimitié de Vénus. Elle comprit qu'il n'y avait aucun espoir de ce côté et elle prit la décision de s'adresser à Vénus elle-même en lui offrant de la servir. Elle se mit donc en route pour retrouver la déesse qui elle-même la cherchait partout.


Quand enfin elles se rencontrèrent, Vénus se mit à rire et lui demanda avec mépris si elle cherchait un mari, celui qu'elle avait eu refusant de la voir depuis qu'il avait failli mourir de la brûlure qu'elle lui avait infligée.


« Mais en vérité » , dit la déesse, «tu es si laide et tu paies si peu de mine que jamais tu ne trouveras un amoureux, si ce n'est en te rendant utile avec diligence et peine. Pour te montrer ma bonne volonté, je vais donc t'enseigner comment t'y prendre.»


Elle prit une quantité des graines les plus petites -- de blé, de coquelicot, de millet, et d'autres encore -- et les mélangeant toutes ensemble, elle en fit un grand tas.


«Dans ton propre intérêt, veille à ce que tout ceci soit trié pour ce soir» , dit-elle. Et sur ces mots, elle s'en alla.


Psyché s'assit et contempla le tas de graines. Désorientée devant tant de cruauté de cet ordre et un tâche aussi manifestement impossible. Mais celle qui n'avait su éveiller la compassion ni chez les mortels, ni chez les immortels, fut prise en pitié par les plus petites créatures, par les fourmis, ces ouvrières infatigables.

Elles vinrent par vagues successives et travaillèrent avec acharnement, séparant, triant, amoncelant; ce qui n'avait été qu'une masse confuse devint une série de monticules bien ordonnés, chacun composé d'une seule variété de semence. À cette vue, Vénus à son retour se mit fort en colère.


«Ton travail n'en est pas pour autant terminé» dit-elle.


Le matin suivant, elle trouva une nouvelle tâche plus dangereuse cette fois.


«En bas, près de la rivière, là où poussent ces épais buissons, se trouvent des moutons dont la toison est d'or,» lui dit-elle. «Va me chercher un peu de leur laine brillante.»


Quand la jeune fille atteignit le gracieux cours d'eau, un grand désir lui vient de s'y jeter et d'amener ainsi la fin des ses peines et de son désespoir. Comme elle se penchait une petite voix s'élevait du sol, et baissant les yeux elle comprit que la voix provenait d'un roseau. Il lui disait qu'elle ne devait pas se noyer, que les choses ne présentaient pas mal à ce point.

Les moutons étaient, certes, très violents et méchants, cependant le soir venu, ils sortaient des broussailles pour se reposer et s'abreuver au bord de la rivière. Il ne lui resterait plus qu'à entrer dans les fourrés et à y récolter toute la laine dorée accrochée aux ronces.


Psyché ayant suivi les conseils du gentil roseau fut à même de rapporter une grande quantité de fils d'or à sa cruelle maîtresse. Vénus s'en saisit avec un sourire plein de fiel.


«Quelqu'un t'a aidée» , dit-elle d'un ton brusque. «Seule tu n'aurais pu venir à bout. Je vais te donner une nouvelle occasion de prouver que tu as le cœur aussi résolu que tu le prétends. Vois-tu cette eau noire qui descend de cette colline ? C'est la source du fleuve terrible et haï, le Styx. Tu y rempliras le flacon que voici. »


C'était la plus dure des tâches imposées jusqu'ici; Les rochers qui l'entouraient de tous côtés étaient si escarpés et si glissants, l'eau s'y précipitait d'une façon si terrifiante, que seule une créature ailée eût pu s'en approcher. Son sauveur, cette fois, fut un aigle qui planait non loin de là. Avec son bec, il lui prit le flacon des mains, le remplit d'eau noire et le lui rapporta.


Mais Vénus s'entêtait. Tout ce qui se passait avait pour seul effet de l'inciter à de nouvelles tentatives. Elle donna une boîte à Psyché avec pour consigne de la porter dans le monde souterrain et de prier Proserpine d'y mettre un peu de sa beauté. Obéissante comme toujours, Psyché s'en fut à la recherche du chemin conduisant au Hadès.

Comme elle passait devant une tour, celle-ci s'offrit à la guider; elle lui donna un itinéraire détaillé qui la mènerait au palais de Proserpine : il fallait passer d'abord par un grand trou dans la terre, puis par la rivière de la mort où elle donnerait une obole au nocher Charon afin qu'il la déposât sur l'autre rive.

De là, la route descendait droit au palais. Cerbère, le chien aux trois têtes, gardait la porte, mais si elle lui offrait un gâteau, il s'apprivoiserait et la laisserait entrer.

Tout se passa bien entendu comme la tour l'avait annoncé. Proserpine ne demandait pas mieux que de rendre service à Vénus; Psyché reprit la boîte et s'en revint avec bien plus de célérité qu'elle était venue.


Par sa curiosité, elle provoqua elle-même l'épreuve suivante. Elle voulait voir le charme de beauté que contenait la boîte et peut-être en user un peu pour elle-même. Aussi bien que Vénus, elle savait que son apparence souffrait de tout ce qu'elle endurait.

Si seulement elle pouvait se rendre plus belle pour Cupidon. Elle ouvrit la boîte. À son grand désappointement, elle n'y trouva rien; la boîte paraissait vide. Cependant, une langueur mortelle la prit aussitôt et elle tomba dans un profond sommeil.


À ce moment critique, le dieu de l'Amour intervint. Il est difficile d'emprisonner l'Amour. Vénus avait verrouillé les portes, mais il restait les fenêtres. Rien de plus aisé pour Cupidon que de s'envoler et de se mettre à la recherche de sa femme.

En un instant, il enleva le sommeil des yeux de Psyché pour le remettre dans la boîte. Puis il réveilla sa femme en la piquant légèrement de la pointe d'une de ses flèches; il la gronda un peu pour sa curiosité, il lui dit de porter à sa mère la boîte de Proserpine et enfin lui affirma que tout se passerait bien désormais.


Tandis que l'heureuse Psyché s'empressait d'obéir, le dieu de l'Amour s'envolait vers l'Olympe. Il voulait s'assurer que Vénus ne leur causerait plus de difficultés, et il porta l'affaire devant Jupiter lui-même. Le Père des dieux et des hommes consentit aussitôt à tout ce que Cupidon lui demandait —


« Bien que» lui dit-il, «tu m'aies fait grand tort dans le passé — tu as sérieusement endommagé ma réputation et ma dignité en m'obligeant à me changer en taureau, en cygne et j'en passe...Néanmoins, je ne peux rien te refuser. »


Il convoqua les dieux en assemblée plénière; il leur annonça (à Vénus comme aux autres) que Cupidon et Psyché étaient officiellement mariés et il proposa d'accorder l'immortalité à l'épousée.

Mercure enleva Psyché au ciel et la déposa dans le palais des dieux; Jupiter lui-même la fit goûter à l'ambroisie qui la rendit immortelle. Vénus ne pouvait trouver à redire à ce qu'une déesse devînt sa belle-fille.

Elle se dit aussi que Psyché, vivant au ciel avec un mari et des enfants dont il lui faudrait s'occuper, n'aurait plus guère le temps de descendre sur la terre pour y tourner la tête aux hommes et s'immiscer dans son propre culte.


Tout se termina donc le plus heureusement du monde. L'amour et l'Âme, (car c'est là ce que signifie Psyché en grec) s'étaient cherchés et après de dures épreuves s'étaient enfin trouvés. Et cette union ne devait jamais plus se briser.

L'hydre de Lerne.jpg

L'hydre de Lerne

Suite sur:Roméo-Juliette-Inde

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/romeo-juliette-inde/

 


 

18/11/2010

La maman et la mignonne

Mamans et fières d'être catholique

''...et tant pis si le défunt Georges Frèche n'est pas d'accord...''

van_gogh_terrasse_cafe_l.jpg

Van Gogh

 

Historiette à lire en cachette des enfants

C'est un court moment de l'histoire de quatre mamans très, très, très catholiques : de Captieux, d' Artifice, de Sucré et d'Éros, que rien que pour vous, nous allons bien heureux lecteur et lectrice vous conter

 

CE

 

Conte

pour futures mamans

d'enfants à nourrir au Saint

 

Quatre ! Est-ce bien sûr ?

Aujourd'hui, le ciel est accueillant, après plus de vingt cinq années sans se voir, nos quatre héroïques mamans se sont données rendez-vous au petit bar '' Le pèlerin malgré Lui '', lieu limite de perdition où étudiantes en théologie elles aimaient autrefois se ressourcer et se retrouver entre elles

Au sein de l'école l'une d'elles avait la réputation de faire preuve d'un certain scepticisme, mais à l'abri du péristyle la plupart parlaient d'elle comme d'un vilain petit canard

Le petit bar a gardé '' son même décor d'autrefois '', c'est que Judas le patron y veille, malgré un âge avancé il maintient que lui seul connait la vérité sur Jésus, il tient toujours la caisse - nos quatre mamans se sont attablées autour de l'unique table ronde de la terrasse non fumeur

Captieux enjouée et pressée de dire, s'adresse à ses amies: « Savez-vous, mon fils est prêtre et il peut se présenter n'importe où et tout le monde lui dit : Mon Révérend »

Artifice rayonne : « Eh bien, mon fils est évêque et tout le monde lui adresse la parole par : Son Excellence »

Sucré quelque peu enflammée : « Bien que je ne veuille en aucun lieu vous offenser et diminuer leur mérite mais mon fils est Cardinal et quand il entre tout le monde s'adresse à lui par : Son Éminence »

Éros paraît songeuse... sirote son verre '' d'Eau de Paradis ''... ne dit mot

 

Cependant, Éros [ qui vient tout juste de fêter son sixième mariage ] devine tourné vers elle, le regard quelque peu inquisiteur des ses meilleures amies

 

Alors dans le bleu profond de ses yeux s'allument de petites lumières, son visage s'anime  d'un léger sourire...

Sans plus attendre, susurre non sans délectation: « Mon fils est un être sans pareil, surnaturel, d'une beauté sans égale à faire pâlir d'envie Narcisse, il est strip-teaseur, toutes les femmes sont folles de lui, même les hommes, quand il entre en scène dans la salle toutes et tous s'écrient : Oh ! Mon dieu ! »

Crab

 

Notes

'' l'Eau de Paradis ''

Le témoignage le plus ancien qui pourrait concerner la consommation par l'homme de l'alcool, date de la guerre de Troie : c'est '' l'Eau de Paradis '' que Médée offre au père de Jason pour renouveler ses forces. Et l'on sait que les premiers alambics en cuivre étaient Égyptiens pour faire de '' al-khol '' ( fard ) et pour fabriquer des parfums féminins et une nouvelle poudre à paupières à base d'antimoine et de khol ( nom donné au produit issu de l'alambic )

mamans cathos.jpg

Photo modifiée par Crab

 

Mignonne, allons voir si la rose...,

Pierre de Ronsard,

in Odes, 1550


Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au soleil,
A point perdu cette vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vôtre pareil.
Las! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place,
Las, las ses beautés laissé choir!
O vraiment marâtre Nature,
Puisqu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir
Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse:
Comme à cette fleur, la vieillesse
Fera ternir votre beauté.

 

Commentaire

N'écoutez pas ni ne suivez les rabat-joie, car tous les codes sont des infamies, faites comme vous le dit si bien Ronsard ; faites au présent tout ce que vous avez envie de faire !  - Crab

 

Extrait des

'''Larmes d'Éros'' de Georges Bataille



SUPPLICE CHINOIS

Le monde lié à l'image ouverte du supplicié photographié, dans le temps du supplice, à plusieurs reprises, à Pékin, est, à ma connaissance, le plus angoissant de ceux qui nous sont accessibles par des images que fixa la lumière. Le supplice figuré est celui des Cent Morceaux, réservé aux crimes les plus lourds. Un de ces clichés fut reproduit, en 1923 dans le Traité de psychologie de Georges Dumas. Mais l'auteur bien à tort, l'attribue à une date antérieure et en parle pour donner l'exemple de l'horripilation: les cheveux dressés sur la tête! Je me suis faire dire que pour prolonger le supplice, le condamné recevait une dose d'opium. Dumas insiste sur l'apparence extatique des traits de la victime. Il est bien entendu, je l'ajoute, qu'une indéniable apparence, sans doute, en partie du moins, liée à l'opium, ajoute à ce qu'a d'angoissant l'image photographique. Je possède depuis 1925 un de ces clichés ( photographie ci-contre ). Il m'a été donné par le Docteur Borel, l'un des premiers psychanalystes français. Ce cliché eut un rôle décisif dans ma vie. Je n'ai pas cessé d'être obsédé par cette image de la douleur, à la fois extatique (?) et intolérable. J'imagine le parti que, sans assister au supplice réel, dont il rêva, mais qui lui fut inaccessible, le marquis de Sade aurait tiré de son image: cette image, d'une manière ou de l'autre, il l'eût incessamment devant les yeux. Mais Sade aurait voulu le voir dans la solitude, au moins dans la solitude relative, sans laquelle l'issue extatique et voluptueuse est inconcevable.

Bien plus tard, en 1938, un ami m'initia à la pratique du yoga. Ce fut à cette occasion que je discernai, dans la violence de cette image, une valeur infinie de renversement. A partir de cette violence — je ne puis, encore aujourd'hui, m'en proposer une autre plus folle, plus affreuse — je fus si renversé que j'accédai à l'extase. Mon propos est ici d'illustrer un lien fondamental: celui de l'extase religieuse et de l'érotisme — en particulier du sadisme. Du plus inavouable au plus élevé. Ce livre n'est pas donné dans l'expérience limitée qu'est celle de tous les hommes.

Je ne pouvais le mettre en doute...

Ce que soudainement je voyais et qui m'enfermait dans l'angoisse — mais qui dans le même temps m'en délivrait — était l'identité de ces parfaits contraires, opposant à l'extase divine une horreur extrême.

Telle est, selon moi, l'inévitable conclusion d'une histoire de l'érotisme. Mais je dois l'ajouter: limité à son domaine propre, l'érotisme n'aurait pu accéder à cette vérité fondamentale, donnée dans l'érotisme religieux, l'identité de l'horreur et du religieux. La religion dans son ensemble se fonda sur le sacrifice. Mais seul un détour interminable a permis d'accéder à l'instant où, visiblement, les contraires paraissent liés, où l'horreur religieuse, donnée, nous le savions, dans le sacrifice, se lie à l'abîme de l'érotisme, aux derniers sanglots que seul l'érotisme illumine. - Fin de l'extrait

Le serpent qui danse

Que j'aime voir, chère indolente,
De ton corps si beau,
Comme une étoffe vacillante,
Miroiter la peau!

Sur ta chevelure profonde
Aux âcres parfums,
Mer odorante et vagabonde
Aux flots bleus et bruns,

Comme un navire qui s'éveille
Au vent du matin,
Mon âme rêveuse appareille
Pour un ciel lointain.

Tes yeux où rien ne se révèle
De doux ni d'amer,
Sont deux bijoux froids où se mêlent
L’or avec le fer.

A te voir marcher en cadence,
Belle d'abandon,
On dirait un serpent qui danse
Au bout d'un bâton.

Sous le fardeau de ta paresse
Ta tête d'enfant
Se balance avec la mollesse
D’un jeune éléphant,

Et ton corps se penche et s'allonge
Comme un fin vaisseau
Qui roule bord sur bord et plonge
Ses vergues dans l'eau.

Comme un flot grossi par la fonte
Des glaciers grondants,
Quand l'eau de ta bouche remonte
Au bord de tes dents,

Je crois boire un vin de bohème,
Amer et vainqueur,
Un ciel liquide qui parsème
D’étoiles mon 
cœur

 

!

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal

 

Commentaire

Dans Le Serpent qui danse, poème lyrique et érotique - '' une bien belle représentation, une bien belle image ambivalente '' de la femme que je pourrais, me semble t-il, qualifier de ''pré-féministe''

C'est sur la base de cette identification qu'apparaît, me semble-t-il, la volonté du féminisme universaliste d'effacer cette ambivalence pour  '' construire '' une autre femme ?  - Crab

Citation

Sainte Mère de Dieu, vous qui avez conçu sans pécher, accordez-moi la grâce de pécher sans concevoir - Anatole France ( blasphème )

Suites

ÉROS

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/0a-eros/

et sur

Le conflit, la femme et la mère

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/le-conflit-la-femme-et-la-mere/

 

 

 

 

07/11/2010

FEMMES ALGÉRIENNES

 

Algerie-Focus.png

 

 

femmes algériennes.jpg

 

http://algerie-focus.com/

 

Quelle place de la femme algérienne

dans le monde du travail ?

 

Le quotidien Algerie-Focus.Com depuis sa naissance a toujours milité pour la promotion de la femme algérienne dans la Cité. A ce titre, je juge utile de lui transmettre cette présente contribution parue dans le quotidien d’Oran le 04 novembre 2010.
La faculté des Sciences Economiques, des Sciences de Gestion et des Sciences commerciales et des Sciences Economiques de l’Université d’Oran a fait soutenir un mémoire de magister très intéressant de Melle Aicha DIF le 03 novembre 2010, sous la direction du professeur Ahmed BOUYACOUB sur l’entreprenariat féminin, et que j’ai eu l’honneur de présider. Je livre quelques axes directeurs sur un sujet capital qui engage l’avenir l’Algérie, tout en recommandant un autre travail de recherche sur ce même thème qui m’a fortement inspiré de Zoubida HADDAD qui a consacré de nombreuses analyses à ce sujet.
L’analyse de l’entreprenariat féminin est intiment liée à l’analyse du marché du travail et du salariat d’une manière générale et de la place de la femme au sein de la société. Si le travail est au cœur de la construction de la société, il est particulièrement au centre de la consolidation de l’autonomie de l’individu, notamment de la promotion de la situation de la femme en tant que personne et en tant que citoyen. Intégrer la femme dans le monde du travail implique un cadre adapté également aux coutumes.
I- PROBLÉMATIQUE THÉORIQUE
Les différentes recherches en sciences sociales affirment souvent que le développement d’une société se mesure au degré d’implication de ses femmes. L’émergence des femmes dans l’espace social et politique, la question de l’entreprenariat féminin devrait être posée dans le cadre de la problématique du développement et de la transformation générale de la société, étant au sein du carrefour de la pluridisciplinarité entre la psychologie et la sociologie du travail. Dans la recherche universitaire, cette question de la valeur émancipatrice du travail existe quatre visions comme le montre à la fois Zoudida Haddad et Aicha DIF dans leurs travaux de recherches.
- la première thèse, liée à la problématique du développement, est celle qui considère que l’arrivée dans le monde du travail des premiers contingents de femmes est le point de départ d’un mouvement évolutif et irréversible qui ne peut que changer la conscience qu’ont les femmes d’elles-mêmes, celles qui travaillent comme celles qui ne travaillent pas et constitue un atout majeur dans la conquête de l’espace social et politique. Selon cette thèse ce sont les femmes qui travaillent, quelle que soit la nature de l’activité exercée, qui s’intéressent le plus à la vie sociale et politique, qui votent davantage et de manière plus autonome. C’est parmi elles aussi que l’on trouve le pourcentage le plus élevé de femmes satisfaites, le revenu, essentiellement salarial des femmes, la scolarisation massive des filles constituant des facteurs de changement dans les rapports de sexe dans une société qui n’avait connu que le travail des paysannes.
-La deuxième version s’appuie sur une critique des catégories utilisées par l’Office National des Statistiques, conteste d’abord la progression du travail féminin remettant en cause dans ses travaux la thèse du travail émancipateur à partir d’une analyse théorique globale des rapports entre travail salarié et procès de travail domestique. Selon cette approche le projet étatique de développement et de mobilisation de la société des années 70 a de fait, sinon délibérément exclu les femmes en les affectant en priorité à un procès de travail domestique issu de la destruction des anciennes formes de production et de la séparation entre l’espace de production et de reproduction. Le modèle d’industrialisation mis en place en Algérie se traduit inévitablement par une très faible salarisation des femmes, circonscrite aux grandes villes. Ainsi : « L’expulsion des femmes du système productif se complète à l’intérieur de ce dernier par une tendance les éloignant de la production » ou encore : « la tendance la plus manifeste est leur expulsion pure et simple de la production, de l’emploi et plus globalement du champ social » La conclusion est que l’emploi féminin, « dérisoire et marginal », a encore un autre effet négatif : il introduit une scission entre la minorité qui travaille et la majorité des femmes au foyer vouées aux rôles traditionnels dont les normes patriarcales se trouveraient renforcées .
La troisième vision -partir d’enquêtes au niveau des entreprise publiques- est que le « travail libérateur » de la femme serait un mythe, ne relevant pas d’une décision individuelle mais d’un projet de groupe et que l’enfermement à l’usine est le strict équivalent de l’enfermement à la maison. Cette vision conteste que le travail puisse être un facteur de libération ni même de changement, du fait que la fonction proprement socio-économique du salaire féminin est subvertie et réintégrée dans une logique symbolique propre à la société traditionnelle, la possibilité d’indépendance économique étant neutralisée par la logique de la domination.
La quatrième vision plus récente et me semble t-il plus réaliste essaient de réaliser une synthèse ente ces différentes approches intégrant les analyses psychosociologues et la dualité de la société algérienne formel/informel. L’arrivée des femmes dans le monde du travail, limitée mais non marginale, a produit un mouvement irréversible d’aspiration au travail, à l’activité rémunérée et à ce qu’elle implique, c’est-à-dire une forme ou une autre d’autonomie encore qu’existent des résistances au changement.
Ce mouvement, du fait des nouvelles orientations économiques et du désengagement de l’État, a donné naissance à un développement sans précédent du travail informel qui prend des formes très variées, concernant un nombre de femmes beaucoup plus important que celui des travailleuses déclarées. Toutes sortes d’activités, exercées en auto-emploi se développent et sont appelées à se développer.. Dans cette perspective, le travail salarié a produit des effets sociaux et culturels profonds et irréversibles. Elles remettent en cause la problématique d’une sorte d’inertie des pratiques et des représentations dans le monde des femmes dans son ensemble, mettant en valeur qu’avec la scolarisation massive des filles, le travail est le paramètre essentiel du changement et ce changement a des retombées sur celles qui ne travaillent pas.
Encore que cette approche met en relief que le savoir social que ces femmes acquièrent et les multiples manières dont elles l’utilisent en le combinant à des matériaux puisés dans le patrimoine culturel pour construire une image de soi valorisante à la fois comme femme et comme travailleuse peuvent se trouver en butte à des manifestations de réprobation du fait de résistances socio- culturelles. Encore que selon cette approche avec l’évolution de la famille algérienne qui ne vit pas en vase clos mais influencée par des facteurs d’environnement local et international ( télévisons, internet) qu’il faille éviter le stéréotype selon lequel la famille, lieu de la tradition, emprisonne les individus et constitue toujours un frein à l’autonomie et au changement , une famille pouvant pousser ses membres féminins au changement parce qu’elle en tire des profits matériels et symboliques.
A l’inverse, comme le montrent Haddad et Dif une femme qui fait des choix individuels en affrontant sa famille, ne s’en détache pas pour autant, ce qui signifie bien entendu qu’il ne peut y avoir d’un côté tradition et de l’autre innovation. Ces recherches mettent aussi en valeur la connivence mères-filles pour contrer une décision ou en faire valoir une autre, tout un ensemble de stratégies qui relèvent de ce certains sociologues qualifient de « féminisme informel ».

II- ENQUÊTES SUR LE TRAVAIL ET ENTREPRENEURIAT FÉMININ
Premier constat – La violence contre les femmes a pris des proportions alarmantes ces dernières années. Le phénomène touche de plus en plus de femmes qui, souvent, sont victimes de violences commises par le mari, le père, le frère ou même l’enfant. Le réseau Wassila, qui s’intéresse de près à ces actes « condamnables », a élaboré une enquête dans la quelle il est clairement mentionné que « 70% des violences sont commises au sein de la famille algérienne, que « 40% des 4500 autres appels recensés demandent une aide psychologique et 30% formulent des demandes liées aux aspects juridiques comme le divorce et la reconnaissance de la paternité ». Rappelons que le 17 décembre 1999, par sa résolution 54/134, l’Assemblée générale a proclamé le 25 novembre Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, et a invité les gouvernements, les organisations internationales et les organisations non gouvernementales à organiser ce jour-là des activités conçues pour sensibiliser l’opinion au problème.
Deuxième constat– Seules 5% des femmes qui travaillent en Algérie occupent des postes de responsabilité et existent 6000 femmes d’affaires- bilan d’octobre 2008.
Deux enquêtes récentes intéressantes mettent en relief la problématique du sujet.
A-Première enquête réalisée sur l’emploi féminin en Algérie réalisé en 2007/2008 par du site Emploitic.com
Echantillon : 1000 femmes dont, 63% sont âgées entre 25-34 ans, 22% sont âgées entre 18-24 ans, 14% ont entre 35-49 ans, 1% des femmes ont plus de 50 ans.
Situation familiale : 75% des femmes ayant un emploi sont célibataires contre 25% qui sont mariées. Lieu d’habitation : 72% des femmes bénéficiant d’un emploi résident au Centre d’Alger, 14% viennent de la région Est, 11% de la région Ouest et 3% de la région Sud.
Niveau d’études : les femmes ciblées par le sondage sont instruites et diplômés. Plus de 39% des femmes ont un Bac +5 et plus, 37% ont un Bac +4.
Niveau d’expérience : Leur niveau d’expérience varie selon la nature du métier exercé 34% des femmes ont une expérience professionnelle concluante. En parallèle, on retrouve les débutantes jeunes diplômées avec une à deux années d’expérience.
Femmes et recherche d’emploi : sur le marché de l’emploi, de plus en plus de femmes diplômées expérimentées, sont à la recherche d’un emploi comprenant des avantages et perspectives d’évolution professionnelles. 20 % des femmes sont en poste, 44 % sont en poste et à la recherche d’un emploi avec de meilleures conditions de travail.
Recherche d’emploi et difficultés : durant la recherche d’un emploi, de plus en plus de femmes sont confrontées à de multiples difficultés d’ordre social (discriminations), et professionnel (manque d’évolution). Plus de 55 % estiment que les perspectives d’évolution au sein de leur entreprise exigent un certain niveau de compétences, 14% estiment qu’il n’y a pas d’évolution, et 25% estiment qu’elles ont droit aux mêmes opportunités d’évolution que les hommes.
Il est a noté que 72% des femmes interrogées ne sont pas satisfaites des conditions de travail dans les quelles elles évoluent ce qui explique le fort taux de femmes en poste et à la recherche d’un emploi. En effet, les difficultés qui entravent l’évolution des carrières professionnelles des femmes sont en relation avec la discrimination dans l’attribution des promotions, 39% estiment que leur niveau de formation et perfectionnement entrave leur évolution, 32% d’entre elles estiment que les difficultés sont orientées vers la conciliation entre la vie de famille, la maternité, et la société. Outre les difficultés citées ci-dessus, il existe plusieurs types de discriminations pour des questions d’apparence physique 22% des femmes estiment que lors de leur recherche ont été confrontées à ce genre de discriminations, 14% de discriminations par rapport à l’âge, 40% de discriminations dans l’attribution des promotions et refus d’accès aux postes de responsabilités. 55% estiment qu’il y a une différence dans l’attribution des salaires entre les hommes et les femmes.
Critères pour choisir le futur employeur : dans leur recherche d’emploi, les femmes suivent des critères de sélection, 34% des femmes prennent en compte le nom, type et secteur de l’entreprise, 30% selon la stabilité, la charge de travail et les possibilités d’évolution et de formations, 19% selon le salaire et avantages sociaux proposés, et 13% prennent en compte la distance par rapport au lieu de travail et transport.
Tailles et types d’entreprises préférées : il y a également les critères de taille et type d’entreprises qui constituent un élément important dans la sélection du poste de leur choix. Plus de 44% des femmes souhaiteraient travailler dans des entreprises multinationales pour les conditions de travail et salaire avantageux. 28% préféraient travaillées dans les grandes entreprises Algériennes, 24% dans des entreprises et administrations publiques, et seulement 2% s’intéressent aux offres d’emploi au niveau des Petites et moyennes entreprises.
Les métiers qui intéressent les femmes : de plus en plus de femmes diplômées et expérimentées, souhaiteraient occupées des postes à responsabilités.31% des femmes souhaiteraient occupées des postes de gestion et de management. 20% préfèrent des postes de création et marketing afin de faire connaitre leurs idées 13% souhaiteraient faire carrière dans le domaine des finances et comptabilités. 7% des femmes s’intéressent aux métiers du BTP, métiers dédiés entièrement aux hommes.
Cette enquête rejoint celle réalisée en 2009 par l’Association des femmes cadres algériennes (Afcare) et l’Association des managers et entrepreneurs (AME), en collaboration avec l’Agence de coopération technique allemande (GTZ faisant suite à la Conférence mondiale des femmes chefs d’entreprise de Bruxelles en octobre 2008, il est notée que l’emploi féminin qui connaît une «restructuration au profit de l’entrepreneuriat» depuis 2000. A partir de 2003,il est constaté une baisse de la part du nombre des salariées et une augmentation de la catégorie «employeuses et indépendantes».
B-Deuxième enquête relative à la faiblesse du nombre des femmes chefs d’entreprises en Algérie (2008/2009)
Une étude récente du Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) montre que le nombre de femmes chefs d’entreprises représente 3,2 % du total des femmes actives en Algérie bien que le taux d’activité des femmes a connu une évolution « importante. Cependant, a-t-elle constaté, le nombre de femmes qui optent pour l’entreprenariat reste « négligeable », ajoutant que de nombreux obstacles entravent l’émergence de cette catégorie d’activité pour la gent féminine dans le pays. A ce propos, sur un échantillon composé d’une centaine de femmes entrepreneurs dont 72% sont issues de zones urbaines, 44,7 % sont mariées, 81,2% sont diplômées dont 24,7% ont un niveau d’instruction supérieur l’enquête montre :
- 51,8% des femmes ont affirmé que l’idée du projet est venue de la spécialité de leur formation et l’expérience acquise au cours de leur vie professionnelle ;
- 28,2% ont confié que le montage financier de l’entreprise est une affaire de famille dans la mesure où elles n’ont utilisé que leur fonds personnel et de famille alors que 16,5% ont bénéficié d’un crédit bancaire en plus de leurs fonds propres ;
- 67% d’entre elles ont affirmé ne pas avoir bénéficié des services de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes(ANSEJ) et 98% à ne pas avoir été aidées par l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI) ;
- 57% d’entre elles ont choisi le secteur des services et dont 90% gèrent elles-mêmes leur entreprise alors que 83% ont avoué préférer continuer à gérer personnellement leur entreprise ;
- Pour le temps consacré par les femmes entrepreneurs à l’activité de leur entreprise, l’enquête montre que 52,9% y consacrent 8 à 10 heures de travail ;
- Interrogées sur les secrets de réussite du projet de l’entreprise, 50,6% ont affirmé que la compétence du promoteur est l’un des principaux atouts de réussite, alors que 48,2% ont estimé que le succès du projet dépend du réseau relationnel dont elle dispose ;
- 92% à souhaitent développer leur entreprise en dépit des problèmes auxquels elles font face, notamment les impôts (34%), le problème de l’accès aux crédits (22,3%) et les responsabilités familiales (17,6%) ;
- Interrogées sur les secrets de réussite du projet de l’entreprise, 50,6% ont affirmé que la compétence du promoteur est l’un des principaux atouts de réussite, alors que 48,2% ont estimé que le succès du projet dépend du réseau relationnel dont elle dispose.
Quelle conclusion tirer ? Je considère que la promotion de la femme et notamment du travail dans son ensemble et l’entreprenariat féminin en particulier comme le ciment et la vitalité de toute société. Dans la Phénoménologie du Droit, Hegel faisait allusion aux 3 strates fondamentales : la Famille, la Corporation, l’ Universel, le grand philosophe allemand Hegel avait, peut être volontairement ou involontairement, oublier de mentionner : la Matrice de la Vie (la Mère) et l’Etat (les règles, les fonctions régaliennes, l’allocation des ressources collectives).Mais la matrice de base, la mère des matrices, le Noyau Central, El Oum Ed Dounia, la racine de l’arborescence, la racine de l arbre de la Vie, c’est notre mère; en un mot, nos filles et toutes les femmes qui besoin de la plus grande considération.
Reponses “Quelle place de la femme algérienne dans le monde du travail ?”

Nacera dit :
4 novembre 2010 à 12 h 45 min
M. Mebtoul, c’est trés intéressant comme connaissances. Seulement, je réalise encore une fois à quel point le peuple est loin de cette réalité. Encore une fois, c’est l’Algerie à deux vitesses . D’un côté, l’Algerie qui croit en la femme, qui envoie des satellites et ce n’est pas une blague et de l’autre l’Algerie qui dénigre la femme et qui n’arrive pas à fabriquer un chocolat qui ressemble même de trés loin à du chocolat digne de ce nom. Je suis sur un réseau de professionnels où j’ai rejoint un groupe d’algeriens, et un sujet de discussion qui a l’air d’actualités et passionnant a pour titre: Pour ou contre la femme au travail? Trouvez l’erreur!
 

khalfa dit :
4 novembre 2010 à 14 h 15 min
l’avenir de l’algerie et le bien etre de tous sera et doit etre entre les mains de femmes.
les algeriens hommes et surtout la nouvelle generation est pleurer et tellement faineante.vu un reportage ou en agriculture(((((dependance alimentaire vis a vis de l’etranger))))) on manque de main_d’oeuvre,comme dans le batiment et voir ces faineanst faire le haragas ou ujne vie de misere les attend de l’autre cote de la mer.c’est triste.
 

Crab2 Crab dit :
4 novembre 2010 à 14 h 52 min
Conseil féminin de la fatwa

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/conseil-feminin-de-la-fatwa/

Crab
 

khalfa dit :
4 novembre 2010 à 16 h 31 min
le jour ou en algerie en se debarrassera definivement du wahabisme et son sectarisme importe d’arabie saoudite qui a pris racine dans notre pays avec sa cohorte de barbus corrompus,voleurs,hypocrites et sanguinaires, nos soeurs et femmes rertouveront leurs place dans la societe algerienne d’antan.
abat le wahabisme et les chameliers qui vont avec.
 

Crab2 Crab dit :
4 novembre 2010 à 17 h 12 min
FEMMES SANS TÊTE
Je cite, pour mémoire, ce que m’écrit un intervenant [qui s'inspire d'une sourate du coran]; « Un homme ne vaut pas 2 femmes. Cela concerne certaines affaires aux tribunal, par exemple une femme et un homme assistent en même temps à un meurtre, la femme sera plus émotive et va déformer la réalité: il faut donc 2 femmes pour témoigner. » Fin d’affirmations plus ridicules les unes que les autres
Suite sur

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/femmes-sans-tetes/

Crab
 

le nord dit :
4 novembre 2010 à 17 h 28 min
j’ai lu et relu l’article intéressant.je n’ai décelé aucune allusion au wahhabisme,aux barbus ou autre…la nouveauté que j’ai récoltée à travers l’exposition du DR Mebtoul s’est disséminée par les commentaires de chameliers.lisez: barbus corrompus,voleurs,hypocrites et sanguinaires,
du rien à voir avec le sujet .des mots qui vous répugnent et vous enlèvent le goût de relire le sujet de M Mebtoul.heureusement qu’il me reste un peu de Primpéran. bonsoir! que j’adresse uniquement aux cultivés.
 

khalfa dit :
4 novembre 2010 à 17 h 38 min
la femme plus émotive et va déformer la réalité: et c’est dans cette emotion ou on dit dieu est amour.
et a l’idiot utile sans la femme tu ne serais point de ce monde.
chaque energumene interprete a sa facon les sourates de notre saint coran.dieu preserve nous des nouveaux imams analphabete et cons a la fois,
 

latim dit :
4 novembre 2010 à 20 h 00 min
bonsoir moi je pense que la femme algérienne elle à un bon role à faire valoir dans le marchée du travail dans tous les secteures aux l’homme travail la aussi pour qu’il ont un bon revenue de ménage et les algériens ne sont des brutale non
 

 le nord dit :
4 novembre 2010 à 21 h 40 min
M.Mebtoul avez vous parlé de coran?Nacéra avez vous parlé de sourates?alors qu’est ce qui se passe ?je n’ai pas vu d’imam passer…. j’allais relire après une cuillerée de suppresseur de nausée,mais je vois que ça va de mal en pis.on vient au forum pour insulter et non commenter.je ne vous cache pas que je vois un galérien gesticuler bizarrement…il rode à l’intérieur du Forum de Focus et crie et insulte sans raison.espérons que Dieu lui redonne la raison.pour l’instant je vais m’éclipser un moment pour éviter les jets de pierres de ces malades (sait on jamais),et je repasserais pour le sujet de la place de la femme Algérienne.à toute à l’heure!
 

passant dit :
5 novembre 2010 à 1 h 20 min
un passant , femme c’est pas une classe sociale , a moins de faire baisser les salaires , même en occident ou l’intégration des femmes est meilleur , elles ont toujours moins qu’un homme .
 

Benhabra brahim dit :
5 novembre 2010 à 4 h 27 min
Au cours d une emission scientifique(test des couleurs et des noms) diffusee dernierement (fr2)..il a ete demontre que les femmes ont plus de facilite et de rapidite a observer .. raisonner………………………………….et conclure.. que les hommes!!!!…La candidate choisit n etait autres que miss France 2010……………..d origine Algerienne!!!…Reste a savoir s il etait possible d obtenir les memes resultats avec Fella Ababsa ou Rym Hakiki????!!!!!!…
 

 khalfa dit :
5 novembre 2010 à 9 h 28 min
@nord.
tu te sent vise par ce que je dis.la verite n’est toujours bonne a dire.
qui qui nous a ammene la malediciton des islamistes et 20 ans de malheur et de recul de la condition de la femme algerienne n’est ce pas tes copains wahabistres a leurs tetes tes savants maudits inb baz et consorts
 

le nord dit :
5 novembre 2010 à 11 h 22 min
@réponse à khalfa.
ce qui me turlupine,ce n’est pas le fait de critiquer le wahhabisme ou autre .je ne suis pas gardien de leur temple .d’ailleurs ils sont les pourvoyeurs des impérialistes américains en mettant à leur disposition leur terre comme bases et leurs richesse pour bombarder les irakiens et les palestiniens.c’est quand le sujet concerne Saadane et benchikha,et je lis les mêmes interventions.à savoir:c’est la faute au wahabisme,aux barbus suivi d’insultes gratuites. si M. Mebtoul nous expose un sujet d’ordre économique,c’est le même rabâchage: les barbus, les tongos…cette perturbation (coq à l’âne et le hors sujet) me répugne et me déconcentre..un article pourtant intéressant devient malgré lui rebutant. quant à inb baz et consorts, le sujet ne porte pas sur la religion ou… sur quelle base tu te permets d’avancer que ce sont mes copains? ce qui est sûr, c’est que toi tu ne seras jamais mon copain.je n’aime pas ceux qui ont la bougeotte ou qui ne viennent dans les forums que pour déverser leur venin. je respecte beaucoup les intellectuels et on les reconnait à leur écrits propres et dépourvus de grossièreté.quant aux savants maudits inb baz et consorts,je laisserai le soin à Dieu de juger qui de vous deux est le maudit.
tu vois pourquoi je n’aime pas ces interventions?j’avais une idée sur la place de la femme Algérienne mais pour te répondre, je ne retrouve plus sa place…
 

latim dit :
5 novembre 2010 à 12 h 17 min
sallam ilkoum nous somme en 2010 la femme elle à beaucoup évoluée dans la soçiété et dans l’éducation les sitoyens algériens ne sont pa fanatic de la rélegion je pense donc les femme algériennes elle ont l’heure plaçe dans le monde du travail
 

Crab2 Crab dit :
5 novembre 2010 à 13 h 51 min
Je lis, juste un peu au-dessus – écrit par latim « …la femme [elle] a beaucoup évolué dans la société et … »
- très probablement une  »bonne remarque » Bien, bien-bien…
-
Les hommes ont-ils évolués?
Si oui, où est le blocage…?
Crab
 

le nord dit :
5 novembre 2010 à 16 h 09 min
dans le premier commentaire j’ai vu le crabe sortir de son trou.je me suis dit je le comprends il vient se faire de la publicité dans Focus pour attirer les blogueurs c’est de bonne guerre.puisque Focus l’autorise je n’ai pas à m’immiscer.j’ai cliqué sur le lien par curiosité j’ai trouvé un blog identique à celui de Fils d l’homme à savoir si ce n’est pas lui qui a modifié……mais maintenant je constate que le crabe commence à pincer les participants.comme ma passion est la pêche et que ma patience a des limites,j’ai voulu rappeler à ceux qui ne savent pas pêcher que le crabe est utilisé comme amorce et le sar et la dorade en raffolent…il suffit de lui enlever les pinces et la tête et il deviendra crabe sans tête (au lieu de femmes sans têtes) avant de le placer sur l’hameçon.
je vais vous montrer pratiquement comment enlever la grosse pince qui est la suivante:Un homme ne vaut pas 2 femmes. Cela concerne certaines affaires aux tribunal, par exemple une femme et un homme assistent en même temps à un meurtre, la femme sera plus émotive et va déformer la réalité: il faut donc 2 femmes pour témoigner. » Fin d’affirmations plus ridicules les unes que les autres
cette pince venimeuse(le ridicule),doit être coupée par le verset 282 de la sourate la génisse:
Ô croyants! Quand vous contractez une dette à échéance déterminée, mettez-la en écrit; et qu’un scribe l’écrive, entre vous, en toute justice; un scribe n’a pas à refuser d’écrire selon ce que dieu lui a enseigné. qu’il écrive donc, et que dicte le débiteur . qu’il craigne Dieu son Seigneur, et se garde d’en rien diminuer. Si le débiteur est gaspilleur ou faible, ou incapable de dicter lui-même, que son représentant dicte alors en toute justice. Faites-en témoigner par deux témoins d’entre vos hommes; et à défaut de deux hommes, un homme et deux femmes d’entre ceux que vous agréez comme témoins, en sorte que si l’une d’elles s’égare, l’autre puisse lui rappeler. Et que les témoins ne refusent pas quand ils sont appelés. Ne vous lassez pas d’écrire la dette, ainsi que son terme, qu’elle soit petite ou grande: c’est plus équitable auprès d’Allah, et plus droit pour le témoignage, et plus susceptible d’écarter les doutes. Mais s’il s’agit d’une marchandise présente que vous négociez entre vous: dans ce cas, il n’y a pas de péché à ne pas l’écrire. Mais prenez des témoins lorsque vous faites une transaction entre vous; et qu’on ne fasse aucun tort à aucun scribe ni à aucun témoin. Si vous le faisiez, cela serait une perversité en vous. Et craignez Dieu. Alors Dieu vous enseigne et Dieu est Omniscient.
Nacéra !vous conviendrez avec moi que je ne suis pas le créateur de la femme et c’est lui qui la connait mieux que quiconque. et si dans l’exégèse il est précisé que la mémoire de la femme est plus petite que celle de l’homme et que c’est la raison pour laquelle Dieu a dit si l’une d’elles s’égare, l’autre puisse lui rappeler,cette information devrait servir les scientifiques pour leurs recherches dans ce domaine.je ne vais pas me fier aux crabes qui tiennent des propos blasphémateurs et qui appellent comme fils de l’homme au respect de leur bible en considérant que les propos de Dieu sont ridicules…
 

khalfa dit :
5 novembre 2010 à 16 h 51 min
@nord.
le sujet economique et le droit de la place de la femme algerienne ne peuvent etre dissocies.
quand on a eu un soudanais extremiste premier ministre et aujourd’hui chef du parti au gouv.en l’occurence belkhadem,soltani et les partis de dieu.
ne chercher pas la place de la femme dans une societe gerer par des energumenes ou la marque sur le front fait office de piete.
ps si je vous ai manque de respect ou offenser je vous prie d’ accepter mes excuses les plus sinceres.
mon opinion sur la responsabilite des religieux sur la condition femminine musulmane et algerienne est inchangee.le wahabisme nous a fait beaucoups de mal en algerie avec la complicite de nos vendus au pouvoir.
 

latim dit :
5 novembre 2010 à 18 h 05 min
bonsoir oui les homme aussi ils ont évoluée mai un truc que je sait il surveille trop l’heure femme est il se referme trop dans la rélegion
 

Crab2 Crab dit :
5 novembre 2010 à 19 h 06 min
Ok – c’est un point de vue que je partage – Les origines de cette oppression des femmes trouvent leurs substances dans les idéologies de tous les patriarcats – donc pas seulement la religion musulmane, mais toutes religions duelle comme autant d’idéologies susceptibles d’exalter les valeurs masculines guerrières; soit des valeurs négatives..
Suite sur

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/10/28/0-le-testament-des-testaments.html

-

typhoon75 dit :
5 novembre 2010 à 21 h 44 min
Loin de toute interprétation fantaisiste sur un Wahabisme ou autre valeurs patriarcales basés sur l’honneur et la gloire militaire (sujets qui ne concernent nullement une société algérienne en pleine mutation et dont la valeur dominante est l’opportunisme à outrance), il y a lieu de relever que la femme a complètement intégré la sphère économique; que les jeunes femmes d’aujourd’hui nées entre 1985 et 1989 ne peuvent concevoir même dans l’abstrait une vie sans un travail valorisant si possible et avec des possibilités d’évolution rapide; que la plupart des femmes ne veulent plus travailler pour des revenus inférieurs au double ou triple du SMIC…
Dans certaines classes secondaires et dans la plupart des promotions de l’enseignement supérieur, les femmes représentent presque 70 % des effectifs…La justice, l’enseignement, la médecine et la police sont déjà très féminisés en Algérie. Et cette tendance se confirme de plus en plus. Les jeunes femmes rurales ayant étudié après les années 2000, en général anglophone et non pas francophone, visent désormais des postes au sein de sociétés étrangères (US en priorité mais également chinoise, coréenne, japonaise, française et italienne)…
Certes, il existe des poches de résistance, y compris des femmes (en général appartenant à des générations précédentes) mais le mouvement est en marche.
@crab2crab: le patriarcat est mort au profit d’un matriarcat primitif qui ne dit pas son nom (le culte de la déesse mère associé à l’argent) mais il connait un renouveau dans certains Etats US ou l’on rêve plus que d’en découdre militairement avec le reste d’un monde qu’ils jugent de plus en plus pourri.
 

 Verite' dit :
5 novembre 2010 à 23 h 54 min
miss france 2010 malika menard est une pure francaise de normandy n’a rien de maghrebin ,ses parents ont vecu au maroc et ont choisi ce prenom qui ne fait pas d’elle une arabe ou maghrebine,il ne faut pas imaginer des choses.
 

 Benhabra brahim dit :
6 novembre 2010 à 3 h 56 min
Quand a 4h30du matin je lis une info pareille:::::::::::::::::::…………….Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a classé l’Algérie parmi les pays à « développement humain élevé » sur la base de plusieurs critères socio-économiques qui composent l’Indice de développement humain (IDH)…….A la une
Le PNUD classe l’Algérie parmi les pays à « développement humain élevé »
Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 05.11.10 | 13h50 4 réactions
Imprimer Envoyer à un ami Flux RSS Partager
Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a classé l’Algérie parmi les pays à « développement humain élevé » sur la base de plusieurs critères socio-économiques qui composent l’Indice de développement humain (IDH).
Dans son rapport sur le développement humain 2010 publié vendredi 5 novembre 2010, cette organisation onusienne relève non seulement des progrès dans bien des aspects du développement humain en Algérie mais aussi la cadence avec laquelle les progrès pour l’amélioration des conditions sociales dans le pays ont été réalisés.
L’Indice de développement humain mesure le niveau moyen atteint dans trois aspects du développement humain: santé et longévité, accès à l’éducation et niveau de vie décent.
Le rapport a classé les pays en quatre groupes: les pays à développement humain très élevé (42 pays), les pays à développement humain élevé (43 dont l’Algérie), ceux à développement humain moyen (42) et faible (42). Sur la base de ce critère, l’IDH de l’Algérie a été évaluée à 0,6777, sachant que le meilleur IDH au monde en 2010 a été réalisé par la Norvège avec un indice de 0,938, la note parfaite étant 1.
A la lecture de ce rapport, il est constaté que l’IDH de l’Algérie est supérieur à l’IDH moyen de l’ensemble des pays arabes qui est de 0,590, ainsi que l’IDH moyen mondial évalué à 0,624, classant l’Algérie à la 84e place sur 169 pays.
Par ailleurs, le PNUD observe que sur la base du rythme avec lequel l’amélioration de l’indice de développement humain a évolué entre 1980 et 2010, l’Algérie est parmi les dix premiers pays les plus rapides. En effet, note le rapport, l’IDH de l’Algérie est passé de 0,443 en 1980 à 0,537 en 1990 et à 0,602 en 2000 avant de s’établir à 0,6777 en 2010::::::…………………………..Et dire que je viens de finir de lui faire la vaisselle (du diner)????…….Demain matin je ferais un commentaire au sujet d un ami emigre!!!!….ayant 2epouses qui travaillent…En attendant je met le casque et H. Ghafour(ahl ezzine el fassi)….pour mieux commencer ma journee….
 

 Crab2 Crab dit :
6 novembre 2010 à 6 h 34 min
Réponse à typhoon75 qui un peu plus haut, sur cette page, a écrit: « le patriarcat est mort au profit d’un matriarcat primitif qui ne dit pas son nom (le culte de la déesse mère associé à l’argent) … »
-
Si tel est le cas, comment se fait-il que  »Le code de la famille » ne soit pas, à ce jour, aboli…
Crab
 

 Crab2 Crab dit :
6 novembre 2010 à 6 h 47 min
Complément à mon dernier message:
Algérie : Les violences contre la femme en question

http://www.el-annabi.com/nationale/748-algerie-les-violences-contre-la-femme-en-question.html

 

-
Auteur : Le Quotidien d’Oran
 

 Crab2 Crab dit :
6 novembre 2010 à 8 h 04 min
S’adresse à typhoon75
-
A quelle époque [s] situez-vous, ce que vous nommez  »le matriarcat primitif ?
Merci d’avance de me préciser les travaux d’historiens essayistes sur ce sujet…
Crab
 

 Crab2 Crab dit :
6 novembre 2010 à 12 h 13 min
le nord a écrit : «Dieu a dit si l’une d’elles s’égare, l’autre puisse lui rappeler,cette information devrait servir les scientifiques pour leurs recherches dans ce domaine. Je ne vais pas me fier aux crabes qui tiennent des propos blasphémateurs et qui appellent comme fils de l’homme au respect de leur bible en considérant que les propos de Dieu sont ridicules… » Fin de sa remarque
-
A mon avis  »votre dieu » manque de discernement ; je vous propose de le remplacer par  »un dieu » bon genre visible en cliquant sur le lien :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/texte-de-l-exode/


 

 typhoon75 dit :
6 novembre 2010 à 12 h 49 min
@ crab2crab
Le patriarcat en Algérie ou plus précisément les territoires que l’on nomme depuis 1831 sous cette dénomination n’a jamais été prédominant, puisque il coexista plus ou moins avec un régime de matriarcat assez spécifique à certaines populations berbères. Au matriarcat phénicien et punique succéda le patriarcat Romain et plus trad Arabe dans ses formes les plus extrêmes (ches les Romains, le père avait droit de vie ou de mort sur l’ensemble de sa famille) . Or, lors de la venue des français dans la régence, il trouvèrent des populations ayant bien assimilé les coutumes gréco-romaines sous un habillage musulman.
Pour revenir à l’époque présente et afin d’éviter de tomber dans le piège de ce que l’on appelle l’antisémitisme, il existe une volonté manifeste du marché de promouvoir la femme en raison de sa forte capacité à adhérer aux valeurs marchandes (la femme comme le jeune sont de très bons consommateurs)…
En ce qui concerne le matriarcat primitif, assez connu, inutile de vous rappeler que le culte de la déesse mère (devenu plus tard Ashtarothn astarté ou vénus…) assimilé à la terre est apparu assez tôt dans l’histoire avant de disparaitre devant le culte du ciel, d’où le culte du phallus en tant qu’intermédiaire entre ciel et terre (et par delà le culte de la fécondation).
Par ailleurs, vous mentionnez le code de la famille en Algérie contemporaine, or ce dernier comme l’ensemble des textes législatifs actuellement en vigueur ne veut plus rien dire puisque nous avons une société qui se régit par ses propres lois et non celles de l’Etat. C’est le syndrome du Far West. Ce qui compte c’est la réalité et selon cette dernière, les femmes, y compris celles qui sont d’un milieu aisé, qui ne se distinguent en rien de leur milieu (mêmes valeurs que les hommes glorifiant l’opportunisme et la rapine) veulent à tout prix travailler et pas dans n’importe quelle condition. L’abrogation du code de la famille n’y changera rien du moment où les gens auront toujours tendance à trouver mille et une astuces servant leurs intérêts en premier. De plus, la propension à l’extrémisme (jusqu’au nihilisme) d’un grand nombre d’Algériennes et d’Algériens ferait qu’il y aurait beaucoup d’abus impossible à contrôler…
A diplôme égal, Les femmes ont les mêmes salaires que les hommes en Algérie, voire les mêmes possibilités d’évolution; ce qui n’est pas le cas en France ou des disparités continuent d’exister entre femmes et hommes en ce domaine et encore moins en Grande Bretagne où la tendance actuelle est d’exclure d’une façon subtile les femmes des grandes entreprises.
Ceci dit, je dit pas que tout est rose en Algérie. Mais le fait est que les choses évoluent d’une façon plus rapide et parfois plus radicale que partout ailleurs. Et cela est visible chez les jeunes générations et le sera encore plus chez les plus jeunes, qui déjà ne partagent aucunement les valeurs traditionnelles et rejettent en masse toutes les valeurs auxquelles on a cru jusque là.

-

typhoon75
6 novembre 2010 à 12 h 49 min
vous me dites;
« il existe une volonté manifeste du marché de promouvoir la femme en raison de sa forte capacité à adhérer aux valeurs marchandes (la femme comme le jeune sont de très bons consommateurs)... » Fin de votre remarque
-
Ce que vous m'écrivez va dans le sens de ceux qui affirment par ''l'intercesseur dieu'' que les femmes ne sont pas assez matures, puisque vous estimez que ''comme les enfants'' elles ne seraient pas capable de discerner d'autre valeurs que celles où selon vous serait assujetti leur conscience, je vous cite à nouveau ;  [ ...valeurs marchandes (la femme comme le jeune sont de très bons consommateurs) ]
-
Je constate tout simplement partout dans le monde [et il n'y a pas ni d'Occident - ni d'Orient] que les femmes ont une demande universaliste: Autonomie, liberté et indépendance financière des hommes
Bien à vous
Crab

-
 typhoon75, par rapport à ce que vous me dites ; Voici deux articles et deux analyses  [2009 et 06 novembre 2010] qui me paraissent nettement moins angélique – quant à la condition réelle de la femme arabe en Algérie
-
La femme en Algérie. Il faut continuer le combat - 2009

http://algerie-focus.com/2009/05/23/la-femme-en-algerie-il-faut-continuer-le-combat/


-
et 2010;

 

http://www.genreenaction.net/spip.php?article5440

Crab


typhoon75 dit :
6 novembre 2010 à 17 h 20 min
@crab2crab
Vous dites femmes Arabes en Algérie? Existent-elles réellement? Et à combien sont-elles estimées? S’agit-il des descendantes de certaines tribus Arabes du moyen-âge?
Le féminisme en tant que corollaire du libéralisme n’a plus le vent en poupe, surtout dans certains Etats US du Midwest…
L’indépendance financière que réclament nombre de femmes par rapport aux hommes confirme son statut immature. Les hommes eux mêmes ne sont pas égaux et ne peuvent être égaux. Le monde est régi par des rapports de force et de pouvoir brut. Quant à l’autonomie, je crois que chacun l’est assez jusqu’à ce qu’il se heurte la tête contre un mur….
Il existe un pouvoir diffus qui s’exprime à travers les médias (infos, cinéma, BD, radio, etc) visant à faire assumer aux femmes un rôle plus grand que celui à laquelle la plupart aspirent. Paradoxalement, en ces temps de liberté totale de la femme, on en aura jamais vu autant déprimées et au bord du suicide.
Bien à vous!

_

typhoon75 vous me dites ''Le féminisme en tant que corollaire du libéralisme n’a plus le vent en poupe, surtout dans certains Etats US du Midwest…'' Fin de votre remarque
-
Le féminisme à ceci de singulier - il est universaliste - et le demeure quelque soit la nature des régimes [libéraux, totalitaires ou autres]
-
Il a sa propre histoire depuis l'antiquité et le libéralisme [ou autre régime] ne fait plus rien à l'affaire
-
C'est un mouvement qui désormais à sa propre dynamique, irréversible, il est conduit par les femmes elles-mêmes...
Suite sur :
ELLE

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/01-elle-la-plus-an...

Bonsoir
Crab
-
Crab2 Crab dit :
7 novembre 2010 à 7 h 44 min
-
l'ignorant dit :
6 novembre 2010 à 20 h 57 min
j’ignore toujours ce que pensent les femmes algériennes,j’attends leurs commentaires puisque c’est d’elles qu’il s’agit dans l’article. Fin de la manifestation de sa terrifiante angoisse
_

Femmes sous lois musulmanes (WLUML), qui aujourd’hui encore sait se fait entendre.

http://www.afrik.com/article16667.html


-
Samia Allalou, qui vit à Paris, est une journaliste algérienne, présentatrice de télévision et réalisatrice de documentaires. Depuis 2007, elle fait partie du bureau de Femmes sous lois musulmanes. Cet article fait partie d’une série, écrite pour le Service de Presse de Common Ground (CGNews), sur les femmes musulmanes et leurs droits religieux.

http://www.wluml.org/



Féministes Laïques Algériennes et Iraniennes

http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2009/05/22/2179-des-feministes-laiques-algeriennes-et-iraniennes-parlent-aux-feministes-de-l-exotisme



-
La comédienne Rayhana raconte son agression à Paris

http://videos.leparisien.fr/video/iLyROoafIDHm.html


-

Les mouvements de femmes soucieuses de l'égalité hommes – femmes sont nombreux, les femmes arabes y sont dans cette dynamique porteur de valeurs positives particulièrement bien représentées
Crab
_

Crab2 Crab dit :
7 novembre 2010 à 8 h 22 min
Algérie : journées d’études sur la laïcité et le féminisme
http://www.gaucherepublicaine.org/respublica/algerie-journees-detudes-sur-la-laicite-et-le-feminisme/1861
-
Extraits
A l’appui de faits historiques ayant conduit à la démocratisation des sociétés autrefois régies par le droit du plus fort puis le droit divin, il apparaît clairement qu’il ne peut y avoir de laïcité sans démocratie c’est-à-dire sans la séparation des pouvoirs, la sélection des compétences par les élections libres et la garantie des libertés.

La laïcité n’est possible qu’en République et ne se confond pas avec la tolérance. La rupture avec le théologico-politique permet aux citoyens d’agir indépendamment de leur appartenance à une communauté. «L’Etat laïque connaît toutes les communautés mais n’en reconnaît aucune ». Le droit à la différence ne doit pas aboutir à la différence des droits. C’est l’universalité des droits dont l’égalité homme/femme et la primauté du droit sur les us et coutumes.
La laïcité n’est pas l’athéisme .La liberté absolue de conscience est garantie à l’ensemble des citoyens. L’Etat laïque garantit la liberté des cultes mais n’en finance aucun et ne peut donc pas les instrumentaliser.
Fin des extraits
-
En dehors de cet extrait, je ne partage pas la totalité du texte que vous pourrez lire en cliquant sur le lien correspondant:

http://www.gaucherepublicaine.org/respublica/algerie-journees-detudes-sur-la-laicite-et-le-feminisme/1861



-
Cependant sur cet extrait même, cela m'amuse toujours [car c'est souvent le cas] de lire ''La laïcité n’est pas l’athéisme ''
C'est vrai, mais pourquoi cette précision ?
... où pourquoi ne pas dire la laïcité n’est pas la religion ?
-
La tolérance et le respect de la liberté de conscience, c'est clair, que ce n'est pas pour tout de suite [Rire]
-
Pour info :
L'incroyance est au sens originel de religion, c'est à dire relier, l'athéisme est la religion de l'Éthique...
-
Dans l'incroyance il n'y a pas de ''libre penseurs'' ni de ''pensée libre'' – ni de dogme -pourquoi ?
-
Incroyant, c'est continuer de penser et ne peut s'apparenter à ''libre penseurs'' ni à la ''pensée libre'' -  j'y reviens, pour  l'incroyant la pensée ne peut qu'être libre sinon c'est  d'une idéologie non critiquée dont il s'agit...
-
La pensée comme le terme de laïcité suivi d'un adjectif qualificatif relève d'un non-sens sémantique
-
Bon dimanche
Crab
-

le nord dit :

7 novembre 2010 à 10 h 46 min

dans mon post du 6 novembre 2010 à 8 h 32 min j’ai écrit :je déchire ma feuille garnie de mensonges et j’adhère aux idées de cet écrivain.je suis en train de me demander si Génération 50 ne l’a pas prise de ma corbeille et la recopiée en son nom.c’est le duplicata que je voulais envoyer si je n’avais pas été perturbé par les interventions déviantes(les wahabistes et les miss France). Merci Génération 50 d’avoir rappelé que la femme est sans aucun doute méticuleuse et consciencieuse à l’inverse de l’homme ingrat en général (mais pas tous),qui est tricheur en dedans(dans le travail) et en dehors … mais il faut quand même reconnaitre que la femme est un peu avide et si vous lui donnez à chaque fois raison, elle risque de vous confisquer la votre et ne devient plus raisonnable… Pour ne donner qu’un exemple vivant,il suffit de lire la fille
de l’homme sous le pseudo crab2 crab.elle Nous demande de cliquer. elle ne se casse pas la tète(ça se comprend, un crab sans tête)et n’utilise le clavier que pour nous renvoyer aux archives de 2009 (du prêt à porter en quelque sorte). elle nous invite donc à cliquer sur son lien.si vous le faites, vous vous heurtez au mur des dix commandements .et quels commandements! Le Coran et les musulmans, respectent Moïse et les vrais dix commandements. Mais quand il Il s’agit de commandements rédigés par Aphrodite fille de Zeus et de Dioné, née de la Mer( donc crabe),ou par la Déesse Néfertiti qui jure que Dieu est une femme, on comprend aisément que Dieu lui-même s’il se laisse faire, son trône lui sera confisqué à la pincette, par une femme crabe….

-

Fin des extraits relevés sur le site :
ALGÉRIE-FOCUS

http://algerie-focus.com/2010/11/04/quelle-place-de-la-fe...


-
Note 1
Il me paraît important de faire observer que mes interventions ne sont pas censurés – que ce n'est pas le cas en France de la part de certains journaux ou magazines
-
Cette lâcheté observée sur notre territoire, nuit aux luttes légitimes que mènent les Laïcs [incroyants – croyants ou agnostiques – et plus particulièrement les femmes qui rejettent ''les codes de l'infamie''] qui veulent voir se développer leurs pays libérés du sectarisme religieux
Crab


Notes 2
-
La violence contre les femmes en Algérie

Une synthèse de la situation en Algérie préparée par le Ligue Algérienne des Droits de l’Homme en vue de préparer le travail de la rapporteure des Nations Unies.

La violence contre la femme est parmi les préoccupations majeures de la ligue algérienne des droits de l’homme – LADH- elle s’inscrit en droite ligne des revendications féminines et dénonce par tous moyens appropriés, la violation de ces droits et plaident pour l’élimination de toutes les formes de discrimination contre les femmes. Et la ratification sans réserves du CEDAW.
Notre champs d’action, par la plaidoirie, les réserves émises relatives au dispositif juridique, les rencontres thématiques, et les cas de femmes qui se présentent à la ligue nous a permis de constituer une base de données que nous exposons dans le présent document et très synthétiquement les grandes lignes qui affirment sans ambages que La violence contre les femmes en Algérie a atteint un seuil critique. Nous espérons qu’il pourra servir la rapporteure des Nations Unies dans le traitement de dossier délicat il s’agit :
1. la sous humanité juridique de la femme sous différentes formes
2. l’attitude velléitaire et le faible accompagnement des autorités publiques à prendre en charge les femmes violentées du fait des abus sexuels de harcèlement moral et agressions conjugales.
3.l’elargissement des catégories des femmes en difficulté livrées à elles même,les mères , les épouses des disparues,les handicapées,les femmes violées par les groupe terroriste,les mères célibataires,la femmes sans ressources livrées à toutes les formes d’exploitation et d’asservissement.
4. la féminisation de la pauvreté en Algérie accentue la violation des droits humains dont la première victime est la femme.
5. L’absence de la dimension genre
6. La situation des femmes défenseurs des droits humains.
1. Violence Conjugale :
Les services de sécurité (police et gendarmerie ont enregistré 15000 cas de janvier 2004à février 2006 ; 400 sévices sexuels et 16 femmes ont trouvé la mort suite à leurs blessures.) la ligue estime que le chiffre avancé ne reflète pas l’ampleur du drame est reste insignifiant au regard du poids des convenances sociales qui imposent à la femme la camisole du silence lorsque elle est victime de violences domestiques. La majorité des femmes agressées ou abattues ne le déclarent pas, Elles s´enferment dans un mutisme fataliste, Les femmes violentées par leur conjoints risquent au mieux de perdre leur foyer et de se trouver a la rue avec leurs enfants.
.l’agression qui se déroule le plus souvent à l’intérieur du domicile conjugal dont l’auteur est le plus souvent le mari révèle manifestement le lien entre les traditions archaïques qui donnent au mari le droit de vie ou de mort sur la femme, particulièrement pour celles qui subissent les fléaux sociaux de la pauvreté, analphabétisation, conditions de vie précaires qui sont à la fois des entraves majeures à l’autonomisation de la femme en plus dispositions discriminatoires du code de la famille qui malgré les mandements introduits en février 2005 la femme algérienne est maintenue sous le statut du tutorat et de certains interdits et devoirs unilatéral qui consacrent son infériorité et sa position de dépendance, au Mari et à la famille.
L´inscription du jugement de divorce, lorsqu´il est demandé par les femmes est soumise a une attestation de non pourvoi de l´époux auprès de la cour suprême, ce qui ne pas le cas lors de le répudiation, ou le divorce est inscrit automatiquement a l’état civil.
Le code de la famille n´accorde finalement aux femmes qu´un droit précaire et révocable de demander le divorce qui, plus est, peut être remis en cause à tout moment par la cour suprême, après des années de procédures et d´attente. La cour suprême peut prendre des années pour se prononcer et pendant ce temps, la femme dans l´expectative, continuera a souffrir d´un dispotisme exercé par l´homme sous le couvert de la loi. Car cette disposition donne à l´homme la possibilité de ce droit de manière généralement arbitraire.
2. le viol et abus sexuels :
La passivité des autorités publiques et du gouvernement algérien face aux viols perpétrés par les groupes terroristes, inquiètent tous les acteurs des droits humains. Il est regrettable que la loi sur la réconciliation nationale ne reconnaisse pas le statut de victime du terrorisme à ces femmes privées du droit d’existence normale. Et qui se trouvent chassées de leurs domiciles, sans ressources, nombres d’entre elles sombrent dans le vagabondage ou la prostitution. Une situation dramatique qui ne semble pas inquiéter outre mesure les autorités publiques pour prendre encharge le traumatisme psychologique et l’exclusion sociale des ces femmes ayant survécu miraculeusement à la violence sexuelles.
Aucune structure d’accueil pour ces femmes abandonnées à leur sort n’a été prévue. Le sort de celles qui étaient enceintes est pire lorsque elle attendaient une fatwa pour se débarrasser d’une grossesse non désirée, il a fallu trouver la solution autrement pour contourner la rigidité du haut conseil islamique refusant d’autoriser l’avortement pourtant éminemment inévitable. Il en est ainsi pour les mères Célibataires qui sous le poids de pratiques coutumières exacerbées par l’absence d’une politique publique de lutte contre ce fléau les mères célibataires dépourvues des moyens primaires de subsistance ne font que reproduire l’erreur.
3- Les mères et épouses des victimes du terrorisme. Elles n´ont pas été véritablement prise en charge , les discours de compassion et de solidarité a leur égard n´ont pas été suivis de mesures concrète suffisantes pour leur réhabilitation et prise en charge.
4. Les mères et épouses des disparus :
Laissées dans l’angoisse de ne rien savoir du sort de leurs maris, de leurs fils, et pères elles sont en plus confrontées à des difficultés économiques du fait de la disparition de leur soutien de famille bien que la loi sur la réconciliation nationale prévoit des indemnités leur permettant de survivre dans la dignité. Les mères et les épouses des disparus vivent dans une attente désespérée, lasse de situation de doute, sans toutes fois pouvoir renoncer a espérer le retour des disparus, certaines femmes subissent cette situation depuis plus de dix ans, Les informations contradictoires qui leur parviennent aggravant cette douloureuse situation, la LADH, considère que le traitement ainsi infligé aux mères et femmes des disparus constitué une véritable torture morale.
5. le faible accompagnement sanitaire et social des femmes handicapées sans ressource :
les problèmes que rencontrent les personnes en difficulté, particulièrement les femmes Handicapées sans ressource et les mères d’enfants handicapés et dans le but non seulement de leur insertion sociale mais aussi les recevoir pour leur faire valoir leur droit en tant que citoyennes algériennes. Pour les Handicapées ou mères d’enfant handicapées. Sans ressource, une situation critique, réduite à la mendicité auprès des services de l’action sociale, le drame est visible à l’œil nu ; il suffit d’une visité à ses services ou dans les organismes de la l’assurance maladie pour deduire que la situation de cette catégorie s’apparente manifestement à une forme de violence morale, 1. Nous déplorons pour cette catégorie de femme en difficulté l’absence des mesures incitatives à l’insertion professionnelle des femmes handicapées 2. les conditions précaires humiliante des femmes handicapée sans ressources ou celle dont elle a la charge d’un ou plusieurs enfants handicapés qui ne perçoit aucune indemnité de survie, celle là est accordée à l’enfant handicapé et reste très dérisoire 1000 dinars et les 3000 pour les handicapés à 100%et lorsque elle atteint les 18 ans. Le drame et sous prétexte d’un budget social ne pouvant couvrir les droits de ces handicapés les services sociaux de l’Etat réduisent intentionnellement le taux d’handicap pour aligner la majorité de cette couche fragilisée à une allocation de 1000 dinars au lieu de 3000dinars.nous pouvons affirmer que ces indemnité sont accordées d’une manière très discriminatoires et subjectives. Et qui a fait l’objet de plusieurs contestations. Des bénéficiaires.
6. Le harcèlement morale et sexuel en milieu du travail :
L’arrivée massive des femmes sur le Marché du travail coïncide avec une offre d’emploi qui est de plus en plus du secteur privé où les pratiques de discrimination salariales et autres sont plus fréquentes. La violence Morale pourtant bien reconnue dans la législation du travail dans nombre de pays comme un délit passible de sévères sanctions pénales continue à être totalement ignorée dans la législation algérienne du travail.
Ce délit qui sévit dans tous les secteurs publics et privés, préserve les pratiques arbitraire de l’employeur ou des supérieurs hiérarchiques dans l’impunité et à labri de toute poursuite à cause du silence de la loi, et le caractère déclaratif des la législation du travail qui devant plusieurs cas le magistrat des affaires sociale ne peut se prononcer en faveur de la protection des droit fondamentaux de l’homme au travail.
Le bien être les conditions du travail et le droit au déroulement normal de la carrière restent tributaires à des considérations subjectives de l’employeur e particulièrement e l’absence de mesure coercitives et contraignantes nombres de salariées préfèrent subir en silence les agissements arbitraires et ses conséquences néfastes sur la santé que de perdre leur emploi. Nous réclamons avec insistance que soit incluse l’incrimination du harcèlement moral tout comme la reconnaissance du délit de l’harcèlement sexuel a été décidée. Que le droit de la femme travailleuses à la protection de leur intégrité morale tel que cité dans l’article 6 de la loi 90/11/doit être suffisamment encadré par des mesures contraignante pour garantir l’effectivité de son application. La protection des dénonciateurs de toutes les formes de violation du droit de la personne au travail et les prémunir d’éventuelles représailles déguisées par des mesures disciplinaires abusives du fait de la dénonciation. Initiatrice d´une campagne pour incriminer le Harcèlement sexuel, la LADH a enregistré avec satisfaction l´introduction dans les dispositions du code pénal l´article 341 bis qui sanctionne l´acte d´harcèlement sexuel, néanmoins, même si cette disposition est considérée comme une avancée, la disposition présente une définition très restrictive.
7. La féminisation de la pauvreté en Algérie
Sous toutes ses formes n’a pas permis d’appréhender la question dans le contexte de genre ; l’égalité des chances dans l’accès aux service sociaux de lutte contre l’exclusion est une forme de discrimination contre la femme étant donnée qu’elle est la moins avantagée en raison du poids des traditions particulièrement dans les milieu ruraux qui font perdurer sa dépendance et son infériorité, Malheureusement au lieu d’adopter le principe de la discrimination positive pour promouvoir les conditions des femmes issues de couches vulnérables Nous constatons que la stratégie de développement social ne prévoit aucunes mesures avantageuses ; le pourcentage d l’accès des femmes au micro crédit est très faible 5%, à la micro entreprise 11% Le maintien de 215 000 de femmes universitaires dans une situation de chômage structurel (plus de six ans) réduites à être embauchées dans les formes particulières d’emplois avec des allocations dérisoires,destinées initialement à occuper les personnes sans ressources et sans niveau d’instruction, Cette forme de discrimination a été poussée à l’extrême jusqu à devenir une forme de violence à l’état latent .et qui n’encourage point la femme à prendre le chemin l’enseignement au regard de l’avenir incertain des porteurs de diplômes en Algérie.
En Algérie, le chômage des femmes était de 23000 en 1977 et il est passé à 347000 en 2003.Ce qui correspond à un taux d’accroissement moyen annuel de 11°/° contre 4,8°/° pour le taux annuel tous sexes confondus.
8- L´absence de la dimension « GENRE »
Les femmes forment presque 52% de la population Algérienne, pourtant en dépit des progrès enregistrés, elles restent victimes de la persistance de comportements discriminatoires et de préjugés profondément enraciné dans la culture et les mentalités. Elles restent sous - représentée sur le plan politique, voire, parfois, totalement exclues de la gestion des affaires de la cité. La LADH convaincue que la valorisation de la place de la femme dans la société est d´une importance crucial au regard de la construction démocratique. Ainsi que l´épanouissement et le développement de la femme constituent une dimension importante du développement humain multidimensionnel, Malheureusement la participation de la femme à la vie publique et économique en Algérie reste en déca du rôle qui aurait du être le sien, en l´absence de toute volonté qui intégrerait la femme dans le développement comme acteur et bénéficiaire. Dans ce contexte, une meilleure participation des femmes au processus démocratique et au développement humain passe par une stratégie globale associant actions de sensibilisation et d´information, d´éducation ou encore de soutien et de promotion. Enfin, une réflexion pourrait s´amorcer sur l´opportunité de mettre en œuvre une politique de « quotas » visant a garantir une représentation plus équilibrée des femmes à tous les échelons d´organisation de l´appareil politique,administratif , et associatif , Elle pourrait prendre, au plus,la forme d´une mesure transitoire, mais elle devrait à tout le moins s´ancrer davantage dans les programmes des partis politiques , de la majorité comme de l´opposition, soulignant ainsi la volonté politique de combattre la discrimination.
9-Femmes défenseurs des droits humains
La manipulation de la culture, la tradition, la coutume et la religion par le forces conservatrices redent la tache des militantes es droits humains agissant pour la protection et la promotion des droits des femmes des plus ardues et des plus complexes, puisque l´ affirmation de ces droits est considérée comme une rupture avec les valeurs culturelles et les traditions. Militer pour les droits humains des femmes en contestant les formes sociales hétéro normatives fait courir aux militantes des droits humains le risque non seulement d´abus et de violence physique mais les expose également á l´ostracisme de la communauté et de la société en général qui les accusent d´apostasie et d´hérésie.
Les mères et épouses des victimes du terrorisme et des disparus, malgré les obstacles et la répression continuent d´agir pour réclamer, vérité, justice, équité et la sauvegarde de la mémoire collective.
Constantine le 28 janvier 07
Boudjema GHECHIR
Président
Ligue algérienne des droits de l’Homme (LADH)
Source: Wired for WOMEN’S RIGHTS IN THE MAGHREB n°194
-

Notes 3

Salon du livre ou foire religieuse ?

le 06 Novembre, 2010

http://www.lematindz.net/news/3454-salon-du-livre-ou-foire-religieuse-.html

 

files.jpeg

 

 

Sur les conseils d’un ami écrivain, invité au Salon international du livre d’Alger (SIla), je m’y suis rendu. Il faut préciser que la lecture de la presse incitait à y aller. Jeudi, un taxi me dépose à Chevaley.  Pour les non-algérois, le Sila (plusieurs chapiteaux) a été installé sur le parking du stade du 5 juillet. Du Chevaley au stade olympique, il faut compter un bon quart de marche à marche soutenue.  Ce jeudi, il pleuvait sur Alger. Ce qui n’a pas découragé des centaines de filles, majoritairement en hidjab et autant des barbus, plus nombreux que les sans barbes dont je faisais partie. A un moment je me suis demandé si je ne faisais pas fausse route. Toutes ces voilées et ces barbus m’ont rappelé ce fameux meeting du FIS, un certain mois de novembre 1991 où un certain Mohamedi Saïd, ex-colonel de la wilaya III,  avait pris la parole devant des dizaines de milliers de barbus déclarant en arabe que pour « assainir ce pays, il faut liquider deux millions de personnes » ! Je n’invente rien, nous l’avons rapporté à l’époque dans le Matin, avec un dessin de Dilem (à l’époque, il était chez nous) intitulé « Beau temps, pelouse en bon état, foule nombreuse, un journaliste du Matin expulsé » !

Les temps ont changé. Par ces temps de réconciliation nationale, la petite foule, dont je faisais partie,  qui se dirigeait vers le Sila, était bon enfant.  Les jeunes femmes voilées bavardaient, certaines répondaient au portable à leurs petits copains, les barbus souriaient, d’autres commentaient les écrits d’El Hadaf (le journal sportif) sur les chances du Mouloudia d’Alger face à l’Itihad de Tripoli en coupe d’Afrique du nord de football !

Non, je ne rêvais pas.  Tout ce beau monde allait au Sila. L’ensemble était pas mal : un grand chapiteau abritant les exposants. A côté des petits restos, des toilettes, et juste à côté de l’entrée principale un chapiteau abritant un lieu convivial, mais réservé aux invités, les masses dont je faisais partie étant priées d’aller à côté ! Une fois sur les lieux, j’ai compris pourquoi il y avait tant de barbus. Le contraste était saisissant. Sur les 400 exposants présents, près de 80%, j’exagère à peine, exposaient des livres religieux. Dar el Moassara ( Maison de la contemplation), Dar el Mohsen, et j’en passe, le livre islamique, sans compter les vidéos de prédicateurs célèbres, était dominant. Amr Khaled, par exemple, le prédicateur égyptien « soft », qui a compris que la violence armée était contre-productive, et qui officie sur une chaine de télé arabe, dont les portraits ornaient un stand, tenait la vedette.  Il n’était pas le seul, il y en avait d’autres. Dans la plupart des stands, des écrans de télé diffusaient des prêches, d’autres des documentaires religieux. Mieux les livres religieux étaient soldés. Certains stands proposaient 50% de remise ! De fait, le Sila s’apparentait à une véritable foire religieuse. Un véritable raz-de-marée comme au « bon vieux temps » du début des années 90. D’où la présence de ces milliers de visiteurs majoritairement islamistes. Le livre islamique et les vidéos proposés, bénéficient-t-ils d’un traitement de faveur ? Une chose est sûre, majoritaires parmi les visiteurs, les barbus semblaient ravis, ils étaient entre eux, et se pliaient en quatre pour faire plaisir au visiteur, dont j’étais !

Dans l’ordre, le livre islamique omniprésent, était suivi par les livres universitaires, la littérature enfantine, et les livres de cuisine et de pâtisserie orientale. C’est dire !

Les éditeurs algériens – Barzakh, Chihab, Casbah – semblaient noyés dans cet océan religieux. Les étrangers – Gallimard, Hachette, l’Harmattan  - faisaient pâle figure. Essais  et romans se comptaient sur les doigts d’une main.  Les maisons d’édition française proposaient de la littérature classique française. Censure oblige, Boualem Sansal, certains romans de Selim Bachi ne figuraient pas. Même Djamila Benhabib, dont le livre « A contre-Coran » est pourtant vendu en librairie, n’y était pas.

De fait, les conférences-débat animés par Benjamin Stora, le suisse Jean Ziegler, Poivre d’Arvor, et d’autres, heureusement très médiatisés, auxquelles a participé un nombreux public, semblaient être l’arbre qui cache la forêt.

Il faut aller à l’exposition de l’art et la culture turque de la ville d’Adara, au Palais de la culture, boudée pas les barbus, pour rencontrer l’Algérie moderne. Ici, peu ou pas de barbus ou de femmes en hidjab, mais un nombreux public qui semble plus intéressé par Istanbul que par  Riadh ou le Caire !

H.Z

Suite
Les vapeurs du hammam

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/obscurantisme/

14/10/2010

DIGNITÉ DE LA FEMME

ÉGALITÉ

 

FEMMESHOMMES -

Burqa et le Senat02-476aa.jpg

Remerciements les plus vifs et les plus chaleureux à monsieur Robert Badinter, sans oublier les combats menés par madame Élisabeth Badinter ni celui des associations lucides qui ont sut faire abstraction de toutes les polémiques politiciennes ou  sectaires en participant activement à toutes les actions qui ont permis le vote de l'interdiction de la burqa

Remerciement à Jean-François COPÉ qui avait pris position sans ambages [je ne peux citer tous les élus qui avaient compris que c'est la liberté de conscience qui était – est - contestée et menacée par l'islam politique]

Crab

-

Mardi 14 septembre 2010 2 14 /09 /2010 19:28

Robert Badinter vote l'interdiction de la burqa le 14 septembre 2010 au Sénat

Le sénateur Robert Badinter vote l'interdiction de la burqa le 14 septembre 2010

Séance au Sénat du 14 septembre 2010 (compte rendu intégral des débats)

PRÉSIDENCE DE Mme Monique Papon

 

Mme la présidente. La parole est à M. Robert Badinter, pour explication de vote.

M. Robert Badinter.
Madame la présidente, madame la ministre d’État, mes chers collègues, toutes les convictions qui se sont exprimées au cours de ce débat sont honorables, et je conçois parfaitement qu’une diversité d’approches se manifeste, notamment sur le plan juridique, dès l’instant où, unanimement, nous condamnons le port de la burqa ou du niqab.

Je commencerai par deux observations d’ordre juridique.

Je souhaite d’abord adresser une recommandation à Mme la présidente, en ce qu’elle représente le président du Sénat. Quel que soit le texte voté, il faut que le président du Sénat, comme celui de l'Assemblée nationale, le défère au Conseil constitutionnel. Je rappelle que le Premier ministre a demandé l’avis du Conseil d’État, mais qu’il ne l’a pas suivi, en tout cas pas complètement, et que, sur cette question, l'Assemblée nationale a adopté une position différente. Par conséquent, le risque existe.

Je n’aurai garde de prendre part à la discussion sur l’étendue de ce risque. Il revient maintenant au Conseil constitutionnel de se prononcer pour savoir si ce texte est constitutionnel ou non. Il doit être saisi immédiatement pour éviter que ne perdure une sorte d’indécision juridique, toujours préjudiciable quand il s’agit d’une question de cette importance, et que l’on soit contraint d’attendre l’inévitable question prioritaire de constitutionnalité. Je souhaite que cela soit fait. Je ne suis pas absolument convaincu que ce ne soit pas déjà l’opinion du président du Sénat et de celui de l'Assemblée nationale.

Sur la conventionnalité, ensuite, je formulerai deux remarques.

Dans un arrêt du 13 février 2003, la Cour européenne des droits de l’homme a adopté une position très claire sur les mesures d’interdiction de tous ordres prises par le gouvernement turc, soulignant qu’elles étaient parfaitement compatibles avec la Convention européenne des droits de l’homme. En 2010, une nouvelle décision est intervenue, dont il a été fait état au cours de ce débat : il s’agissait d’hommes portant des tenues montrant leur adhésion à une fraction religieuse extrême. Je le précise pour une raison simple : la Cour européenne des droits de l’homme a souligné que le problème était d’ordre religieux. Or la question dont nous débattons aujourd'hui n’est pas celle de l’atteinte à la laïcité.

M. Jean-Jacques Hyest, président de la commission des lois. Eh non !

M. Robert Badinter. C’est celle de l’égalité des femmes et des hommes, de l’égalité de droits, de condition, de la dignité et de la liberté des femmes,…

M. Roland Courteau. Très bien !

M. Robert Badinter. … toutes choses qui n’étaient pas soumises à la Cour européenne des droits de l’homme dans son arrêt du 23 février 2010. Il n’est pas indifférent de le rappeler.

J’en viens à mon propos essentiel : pourquoi vais-je voter ce projet de loi ? N’étant pas naïf, je sais très bien quelles étaient les motivations politiciennes à l’origine de ce besoin soudain de légiférer dans ce domaine. Je laisse toutefois cela de côté…

Certains se rendent dans les pays du Golfe et y constatent les progrès accomplis en matière de condition des femmes. D’autres, comme moi, s’intéressent à la vie des instances des Nations unies, en particulier du Conseil des droits de l’homme à Genève. J’ai eu l’occasion de le dire aussi bien à la commission des affaires européennes qu’à la commission des affaires étrangères, nous ne devons pas nous aveugler : nous sommes en présence de deux visions des droits de l’homme et nous vivons l’un des affrontements idéologiques les plus durs que nous ayons connus depuis les années de la guerre froide.

Ce conflit n’est pas, en effet, sans rappeler le temps où les communistes considéraient que s’opposaient deux visions des droits de l’homme, l’une bourgeoise, l’autre socialiste. Aujourd'hui, toutefois, il s’agit d’autre chose. Au sein de ces instances, nous avons constamment face à face, d’un côté, tous les États démocratiques, qui soutiennent le principe de l’universalité des droits de l’homme, et, de l’autre, les États qui répondent que les droits de l’homme sont un cadeau fait par Dieu à l’homme pour le rendre plus heureux sur cette terre, mais qu’ils doivent être interprétés à la lumière de la charia. Je pourrais citer un nombre important de textes qui reprennent cette position. Il n’est qu’à lire la dernière résolution proposée et votée sur l’initiative de la République islamique d’Iran lors de la 35e session du conseil des ministres des affaires étrangères de l’Organisation de la conférence islamique, qui réaffirme cette doctrine. Nous sommes bien là en présence d’un conflit majeur, en particulier pour les laïcs que nous sommes.

Lorsqu’interviennent des questions essentielles, telles que la peine de mort ou la résolution adoptée par le même conseil des ministres des affaires étrangères de l’Organisation de la conférence islamique en 2004, à la suite d’une protestation de l’Union européenne, sur la lapidation des femmes, cela prend tout son sens. La réponse fut : cela ne vous regarde pas, l’Union européenne n’a pas, au nom de sa conception des droits de l’homme, à nous donner de leçons sur ce que doit être la loi islamique.

Or il est des principes avec lesquels nous ne pouvons transiger, notamment celui qui nous occupe aujourd'hui, à savoir le principe fondamental, presque primordial, de l’égalité entre hommes et femmes.

Nous ne cessons d’œuvrer pour le faire entrer plus avant dans nos sociétés. Or, ce principe est défié. Et ceux qui le défient le font, croyez-moi, en connaissance de cause, pour tester nos facultés de résistance.

On ne peut pas transiger avec ce principe, s’accommoder d’un signe, d’un signal, d’une tenue. Car le voile est porté où, et par qui ?

Ce sont les talibans qui contraignent les femmes à porter la burqa. Dès que les talibans prennent ou reprennent le pouvoir, la burqa devient obligatoire et, parallèlement, les filles sont retirées des écoles. C’est à ce moment-là que le port de la burqa prend toute sa signification.

Au-delà même du port du voile intégral dans la rue, il faut voir le symbole qui est transmis, exprimé, inscrit dans cette tenue. Nous devons donc réagir. Il s’agit, je le répète, d’un principe avec lequel nous ne pouvons pas transiger, que nous ne pouvons pas abandonner.

Je rappelle simplement, mais c’est essentiel, que le droit à la liberté d’opinion figure dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.
À l’époque, on avait précisé, ce qui était singulier, « même religieuse » ! Alors, la liberté d’opinion religieuse ? Oui ! La liberté de pratiquer sa religion ? Oui ! La laïcité les garantit à chacun.

Mes chers collègues, en interdisant le port du voile intégral dans l’espace public, vous n’empêchez personne de pratiquer sa religion. Ce n’est pas une dragonnade ou une inquisition ! Nous favorisons au contraire, comme je le souhaite, par la construction de mosquées et par l’expression constante de notre sympathie, de notre amitié, la garantie à tous ceux qui le veulent d’exercer leur croyance et leur foi.


En interdisant le port du voile dans l’espace public, vous n’empêchez pas celles qui le veulent de pratiquer leur religion, mais vous ne tolérez pas que les éléments les plus intégristes et les plus fanatiques affichent et proclament leur vision, que nous ne pouvons pas accepter, d’une société où les femmes disparaissent de l’espace public et ne sont plus que des fantômes. Cela, non ! Et c’est la raison pour laquelle je voterai ce projet de loi.

(Applaudissements sur l’ensemble des travées.)

Robert Badinter.jpg

 

Tous les voiles islamiques

auraient

faire l'objet de la même interdiction!

 

Pourquoi?

Considérons l'argument le plus hypocrite qu'il ait été tenu d'entendre ou de lire ça et là pour maintenir le port du voile: Soit l'inégalité entre femmes et hommes

  Une association qui caricature à qui mieux mieux le combat féministe universaliste *   [voir les deux  notes en fin de texte] fait savoir qu'ils et elles connaissent le vrai sens du port du voile – hé oui mon bon monsieur, ma bonne dame, c'est qu'ils  et elles sont évolués nos ''féministes''

-

citation

le symbole et l'acte – par le bureau des chiennes de gardes

- publié en 2005 -

''Qu’est le voile? D’abord, un symbole religieux et politique. C’est le symbole d’une oppression des femmes, d’une diabolisation du corps et de la sexualité des femmes, qui fait des femmes des indécentes par nature qu’on doit camoufler, entraver. Pour nous la réalité et l’interprétation de ce symbole ne souffre aucune contestation.'' Fin d'un premier extrait

-

Mais, [comble de l'inconscience) ajoutent t-ils et ajoutent t-elles;

-

''Mais le voile a une réalité concrète, il est porté par des filles et des femmes bien réelles. Et nul-le ne peut entrer dans l’esprit de ces femmes pour y découvrir les raisons précises qui les motivent. Porté par conviction religieuse, par lassitude, par faiblesse ou par calcul, par provocation ou par ras-le-bol, les personnes qui se sont donné la peine de rencontrer des femmes voilées savent combien il existe de cas différents. Qu’une fille, qu’une femme veuille avoir la paix en rentrant chez elle, veuille ne plus être insultée, veuille aller à l’université et ait besoin pour cela du soutien parental, etc., quelle féministe pourra l’en accuser? Accusons le voile, et ses justifications religieuses intolérablement sexistes. Mais pas les porteuses de voile. '' Fin d'un deuxième extrait - un propos qui n'est rien de plus qu'expression d'une ''démarche'' diffamatoire

-

Nous savions qu'Épicure avait ses pourceaux – à présent nous savons que les féministes universaliste ont leurs chiots

Pourquoi, ces arguments sont diffamatoires?

_

Ils affectent d'ignorer que la problématique dans l'interdiction du voile à l'école et dans les administrations, n'était pas la différence qu'il peut y avoir entre ce qui relève du symbole et ce qui revient à un acte individuel, car par la loi, le but recherché à l'époque était la protection de l'enfance et plus particulièrement d'éviter la maltraitance intellectuelle des fillettes …

Sinon c'était [c'est] admettre que les parents ont ce droit terrifiant, celui de ne pas respecter la liberté de conscience de leurs enfants – [ce qui est trop souvent le cas] la porte ouverte à l'endoctrinement et à sa conséquence: L'aliénation, l'assujettissement de la conscience des fillettesà une idéologie masculine fondée sur des valeurs négatives ou guerrières [les patriarcats]

-

C'est en ce sens qu'il est en effet regrettable que la loi d'interdiction... sous la Présidence CHIRAC n'ait pas été voulue applicable sur l'entier espace public

-

Dans l'état actuel, compte tenu des tentatives de faire régresser les droits des femmes, pourquoi à nouveau ne pas remettre en débat l'interdiction des voiles islamiques sur l'ensemble du territoire ce qui démontrerait que notre démocratie est capable de lever toute ambiguïté quand à la signification réelle du voile?

-

Les deux notes

* Ces aboiements [1] sont des propos qui trouveraient toutes légitimités chez Ardisson où ''l'humour'' misogyne reflet d'une masculinité ancestrale y est considéré comme unecroyanceaussirespectablequ'uneautreou un Ruquier recevant un Tarik Ramadan sans lui opposer sur le plateau un de ceux que ce dernier s'empresse de dénigrer avec la malhonnêteté intellectuelle qui le caractérise

* Dans ''Fausse route'' [à partir de la page 186] Élisabeth BADINTER décrit très bien ce bricolage idéologique qui se fait passer pour féministe

[1] Mais ce ne sont qu'aboiements de ''féministes de basse-cour'' l'esprit encore englués dans les moraline religieuses - la caravane passe, maintient son cap; la prise de conscience que le féminisme est universel et ne peut être assujetti aux bricolages idéologiques identifiés par des différenciations que tente d'installer dans notre pays un clanisme résurgence d'un âge révolu, ennemi de la femme libre et autonome   Crab

-

Vidéo:

Elisabeth_Badinter__Simone_de_Beauvoir

http://blvids.free.fr/Elisabeth_Badinter__Simone_de_Beauvoir.mp4

-

Simone VEIL

http://blvids.free.fr/Simone_Veil___la_loi_d_une_femme.flv

-

Brève du 17 Otobre 2010

Publié dans Marianne2

Les ANI, ces informations que zappent les médias...

Eric Conan - Marianne | Dimanche 17 Octobre 2010 à 07:01

Il est des ANI, actualités non identifiées. Elles passent mais on n'y prête guère attention. Préférant l'écume de l'information à son fond. Dernier exemple en date, la validation par le Conseil Constitutionnel de l'interdiction du voile intégral dans l'espace public, passé quasiment inaperçue.

Trou noir.jpg

C'est devenu une banalité de le relever : certaines informations, certains faits tombent dans des « trous noirs » de l’actualité. Ils disparaissent des pages, des écrans ou des micros sitôt annoncés quand d’autres sont disséqués, mis en scène ou montés en polémique jusqu’à plus soif. Dernier exemple : l’annonce, il y a une semaine, le 7 octobre, de la décision du Conseil constitutionnel de valider la loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public et visant implicitement le voile intégral. Des brèves ici et là, mais peu de détails sur le contenu et les motivations, et encore moins de commentaires. Un silence d’autant plus remarquable que la position supposée du Conseil Constitutionnel avait fait l’objet d’une avalanche d’hypothèses, supputations et suppositions au moment de l’annonce et de la discussion de ce projet de loi controversé.

On se souvient que nombre d’acteurs politiques, notamment à gauche, avaient excipé du barrage inévitable et imparable du Conseil Constitutionnel pour adopter une position de défausse : ils se prononçaient contre le voile intégral mais aussi contre une loi l’interdisant en expliquant avec assurance qu’elle était contraire à la Constitution, aux droits de l’homme, au droit européen, au respect de la personne humaine, etc… Et que le Conseil constitutionnel serait contraint de la recaler. D’ailleurs, disaient-ils, n’était-ce pas déjà la position ancienne, invariable et réaffirmée du Conseil d’Etat et de ses fins juristes qui avaient encore expliqué en mars dernier qu’une interdiction totale du voile intégral était juridiquement impossible ? Position du Conseil d’Etat dont s’était prévalue la direction du Parti socialiste pour ne pas voter la loi, consigne qui ne fut d’ailleurs pas suivie par plusieurs députés socialistes ainsi qu’une grosse partie des sénateurs socialistes emmenés par Robert Badinter, lequel avait argumenté contre la position officielle de son parti en assurant qu’une interdiction était conforme à la Constitution. Il avait raison et le Conseil, gardien de cette dernière, l’a dit très clairement et très simplement.

Avec quels arguments ? Ils n’ont quasiment pas été précisés par les médias alors qu’ils tiennent en quelques lignes. Le comble est que, parmi les très rares commentateurs, beaucoup ont raconté que le Conseil jugeait que « la laïcité » française permettait cette interdiction ou qu’il « réaffirmait le caractère laïc de la République française ». Ce qui montre qu’ils n’ont même pas pris la peine de lire le très court texte de la décision qui n’invoque à aucun moment la laïcité, avec laquelle le voile intégral n’a rien à voir, comme beaucoup de juristes avisés l’avaient déjà souligné.

Le Conseil Constitutionnel n’invoque en effet pas une seule fois la laïcité, terme totalement absent de sa décision qu’il a appuyé en validant les trois arguments invoqués dans la loi et dont aucun ne fait allusion à la religion : 
1) le voile intégral constitue un « danger pour la sécurité publique »,
2) il ne répond pas aux « exigences minimales de la vie en société »,
3) il place les femmes « dans une situation d'exclusion et d'infériorité manifestement incompatible avec les principes constitutionnels de liberté et d'égalité »
En invoquant les nécessités de « l'ordre public », dont l’état des mœurs d’une société fait partie, le Conseil Constitutionnel a rappelé que la loi a le droit de défendre « les actions nuisibles à la société » et estimé que la dissimulation contrainte ou volontaire du visage en faisait partie. Il affirme ainsi nettement que la cohésion sociale nécessite le respect de l’état juridique et culturel de la société française : les « exigences minimales de la vie en société » sont évidemment celle d’une société bien précise et pas virtuelle ou imaginaire. Le Conseil Constitutionnel s’oppose ainsi nettement à la thématique du multiculturalisme qui n’a cessé d’inspirer le Conseil d’Etat. Mais aussi la plupart des médias. Est-ce pour cela qu’ils toussent et qu’on ne les a pas entendus depuis la décision du Conseil ?

Fin de l'article

-

Djamel Debbouze avait déclaré, pour justifier la burqa, ….''que l’Islam était en Europe depuis 3000 ans'' [RIRE]

La réponse d'une lectrice, dans un forum:

"Cette “dimension” est entrée en Europe par la violence les armes à la main en 711, en 721 cette dimension assiégeait la ville de Toulouse , toujours les armes à la main et il fallu l’alliance de toutes les populations d’Aquitaine, Basques , Vascons , Wisigoths, Gallo-Romains pour la repousser une première fois, et elle remettait le couvert en 732 aux portes de Poitiers où il fallut cette fois-ci l’intervention des Francs d’un Charles Martel pour l’arrêter une bonne fois pour toute, et la dimension “européenne” allait encore continuer à piller et ravager toute la Provence et jusqu’aux Abbayes de Cluny et aux Portes de la Bourgogne pour nous faire connaître la “finesse” de sa “culture”, voilà , en gros ce qu’est la “dimension” européenne de l’islam!

Fin

772656563.jpg

Le ''visage'' de la mort-

Suite sur...

Conseilmusulman féminin de la fatwa

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/conseil-feminin-de...

 

05/10/2010

IN VITRO

in vitro.gif

Robert G. Edwards

 

Le Vatican ou l'église se réfère à une invention spirituelle machiste sus-nommée ''dieu'' pour prétendre que ce dernier est le seul maître de la vie pour marquer une fois de plus son opposition à la fécondation in vitro


Comment ces individus peuvent-ils se prétendre garant d'un quelconque souci de moralité ou d'humanité eux qui passe leur temps à inculquer [par l'endoctrinement] des inepties à propos des origines et l'évolution ?


Le prix Nobel de médecine 2010 récompense l'heureux papa de millions d'enfants dans le monde. [et ce n'est que justice] C'est en effet Robert G. Edwards père de la fécondation in vitro, qui reçoit cette année les honneurs de la célèbre fondation suédoise et les dix millions de couronnes suédoises qui vont avec (1,1 million d'euros). La technique révolutionnaire sur laquelle il a travaillé une grande partie de sa vie avait déjà été récompensée en 1978 par la naissance du premier «bébé-éprouvette», Louise Brown


Vidéos :

http://blvids.free.fr/Le_Figaro_Sciences_et_Technologies_...

 

Suite sur...

LUCY la belle histoire...

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/lucy-sapiens/

 

Crab   - 05 Octobre 2010

 

03/10/2010

Violences urbaines: La cité du Mâle

CENSURE ?

Évitée de justesse

 

Diffusion d'un documentaire sur Arte

Malika Sorel.jpg

Malika Sorel


Citation ; ''On n’a eu de cesse, bien au contraire, de se voiler la face devant la réalité des situations qui se produisaient sur le terrain, hantés par la seule crainte de la stigmatisation'' Malika Sorel


Article

La cité du Mâle, le docu choc enfin sur Arte

Daniel LECONTE, France-info, 29 09 2010
envoyé par FranceInfo. - L’info video en direct.

Daniel Leconte était l’invité hier matin de France Info pour revenir sur un documentaire, La Cité du Mâle qui évoquait les rapports hommes - femmes dans la cité Balzac à Vitry en banlieue parisienne, là ou en 2002 avait été brulée vive Sohane par son petit ami. Cette affaire avait à l’époque défrayé la chronique et avait notamment donné naissance à l’association "Ni putes Ni soumises" dont est issue la secrétaire d’Etat à la ville, Fadela Amara.

Le documentaire, dont la diffusion avait été initialement prévue pour la rentrée sur Arte, avait été déprogrammé au tout dernier moment. Les accusations avaient alors fusé, bidonnage d’un coté, censure de l’autre. Et le documentaire était resté dans les cartons alors que cette déprogrammation avait généré un énorme buzz.

Venu présenter la soirée "Thema" d’hier soir, au cours de laquelle La cité du Mâle serait finalement diffusé, Daniel Leconte a une nouvelle fois fait face à la critique, la journaliste de France Info reprochant au documentaire d’être un travail médiocre présentant des propos sans leur contexte. Accusation à laquelle Daniel leconte a répondu en faisant remarquer que le contexte allait être donné par l’émission et que c’en est justement le but.*

 

En outre

Daniel Leconte précise que toutes les personnes interviewés sont filmées de face et ont toutes signés pour autoriser la diffusion


Ajoute que le référé dont parlait une partie de la presse est une contrevérité - qu'il n'y a jamais eu de référé de déposé pour demander l'interdiction de la diffusion de ce film documentaire

Ce documentaire a donc été diffusé hier soir sur Arte, et est consultable pendant une semaine sur le site de la chaine Franco-allemande. Je le place juste ci-dessous également afin que vous puissiez le voir en contexte avec les propos de Daniel Leconte.

Si vous souhaitez voir l’intégralité de la soirée Théma diffusée hier soir, vous pouvez la retrouver sur le mini site qui lui est consacré. Vous aurez alors l’intégralité du contexte si ardemment défendu par son présentateur.-

Fin de l'article

* Après la diffusion, au cour du débat qui s'ensuit


Avant la diffusion...

Lien en fin de l'article

Remarques

C'est effarant cette négation de la réalité dans les banlieue ou sévit dominante la dictature des gros bras – ou le seul enjeu comme dans tous les lieux et pays où le patriarcat logiquement use des pires violences morale [par la loi] et physique [par l'emprisonnement et l'assassinat] pour régner, en France pour contrôler un quartier


Toutes mes sources d'informations depuis de nombreuses années me remontent que la cité Balzac n'a pas l'exclusivité de cette violence misogyne, phallocrate, et homophobe [qui trouve son origine dans les textes des religions duelle *]

Pour certains, c'est une minorité et le documentaire leur donnent l'impression de généraliser disent-ils...


Oui c'est une minorité – mais une grosse minorité; cette minorité fait la loi – cette minorité n'est pas tombée du ciel, elle le produit d'une éducation où la femme n'est rien de plus qu'un objet, une marchandise – que dans tous les cas elle est la propriété de l'homme ou du clan, ce que beaucoup de gens, dans notre société, ne cessent de dénoncer sans trouver suffisamment d'écho dans les médias


Un soulagement le documentaire a été diffusé suivi du débat prévu après la projection..     Crab

* La pire de toute et dominante à l'origine de la résurgence du patriarcat dans nos banlieue est celle de ''l'homme musulman'' puisque désormais c'est ainsi qu'il faut désigner cette idéologie moyenâgeuse [ou idéologie des gros bras]


Notes

"La cité du mâle" - REPROGRAMMATION
Mercredi 29 septembre à 21h35 dans la THEMA
« Femmes pourquoi tant de haine ? »
Le 31 août, ARTE a déprogrammé dans l'urgence le documentaire La cité du mâle, après avoir pris connaissance une heure avant la diffusion des risques encourus par une personne liée à ce film.
La chaîne le diffuse mercredi 29 septembre à 21h35, ainsi que l’ensemble de la THEMA Femmes, pourquoi tant de haine ?, après avoir procédé aux modifications permettant en particulier d'assurer de manière plus effective l'anonymat de certains protagonistes du film, et d’éviter tout risque de diffamation

Retour à Vitry, où Sohane fut assassinée dans un local à poubelles, et coup de projecteur sur les agressions machistes dans les cités.

Présentation du film

2004, à Marseille : Ghofrane, 23 ans, est lapidée. 2005, à Neuilly-sur-Marne : Chahrazad, brûlée à 60 % par son ex-petit ami, est maintenue plus de six semaines dans un coma artificiel. 2009, Oullins, dans la banlieue de Lyon : Fatima, 22 ans, est étranglée par son frère… La jeune femme s’était fiancée et avait trouvé un emploi. Chaque jour, les services de police enregistrent plus d’une vingtaine de plaintes pour des actes de délinquance similaires… Cathy Sanchez s’est immergée plusieurs semaines à Vitry, là où, en 2002, Sohane, 17 ans, est morte brûlée vive dans un local à poubelles… La réalisatrice, qui s’était mobilisée à l’époque, veut comprendre comment les choses ont évolué. Pourquoi les violences faites aux femmes sont-elles trop souvent ignorées ou minimisées ? À travers les scènes de la vie quotidienne, les dits et les non-dits, se dégagent les valeurs autour desquelles se construit une certaine identité masculine et le constat d’une situation qui ne cesse de se dégrader

Sources : Tous les liens en bas de page


Malika Sorel, qui participe au débat de la Thema « Femmes : pourquoi tant de haine ? », apporte un point de vue engagé sur les questions soulevées par les deux documentaires

Malika Sorel est membre du Haut conseil à l'intégration. Elle a publié l’ouvrage "Le puzzle de l'intégration - les pièces qui vous manquent" (Mille et une nuits). Ingénieure de l’École polytechnique d’Alger et diplômée d'un troisième cycle de Sciences-Po, elle a occupé la fonction d’ingénieur, puis celle d’ingénieur d’affaires et de recrutement de cadres dans des PME appartenant au secteur de la défense et des télécommunications.

Avez-vous été surprise de la violence des propos tenus par les jeunes dans le documentaire ?
Non, pas le moins du monde, non plus d’ailleurs que des expressions des visages, car j’ai déjà vu tout cela dans une autre vie, de l’autre côté de la Méditerranée. Du fait de l’importance des flux migratoires, il était hautement prévisible, en raison même du fonctionnement de ces populations, qu’elles reformeraient leurs sociétés d’origine sur la base de leurs propres normes collectives. Il est par ailleurs important de mentionner que la crise morale, intellectuelle et politique profonde que traverse notre société y aura grandement aidé. Notre société doute en effet profondément, et n’a plus guère confiance en elle-même ni en ses ressorts profonds.

Comment décririez-vous les visions qu’ils ont de la femme ?
Il n’existe à leurs yeux que deux catégories possibles pour une femme : « pute » ou « soumise ». C’est, bien malheureusement, cette vision de la femme qui leur est transmise dès le plus jeune âge au travers de l’éducation qu’ils reçoivent. Les femmes qui refuseront de se soumettre aux lois ou contraintes édictées par le groupe devront le plus souvent subir l’enfer sur Terre. Ce n’est pas du tout fortuit que Fadela Amara ait choisi d’intituler son association comme elle l’a fait. Il eût été salutaire de préciser qu’il ne s’agissait nullement là d’une évolution de la vision de la femme dans la société française du XXe siècle, mais que nous nous trouvions confrontés, pour un certain nombre de raisons, à une vision importée. Si cette vérité avait été dite par les pouvoirs publics, cela aurait aidé les populations de l’immigration à intégrer les données propres à la société française. Non seulement cela n’a pas été fait, mais on n’a eu de cesse, bien au contraire, de se voiler la face devant la réalité des situations qui se produisaient sur le terrain, hantés par la seule crainte de la stigmatisation. Ajoutons également la dictature du relativisme culturel et l’idéologie de la diversité culturelle, qui ont peu à peu pris en otage notre société. Voilà ce qui a constitué un formidable terreau pour la transplantation d’une misogynie qui se traduit par une rare violence non seulement à l’égard des femmes, mais également à l’égard d’hommes qui ne sont pas reconnus comme de « vrais » hommes.

Comprennent-ils la gravité de leurs paroles ?
Non, pas du tout, et le reportage le met très bien en évidence. La gravité se jauge en effet au regard de son propre référentiel de valeurs et de principes. Ce que nous avons vu et entendu dans ce reportage est extrêmement grave au regard des normes collectives de la société française. Cela ne l’est pas pour eux. Leur comportement est tout à fait rationnel. Il répond aux exigences de leur milieu, et correspond simplement au respect de l’enseignement qui leur a été transmis au sein de leur famille, de leur environnement, de leur société. Ces jeunes gens ont le grand mérite de s’exprimer de manière honnête, directe et claire. D’autres ont adopté un double langage qu’il est alors plus difficile, pour le profane, de décrypter.

D’où vient cette obsession de vouloir tout contrôler ?
Pourquoi vouloir tout contrôler ? Dans certaines sociétés, il ne suffit pas de respecter soi-même les valeurs du groupe. Incombe également à chacun la responsabilité de veiller à ce que l’ensemble des normes collectives soient respectées par tous les autres membres du groupe. Le contrôle social sur chaque individu est donc permanent. Inutile de préciser que ce mode de fonctionnement donnera naissance à des êtres qui auront le plus grand mal à grandir détendus et sereins. Cette obsession de vouloir tout surveiller, tout contrôler se nourrit de la conviction, transmise par l’éducation, que le salut de chacun dépend non seulement de son propre comportement, mais également de celui de son entourage.

Les filles semblent prendre à leur compte certaines de ces thèses et réflexes. Est-ce une façon de s’en protéger ?

Se soumettre pour ne pas risquer les foudres du groupe, et même devenir soi-même un loup pour ne pas être attaquée par les autres loups ? C’est une stratégie qui peut parfois être adoptée pour tenter de se construire une bulle d’oxygène ou un instant de répit. Mais il y a en réalité bien plus préoccupant pour notre société : c’est le défi que constitue une éducation conduite comme un « lavage de cerveau », une dépersonnalisation destinée à mieux piloter les personnes. C’est un processus voisin de ce qui a été observé sous certains régimes totalitaires. Cette éducation fabrique des êtres qui éprouvent les plus grandes difficultés à devenir libres au sens où l’entend notre société, à savoir des individus qui disposent d’un libre arbitre, d’une autonomie de décision, d’un sens critique et d’une véritable capacité de raisonnement. C’est là qu’il faut chercher les raisons du malheur de nos enseignants, qui ne sont pas confrontés à une simple problématique de transmission des savoirs, mais à un problème autrement plus complexe qui dépasse de très loin la mission de l’école. Avec une éducation qui de plus n’hésite pas à recourir à la violence psychologique, morale et physique, il n’est pas du tout surprenant que beaucoup de filles constituent à leur tour des maillons de la chaîne et contribuent à la perpétuation du système. Pour ne pas renforcer l’effet pervers d’une telle éducation, il est important de veiller à ne pas verser dans la communautarisation, ce qui se produit lorsque l’on traite au niveau politique avec des communautés ou lorsque l’on considère les êtres sur la base de leur supposée appartenance ethnique ou raciale. Il faut au contraire s’attacher à traiter avec les seuls individus, sur la base de leur appartenance à la famille humaine.
   Interview réalisé par David Carzon

Piqûre de rappel :

Le débat sur l'identité nationale avait pour objet de réfléchir aux valeurs qui pourraient nous rassembler, nous permettre de vivre ensemble – il a été galvaudé...essentiellement par tous les chantres [toujours les mêmes] du relativisme culturel...

Ce débat doit être poursuivi, jusqu'à l'éradication des idéologies moyenâgeuses qui polluent la vie de la majorité des gens dans ''les quartiers'' par tous ceux qui ne supportent pas l'idée même que les femmes puissent-être libres et autonomes    Crab 03 13 2010

domesticviolence61.jpg

 

Vidéos du Film

http://blvids.free.fr/z10%20La_cite_du_male_Le_meilleur_du_pire.mp4

Nota

Votre navigateur ''vous demandera'' [peut-être] d'enregistrer la deuxième * vidéo figurant sur la liste car c'est un point flv

* :

http://blvids.free.fr/z11%20Enquete_Debat_Blog_Archive_La_cite_du_male.flv

 

http://blvids.free.fr/z12%20videos__La_cite_du_male.mp4

 

http://blvids.free.fr/z8%20La_cite_du_Male__le_docu_choc_enfin_sur_Arte.mp4

 

James_Ensor_-_l_intrigue_-_1895_-_90_x_150_cm.jpg

James Ensor - L'intrigue -

 

Suite sur...

Violences urbaines suite

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/violences_urbaines./



29/09/2010

ÉROS

eros.jpg

Les deux hémisphères d'Éros – photo de la NAZA -

 

PARADIS TERRESTRE– Anno 2010


Il était une fois___au Paradis terrestre – la complainte d'Érectus-without


L'on y raconte qu'un homo – Sapiens – Sapiens, surnommé Érectus-without, souffrant de bien des malheurs, que pour y porter remède s'en alla trouver Éros, l'ami de tous les Sapiens -Sapiens


Dans cette histoire lecteurs et lectrices sensibles et avertis -es, vous ne manquerez pas de vous retrouver face à vous-même, mais à l'endroit devant votre psyché et non pas à l'envers comme tente de vous le faire accroire votre miroir


Début de l'automne, bien que la demande lui parut quelque peu tardive, Éros néanmoins accepta de recevoir Érectus-without pour un entretien


A présent:

Oyez-oyez!!! Gentes dames et gentils seigneurs, écoutez la complainte d'Érectus-without où il est dit, que d'un temps, la lumière ne se veut plus compagne de l'amour


[…./...]


Éros

Ah_a_a_a____vous aussi, comme trente pour cent des français mariés depuis plus de trois ans vous avez un problème d'érection...


Érectus-without

Je ne savais pas que nous étions si nombreux_______mais cela me rassure


Éros

Cependant, vous me disiez tout au début de notre entretien que votre dieu avait inventé l'amour - n'est-ce pas?


Érectus-without

Çà! Je ne le sais que trop bien, c'est pourquoi je suis dans un état perplexité qui par moment dépasse mon entendement


Éros

Pourquoi venir me consulter?


Érectus-without

Je me rend compte que de mon état, ma vie de couple en souffre

Après le prêche, j'avais interrogé notre guide spirituel qui m'avait dit que j'avais fait mon devoir puisque j'ai des enfants


Éros

La réponse de cet homme de foi, ne vous parait pas adaptée?


Érectus-without

En fait il m'a suggéré de consulter un psychanalyste...


Éros

Vous avez consulté?


Érectus-without

Non car, entre-temps, j'ai lu ''Le crépuscule d'une idole'' *


Éros

Un excellent essai, mais saviez-vous que son auteur, Michel Onfray est un athée?


Érectus-without

Oui, mais je vis dans de tels tourments, que je cherche partout, de tous cotés, la solution à mon problème 

Je ne sais plus trop à quel Saint me vouer et jusqu'à présent je ne vois rien venir


Éros

Résumons; j'ai compris que vous étiez croyant, mais que ''la pensée'' et la vie de Saint Paul, n'est pas en ce moment votre crédo - que vous n'êtes pas disposé à l'impuissance, qu'à juste raison vous vous méfiez des Freudiens et de leurs tentatives à partir de leurs fantasmes personnels de prétendre faire de l'universel, c'est bien cela, n'est-ce pas?


Érectus-without

Oui, mais comment m'y prendre?


Éros

Avant cela, dites-moi___votre dieu___il a certes inventé l'amour, mais sauf erreur de ma part, n'a t-il pas, si bon soit-il, aussi inventé le diable?


Érectus-without

Oui, mais je ne vois pas le rapport______?????


Éros

Ah_a_a_a, vous ne voyez pas le rapport...


Érectus-without

Non pas vraiment___


Éros

Reprenons - votre dieu à inventé l'amour mais n'a pas inventé le mariage – quatre vingt dix neuf pour cent des problèmes d'érections de l'Homo _ toutes les statistiques concordent_ c'est pendant le mariage


Érectus-withnout

C'est donc cela! C'est vrai que c'est diabolique, je le reconnais___c'est donc un fait___mais___que faire?


Éros

Mon cher Érectus-without, je pressens dans cet instantané, qu'en vous sonne la plus douce musique, la voix du seul vrai bonheur – voyez-vous très cher, ni homme – ni femme - c'est Éros l'ami de tous les singuliers du genre humain qui en vérité vous le dit

Alors___ plutôt que de perdre du temps et votre argent à consulter des ''hommes de foi'' ou des ''spécialistes'', tout simplement faites comme tous les hommes de bonne volonté – changez souvent de partenaire – et faites-le toujours avant que ne surviennent les premières difficultés, et ainsi vous serez assurément l'homme aimé des femmes


Érectus-without

Merci – je__tout à coup - je sens en moi quelque chose – comme un renouveau - une résurrection!


Éros

Oui, je devine - vous pensez très fort à la femme de votre voisin


Érectus-without

Eee_ee_e

 

L'entretien avait pris fin, mais la rue parle, parle beaucoup, et la rue dit que c'est ainsi chez-nous, traditionnel, que le message spirituel d'Éros rayonne et inonde de sa lumière divine et sublime l'immense tissus d'urbanité constitué par les villes, les villages et les hameaux de notre douce France


Crab – Rédigé le 29 septembre 2010 - en écoutant l'hymne à la joie de Beethoven

Note

Le langage du corps défendant

http://crab.painter.free.fr/videos/Court_metrage_scenes_erotiques.mp4

*

3327535655.jpg

Suite sur

Chez Isaac, Pierrot et Rachid

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/chez-isaac-pierrot-et-rachid/



 

 

28/09/2010

Joanie de Rijke

Joanie de Rijke2.jpg

Joanie de Rijke 

INOUÏE

Probablement issue d'un milieu peu enclin à se doter d'un esprit critique, ignorant ce qu'est ''une idéologie non critiquée'' , cette journaliste imprégnée d'une ''science des solutions imaginaires'', se livre à des déclarations qui relèvent de ce que l'on désigne par ''des bouffées de délires'' – une femme probablement trop habituée à vivre dans l'illusion ou dans la pataphysique de Souk en vient même  à parodier son identité de femme

Cela me fait tristement penser à ces femmes qui parlent d'elles comme si elles étaient extérieures à ce qu'il advient d'elles dans une situation donnée [Voir Aïcha...en bas de texte]

A rapprocher de ''l'homme musulman'' [et non pas de l'homme arabe] qui quand il parle des femme dit ''nos femmes'' ou ''nos filles'' ….

-

Je pense qu'elle s'accommoderait volontiers des contradictions d'un Gérard Miller qui se prétend athée* (non croyant? Surprenant dans la bouche d'un ex-maoïste) [rire], manifestement n'a pas compris que la laïcité avait été inventé pour mettre fin aux guerres de religions sur l'espace public en maintenant les croyances comme l'opinion propre des personnes privées

     

    * Miller aurait put trouver place dans le panthéon des marchands d'illusions, psychanalystes de la freudaine ou de la freudomania si bien dénoncés et analysés dans ''Le crépuscule d'une idole de Michel Onfray'', l'affabulation freudienne...

Miller, par ailleurs auparavant, grand défendeur de la burqa en duo avec Roland Dumas lors d'une émission sur le plateau du chantre du communautarisme le sus-nommé Ardisson...

Crab

-

Avid Editor's Insights

-

Posted by avideditor on June 8, 2009

-

Traduction [tant bien que mal...texte original en anglais en suivant]

Au mois de novembre 2008 un journaliste hollandais, Joanie de Rijke, a été enlevé par en Afghanistan de combattants de Taliban. Elle a été tenue en captivité, violé à maintes reprises, et relâché après six jours pour une rançon de 100.000 euros ($137,000). Après son épreuve, elle a reconnu que ses ravisseurs «a fait des choses horribles à moi,» mais a ajouté durant plusieurs entretiens multimédias «Ils m'ont respecté aussi,» et souligné «Ils ne sont pas de monstre».

Dans un discours dans le Parlement hollandais jeudi dernier, l'opposition le dirigeant Geert Wilders hollandais s'est référée à Joanie du cas de Rijke.

«Elle a été violée, mais elle n'était pas fâchée.

La journaliste qui est allé chercher dans l' Afghanistan taliban a vu sa fin de curiosité dans une épreuve cruelle de viol multiple. Pendant que pour cela d'autres ferait fâchées ou tristes, cette journaliste fait preuve de compréhension. Elle dit: ‹Ils m'ont respecté aussi›. Et lui a été donnée du thé et des petits gâteaux».

«Cette histoire» a dit Wilders,

«Est une illustration parfaite du déclin moral de nos élites. Ils sont si aveuglés par leur propre idéologie qu'ils tournent un œil aveugle à la vérité. Le viol? Bien, je mettrais ceci dans la perspective, dit le journaliste de gauche: le Taliban n'est pas de monstre.

Nos élites préfèrent nier la réalité au lieu de lui fait face à. L'un prévoirait: une femme est violée et trouve cela insupportable. Mais cette journaliste n'est pas fâchée parce que le musulman impliqué lui a aussi montré du respect. Nos élites, s'ils sont des politiciens, des journalistes, des juges, gobblers de subvention ou des fonctionnaires, sont totalement nuls. Le bon sens simple a été déchargé pour nier la réalité. Ce n'est pas juste cette journaliste violée qui souffre du syndrome de Stockholm, mais l'élite hollandaise entière. La seule morale adressée à laquelle ils se doivent est: ne pas irriter les musulmans – qui est la seule chose qu'ils condamneront». Fin de la traduction de l'article

_

Ci-dessous le texte original

_

Leftwing Dutch Journalist: “Yes the Taliban Repeatedly Raped Me… But They Respected Me & Are Not Monsters”

-

Leftwing nut Joanie de Rijke traveled to Afghanistan to conduct a sympathetic interview with the Taliban. What happened next was horrific.
But, her response to the ordeal was even more shocking. 

Joanie brought her tablet and pencils with her to the Taliban cave.

-

In November 2008 a Dutch journalist, Joanie de Rijke, was abducted by Taliban fighters in Afghanistan. She was held captive, raped repeatedly, and released after six days for a ransom of 100,000 euros ($137,000). After her ordeal, she acknowledged that her captors “did horrible things to me,” but added in several media interviews “They also respected me,” and emphasized “They are not monsters.”

In a speech in the Dutch Parliament last Thursday, the Dutch opposition leader Geert Wilders referred to Joanie de Rijke’s case.

She was raped, but she was not angry. The journalist who went looking for the Taliban in Afghanistan saw her curiosity end in a cruel ordeal of multiple rape. While this would make others angry or sad, this journalist shows understanding. She says: ‘They also respected me.’ And she was given tea and biscuits.”

This story” Wilders said,

is a perfect illustration of the moral decline of our elites. They are so blinded by their own ideology that they turn a blind eye to the truth. Rape? Well, I would put this into perspective, says the leftist journalist: the Taliban are not monsters. Our elites prefer to deny reality rather than face it. One would expect: a woman is being raped and finds this unbearable. But this journalist is not angry because the Muslim involved also showed respect. Our elites, whether they are politicians, journalists, judges, subsidy gobblers or civil servants, are totally clueless. Plain common sense has been dumped in order to deny reality. It is not just this raped journalist who is suffering from Stockholm syndrome, but the entire Dutch elite. The only moral reference they have is: do not irritate the Muslims – that is the one thing they will condemn.”

Source

http://avideditor.wordpress.com/2009/06/08/joanie-de-rijke-leftwing-dutch-journalist-yes-the-taliban-repeatedly-raped-me-but-they-respected-me-are-not-monsters/

-

Suite sur... AÏCHA

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/aicha-et-psycholuc...

27/09/2010

FÉMINISME

 

femme,patriarcat,religions,crab

 

Religions duelle : L' enjeu, c'est la femme

Les religions duelle ont point commun, celui de faire de la femme un objet bon pour la reproduction, l'islamique dispose d'un ''clergé'' qui pour y parvenir tente de faire accroire que le coran ou la sunna sont d'inspiration divine et non des textes rédigés par des ''humains'' [des hommes bien humains] bien trop ''humains''

L'ennemi désigné par les religieux sont les féministes

Il suffit de constater les tentatives bien réelles d'évoquer un féminisme islamique – les anti-féministe chrétien s'y prennent de manière plus ''subtile'' en essayant de promouvoir des politiques naturaliste et nataliste * mais la finalité est la même: faire rentrer la femme à la maison, ce qui lui ferait perdre l'essentiel – son indépendance financière vis à vis de l'homme

IVG

http://blvids.free.fr/1%20Pro_Vie%20%20Anti_Femme.mp4

http://www.dailymotion.com/video/x6c7g0_pro-vie-anti-femme_news

 

Féminisme islamique

Une erreur sémantique

Consiste à faire passer le féminisme universaliste comme un produit de l'occident, pour mieux nier le combat social et culturel des femmes...et des hommes qui refusent d'adhérer au troupeau des chantres du patriarcat

D'exploiter la différence biologique dans le but d'imposer à nouveau le concept d'inégalité entre hommes et femmes

Définition du féminisme

universaliste

La femme autonome – libre – indépendante financièrement de l'homme

A rapprocher de Égalité – Liberté - fraternité

Le niveau de civilisation d'un pays se mesure à sa capacité de mettre tous les dispositifs en œuvre pour développer l'égalité hommes-femmes

Parler de féminisme islamique [ou chrétien] relève purement et sûrement d'une escroquerie, revient à galvauder le sens des mots à l'image de ceux qui se définissent, disent-ils, dans ''la pensée libre''

La pensée est libre, sinon c'est de l'idéologie non critiquée comme les contenus des religions duelle fondées essentiellement sur des valeurs masculines guerrières

Toutes les religions duelle sont des idéologies inventées et rédigées par des hommes misogynes

Toutes les sourates du coran sans exception s'adressent à l'homme - en aucun cas directement  à la femme -

...Facile de le vérifier -  sur : http://laiciteetsociete.hautetfort.com/41-les-diktats-musulmans/

Le coran n'est pas le texte d'une religion, mais la rédaction d'un manifeste,  d'une idéologie politique totalitaire, antidémocratique

Le féminisme est universel et non une invention occidentale comme tentent d'en faire accroire l'idée les islamistes pour parvenir à leurs fins; c'est à dire, installer le communautarisme en essayant de faire abandonner l'exigence démocratique de l'égalité des sexes

Il est bon de rappeler ici que la tentative d'imposer le port du voile est utilisé comme le signal d'un projet politique [de société] rétrograde, symbolique de l'inégalité entre hommes et femmes

Merci à Manet

En une seule phrase

D'un homme, de l'artiste, la touche féministe, Olympia de son seul seul regard , coup fatal porté à l'idéologie du patriarcat, soudain au yeux du public la femme fut

femme,patriarcat,religions,crab

Olympia

femme,patriarcat,religions,crab

Le déjeuner

 Crab - 27 09 2010

* Politique naturaliste et nataliste : Le conflit, la femme et la mère

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/le-conflit-la-femme-et-la-mere/

 

 

19/09/2010

La dame de Brassempouy

Venus_of_Brassempouy.jpg

La dame de Brassempouy – Dans les Landes - paléolithique supérieur -

( Gravetien, 29 à 22000 ans BP ) -

taillée dans l'ivoire -

de mammouth -

 

S'agit-il ici de l'irruption...

de la misogynie ?

Comme vous le savez beaucoup d'archéologues ont tendance à voir à propos de tout et de rien soit un rituel, soit du sacré, soit du divin, soit du religieux

Une autre façon de faire de l'ethnologie

Nous observons que la dame de Brassempouy n'a pas de bouche – [ quelle question? ] pourquoi, dans sa vie, aurait-elle besoin de prendre la parole ?

Elle n'a d'yeux que pour voir son très -très - très gentil mari et un nez pour lui préparer beaucoup de petits, petits, succulents petits plats    *  

  *      21 repas à confectionner chaque semaine Ça___c'est___ l'amour ! ! !

Crab - 19 Septembre 2010

 

Suite :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/lucy-sapiens/

 

Les 400 Salopes

Les 400.jpg

Peinture acrylique - Crab - 1997

Les 400 Salopes

Entendre un Moscovici et quelques autres dire que la France doit quitter l'Afghanistan quand 400 femmes dans ce pays [ et leurs soutiens ] ont risquées et risquent toujours la mort pour s'être portées candidates aux élections

Un pays parmi les plus ennemis de la femme qui ne leur accorde que 25% de place dans un parlement qui n'a rien de démocratique sinon que le nom qu'on lui donne abusivement...

Nul n'ignore que là où le clanisme  domine - ce sont des chefs de guerre nourris, enrichis par l'argent de la drogue qui sont majoritaire dans ce type de Parlement

Ajoutez à cela un gouvernement et son Président corrompus incapable de construire un État...qui ignorent la première signification de ce qu'est une mission régalienne...

Une de mes amies me rapportait qu'une responsable d'une des principales associations humanitaires aurait déclaré en appuyant sur sa désapprobation [ au cours d'un C dans l'air, il y a peu de temps ] que l'on mettait en danger les fillettes et leurs familles en leur construisant des écoles  -  No comment

Qu'aurait-elle dit cette '' humanitaire ''à propos des 400 salopes ?

La communauté internationales, à mes yeux n'a connut qu'une seule erreur mais majeure, c'est d'avoir voulut trop vite installer un régime démocratique; il eu mieux valut administrer ce pays pendant de nombreuse année le temps de former les plus jeunes têtes de ce pays aux concepts de la démocraties

Mais c'était sans compter sans l'obscurantisme du fondamentaliste ou extrémiste Bush '' persuadé de conduire une mission divine '' et la cécité des autres nations

Crab le 19 Septembre 2010


Ce rapprochement vaut pour les grandes familles Libanaise et le Hezbollah qui domine la '' vie politique '' au Liban

La cécité de ces personnes là dépassent toutes les bornes...

Cela me fait penser à l'époque où '' le monde '' pleurait sur la destruction des bouddhas par les talibans sans s'être préoccuper une seule seconde de la condition des femmes dans ce pays in-civilisé...

 

Suite à partir de la page:

0NG Humanitaires

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/08/28/0ng-humanitaires.html

 

08/09/2010

Qu'est-ce que l'islam?

 

0 Merci les filles.jpg

 

Qu'est-ce que l'islam?

 

C'est une religion abrahamique révélée à Mahomet probablement par l'étudiant d'un rabbin de passage à la Mecque

 

C'est afficher le plus grand des mépris que de prétendre, en exerçant une pression morale permanente sur les personnes allant jusqu'à l'emploi de la force pour tenter de faire admettre par tous que le coran est une révélation divine

 

Pour moi, le plus grave reste l'atteinte à la liberté de conscience des enfants endoctrinés quelque soit par ailleurs la religion

 

Revenons à l'islam – le coran serait donc l'islam; hors n'importe quel lecteur peut se rendre compte que c'est un texte ou dans son entier contenu ''philosophique'' aucune sourate ne s'adresse à la femme

 

Taire ce fait essentiel c'est pétrifier à jamais la parole, c'est à dire le droit de penser et encourager la peur collective à l'égard des fanatiques qui s'appuient sur ce vieux texte phallocrate pour traiter les femmes comme un bétail qui prétend faire de l'homme un propriétaire du troupeau [''nos femmes -nos filles'' expressions de la déformation des esprits, la conséquence de ''l'éducation'' coranique]

 

Simple exemple [ais-je souvent rappelé] la polygamie est institutionnalisée mais la polyandrie n'est pas même évoquée – curieuse religion où l'homme peut être propriétaire ''d'un bétail féminin'' , surprenant que ce grand ''philosophe'' nommé Mahomet n'ait pas eu l'idée de proposer une seule sourate institutionnalisant la polyandrie pour que la femme puisse disposer ''d'un bétail masculin''

Que voulez-vous – ''on'' a la tête de ses gros bras...

 

Encore plus étonnant c'est d'entendre des personnalités politiques ou de la société civiles françaises dire quelle ne comprennent pas cette ''haine de l'islam'' [ 99% de ces personnalités sont des hommes]

 

Pour comprendre pourquoi l'idéologie [l'islam] n'est pas acceptable il suffit de se reporter à ce qui se passe dans certains quartiers [et c'est insupportable] depuis maintenant bien trop longtemps où !!!!

 

Oui , Où? Ne lit-on dans une enquête récente publiée [après bien d'autres enquêtes] dans le Figaro, qu'un jeune garçon répond à son prof d'histoire '' que la fille violée est une française, ça n'arrive pas chez nous''

 

Cela je le redis une fois de plus ne préoccupe pas les associations autoproclamées antiracistes comme le mrap ou sos racisme

 

Que des filles qui se veulent libres soit insultées ou la pratique des traques à l'homosexuel ne les affectent manifestement pas - un jour un des intervenants du mrap m'avait répondu que tout cela n'entrait pas dans l'objet de leur association – depuis ce temps certains d'entre eux ont inventé ''l'homme musulman'' – tout un symbolique programme de défense de la misogynie islamique

Voir...

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/racisme-sexisme/

Et...

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/racisme/

 

Pour bien comprendre ce que signifie être civilisé c'est à dire, les valeurs qui font notre identité d'hommes et de femmes français c'est être résolument déterminé à ne faire aucune concession à tout ce qui nuit à l'autonomie, à la liberté et à l'indépendance financière de la femme

 

Le garçon qui dit à son prof d'histoire '' que la fille violée est une française, ça n'arrive pas chez nous'' fait la démonstration que la religion [l'islam] génère le racisme actuel le plus odieux...

 

Les moraline judéo-chrétienne ont été défaite par la volonté exprimée par les féministes de ne plus être sous domination masculine et aujourd'hui que cela plaise à certains de l'entendre, en tant qu'incroyant, je me sens plus libre que d'autres pour dire que l'islam n'est que le dernier reliquat de la phallocratie mais la plus totalitaire des religions et ne mérite aucun respect

 

Pour ne pas capituler devant ces obsédés de la main-mise sur les femmes et bien comprendre ce que signifie dans une société civilisé les droits de la personne et un réel antiracisme un livre bien fait à offrir à toutes les pré-adolescentes où qui devrait faire parti des livres scolaires gratuits; ''Merci les filles'' de Valérie Ganne, Juliette Joste et Virginie Berthemet

Crab

Suite sur...

Les vapeurs du hammam

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/obscurantisme/...

02/09/2010

La fin du matriarcat?

0 la fin du matriarcat.jpg

Peinture acrylique -Crab -

La fin du matriarcat?

 

Hier une jeune fille d'un département d'outremer [16 ans] me disait quelle était croyante...et dans la conversation qui suivit S....... me donnait de multiple ''exemples'' pour me soutenir que l'homme est supérieur à la femme

Devant les arguments que je lui opposait... elle affirma en dernier lieu que ''l'homme est supérieur à la femme seulement dans quelques domaines où l'émotionnel désavantagerait la femme...''

-

Je comprenais [aussitôt] qu'elle était de confession musulmane ...[ce qu'elle me confirma]. Une fois que je lui eut dit qu'il y avait dans notre pays plus de femmes magistrats, plus de femmes enseignants que d'hommes elle me tourna le dos puis s'en alla...

-

A travers ce petit échange, une fois de plus l'on peut ici mesurer les effets de l'atteinte à la liberté de conscience d'enfants ayant subi l'endoctrinement dans la religion coranique

Rendus complétement sourds au point de plus vouloir entendre l'information ni même vouloir prendre un peu de temps pour au moins vérifier...

-

Dé-crédibiliser le texte coranique, est un devoir...

-

ICI il me paraît important de rappeler [par quelques exemples] que les femmes, dans l'actualité, exercent plus nombreuses que les hommes dans les métiers les plus qualifiés

-

Les femmes dans la magistrature
Un corps fortement féminisé

Le corps de la magistrature s'est largement féminisé, la proportion de femmes magistrats passant de 28,5 % en 1982 à 50,5 % en 2001

Source, Claude Hanoteau, directeur de l'École nationale de la magistrature

-

Dans les métiers du droit, les femmes sont devenues majoritaires parmi les avocats (52 % en 2002) et progressent rapidement dans la magistrature.

Source INSE

-

Site internet à consulter

École de la magistrature

Ministère de la Justice

-

Les femmes dans l'enseignement
Parmi l’ensemble des effectifs de la fonction publique d’État, c’est au ministère de l’Éducation nationale que l’effectif féminin est le plus important, en nombre et en pourcentage. Les femmes composent pratiquement les deux tiers de cet effectif mais elles ont, au 31 janvier 2007, pour la France métropolitaine et les DOM,gagné 2 points par rapport à 1996-1997 (64,4 %), et représentent 66,4 % de l’ensemble du personnel des secteurs public et privé (soit 803 415 agents). 696 963 femmes exercent dans le secteur public, soit 65,4 % des agents, et 106 452 dans le secteur privé (73,7 %).

Source INSE

-

Le nombre de praticiens hospitaliers est, me semble-t-il, équivalent entre hommes et femmes. Ceci étant, il y a toujours plus d'hommes que de femmes nommés professeurs, et plus d'hommes que de femmes chefs de service.

Source le Pr. Florence Pasquier, Spécialiste de la maladie d’Alzheimer, professeure de neurologie au centre hospitalo-universitaire de Lille. Elle a été élue "médecin de l’année 2004" par la revue médicale "Impact Médecine" et ses travaux ont servi de modèle pour l’élaboration du plan Alzheimer gouvernemental.

-

Lire en suivant...

http://www.sante.gouv.fr/drees/rfas/rfas200501/200501-art...

-

IL s'agit ici de donner quelques exemples statistiques...cela se vérifie ou vaut de plus en plus dans les professions d'ingénierie, d'architecte, de paysagiste, dans la recherche ect...

Un jour j'avais écris qu'en politique la parité [un jour] paradoxalement sauverait les hommes...

-

En fait l'invention [l'homme supérieur ou le chef de la femme] Mahométane est dans la continuité ou entérine [comme un copié collé] le fondement symbolique [sacrifice d'Abraham = spiritualité] des religions duelle qui ont précédée la musulmane

-

Pour passer du matriarcat au patriarcat il fallait pour ces cerveaux fêlés [les soi-disant prophètes] présenter la spiritualité comme une qualité essentielle de l'homme [le mâle] et de faire en sorte que cela soit considéré [par l'endoctrinement et par la force la plus aveugle] comme un progrès pour l'humanité

-

Beau progrès la moitié de l'humanité définie comme un être inférieur – et il y encore des gens qui hésitent à critiquer des textes qui sont non pas des révélations mais des idéologies de phallocrates agressifs, violents, mentalement aliénés, inféodés à des valeurs guerrières...dont le souci premier était d'effacer le matriarcat...

Pire, d'autres répètent à l'envie qu'il faut respecter les religions...

Crab

-

Suite sur...

FEMMES SANS TÊTE

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/femmes-sans-tetes/

 

 

 

30/08/2010

Irruption d'une nouvelle race

''Si dieu le veut'' – est le marqueur de  l'irresponsabilité individuelle et collective - un produit de la religion

 

Pour en finir

avec

le charlatanisme

 

Pour éradiquer

de notre société ''l'homme musulman''

je vous propose un petit mémoire de poche

 

 

Irruption d'une nouvelle race

 

Parmi les mouvements ''antiracistes'' [à géométrie variable] certains de leurs représentants ont inventé – tenez-vous bien - ''l'homme musulman'' - et déclaré désormais prendre sa défense

 

Selon ces braves garçons il y aurait donc ''l'homme musulman'' - décidément les phallocrates ne sont jamais en mal de contrevérités et peu préoccupé des contradictions dans lesquelles ils s'engluent...

 

Si je m'évertue à faire un petit effort je vais devoir constater ce que l'idéologie du coran propose comme projet de société - L'homme est supérieur à la femme – la polygamie institutionnalisée – la polyandrie interdite – La sharia privilégiant l'homme dans tous les domaines tant des biens que dans la vie sociale au détriment de la femme – Les codes de l'infamie et pour couronner le tout l'apostasie

 

Reprenons

 

Les fondamentaux de ''l'homme musulman'':

La femme est un être inférieure à l'homme [don d'Allah] = un dieu raciste et par voie de conséquence permet à ses idolâtres de constituer les fondements du racisme le plus répandu: Faire de la femme un être inférieur à l'homme

 

Le principe de la polyandrie institutionnalisé pour les femmes n'est pas même évoqué = rien de plus qu'une discrimination sexuelle

 

La sharia = la discrimination sexuelle active dans tous les domaines; institutionnalise par l'homme la maltraitance des femmes

 

L'apostasie = un racisme dirigé contre d'autres populations incroyantes ou non musulmanes

 

Cet ''homme musulman'', le produit d'une idéologie raciste, est-il défendable?

Crab  30 Août 2010

 

Suite sur...

DIGNITÉ DE LA FEMME

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/10/14/dignite-de-la-femme.html

 

 

 

 

17/08/2010

''A - COMME AUTONOME''

Pourquoi les françaises dotées d'un esprit critique

ne sont pas séduites par l'islam ?

non seduite par l islam.jpg

S'intéresser au corps, à sa forme, à son identité, à son mouvement, tout simplement le bonheur d'être

la sourate dite '' Les Lumières ''

Suite sur...

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/41-les-diktats-musulmans/

Crab

15/08/2010

0 ''Rumeur''

 

Rumeur.jpeg

''Guerres Athée?''

En réponse à quelques lecteurs croyants et adeptes d'une confession dont le but est de tenter de minimiser les guerres de religions du passé et celles dans l'actualité encours, sans le moindre scrupule inventent de prétendues guerres athées qui n'ont bien évidemment jamais existé

Dans toute l'histoire de l'humanité, jamais une seule guerre [ ni même civile] n'a été déclarée au nom de l'athéisme

L'incroyance au contraire des religions se fonde sur toute philosophie qui ne matérialise pas la volonté de domination – ce qui exclue toute hiérarchisation artificielle [culte de la personnalité, culte d'un dieu, soumission à une idéologie]

Parler de guerre athées est une aberration, une rumeur que tentent de répandre les religieux mis à mal par les pathologies que ne manquent pas de générer les religions

Tous les criminels de guerre ou fauteurs de crimes contre l'humanité ont été ''éduqués'' dans une religion

Staline de son vrai nom Joseph Vissarionovitch Djougachvili est né le 21 décembre 1879 en Géorgie. Staline poursuit ses études jusqu'en 1898 avec succès. Ses examens réussis, Staline entre au séminaire de Tbilissi. Là-bas, il suit divers cours, dont la lecture des textes saints, religion, droit Expulsé pour absence à un examen, Staline commence alors sa carrière de révolutionnaire

Hitler avait reçut une éducation catholique – et dans les villages durant près de deux siècles l'on racontait [en Allemagne] que les juifs enlevaient les enfants de chrétiens et faisaient leur rituels avec leur sang

Dans les deux cas ces ignobles personnages avaient été formaté dans des croyances ou des idées reçues...

La constitution de l'idéologie nazie ou d'une manière générale l'antisémitisme, n'a pas d'autres origines que les prières catholiques anti-juives rabâchées dans les lieux de cultes durant plusieurs siècles

Sauf erreur de ma part les incroyants ne prient pas...[ rire si possible ]

Depuis peu le conflit israélo-palestinien sert de prétexte antisémite à une majorité de musulmans en France et ailleurs

[ Tous les arabes ne sont ni croyants, ni tous musulman ]

Athée c'est continuer de penser - donc c'est le débat d'idées et recherches qui en sont sont la seule dynamique – l'athéisme n'a rien à voir avec les idéologies, puisque c'est la critique théorique de toute théorie qui constitue le socle même de l'incroyance

L'être humain n'est pas au - dessus de la nature: il est la nature et en même temps une petite partie de la nature

Il n'y a pas de ciel - ni de haut ni de bas - depuis notre positionnement dans l' univers, aussi loin et aussi longtemps qu'on voyagerait, nous reviendrions exactement à notre point de départ

Crab 15 Août 2010

SUITE

Les religions duelle et la double morale

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/07/01...



13:58 Publié dans 0''Rumeur'' | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : religion, femme |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer |

21/06/2010

LETTRE À HYPATIA - Vanité...

Hypatia_ par Charles_William_Mitchell.jpg

HYPTIA - par Charles William MITCHEL

HYPATIA

La Culture assassinée par une bande de fanatiques, avec à leur tête Pierre un clerc qui avait rend de lecteur dans l'église d'Alexandrie,commandité ou inspiré par la haine suscitée à son encontre par les chrétiens dont ne peut-être exonérer le cénacle de Cyrille

Traînée dans l'église de Kaisareion, lapidée avec des tessons de poterie, le corps déchiqueté et brûlée- Source : Socrate de Contantinople

Dans Alexandrie une fille célèbre par sa beauté et par son esprit, regardée comme un prodige de la nature, HYPATIA enseignait Homère et Platon, du temps de Théodose II –[ au IVe siècle de notre ère ] -

L'évêque Cyrille, un grand pourfendeur d'hérésies déchaîna contre elle la populace chrétienne, racontent Damascius et Suidas

Il fut par la suite canonisé par l'église...

Philosophe, érudite, lettrée, mathématicienne d'un haut niveau de culture comme tous les penseurs de l'antiquité grecque auxquels nous devons l'essentiel de notre Culture et les valeurs de tolérances

Son enseignement peut-être, avant la lettre qualifié de laïc, depuis sa chaire elle formait des élèves et des notables polythéistes, juifs et chrétiens.

Sans confession, philosophe, refusant de se convertir au christianisme ; comme toutes les religions monothéistes le christianisme à cause de l'absolutisme des textes ne pouvait que générer la haine attisée par les ecclésiastiques...

Résumé rédigé après la lecture de '' Histoires grecques '' par Maurice SARTRE

Ce qui advint à HIPATIA, est comparable à ce qui se passe de nos jours dans les pays [ islamiques ] où la grande majorité de la population est très religieuse, le sort réservé aux incroyants, aux agnostiques, et à ceux d'autres confessions...   

Après HYPATIA, alors que dans une antiquité ou le droit de penser avait toute sa place, antiquité où les femmes philosophes sont présentes et considérées avant d'être dépossédées, éloignées des enseignements, des lieux de savoirs par les monothéistes il faudra attendre le siècle des lumières pour que les hautes autorités académique reconnaissent en Émilie du Châtelet une grande scientifique et le début du vingtième siècle en Marie CURIE

[ C'est bien parce que nous respectons la mémoire d' HYPATIA que nous ne demanderons jamais les excuses de l'église ni le pardon d'un pape  – Crab - ]

Poème

Le vil Galiléen t'a frappée et maudite,
Mais tu tombas plus grande ! Et maintenant, hélas !
Le souffle de Platon et le corps d'Aphrodite
Sont partis à jamais pour les beaux cieux d'Hellas !
Dors, ô blanche victime, en notre âme profonde,
Dans ton linceul de vierge et ceinte de lotos;
Dors ! L'impure laideur est la reine du monde,
Et nous avons perdu le chemin de Paros.
Les dieux sont en poussière et la terre est muette;
Rien ne parlera plus dans ton ciel déserté.
[1847])

LECONTE DE LISLE

athéisme,religion,femme,croyance,sexualité

Hypatie - Raphaël -

 LETTRE A HYPATIA

HYPATIA vous avez déclaré publiquement votre incroyance dans un monde où l'hydre des religions à têtes bestiales entreprenait par la terreur, la délation, la lapidation de propager la pire des superstitions que ses tenanciers, des barbares ont nommé : La foi dans un dieu... anthropomorphe

Voyez-vous HYPATIA, en ce vingt et unième siècle l'on voudrait nous faire croire que religion est synonyme de paix, d'amour du prochain, et j'en passe, comme si la forme pouvait faire oublier le fond... excepté dans l'esprit des naïfs, les plus dangereux d'entre tous d'ailleurs...

Les totalitaires se font faces partout dans le monde...dans nos faibles démocraties, patiemment revendiquent la possibilité d'endoctriner les enfants, glorifient le martyr comme s'il s'agissait d'une valeur positive, la bête s'il on n'y prend garde, attend son heure pour broyer sur son passage toutes les tentatives d'aimer la vie – les religions ont été, sont et resteront le '' monde de la mort ''

Lapidée pour avoir été une femme, mais aussi cette femme qui avait eu l'audace de penser...nul parmi les êtres doués de raison, aussi longtemps que restera entrevu pour ce monde ci une possibilité de civilisation, n'oubliera pas ni ne ternira jamais votre mémoire

À ce moment précis de mon existence, toutes mes pensées vont vers vous 

Vidéo

http://crab.painter.free.fr/videos/1%20Hypatie_d_Alexandrie.flv

 

Ou sur

http://www.terre.tv/fr/protection-de-lenvironnement/reportage/111_hypatie-dalexandrie


Crab

La Vanité.jpg

 Tu aimeras ton prochain comme toi-même
Vanité...

Cette expression édictée [contre nature] dont se targuent les chrétiens, n'est rien de plus que la tournure d'esprit d'une personne imbue * d'elle-même – qui s'imagine meilleure que les autres – cela n'est ni divin – ni même chrétien c'est tristement humain

Toutes les religions duelle sont des idéologies inventées et rédigées par des hommes misogynes

Cène2.jpg

Photo détournée par Crab

Proclamation !   le texte situé dans la bulle :

« En vérité je vous le dis, Judas sera nominé Prix Nobel du bon sens, seul parmi les mâles il comprend avant tous que le Féminisme Universaliste est l'avenir de l'homme »

Toutes les sourates du coran sans exception s'adressent à l'homme - et non en aucun cas à la femme - une  sourate indirectement dans le coran [ ''...devront cacherleur poitrine ''...] demande aux femmes de renier leur féminité

La femme n'existe pas - ce qui dans l'actualité explique ce que des femmes arabes et autres surnomment '' les codes de l'infamie '' ( code de la famille ) en vigueur dans les pays musulmans - la femme y est dans le coran et les codes [ou moraline] un sous citoyen

Je mets au défi quiconque de démontrer, dans ces textes, autre chose que l'expression de la misogynie institutionnalisée par quelques chefs de tribus habitués à pratiquer l'abus de pouvoir...et le pire en ce qui concerne la condition des femmes

Que celui qui n'a jamais péché jette la première pierre – va et ne pèche plus -

Propos qui n'ont pas d'autre valeur que formulés dans une époque où la femme n'avait aucun droit – était totalement économiquement dépendante des hommes

Ces propos d'une autre époque ... dans la nôtre sont obsolètes

 

* Pourquoi perdre son temps en danses macabres – pour en finir avec l'illusoire, symboliquement choisissons sans ambiguïté un dict de la parole débarrassé [enfin] de toute abstraction

Par exemple

Pour les femmes '' on '' est sûr de rien – pour les hommes c'est affirmatif, une fois décédés, ils sont tous bons - Fin de la proposition -

...point de départ pour une nouvelle définition ou ère de la Vanité   Crab

Suite

MYTHES SLAVES La femme non dépossédée par la chrétienté...

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/conte-mythes-slaves/


 

10/06/2010

BOUTIN DE TOUJOURS

 

boutin.jpeg

 

Christine Boutin, lit-on dans les pages des meilleures presses,

exclut,

de démissionner de sa mission

Honorée à hauteur de 9.500 euros pour mener à bien une mission sur les conséquences sociales de la mondialisation

Que l'on ait confié une mission aussi importante à une femme dont l'incompétence dans quelque domaine que ce soit est parfaitement reconnu, prouve que l'égalité hommes-femmes connait sous l'ère Sarkozy une dynamique auparavant sans égale Crab

En suivant

Les fables du choucas

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/humour-3/

 

10:36 Publié dans BOUTIN | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : femme, politique |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer |

09/06/2010

Religion de la haine de l'autre - L'autre, la différente - la femme -

 

c est a voir.jpg


C'est à voir

Il y a quelques mois de cela [ou plus] une femme lors d'un J T ou d'une émission de télévision avait émis judicieusement l'idée qu'il serait préférable d'organiser des filières pour aider les femmes qui veulent fuir et échapper aux lois masculines islamique plutôt que de faire la guerre en Afghanistan – mais puis-je ajouter - les aider à sortir de bien d'autres pays musulman où elles subissent ce que l'on surnomme ''les codes de l'infamie'' (1) Crab

(1) Codes de la famille

Les droits des femmes en question

Moussada Jalal, ancienne ministre de la Condition féminine et candidate à la présidence afghane en 2004, a demandé mardi aux députés canadiens de se préoccuper davantage des droits des femmes afghanes et de veiller à ce que ces droits ne soient pas sacrifiés au nom de la paix avec les talibans.

Devant un sous-comité de la Chambre des communes, elle a égrené une liste de demandes à l'intention du gouvernement afghan de Hamid Karzaï qui visent à renforcer les droits de la personne et les lois contre la discrimination.

La militante a prévenu les députés canadiens que ces droits avaient perdu du terrain dans son pays. Elle a aussi exprimé son inquiètude à propos des efforts de rapprochement entrepris par le gouvernement afghan avec les groupes extrémistes insurgés.

Récemment, le mollah Omar, le chef taliban, a ordonné que les femmes qui habitent sur le territoire contrôlé par les insurgés ne sortent en public que si elles sont accompagnées par un homme de leur famille.


[En septembre 2009, Hamid Karzaï a promulgué une loi qui, selon Human Rights Watch (HRW) brime les droits des femmes de confession chiite. HRW soutient que la loi légalise le viol par un époux, autorise un violeur à échapper à la justice s'il verse une indemnité à sa victime et enlève aux femmes le droit de travailler sans la permission de leur mari.]


Mme Jalal dénonce le statut de sous-homme que les talibans accordent aux femmes et elle estime qu'aucun accord ne peut être conclu avec eux tant qu'ils continueront à s'en prendre aux droits des femmes.

Le gouvernement du président Hamid Karzaï a, depuis quelques mois, fait de la réconciliation avec les militants islamistes les plus durs, comme les talibans et le groupe Hezb-e-Islami, une priorité pour mettre fin à la guerre, même si cela peut entraîner, pour les femmes, une perte de certains des droits acquis depuis 2001.

Mme Jalal souhaite d'ailleurs que l'amnistie offerte aux talibans à l'issue de la jirga(réunion tribale) qui s'est tenue à Kaboul début juin ne se concrétise pas. Elle considère que l'entente conclue avec les taliban nuira aux processus démocratiques et aux droits humains dans son pays.

Elle a aussi demandé au président Karzaï de rétablir le programme de justice transitoire lancé en 2005 et abandonné l'an dernier qui visait à demander des comptes aux chefs de guerre, dont certains font maintenant partie du gouvernement, et qui ont commis des atrocités pendant la guerre civile.

La militante pour les droits humains dit qu'elle veut elle aussi la paix en Afghanistan, mais pas à n'importe quel prix. Consciente que le Canada quittera son pays d'ici un an, elle assure que si une partie du financement militaire du Canada en Afghanistan est réinvesti en assistance au développement, cela pourra avoir un impact durable pour les Afghans.

Radio-Canada.ca avec Presse canadienne

 

Lire en suivant

Obscurantisme - Les vapeurs du hammam

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/obscurantisme/


 

06/06/2010

sur LCP

 

Un voile jeter sur le combat

féministe?

 

Jeter sur le combat.jpeg

Peinture numérique - Crab -

Dimanche 06 Juin 2010 - en soirée à 21h00 j'ai suivi sur LCP

Le film documentaire d'une Française et Iranienne - Négar Zoka tente de comprendre ce qui pousse, dans la France d'aujourd'hui, quelques milliers de femmes à porter le niqab. Cette question l'amène aussi à se demander pourquoi la République se sent à ce point menacée par une minorité d'individus vivant en marge de la société. Membres de la mission parlementaire, du mouvement salafiste, femmes portant le niqab et militantes laïques donnent leur point de vue

La France menacée? NON!

Une France déterminée à faire respecter les droits de l'humain – la France qui se sentirait menacée relève des habituels grotesques propos qui n'ont pas d'autres objets que de détourner tout un chacun de la réflexivité et surtout de tenter d'enterrer le débat –

La France se sent responsable

Dans ce film documentaire un témoignage où deux aliénées [''voilées volontaires''] prétendent dépasser les combats mené avant elles par les féministes – en réalité se donnent ''une existence politique'' devant les caméras par défaut de capacité à être créatives ou solidaire des femmes qui refusent la soumission – ''voilées volontaires'' dans l'incapacité de décrypter par elles-mêmes le caractère non religieux - mais celui de la représentation symbolique parfaitement identifiée du patriarcat

C'est de l'avenir des enfants dont la République se sent responsable et se doit de les protéger des idéologies de régressions de la mixité sociale – la France ne peut laisser endoctriner dès leur plus jeune âge les petits garçons et les petites filles par des adultes qui auraient toutes latitudes de leur faire intérioser que le statut normal d'une femme est d'être cette sorte de chose indifférenciée - clonée

Sachant que le port de tous les voilent ne relève pas d'une religion de qualité (1) - puisque religion signifie relier et non pas le rejet des autres - bien qu'il n'y ait rien conçernant le port des voiles dans aucune des sourates d'un texte rédigé par des hommes [le coran] où ''la parole'' prétendue divine, ne s'adresse jamais a la femme mais exclusivement à l'homme

 

Sur le film proprement dit ''il n'apporte rien de plus'' que ce que rapporte confusément depuis des années la plupart des médias– mettre tout sur le même plan – comme si toutes les analyses des uns et des autres avaient la même valeur

Hors dès le point de départ la problématique est faussée par ce que j'appelle ''les pré-définitions de jugements de valeurs dans un ''grand classique'' – c'est à dire traiter le sujet sur ''le principe d'une méthode duelle – soit par le jeu de l'interview d'exposer le point de vue des pour où des contres -

Pas un mot sur les origines pré-islamique du voile ni sur l'inexistance du mot voile dans la langue arabe du coran

Mon commentaire a pour vocation d'attirer l'attention sur la pratique d'une méthode duelle utilisée par la réalisatrice - comme dans la plupart des documentaires présentés dans les médias de télévisions – méthode ignorant sur ce sujet précis que la plupart des téléspectateurs n'ont pas pris la peine ou jamais trouver le temps [pour certains n'y ayant jamais trouvé le moidre intérêt] d'étudier les mythes de l'antiquité et leur rapport avéré ou non avec les religions duelle - ni l'exploitation par des islamiste dans l'actualité qui sous le couvert [sorte de cheval de Troie] de la liberté de conscience essaient de faire passer les voiles vieux dans les diktats du patriarcat de plus de cinq mille ans et de trente deux siècles pour les plus récents pour des commandements divins du coran

''la République se sent à ce point menacée'' - ce qui dans cette forme de présentation devient le fil central du documentaire escamote le fait que républicain c'est être responsable – c'est être conscient que nos actes sont la cause de notre avenir et de celui de nos plus jeunes

(1) Rire un peu

 

10 C F de la fatwa 2.jpeg

 

Clonage des esprits – la conséquence

 

10ac.jpg

Suite sur

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/conseil-feminin-de-la-fatwa/

20/05/2010

''0 A - ATHÉOLOGIE ''

« Les convictions sont des ennemies de la vérité plus dangereuses que les mensonges »
Friedrich Nietzsche - [ Humain, trop humain ]

 

La vie est la seule valeur sacrée – L'au-delà : Un fantasme n'est qu'un prétexte pour ne pas la respecter

ATHÉOLOGIE – Présentation du site

 

atheologie - presentation 0.jpg

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur

'' dieu ''

et

les femmes

...Et la politique

Dieu [ nous dit-on ] n'est ni masculin ni féminin mais les deux à la fois – bizarre, bizarre, bizarre - cependant force est de constater qu'il est du genre masculin – vraiment bizarre

Aucun verset aucune sourate dans les religions duelle, ne s'adresse à la femme. Sans exception toutes '' les paroles '' prétendues '' divines '' s'adressent à l'homme – exclusivement à l'homme – aucun verset - aucune sourate ne s'adresse directement à la femme

Dans la profession de foi de chaque religion duelle l'homme est donné supérieur à la femme – constitue le racisme le plus répandu dans nos sociétés

Ce racisme '' majeur '' fait de la femme un sous-citoyen – un être inférieur- n'intéresse pas les associations antiracistes toutes branchées sur '' Les droits de l'homme ''

Vivre sans dieu c'est faire progresser l'humanité

Les religions émanent de peurs incontrôlées et du culte de l'irrationnel construit par des hommes pour les hommes – il n'y a pas de croyants [ dont parmi eux des femmes qui pourtant en sont les victimes premières ] qui pratiquent leur religion paisiblement – car aucune religion duelle n'est paisible – il n'y a que des croyants qui ne veulent rien changer et tant pis si cela génère parmi eux des extrémistes

Les mythes non duel
Les Celtes comme dans la plupart des sociétés nordique de l'Europe construisaient des mythes où dominait le principe de l'égalité hommes femmes
Il faut attendre les religions duelle venues toutes d'orient pour que s'installe le patriarcat...et de voir imposer aux populations par la force plus que de gré toutes les idéologies [ religions ] mortifères qui s'y apparente

Ce dont nous sommes redevables des lumières sont toutes les philosophies qui ne sont plus matérialistes de la volonté de domination - la pensée par la raison critique permettant de dé-pétrifier le langage –

Quand '' on '' ne sait plus comment savoir, dans cette situation  l'athéisme se définit comme  le refus de remplacer cette incompréhension momentanée par une croyance, en suivant d'ériger cette idéologie en dogme *

– le contraire du marxisme ou des religions duelle [donc, dont les monothéismes] - Est issu des lumières tout ce qui permet de continuer de penser

Ce n'est pas sans raison que Richard DAWKINS* écrivait que la superstition la plus répandue était de dire que les êtres humains ont besoin de la religion
Point de vue que je partage, puisque je suis de ceux qui s'en passe allègrement - mais s'inquiète de l'endoctrinement des enfants par des adultes peu respectueux de leur liberté de conscience

Refuser, [ et pour cause ], au nom de la foi [ une béquille ], d'expliquer ''dieu'' me rappelle la fable du Renard de La FONTAINE – qu'a défaut de pouvoir parvenir au niveau de compréhension nécessaire, ultime, pour comprendre ou définir '' les origines '' s'empresse incapable d'atteindre les raisins de s'en détourner sous prétextes qu'ils sont verts
 

Mnémotechnique
était la déesse de la mémoire

la mère des neuf muses

9 Muses.jpg

Aimez-vous les uns les autres, revient à aimer tout le monde ; autant dire que c'est la négation même de l'amour, car c'est n'aimer personne en particulierMeilleure réponse : Carmen dans l'opéra de BIZET :

http://www.youtube.com/watch?v=pJLyZqETuBU&feature=related

L'amour est un oiseau rebelle
Que nul ne peut apprivoiser,
Et c'est bien en vain qu'on l'appelle
S'il lui convient de refuser

* Notes :

Lors d'une interviewe Robert REDEKER déclarait [ je résume ] que dans la mesure ou l'athéisme n'est pas une religion, que croyance et athéisme était à mettre sur le même plan

COLUCHE aurait put dire, que ce philosophe à une mine '' pasiphilosophe que çà '' :

La croyance, c'est ce que l'on met à la place de ce que l'on ne sait plus comment expliquer

L'athéisme, au sens originel du mot religion, c'est à dire relier, est la religion de l'éthique}

Athée : signification, c'est dire que dieu n'existe pas – et delà s'ensuit différends modes de pensées

Je choisis le plus souvent de me définir envers les autres comme INCROYANT, car ainsi je n'ai pas besoin de nier l'existence de dieu

MAIS

...cela me permet de rétorquer aux croyants « vous me dites que dieu existe, et cependant aucune des explications que vous me donnez ne me convainc pas »

Bonne lecture à toutes et à tous - merci de votre visite  - Crab

 

Souviens-toi que

c'est tous les jours la journée de la femme

Lire la suite....

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/texte-de-l-exode/

19/05/2010

Projet de loi - et débats

 

Un débat sur le voile intégral dégénère

AFP
18/05/2010

Un débat sur le voile intégral, organisé par l'association Ni Putes Ni Soumises, a dégénéré mardi soir à Montreuil en violences qui ont nécessité l'intervention de la police

Lire la suite

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/05/18/97001-20100518FILWWW00622-un-debat-sur-le-voile-integral-degenere.php

 

Pressions insupportables

Les partisans de la suprématie de l'homme sur la femme utiliseront tous les moyens...plus violents les uns que les autres ...

C'est eux ces activistes qu'il faut viser avec une loi d'interdiction [du port] de tous les voiles...

 

Qui a intérêt à faire accroire l'idée que les musulmans sont stigmatisés par le projet de loi?

 

Ils disent ''les musulmans'' qu'ils sont républicains – Soit admettons-le - dans ce cas ils devraient sauter de joie et participer en première ligne à toutes les démonstrations ou manifestes en parfait accord avec ceux qui s'opposent ou veulent interdire l'implantation dans notre société d'idéologies de régression de la mixité – idéologies toutes dirigées contre l'égalité femmes-hommes -

 

Bien sûr la discrimination sexuelle, c'est le foncier de toutes les religions duelle- [c'est à dire pas seulement les religions monothéistes] – mais dans l'actualité l'urgence c'est de faire respecter aux ''activistes musulmans'' de gré ou par la loi les valeurs civilisatrices de notre société – les valeurs qui forment le socle de notre identité nationale -

Crab


 

Le gouvernement maintien

et adopte le projet de loi


En tant que Français et Européen nous n'avons aucune raison de permettre l'installation des idéologies les plus arriérées ou issue des traditions les plus primitives en provenance de pays musulmans


F 3 au cours du journal régional ce soir [19 05 2010] a donné la parole pendant plus de cinq minutes au représentant des associations musulmanes de l'Ile de France et à des élèves toutes voilées d'une école musulmane


Hors il en ressort qu'ils se prononcent contre la loi ''au nom de la liberté religieuse''


  • la parole n'a pas été donnée à toutes personnes ou associations qui savent que les voiles n'ont aucun rapport avec la religion – et encore moins dans une croyance de type déiste ou proche déiste -

Conclusion du représentant des associations musulmanes ''si la loi passe, elles [les voilées] quitteront la France ou resteront cloitrées chez-elles''


Bien pour les premières - quelles ailles prendre la place de celles qui veulent fuir des pays où elles sont assujetties aux codes de la famille – codes qu'elles surnomment ''codes de l'infamie''


Pour les secondes ''les cloitrées volontaires'' – c'est leur problème de détester l'autre le non musulman ou l'incroyant, je ne verserais pas la moindre larme


Piqûre de rappel

Interdire les voiles c'est protéger - en ne permettant plus à ''des adultes'' de faire intériorisé aux fillettes que la condition normale d'une femme, une fois adulte [au nom d'une religion] c'est de ressembler à une momie ambulante ou à un fantôme

Crab 19 Mai 2010

Lire la suite....

OBAMA et les voiles

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/conseil-feminin-de-la-fatwa/

03/05/2010

Le Crime...

LA LETTRE

                       de

 

Marie Anne Charlotte CORDAY d 'ARMONT

Charlotte_Corday.jpg

Après la lecture de l’acte d’accusation, l’audition des témoins, on donna lecture de la lettre qu’elle avait écrite à son père, le 16 juillet et qui avait été interceptée. Elle revendiquait son acte en ces termes:

« Pardonnez-moi, mon cher papa, d’avoir disposé de mon existence sans votre permission. J’ai vengé bien d’innocentes victimes, j’ai prévenu bien d’autres désastres. Le peuple, un jour désabusé, se réjouira d’être délivré d’un tyran. Si j’ai cherché à vous persuader que je passais en Angleterre, c’est que j’espérais garder l’incognito, mais j’en ai reconnu l’impossibilité. J’espère que vous ne serez point tourmenté. En tout cas, je crois que vous auriez des défenseurs à Caen. J’ai pris pour défenseur Gustave Doulcet: un tel attentat ne permet nulle défense, c’est pour la forme. Adieu, mon cher papa, je vous prie de m’oublier, ou plutôt de vous réjouir de mon sort, la cause en est belle. J’embrasse ma sœur que j’aime de tout mon cœur, ainsi que tous mes parents. N’oubliez pas ce vers de Corneille:
Le Crime fait la honte, et non pas l’échafaud!
C’est demain à huit heures, qu’on me juge. Ce 16 juillet. »

 

Ce qui me frappe dan cette lettre c'est qu'elle est  à la fois empreinte de dignité et d'extrême pudeur -
Les musulmanes dans l'actualité qui se prétendent ''volontairement'' pudiques feraient bien de s'interroger sur une notion qui manifestement ne fait pas partie de leur ''culture''

 

Citation:

( La pudeur c'est faire preuve de retenue – '' me couvrir la tête de n'importe lequel des voiles islamiques'' - c'est faire preuve d'aucune retenue - c'est considérer ''l'autre indigne de voir ma chevelure'' - Crab 2003)

86-001281.jpg

Notes

Cette descendante du tragédien Pierre CORNEILLE a un très fort caractère: noble mais appauvrie, elle vit à Caen chez une vieille tante et voit très peu de monde. Très belle, elle s'en moque et néglige sa parure: elle consacre tout son temps aux exercices de piété, à la lecture de Plutarque, Tacite et Rousseau.

 

Charlotte est arrivée à Paris 4 jours avant l'exécution de Marat, elle est venue pour tuer celui qu'elle considère comme l'ennemi du genre humain. Au cours de son procès, seul le Président du Tribunal révolutionnaire a tenté de la sauver mais les juges ont refusé de la considérer comme folle. Charlotte Corday est montée calme et résignée à l'échafaud le 17 juillet 1793 


Ode à Marie Anne Charlotte Corday

Quoi ! tandis que partout, ou sincères ou feintes,
Des lâches, des pervers, les larmes et les plaintes
Consacrent leur Marat parmi les immortels ;
Et que, prêtre orgueilleux de cette idole vile,
Des fanges du Parnasse, un impudent reptile
Vomit un hymne infâme au pied de ses autels;

La Vérité se tait ! Dans sa bouche glacée,
Des liens de la peur sa langue embarrassée
Dérobe un juste hommage aux exploits glorieux !
Vivre est-il donc si doux ? De quel prix est la vie,
Quand sous un joug honteux la pensée asservie,
Tremblante, au fond du cœur se cache à tous les yeux ?

Non, non, je ne veux point t’honorer en silence,
Toi qui crus par ta mort ressusciter la France,
Et dévouas tes jours à punir des forfaits.
Le glaive arma ton bras, fille grande et sublime,
Pour faire honte aux Dieux, pour réparer leur crime,
Quand d’un homme à ce monstre ils donnèrent les traits.

Le noir serpent sorti de sa caverne impure,
A donc vu rompre enfin sous ta main ferme et sûre
Le venimeux tissu de ses jours abhorrés !
Aux entrailles du tigre, à ses dents homicides,
Tu vins redemander et les membres livides,
Et le sang des humains qu’il avait dévorés !

Son œil mourant t’a vue, en ta superbe joie,
Féliciter ton bras, et contempler ta proie.
Ton regard lui disait : « Va, tyran furieux,
Va, cours frayer la route aux tyrans tes complices.
Te baigner dans le sang fut tes seules délices;
Baigne-toi dans le tien et reconnais tes Dieux. »

La Grèce, ô fille illustre, admirant ton courage,
Épuiserait Paros, pour placer ton image
Auprès d’Harmodios, auprès de son ami ;
Et des chœurs sur ta tombe, en une sainte ivresse,
Chanteraient Némésis, la tardive Déesse,
Qui frappe le méchant sur son trône endormi.

Mais la France à la hache abandonne ta tête,
C’est au monstre égorgé qu’on prépare une fête,
Parmi ses compagnons, tous dignes de son sort.
Oh ! quel noble dédain fit sourire ta bouche,
Quand un brigand, vengeur de ce brigand farouche,
Crut te faire pâlir aux menaces de mort !

C’est lui qui dut pâlir ; et tes juges sinistres,
Et notre affreux sénat, et ses affreux ministres,
Quand, à leur tribunal, sans crainte et sans appui,
Ta douceur, ton langage et simple et magnanime,
Leur apprit qu’en effet, tout puissant qu’est le crime,
Qui renonce à la vie est plus puissant que lui.

Longtemps, sous les dehors d’une allégresse aimable,
Dans ses détours profonds ton âme impénétrable
Avait tenu cachés les destins du pervers.
Ainsi, dans le secret amassant la tempête,
Rit un beau ciel d’azur, qui cependant s’apprête
À foudroyer les monts, et soulever les mers.

Belle, jeune, brillante, aux bourreaux amenée,
Tu semblais t’avancer sur le char d’hyménée,
Ton front resta paisible, et ton regard serein.
Calme sur l’échafaud, tu méprisas la rage
D’un peuple abject, servile, et fécond en outrage,
Et qui se croit alors et libre et souverain.

La vertu seule est libre. Honneur de notre histoire,
Notre immortel opprobre y vit avec ta gloire,
Seule tu fus un homme, et vengeas les humains.
Et nous, eunuques vils, troupeau lâche et sans âme,
Nous savons répéter quelques plaintes de femme,
Mais le fer pèserait à nos débiles mains.

Non ; tu ne pensais pas qu’aux mânes de la France
Un seul traître immolé suffit à sa vengeance,
Ou tirât du chaos ses débris dispersés.
Tu voulais, enflammant les courages timides,
Réveiller les poignards sur tous ces parricides,
De rapine, de sang, d’infamie engraissés.

Un scélérat de moins rampe dans cette fange.
La vertu t’applaudit. De sa mâle louange
Entends, belle héroïne, entends l’auguste voix.
Ô vertu, le poignard, seul espoir de la terre,
Est ton arme sacrée, alors que le tonnerre
Laisse régner le crime, et te vend à ses lois !


André Chénier fut lui aussi guillotiné, le 7 thermidor an II (25 juillet 1794)

 

Suite

HYPATIA

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/tu-aimeras-ton-prochain/

Vidéo

http://www.terre.tv/fr/protection-de-lenvironnement/reportage/111_hypatie-dalexandrie


27/04/2010

Les précieux ridicules

 

0 Les précieux 1.jpg

 

'' Femmes de Gaïa '' - Peinture numérique - Crab -

Les précieux ridicules

 

Arguments fallacieux ridiculement rabâchés

Sur BFM TV suivant les propos tenu par Chems-Eddine Hafiz vice-président du Conseil Français du Culte musulman - qui s'imagine que les auditeurs sont des gens naïfs

A/ - Déclare et explique que la polygamie dans le coran '' exige '' de l'homme de traiter ses épouses à égalité de sentiments

Pourquoi cet argument islamiste est fallacieux ?

Tout simplement parce que la polyandrie n'est pas comme la polygamie institutionnalisée dans le coran

Pourquoi une femme ne serait-elle pas en capacité d'avoir des sentiments égaux pour chacun des époux?

La vérité est évidente pour toute personne de bon sens ou de bonne foi – c'est un diktat rédigé par des hommes pour les hommes – les hommes ont le choix – mais pas les femmes

Il n'y rien de révélé, rien de divin dans cela - c'est un abus de pouvoir pratiqué et institutionnalisé par des chefs de tribus

B/ - Ce même ''avocat'' de prétendre que ce même Mahomet n'était pas si misogyne que l'on le dit puisque la première femme qu'il a épousé avait vingt ans de plus que lui

Pourquoi cet argument n'est pas recevable ?

Là encore ce fait ne lui donne pas un blanc seing pour épouser une fillette à six ans et de lui imposer des rapports sexuels à neuf ans - des hommes mariés avec des enfants qui commettent le crime de pédophilie c'est hélas souvent le cas à toutes les époques -

L'on voit bien que cet ''avocat'' en sus feint d'ignorer les circonstances aggravantes car Mahomet n'est rien de plus qu'un gourou – un chef de clan

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/aicha-et-psycholucide/

C/ - Arguments

Au cours d'un C à dire sur F 5 ( chaine publique ) le recteur de la mosquée de Paris déclare que éventuellement si cela advenait une loi d'interdiction de la burqa ne doit pas se situer sur le terrain moral mais sur le plan de la sécurité

Depuis quand est il normal de considérer que tout ce qui porte atteinte à la dignité de la femme – à l'endoctrinement des fillettes doit - être caché ou ignoré par la loi et non critiqué

Et ce recteur d'affirmer que - les musulmans se sentent stigmatisés -

Grosse blague, tant que les musulmans ne considèreront pas le coran pour ce qu'il est un ensemble textes destinés à asseoir la suprématie de l'homme sur les femmes

Note

L'inacceptable : La France dans le code de la famille n'a toujours pas interdit la polygamie, ce qui explique le peu de volonté des pouvoirs publics à interdire l'accès de notre territoire aux étrangers polygames

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/assyrie-obama-les-voiles/

Crab

 

Les voiles – du vent -

Interdire le voile intégral c'est mettre fin à une dynamique – empêcher toute atteinte à la liberté de conscience -

Le but recherché par ces idéologues du patriarcat c'est dès le plus jeune âge de faire intérioriser aux fillettes que la condition normale d'une femme adulte c'est de se mouvoir avec un voile – tous les voiles avaient et ont toujours un rapport direct avec le patriarcat

 

L'origine patriarcale des voiles

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/assyrie-obama-les-voiles/

 

Quand Mahomet évoque son invention: Grand reportage -

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/changelejeu-et-mahomet/

Crab

 

Respect de l'autre

28 Avil 2010

La loi n'a nul besoin, en effet, de faire référence aux religions Abrahamiques – puisque de toutes façons tous les voiles sont la conséquence des dogmes du patriarcat – même si nous savons que les monothéismes sans être nouveaux dans l'histoire de l'humanité pérennisent le patriarcat – [ Homme majeur – femme mineure ] et surtout conforte en tentant de conférer une origine divine à cette idéologie à seule fin de permettre ''aux clergés'' de présenter comme indiscutable et de prescrire le patriarcat aux travers de codes impératifs comme mode de vie quotidien

 

Pour bien comprendre les mécanismes psychique pathologiques du patriarcat qui conduisent exclusivement à faire porter par les femmes les voiles – Soit, considérer l'autre indigne de voir les cheveux ou l'intégralité du corps de la femme il est édifiant de lire les minutes du débat qui s'est tenu il y à quelques temps déjà lors du conseil féminin musulman et de la fatwa sur:

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/conseil-feminin-de-la-fatwa/

 

Interdire par la loi tout masque [ à l'exception durant quelques manifestations artistiques ou populaire ] c'est pour la République affirmer clairement que nul n'est indigne de voir le visage de l'autre, cela vaut donc aussi pour la burqa - et c'est entre autre prendre une mesure de sécurité   - Crab

Piqûre de rappel

( La pudeur c'est faire preuve de retenue – '' me couvrir la tête de n'importe lequel des voiles islamiques '' - c'est faire preuve d'aucune retenue - c'est considérer '' l'autre indigne de voir ma chevelure '' - Crab 2003 )

 

La raison du plus fort n'est pas la meilleure

 

La question majeure que devrait se poser tout être doué de raison

 

A quelle époque et par qui a été rédigé le coran ? (1)

 

Répondre à cette double question ne permettrait plus aux adultes d'assujettir la conscience de leurs enfants - car faut encore le répéter les enfants ne sont pas en capacité de choisir - leur cerveaux est en formation - prédisposé pour toutes les croyances et d'autant plus à croire tout ce que dit un adulte surtout si ce dernier en plus est un peu âgé - [ car un enfant fait confiance ]

 

Ces idéologies émanant d'hommes qui régnaient sur les populations par la force de leurs gros bras et non pas par l'intelligence – sont les rédacteurs de ces textes, sans la moindre participation des femmes qui à ces époques obscures n'étaient que des marchandises

Seules quelques trop rares femmes dans les milieux aristocratiques ont pu s'imposer et mener une vie autonome et libre, d'autres l'ont tenté mais l'on payé de leur vie (2)

 

Admettre cela c'est reléguer à la juste place tous les livres prétendus d'inspiration divines – c'est à dire dans les poubelles de l'histoire  - Crab

  1. Vaut pour tous les textes des autres monothéismes

 

(2) Hypathie d'Alexandrie est la première femme à avoir écrit sur les mathématiques dont le nom soit parvenu jusqu'à nous. Comme on sait très peu de choses sur sa vie, si ce n'est qu'elle est sans doute morte en martyr, de nombreux mythes sont apparus autour de son personnage et il est souvent bien difficile de démêler le vrai du faux.

Elle est la fille de Théon, philosophe et érudit grec qui lui donne une éducation approfondie. Avec lui, elle écrit une édition critique des Eléments d'Euclide qui s'imposera comme l'édition de référence jusqu'au XIXè siècle. On pense qu'elle a aussi écrit des commentaires sur l'Arithmétique de Diophante ou sur le traité des coniques d'Appolonius, mais aucun de ces ouvrages n'est parvenu jusqu'à nous ( c'est peut-être une conséquence de l'incendie de la bibliothèque d'Alexandrie ).

Philosophe intelligente et très instruite, elle dirige l'école neo-platonicienne d'Alexandrie au début du Vè siècle et donne de nombreux cours publics. Son succès, son sang froid, sa franchise déplaisent aux autorités chrétiennes. Elle est assassinée, découpée et brûlée lors de manifestations manigancées par le patriarche d'Alexandrie.

Source: La BibM@th

http://www.bibmath.net/bios/index.php3?action=affiche&quoi=hypathie

 

Comment penseret non - Quoi penser -


L'éducation des enfants de la part de leurs parents est affaire d'honnêteté – merci de consulter du '' pourquoi '' et du '' comment '' sur:

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/du-pourquoi-et-du-comment/


Rappelons que l'Athéologie n'est pas une religion mais la langue qui relie toutes les personnes de bonne volonté qui considèrent que les religions n'ont pas d'autre objet que d'engendrer le sectarisme pour le seul bénéfice de maintenir, d'un siècle à l'autre, des pouvoirs religieux [ mais plus grave des pouvoirs politique-religieux ] locaux ou régionaux


L'Athéologie, c'est l'identification et la critique théorique de toutes les formes de l'endoctrinement – formes d'une même notion constituée de trois composants: rumeurs - croyances – idées reçues et de les inculquer à des enfants sans le moindre scrupule - ce qui revient compte tenu de leur jeune âge à porter atteinte à leur liberté de conscience et cela sans qu'aucun État en soit troublé –

comment dans ces conditions parler des droits de la personne ? (1)


Seront-ils capable un jour, ces modérés musulmans ou chrétiens, comme l'écrit Richard Dawkins, de comprendre que '' la foi peut-être très, très dangereuse et c'est une grave erreur de l'implanter délibérément dans l'esprit vulnérable des enfants '' ?

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/foi-et-de-ce-qui-met-les-foi-s/

Crab

(1) Couramment appelé '' droits de l'homme ''

 

Exemple parfait de désinformation

couramment pratiquée sur de nombreux supports médias

 

Lu dans http://www.nationspresse.info/?p=86572

Le 28 Avril 2010

 

Extrait

Polygame mais sans voile...

L’affaire Lies Hebbadj, du nom de ce musulman rezéen ayant quatre femmes, fait actuellement grand bruit, et la polygamie qu’il pratique est dénoncée par la totalité des ténors de la droite libérale et des militantes féministes.

Or, ceux qui ont de la mémoire se souviennent qu’en 2007, celle qui n’était pas encore la première dame de France – et qui à l’époque soutenait Ségolène Royal – se prononçait ouvertement en faveur de la … polygamie dans un entretien accordé au Figaro Madame.

Sans honte, elle déclarait : « Je suis monogame de temps en temps mais je préfère la polygamie et la polyandrie. (…)  Je m’ennuie follement dans la monogamie ».

Des propos que Nicolas Sarkozy aimerait bien qu’on oublie actuellement …

Fin de l'extrait

 

C'est le type même de la désinformation – c'est la polygamie institutionnalisée comme un droit et un choix pour les hommes qui est condamnée

Pseudo droit issu de l'idéologie patriarcale qui par ce droit bien évidemment ne prône pas en parallèle l'institutionnalisation de la polyandrie

 

Cette interdiction faites aux femmes [perpétrée par la religion et les codes impératifs issus de la sharia] fait la preuve [ mais pas des moindres ] que tout ce qui à pour origine [ comme les voiles ] le patriarcat fait de la femme un bétail dont l'homme dispose à son gré

 

Donc la polygamie institutionnalisé n'est autre que la volonté d'hommes de dominer les femmes – bien sûr il n'est pas dans mon entendement de proposer l'institutionnalisation ni de la polygamie ou de la polyandrie  - Crab

 

L'Épiclérat (de); et de l'utilitaire femme...

29 Avril 2010

Comprendre pourquoi il faut en finir avec dieu ou le patriarcat

« L’humanité est mâle et l’homme définit la femme non en soi mais relativement à lui »

Simone de BEAUVOIR

 

Le pire ennemi de la femme [ d'où qu'elle vienne ] sera toujours une idéologie naturaliste et par conséquent celle de toute politique nataliste

Les monothéistes depuis toujours sont entrés parfaitement dans ce rôle de constructeurs de '' cette belle mythologie de la maternité '' – récemment dans le conflit, la femme et la mère Élisabeth BADINTER rappelait à nouveau cette vérité première naturaliste et nataliste (1)

 

( Paradoxalement ce sont quelques personnes frustes comme Cécile DUFLOT [ qui de toute façon n'avait pas même lu le livre ] qui se sont insurgés contre cette pourtant pertinente démonstration des tentatives actuelles de '' faire rentrer '' ou de maintenir les femmes à la maison )

 

Ces tentative sont inspirées par la frange puritaine qui pollue encore nos société démocratiques – puritains qui à travers leurs codes impératifs [moraline] prétendus d'origine divine nient tout autant la sexualité d'une manière générale et en sont encore à délirer, fantasmer que les femmes ont à la place du sexe un instinct maternel – si Simone de BEAUVOIR était parmi nous je suis à peu près certains qu'elle écrirait de ces fossiles «toute une initiation sexuelle à faire» - vous l'aurez compris pas même à refaire

 

Est-il besoin de rappeler qu'une fois publié et connut, d’article en article, le livre de Simone de Beauvoir ''

Le Deuxième Sexe '' devient un « manuel d’égoïsme érotique », un manifeste d’ « égotisme sexuel », on se scandalise des «hardiesses pornographiques» qu’il contient, et son auteure est qualifiée de «suffragette de la sexualité» ou d’ «amazone existentialiste»?

 

Relire la Presse de l'époque pour constater, je vous laisse imaginer les propos graveleux qu'on y lit, qu'avec les clergés font chorus et de pousser des cris d'orfraies des individus qui comptaient tout autant dans les rangs des staliniens que des autres sensibilités politiques – bref l'union sacrée des ignorants – aujourd'hui l'on dirait obscurantistes

 

La conjonction, dans notre actualité, de la femme voilée [ tous les voiles, niqab ou burqa ] conjuguée à la position naturaliste rappelle cette formule de Simone de Beauvoir, je la cite:

« La femme ? c’est bien simple, disent les amateurs de formules simples: elle est une matrice, un ovaire; elle est une femelle: ce mot suffit à la définir » (p. 37)

 

Cette phrase à elle seule résume le contenu de l'idéologie patriarcale – la femme est tout juste bonne pour la reproduction pour permettre à l'homme [ le mâle ] d'assurer sa descendance et de faire la preuve de sa virilité

Depuis l'antiquité c'est sur cette sur base que s'institutionnalisa la polygamie – survivance dans l'actualité de ces mentalités archaïques figurant en bonne place dans ''le droit'' des codes de la famille issus de la sharia

 

Et si dans certains pays comme l'Allemagne de nombreuses femmes ne veulent plus faire d'enfant, n'en déplaise aux féministes d'arrière zinc, [ou celles qui sévissent dans les tables carrées de France 2, dans la journée et non pas après minuit] c'est bien parce que l'idéologie patriarcale [encore présente dans l'inconscient collectif] valorise celui qui tue (2) et non au sexe qui engendre pour instituer la supériorité de l'homme sur la femme – « la mère est ravalée au rang de nourrice, de servante » ( p. 134 ) phrase au combien encore d'actualité – il suffit de lire la plupart des forums portails des thèmes religions, sociétés ou politiques pour s'en convaincre et de constater que cela reste le discours dominants des islamistes et de ce qui reste des judéo-chrétiens

 

« La Musulmane voilée et enfermée est encore aujourd’hui dans la plupart des couches de la société une sorte d’esclave » ( p. 141 ) S de B

 

La soumission fait du christianisme trouve aujourd'hui un relais avec les idéologies islamistes conjuguées à celles des néo-naturalistes – d'où la position ambiguë de bon nombre d'élus formatés aux clientélismes dans les banlieues - sortes de fossiles qui vont des extrêmes staliniennes, en passant par des déviants au sein des socialistes suivis de très près par quelques néo-archaïsants invétérés du coté des droites – tout '' ce beau monde '' en égale proportions comme à la sortie du livre de Simone de BEAUVOIR et celui plus récent d'Élisabeth BADINTER – Je dirais prendre garde que ce qui n'est peut-être que cyclique ne devienne pas le pathos du siècle

Crab - 28 Avril 2010

 

  1. http://laiciteetsociete.hautetfort.com/le-conflit-la-femme-et-la-mere/

 

  1. Néanmoins depuis peu quelques femmes kamikazes viennent ''jouer les troubles fêtes''

 

Notes:

la notion d’épiclérat, cette fois-ci expliquée: en cas de mort d’un homme sans héritier, « l’héritière devait épouser dans le génos paternel son parent le plus âgé […] l’épiclère n’était pas héritière mais seulement une machine à procréer un héritier » (p. 147 - S de B

 

Hommes arabes féministes

Qasim Amin, un intellectuel égyptien, a déclaré, en 1897, que " C’est quand même étonnant ! Pourquoi ne demande-t-on pas aux hommes de porter le voile ou de dérober leurs visages aux regards des femmes, s’ils craignaient tant de les séduire ? La volonté masculine serait-elle inférieure à celle des femmes ? ".

Tahar Haddad, un intellectuel tunisien, a comparé, en 1930, le voile à " la muselière qu’on met aux chiens pour les empêcher de mordre ".

 

Qasim Amin (1865-1908) - penseur égyptien connu comme principal instigateur du courant féministe arabe

Tahar Haddad tunisien et féministe

 

Au J T de F 3 aujourd'hui 30 Avril 2010

Donne la parole aux représentants du culte musulman, comme le recteur de la mosquée de Paris ou à des néo-archaïsants socialistes comme Harlem Desir qui jouent en permanence la carte victimaire [ '' ces pauvres musulmans '' ] – chacune de leurs interventions sont autant de tentatives de faire oublier que nous avons affaire là à des idéologies [ islamiques ] de régressions – une fois de plus se seront exprimé dans le J T de F3 d'aujourd'hui – sans qu'il y ait de présent pour leur répliquer de réels contradicteurs

Pour contrecarrer cette intox quasi quotidienne

Faire connaître les arabes d'autres époques et les laïcs ou incroyants parmi eux qui à notre époque ont parfaitement compris que le monothéisme musulman ( 1 ) ne fait que reconduire le mode d'oppression patriarcal -

Crab

( 1 ) Idem pour toutes les religions Abrahamiques - idéologies de la négation de l'autre – l'inexistante – cet autre la femme – Aucune de ces trois religions monothéistes n'est défendable

 

Piqûre de rappel

De L’ÉDUCATION

PUDEUR ( de la ) ; et de la sociabilité…

 

Les chantres du relativisme culturel
Ce sont les activistes de la désinformation
Leur socle commun
Consiste à reprendre et présenter comme une évidence, « une qualité libératrice » qui serait « une qualité essentielle » de la femme voilée ou fantôme dont le propos est de dire: porter le voile ou masquer entièrement mon corps et mon visage « c’est ma pudeur ».

Pudeur
Prétendre que porter le voile ou masquer entièrement mon corps et mon visage « c’est ma pudeur » révèle un défaut d’éducation qui se traduit dans les faits par un refus de la sociabilité.

L’œdipe du citoyen-ne socialisé
Suppose une éducation réussie avec ou sans ses parents ( autre référent ).
Réussir son œdipe, grâce aux parents ou tout autre  référent, c’est avoir reçut un enseignement de la pudeur, en socialisant leur désir « sauvage », favorisant leur passage dans la vie en société.

L’aliénation
L’accoutrement vestimentaire défini ou justifié à partir de la notion de pudeur; est un non sens; c’est exactement l’inverse,c’est le refus du passage dans la vie en société.
Mais l’emploie de ce non sens est symptomatique de la pire des formes du patriarcat, idéologie entièrement bâtie à partir de non sens tous manifestes du refus de la vie.  - 03 Juillet 2009
Crab

 

( La pudeur c'est faire preuve de retenue – '' me couvrir la tête de n'importe lequel des voiles islamiques '' - c'est faire preuve d'aucune retenue - c'est considérer ''l'autre indigne de voir ma chevelure'' - Crab 2003 )

 

DÉMOCRATIE ( de la ) ; et de l'aliénation [ des ]...

04 Mai 2010

 

Il y a quelques temps de cela j'avais écris

« Par sa nature ou structure patriarcale le monothéisme ne sait pas relier - il ne peut que tenter le clonage des esprits

Les monothéistes font une confusion constante entre spiritualité et religion

Les monothéismes transforment chaque confession en dogme ou en un code impératif, ou encore prétexte à une moraline... la religion n'est plus qu'une idéologie ou le regard n'est plus capable de triompher de l'œil
» Fin de l'extrait

 

J'ajoute que la notion de prescription religieuse n'a aucun sens dans la loi ou l'esprit des lois d'une démocratie – sinon cela reviendrait à admettre que l'idée même de démocratie n'a aucun sens

 

C'est d'ailleurs au contraire ce que disent les monothéistes hommes qui savent inconsciemment ou consciemment que que les monothéismes ne sont autres que le produit d'une idéologie masculine rédigée par des hommes pour les hommes – que dans le monothéisme [ redisons-le ] la femme est inexistante - Les religions Abrahamiques [ patriarcales ] sont l'expression de la pire des violences faites aux femmes mais aussi à toute l'humanité

 

Bien sûr l'on ne se privera pas de me rétorquer que de nombreuses femmes '' vivent '' cet état de fait masculin comme naturel – certes mais aussi pendant que beaucoup trop d'hommes vivent encore captifs des images destructives de la virilité

 

Parenthèse

Sur les forums, lors du débat sur les testes ADN, face à des croyants, et parmi les plus virulents ceux d'entre eux qui prônaient la virginité des filles [ ce qui n'est pas un hasard puisqu'il s'agit là encore d'un élément majeur constitutif de l'idéologie du patriarcat ] j'ai constaté l'impossibilité de leur faire admettre que le principe de la filiation pour les enfants n'avait de valeur que culturelle – mais pour ces individus il ne pouvait s'agir que d'une filiation biologique...

Fin de la parenthèse

 

Faut-il s'en étonner ?

Que beaucoup femmes font leurs ces idéologies masculine

Comment pourrait-il en être autrement après plus de quarante siècles de patriarcat pendant lesquels elles ont étés privées de développements – sans aucune chance de s'épanouir - conditionnées par l'éducation qui leur était faite

Redisons-le – voici quarante siècles passés - et toujours en vigueur dans les milieux les plus attardés de notre société

 

Pour des femmes adhérer à ces idéologies qui ne proposent que leurs propres destructions – c'est ce que l'on désigne sous le vocable - aliénation -

 

La démocratie

Parler de prescriptions religieuses relève d'un abus de langage – du charlatanisme -

Le rôle d'une démocratie c'est d'imposer par la loi des valeurs qui ne doivent rien à des aliénations – sinon c'est admettre comme naturelles toutes les atteintes à la liberté de conscience – l'admettre fait ou ferait de la démocratie une coquille vide de sens

C'est bien à la loi qu'il appartient de dire le Droit – il est temps de réagir et de donner par les lois un sens culturel évident à notre nation   - Crab

 

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/commission-burqa/

 

 

Brève - Burqa du jour


Ce jour 11 Mai 2010 [ durant le JT DE sur F 3 ] Moussaoui ( Moussa non ) déclare à propos de la burqa qu'il trouve regrettable que « la première résolution traite d'un problème très minoritaire »

Dans ce cas puisqu'il s'agit d'un problème minoritaire en quoi cela le concerne ?

Sa position dissimule vraiment très mal la réalité de ce que pense la majorité des siens – tout est bon pour faire assimiler l'idéee aux fillettes qu'une fois devenues adultes elles devront s'affubler d'un des voiles ou de les '' essayer '' les uns et les autres  - Crab


Brève - burqa du jour 2


[.../...]

Le Conseil d'État a émis un « avis défavorable » [.../...] ...dans leur étude remise il y a un mois à Matignon, qu'« une interdiction absolue et générale du port du voile intégral en tant que telle ne pourrait trouver aucun fondement juridique incontestable »

[.../...]

« Ce n'est pas une surprise », fait-on savoir à Matignon. « Cela n'entame en rien la détermination du gouvernement à faire évoluer la législation sur ce sujet. » Le gouvernement va passer outre l'avis du Conseil d'État, qui n'est que consultatif. « Il faut assumer les risques juridiques de nos convictions », avait anticipé François Fillon – Source - Le Figaro14/05/2010


Faire évoluer la législation c'est en effet le travail du politique – dans ce cas précis faire évoluer la loi consistera certes à interdire les voiles intégral [au nom de la sécurité...] - mais bien au-delà à ne plus permettre à des adultes de conditionner la fillette pour lui faire intérioriser que une fois devenue adulte qu'en se masquant le rejet de l'autre [qui ne mérite pas de voir mon visage] va de soi – la république dit non à ce qui s'apparente à une nouvelle forme de racisme - un racisme à rebours que l'on peut rapprocher de l'apostasie prônée par les fondamentalistes

Crab 14 Mai 2010


SORCIÈRES (des) ; et du désir..

Faire passer les femmes pour des sorcières

Lire la suite....

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/le-desir/

 

 

 

23/04/2010

La guerre civile

 

FEMME (de la); et de ses ennemis...

 

Les religieux sont depuis toujours et seront toujours des déclencheurs de guerre civile

 

Comment peut-on nier la guerre civile enclenchée depuis bientôt plus de quinze ans par les islamistes ou par de pseudo modérés

 

Un élu de la République Jean-François COPÉ menacé vit désormais après d'autres personnalités courageuses sous protection policière pour sa prise de position respectueuse de la dignité – oui de la dignité - mais la dignité pour toutes les femmes

 

Effarant – de voir dans les médias le peu de réaction des politiques – tous ceux qui invoquent quotidiennement la liberté de conscience pour justifier le port de tous les voiles...

 

Ces mêmes pleutres invoquent la liberté de conscience oublieux [inconscients?] que ce sont les enfants et plus particulièrement les petites filles dont la plupart des religieux justement ne respectent pas la liberté de conscience

 

Rappeler une fois de plus que les enfants ne sont pas en capacité de choisir...subissent l'endoctrinement...si ce n'était cela j'en aurais rien à cirer que les religieux se ''bouffent'' entre eux, comme ils le font depuis plus de deux mille ans - mais bien sûr il m'est impensable d'oublier que la laïcité me protège de ces ennemis de la liberté - ces ennemis de la Culture - de leurs tentatives de cloner les esprits de tous les citoyens d'un pays - de notre pays

 

Ci-dessous

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/media/01/01/148903655.JPG

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/media/00/02/1412752756.jpg

 

J'ai peints ces deux toiles parmi d'autres en 1995 et 97, car j'avais parfaitement senti que les idéologies musulmanes allaient prendre [si l'on n'y prenait pas garde] le relais des mouvements catholiques porteurs des idéologies de régressions – ces derniers en perte constante d'autorité – autorités ''morales'' (A) autoproclamées sans liens réels avec la nature par la négation même de la nature des morales personnelles des humains

 

Sur ces toiles apparaissent clairement l'annonce de toutes les atteintes à l'autonomie - à la liberté de la femme - à son indépendance financière - l'interdire de toute vie en société – burqa – tête de femme décapitée pour refus de porter le voile (1) – robe sanglante de la virginité

 

Car quand bien même cela échapperait aux prétendues [aliénées] voilées volontaires incapable de se rendre compte que certaine d'entre elles sont complices d'un projet de société qui concoure avec d'autres forces non musulmane à faire rentrer les femmes à la maison et tenter de rétablir la suprématie de l'homme sur la femme – de axer la vie de la femme à nouveau sur la reproduction et l'élevage – que la notion de liberté de conscience proclamée par ces chantres là est dévoyée de son sens premier – pervertie...

 

Il n'y a pas d'autres solution que la fermeté d'une loi d'interdiction car ces idéologues qui mènent la barque ne peuvent rien concéder – ce n'est pas vraiment nouveau - c'est d'ailleurs pour cela que de tous temps les religieux tentent d'imposer à tous leurs pathologies et très rapidement faute d'être convaincant ont vite fait de recourir à des menaces envers tous ceux qui refusent de voir imposer à la société leurs codes impératifs d'un autre âge – laissera -t-on ces individus poursuivre leur travail de sape des valeurs démocratiques et menacer les personnalités civiles et politiques qui savent dire non à tous les formes que prennent les tentatives totalitaires?

Crab

 

 

  1. Quelques mois après quatre jeune filles étaient décapitées en plein centre d'Alger parce qu'elles ne portaient pas le voile

    Acrylique sur toile 18 mai 1997 - Crab - ci-dessous

    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/media/01/01/134556...

 

(A) Morale entre guillemets = Moraline religieuse

 

L'hypocrisie prônée par le coran


Les conséquence dans l'actualité


Lu sur les forums ou sites ''ennemis de la femme''


Citation «Vous ne comprenez pas que la plupart des femmes voilées sont des françaises de souches converties»

 

C'est prendre les gens pour des naïfs


Des femmes bigotes contre l'interruption de la grossesse sont majoritairement [depuis des décennies] des ''française de souche'' – comptent parmi les pires ennemies de la femme


Donc cet argument ''française de souche voilée'' au même titre que les idéologies duelles [monothéismes] est à jeté dans les poubelles de l'histoire des être humains

Crab

Voir aussi

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/41-les-diktats-musulmans/


22/04/2010

En finir avec les idées reçues

Closes maisons.jpg

Peinture numérique - Crab -

ROUVRIR  '' LES MAISONS...''


Inénarrable

 

Tollé dans les médias - Récurrent, endémique porté sur la place publique par les pudibonds qui se réfèrent aux théories éculées, aux idéologies de régressions du '' féminisme caricatural anglo-saxon ''

 

Ma réponse s'adresse tout autant à tous ces mouvements que l'on peut sans peine taxer de '' féministes chrétiens - chrétiennes '' qui dans les faits n'ont rien compris au féminisme – je choisis de citer ci-dessous Élisabeth BADINTER


Citation

« Un droit chèrement acquis (…) la libre disposition de son corps : C’est au nom de ce principe-là que les femmes ont acquis le droit d’avorter La banalisation de l’avortement ne doit pas faire oublier qu’il s’agit toujours dune véritable mutilation. Mais, en dernier ressort, c’est la femme qui doit être maître de cette décision et non l’État

C’est également au nom de la libre disposition de son corps que nous devrons admettre un jour ou l’autre le droit des transsexuels à se faire opérer, c’est-à-dire à la castration. Des voix s’élèveront contre cette atteinte définitive - à l’intégrité du corps, d’autres fustigeront ce délire des victimes que sont les transsexuels, mais là aussi, en dernier ressort, c’est à eux de choisir. Alors, si une femme préfère gagner en deux nuits ce qu’elle ne gagnerait pas en un mois à l’usine, qui peut décider à sa place de l’utilisation de son corps ? »

Fin de citation


Porno or not porno

J'ajoute que les remarques sur la porno considérée comme salissante de l'image de la femme [ associé dans le propos pudibond - prostitution et porno - ] ne valent pas mieux... et sont fallacieuses...


Hommes et femmes jouent dans des films pornos – que certains de ces films soient jugés dégradants pour '' l'image de la femme '' – il en est de même...pour les '' rôles '' tenus par des hommes -


Mais cette remarque vaut tout autant pour toute la production cinématographique porno ou non porno – il y de bons ou mauvais films – voire pour certains carrément crapuleux


En fait cette contestation de la réalité de la prostitution qui n'est pas par ailleurs exclusivement la relation d'un homme vers une femme est de la pire veine de la pudibonderie et masque la haine de la sexualité, expression de tous ces gens '' dans leur réalité – exclusivement leur réalité '' ne peuvent admettre que la sexualité dans le cadre de la reproduction - et ne peuvent comprendre que bon nombre de personnes femmes et hommes se contrefiche de reproduire ou dans bon nombre de cas n'ont pas du tout le souci de reproduire


Arthur C. Clarke d'une époque où la répression sexuelle était plus violente et oppressive que dans l'actualité écrivait que '' la sexualité c'est ce qui finit dans les égouts '' – et '' nos pudibonds '' sont in fine des nostalgiques de ces époques antérieures...


Je citerais '' une actrice '' de film porno qui répondait à des journalistes '' Vous ne vous rendez pas compte, nous sommes payé pour faire l'amour '' Fin de sa réponse


Nous sommes bien loin de l'exploitation sauvage de la femme dont parlent nos pudibonds – ce n'est pas par hasard s'ils se réfèrent dans bien des cas à une invention religieuse le libre arbitre pour tenter de faire passer les prostituées [car ce sont des femmes essentiellement dont ils évoquent la situation – oublieux empressés des hommes] pour des aliénées '' qui donc ne choisiraient pas ou bien seraient incapable de choisir ''


Il n'y pas pire anti-féministe que les pudibonds pour bricoler une uchronie de société – ils sont à ranger dans le même placard que les extrémistes judéo-christicole et islamique

 

L'objectif de ces maisons séquentielles de la sexualité pourrait permettre une gestion en dehors de toute contrainte – soit sans concession à l'adresse du proxénétisme qui ne peut pas être toléré et serait de ce fait éradiqué - Soit des maisons autogérées par les hommes et les femmes prostitués


J'ajouterais pour ceux qui ont quelques difficultés à comprendre le message que la prostitution se réduirait comme une peau de chagrin si l'on s'efforçait dans le même temps que les proxénètes d'éliminer les pudibonds et tous leurs codes impératifs à l'origine de toutes les frustrations sexuelles et de la plupart des désordres sociétaux

Les êtres humains ne sont pas des clones – Ces pudibonds n'ont toujours pas compris [ou ne veulent pas admettre] que les modes de vies des uns et des autres sont autant de singuliers


La plupart des personnes ne peuvent s'accorder de ces moralines d'origines patriarcales, puis monothéistes qui consisterait à imposer un même modèle universel du couple ou de la famille sur fond de culpabilité collective


Ce qui est nocif ce n'est pas tant qu'il y ait de plus en plus de familles éclatées, mais c'est de laisser accroire l'idée que l'épanouissement des enfants enfants dépendrait d'un seul et unique modèle que l'on désigne par la famille


Tous ces pollueurs [ souvent des institutionnels ] des esprits englués [ ou promoteurs ] d' idéologies matérialiste de la volonté de domination sont de véritables plaies pour l'humanité

Tout doit être mis en œuvre pour éliminer les proxénètes – et ce n'est toujours pas le cas – pour y parvenir il n'y a pas d'autre solution que de permettre l'ouverture de maisons autogérées par les femmes et hommes prostitués  - Crab

 

grand-courtisane-shakuyaku.jpg

Grandes courtisanes - Estampe de Shakuyaku -

 

Préfèreraient t-elles, ces femmes, confectionner 21 repas par semaine suivi de 21 vaisselles...plus tout le reste ? Et cela toute l'année...

Qui sait vraiment ?  - Crab

 

Lire en suivant

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/emilie-du-chatelet/

 

20/04/2010

Brève 1

 

10 C F de la fatwa 2.jpeg
Image numérique - Crab -

 

L'ABSURDE (de); et de la réalité quotidienne....

- Majira Khattari :  ''A  chaque fois qu’il y a une crise, c’est le corps de la femme qui prend '',  un propos suivi du sempiternel raisonnement par l'absurde : qui consiste à '' prétendre qu'une femme nue acceptée (1) vaut ou serait aussi néfaste à l'image de la femme tout autant qu'enfermée dans une burqa ''

Décidément la haine du corps et la peur de la femme dans ces milieux musulmans d'idéologies misogynes dépasse tout ce que l'on avait appris des Judéo-christicole

C'est oublier deux choses

La première c'est qu'une femme nue ne perd rien de son identité de femme - une femme sous burqa est une tache indifférenciée – une momie ambulante –

La deuxième systématiquement escamotée c'est qu'il n'y a pas que des femmes nues d'accepter par nos sociétés mais aussi des hommes nus  (2)

Mais de dire aussi que les mannequins '' toutes pareilles enfermées dans un même corps ou une même esthétique '' c'est équivalent à être enfermée dans la burqa

Quel manque de réflexion ou aveuglement, les couturiers pour la grande majorité d'entre-eux sont des misogynes dont ''on'' peut légitimement se demander pourquoi ils recourent pour leur besoins de défilés à la collaboration de femmes qu'ils ne considèrent en réalité que comme des portes manteaux

Quelques rares femmes '' grands couturiers '' se sont servie de la mode (3) pour libérer le corps de la femme, mais d'autres en ont fait tout autrement

La phallocratie, la misogynie quant bien même elle est une émanations d'hommes [ aux cerveaux fêlés ], historiquement de la théorie '' les constructeurs '' [ renforcée en suivant par l'invention des monothéismes ] n'en n'est pas moins partagée par des femmes sinon il y a longtemps que tous les voiles ou burqas auraient disparus

 

Quelle crise?

Quel rapport sinon avec la volonté patriarcale animées par des mentalités musulmanes sectaires sans autres objets que de pouvoir endoctriner les fillettes pour être sûr que devenues femmes elles trouvent normal de devenir des choses ou des ombres ?

Voiles ou burqas - ce sont toujours les mêmes fallacieux arguments qui sont ressortis...pour justifier à travers '' le port volontaire '' ce qui dans ce cas relève de l'aliénation ou revient à poignarder les autres femmes dans le dos - pour les autres femmes de la peur du clan

Crab 19 Avril 2010

 

(1) – (2) entendre ou lire de tels propos les habitués des camps de naturistes ont un avantage certain - ils n'ont pas besoin de rire sous cape

Modif - d apres le Titien 1.jpg

Nue - une femme ne perd rien de son identité

Détail d'une peinture du Titien – modifiée par Crab

L'idéologie islamique, par sa censure et le cumul ou la mutualisation de tous sortes d'interdits s'est montrée incapable de générer [ à toutes époques ] des artistes; peintres, sculpteurs – ni de grands architectes – ni de scientifiques -

Où sont leurs prix Nobel?

Sur ce dernier point ''les scientifiques'', ces islamistes, dans le cadre de leurs propagandes, n'hésitent pas à s'approprier les grandes découvertes d'origines indiennes et ''oublient'' de rappeler qu'après leurs conquêtes de territoires que les grands chercheurs étaient des Grecs et des Romains...

L'islamique n'est rien de plus que l'idéologie de toutes les frustrations

 

(3) La mode est un concept différent de celui de ''haute couture''

10ac.jpg
Clonage des esprits ''Nous faisons toutes comme les femmes du prophète''

Lire en suivant....

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/37-les-precieux-ridicules/

01/04/2010

Paul de Tarse

 L'HOMME

QUI ''AIMAIT LES FEMMES ''

0 P de Tarse.jpg

Peinture numérique - Crab -

Paul de Tarse

Né v. 10 à Tarse, en Cilicie ( auj. İçe, en Turquie )

mort v. 65 à Rome



Histoire

d'un impuissant mythomane


Paroles – paroles - paroles de névrosé

«...N'a t-il pas écrit: « si tout le monde était comme moi...»?

Surnom qu’il s’attribuait lui-même, « l’avorton de Dieu »

1ere Epître aux Corinthiens, mais de facto présent dans la moitié de ses Epîtres), alliée à de nombreux propos misogynes et à un rejet du monde ( « N’aimez pas le monde ni ce qui est dans le monde » )

C'est ce qui caractérise ce que l'on pourrait épeler une sorte de NON désir – une notion qui en toute logique devrait permettre à Christine BOUTIN '' de s'éclater ''

Augustin serait « l’inventeur du péché originel » - Paul lui '' sexualise le péché '' - en accusera les femmes selon lui coupable de la faute généalogique – théorise la libido en regard de la chute – finit par culpabiliser le désir autant que le plaisir ou la volupté

La personnalité et le rôle de Paul de Tarse peut-on dire fera loi dans la prise de position de la chrétienté envers la sexualité - le rôle de la femme, du couple et l’organisation familiale. Récupérés dans le droit par l’empire romain, ce système de valeurs utile à son unité et à son expansion. Le monothéisme, ou plutôt cette moraline christicole avait pour les tyrans le plus grand des attraits par ses '' vertus d’ordre '', d’unité et de reconnaissance de l’autorité

« Que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d'y parler; mais qu'elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi. Si elles veulent s'instruire sur quelque chose, qu'elles interrogent leur mari à la maison; car il est malséant à une femme de parler dans l'Église » (1 Co 14, 34); « Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l'homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ» (1 Co 11, 2-16). « Que le mari rende à sa femme ce qu'il lui doit, et que la femme agisse de même envers son mari » (1 Co 7, 3)

Notes

Paul de Tarse '' dit Saint Paul '' est ce '' grand homme '' qui a lancé l’idée que le Christ s’est incarné et a subi le supplice de la croix, pour que dieu '' dit le Père '' amnistie les hommes [ humains ] du péché commis par Adam et Ève, '' un péché '' lit-on - qui aurait scellé le sort de l’Humanité entière

A commencer par l’expulsion de l’Éden, et mieux encore la transmission de ce péché à tous les hommes, la condition d’être mortel, les souffrances de l’accouchement, la domination de la femme par l’homme, l’obligation de travailler, la honte de la nudité

Piqûre de rappel

Nous savons depuis longtemps ce sont les hommes qui décident comment les femmes doivent être respectées... Les livres sacrés ont été écrit par des hommes, sur mesure pour les hommes, dans les textes les femmes sont considérées comme objet reproduction...

Suite sur

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/0-2011-l-hellenisme/

 

 

 

28/03/2010

Inanna la dame du ciel

le saviez-vous ?

 

La première féministe était Sumérienne

femme,amour,racisme,société

Peinture numérique - Crab -

Inanna la dame du ciel

 

Inanna - Le récit mythologique d'Ishtar raconte sa descente aux enfers où elle est retenue prisonnière – finaude pour s'en évader elle conclut un marché qui laisse son amant Dumuzi captif à sa place

 

Depuis ce temps plus personne ne s'étonne de voir un homme vivre dans les odeurs de café, repasser des petites culottes, langer les bébés...et d'il en fût - il en est désormais ainsi...n'est-ce pas?

Ah, j'allais oublier de dire que néanmoins ces braves garçons, après de dures journées, trouvent un peu de temps pour militer au MRAP et à SOS Racisme - que voulez-vous, personne n'est parfait...Mais -soyons objectif - la préoccupation essentielle '' de ces braves'' n'est-elle pas les droits de l'homme?   - Crab

Notes :

[ Ishtar en Akkadien ] associé à la planète Vénus – étoile du soir qui devient étoile du matin après sa disparition

 

Remarques

Le mythe de Inanna est intéressant car il propose [ plusieurs siècles avant l'invention du patriarcal monothéisme ] une histoire féministe de la création '' du monde '', l'autonomie des relations amoureuses entre hommes et femmes et à l'image des Égyptiens la fable de la résurrection   - Crab

 

Citation

Inanna - Grande déesse sumérienne, puissance de la vie et de la mort, Inanna " la dame du ciel ", " la mémoire du temps " est la divinité féminine la plus intéressante et la plus populaire de la Mésopotamie antique.

Inanna vierge guerrière, prônant l'amour libre et la discorde, représentée par une étoile, incarnait la planète Venus. Représentée avec son arc et son carquois elle fit plus tard la gloire de l'Assyrie, devenant l'alibi de la barbarie de ses rois. Toujours amoureuse et vierge, elle retrouvait sa virginité en se baignant dans un lac.

Déesse ailée de l'amour et de la guerre. Déesse principale d'Uruk. Déesse mésopotamienne.

Inanna est selon les légendes soit la fille du dieu An, soit la fille de son fils Enlil, le dieu des airs. Chaque grande ville de Sumer lui consacrait au moins deux temples.

[…]

L'histoire de Dumuzi et de la déesse Inanna

Le berger Dumuzi également né dans une caverne est en sumérien l'équivalent de Tammouz, le futur dieu babylonien des récoltes et de la végétation né d'une vierge, il est aussi le petit dieu des brasseurs de bière.

De même Inanna, l'épouse de Dumuzi, est considérée comme la déesse de l'amour et de la fertilité. Elle est la première déesse-femme et se classe dans la hiérarchie suprême de l'assemblée des divinités sumériennes à la 4è place immédiatement après la " triade " : An, Enlil et Enki. Elle sera plus tard assimilée à la déesse Ishtar des babyloniens.

Une vieille légende raconte que lors d'une incarnation terrestre la grande déesse avait épousé le berger Dumuzi. Comme elle s'ennuyait la déesse Inanna se rendit parée de ses plus beaux bijoux au royaume des morts, où régnait sa soeur la terrible Ereshkigal. Elle traversa les sept portes qui gardent le pays de non-retour en acceptant de déposer à chaque porte un bijou et même ses vêtements royaux pour payer son droit de passage.

C'est donc toute nue qu'elle se présenta devant le trône de sa soeur entourée des sept juges des morts. Sans complexe elle déposa sa soeur de son titre et s'installa sur son trône. Mais les sept juges la condamnèrent à mort et la firent pendre à un crochet où son corps se décomposa rapidement.

Après trois jours et trois nuits, la servante d'Inanna Ninshubur, alla se plaindre en pleurs à Enlil qui déclara que les enfers n'étaient pas de sa compétence. Sans se décourager Ninshubur demanda audience à Enkil qui ne put supporter l'idée de voir sa soeur finir sa vie comme un vulgaire morceau de viande. Il créa donc deux êtres sans sexe à qui on ne pourrait pas empêcher l'entrée au pays de la stérilité et leur remit les herbes et l'eau de la vie éternelle qui seules pourront la faire renaître.

Arrivées au monde des morts, les deux créatures eurent le droit de ressusciter Inanna à condition qu'un remplaçant lui fut trouvé! Revenue au pays des vivants accompagnée d'une escorte de petits démons (les Gallas), Inanna revint à Ourouk où elle eut la surprise de trouver son mari Dumuzi en train de festoyer joyeusement au lieu de prendre le deuil. Inanna très indignée le désigna pour être son remplaçant aux enfers. Immédiatement les vilains petits démons l'emportèrent au royaume de non retour.

Pour alléger son sort, la déesse Inanna autorisa Geshtinanna, la soeur de Dumuzi, déesse du vin à prendre sa place tous les six mois par alternance.

Inanna la Reine du ciel, devient elle aussi un symbole de la résurrection, comparable aux pouvoirs de légende détenus par la déesse égyptienne Isis qui a fait revivre son époux Osiris assassiné et déchiqueté par son méchant frère Seth et s'est même fait féconder post-mortem par l'esprit de son époux d'un fils qu'elle nommera Horus.

Comme on le constate cette idée de résurrection fait déjà son chemin dans les pays du Moyen-Orient : 5 à 8 siècles avant la période Abraham.

Source home.nordnet.fr/~caparisot/zip/dieuxsumeriens.rtf

 

 

0 Merci les filles.jpg

 

'' Merci les filles ''

Écrit par Valérie Ganne

Présentation de l'éditeur

Le printemps 1970 est celui des femmes. En quelques mois, elles marinent la parole, créent le MLF, le Mouvement de libération des femmes, font exploser les cadres, bousculent la société. Pas question d'enterrer la passion, l'intensité, l'énergie de ces années-là. Rabat-joie, masculines, tue l'amour, les féministes ? Non, leur histoire est la nôtre. Sans le savoir, en mules ou en talons de 12, dans le métro ou au boulot, en solo ou accompagnées, mères ou pas, en ce début de XXIe siècle, nous faisons toutes du féminisme. Pour celles qui ont oublié, qui sont trop jeunes ou qui croient que tout ça, c'est de l'histoire ancienne, voici notre version d'une épopée passionnée, tonitruante et polémique, une aventure qui démarre bien plus tôt que 1970 et a l'avenir devant elle. Cette petite boutique du féminisme, à parcourir dans l'ordre ou le désordre, mêle retours en arrière et clins d'oeil ludiques. Une version attendrie mais décalée, pleine d'informations sérieuses mais qui ne se prend pas au sérieux.

Suite sur  ELLE

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/01-elle-la-plus-antique-histoire-de-l-histoire/