Crab2ddcc

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/10/2016

La Traviata - le Parfum de l’Art

Violetta.png

Vivre est un art,

vivre n’est pas exister, vivre, c’est être, vivre est la chose la chose la plus rare au monde, vivre est suivre les sentiers des plaisirs parce que le plaisir est la racine de la morale car il est vain d’espérer de la mort puisque la mort est absence de sensation

La spiritualité est la vie de la conscience,

en ce sens les religions monothéistes n’en n’ont jamais-eu le monopole car sans prendre part, pour le bien et dans le Droit commun à la recherche de l’éthique elles n’ont jamais-eu d’autre objectif - c’est leur genre - que de tuer le sexuel pour, contre la nature des choses, idéaliser et installer des sociétés exclusivement hyper hétérosexualités ;

loin des préoccupations métaphysiques de ceux ou de celles qui consacrent, sacralisent la défaite du corps et s’enrobent, se barbouillent de la foi pour exister, nul besoin de se prendre au sérieux, seul compte jouir sans se nuire ni nuire à autrui, nul besoin de renier son passé, nul besoin de se repentir, le repentir n’est qu’une idée de bigots comptant parmi les plus nuisibles à l’entendement humain car la seule chose qui compte est de ne pas se mentir ;

le repentir est prélude à l’injonction-interdiction de jouir de la vie, sanctifie à travers l’énoncé religieux le devoir de renoncer à la volupté dans notre bien trop courte existence : les moments savourés de bonheurs, les moments heureux d’impression extrêmement agréable donnée au sens que l’on se plaît à goûter en parfaite plénitude ;

en réalité, interdire ou s’interdire le plaisir, refouler, salir le désir par les mots, les discours d’un obscurantisme forcené ainsi que Savonarole qui, en pratique le fit si bien, en imposant, pendant plusieurs années à la société florentine, mu par la violence du fanatique sa vision aseptisée de la soumission au surnaturel ;

inévitablement, à un moment ou à un autre l’ennui surgit et le couple naturellement s’étiole, mais de la séparation, du respect réciproque, naît ou se substitue à la passion une tendre amitié ;

hors, de nos jours, ce dieu plus grand que grand persiste, tricheur n’a de cesse de sublimer la fidélité conjugale quand vêtu de son costume civil il œuvre, sans relâche, pour satisfaire, pérenniser la reproduction de l’espèce, ( si chère à ses nov-prêtres prédicateurs-prescripteurs, je veux parler de « nos pin-pans économistes pro-européens » ), avec à la clé la promesse d’une croissance démographique non sans effets « positifs » sur une croissance économique peu créatrice d’emploi car en réalité une croissance économique qui dépend essentiellement de la peu réjouissante robotisation de l’activité de production ;

un dieu de désamours qui compte pour deux, un peu comme un homme compte pour deux femmes dans le coran - un dieu schizophrène, obstiné dans cette prétention contre nature d’encrer pour toute morale cette idée déstructurante, nuisible, toxique de s’approprier le corps de l’autre ou d’exiger de l’autre la fidélité conjugale pour fabriquer ce couple sclérosé, rigide jusqu’à la frigidité, névrosé pour définir Le « modèle universel » fondé essentiellement sur le déni, le rejet de l’attirance sexuelle et ainsi de le situer dans le temps et l’espace aux antipodes des amours aimables et naturels, le sel de la vie

I

Il mérite le mépris celui qui ose, même dans la colère, insulter une femme

En d’autres temps, il s’agissait de perpétuer la propriété, les biens, les rentes transmises de mâle en mâle dans un monde où le mariage arrangé avait force loi ;

venue de « nul part » La Traviata touchée, affectée, percée au plus profond d’elle, culpabilisée, finalement manipulée par le père de son nouvel aimant, peut-être le dernier de ses amours, pour elle le premier, qu’importe la durée des amours, renonce à sa passion, à la joie, au plaisir de s’abandonner à son désir à vivre peut-être le dernier moment de sa vie de grande amoureuse, au moment ou la maladie inexorablement la rapproche de la mort, désemparée, renonçant à un meilleur destin, à une meilleure fin, pour sauver « l’honneur » de l’étriquée, la mondaine et presque vulgaire famille d’Alfredo, elle se sacrifie sur l’autel des doctrines d’un milieu qui n’aura été le sien que l’espace d’un instant – une famille enpatriarquée jusqu’au bout des ongles ( comme il en existe encore ), enfin de s’effacer pour une cause qui n’est pas la sienne, et ce, quand bien même, grand musicien parmi les plus grands, mais aussi « bon apôtre » Verdi terminera la fin de son dernier acte sur une note, à mon goût, un peu trop chrétienne quand, devant le père et le fils bourrés de remords - du moins me semble t-il , Violetta persiste à se flageller, mais combien, ô combien admirablement chanté par l’incroyable soprano Francesca Dotto magnifiquement entourée de chanteurs et de chanteuses lyriques de grands talents dans une sublime mise en scène de Sofia Coppola dont les remarquables costumes, véritables œuvres d’art, ont été créés avec la maison Valentino

I

Quand sur le dernier acte se referme le rideau, un long moment je m’en veux, oui je m’en veux beaucoup car je ne pas trouve les mots pour exprimer, pour dire combien j’ai tellement aimé, tellement aimé, tellement aimé cette version de la Traviata – Merci, merci, mille fois merciClaude Bouvard dit Crab - 03 Octobre 2016

I

Vidéo : Présentation, l’Odeur de la Sueur n’est pas le Parfum de l’Art

http://blvids.free.fr/La_Traviata.mp4

I

Suites :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/07/mozart-lenlevement-au-serail.html

I

Suite 2 :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/01/la-reine-de-la-nuit.html

I

Suite 3 : Genre - une théorie ?

François, pape des pauvres d’esprits a encore frappé, c’est son genre

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/02/genre-une-theorie.html

I

Rappel : La Traviata diffusée sur Arte samedi dernier - France 2 avait quelques temps auparavant diffusé cet opéra de Verdi

I

Notes :

Au printemps 2016, la cinéaste Sofia Coppola dévoilait sa première mise en scène lyrique à l’Opéra de Rome : une Traviata sur son trente et un, avec des costumes conçus par la maison de couture Valentino.
En digne héritière de son père, Francis Ford Coppola, dont la filmographie est infusée d’art lyrique, la réalisatrice de
Lost in translation et Marie Antoinette connaît l’opéra. Si, par le passé, elle a décliné la mise en scène de Così fan tutte, c'est Verdi qui a convaincu Sofia Coppola de fouler pour la première fois le plateau du Teatro dell’Opera di Roma. Son attrait pour les personnages féminins égarés a certainement joué, autant que la perspective de travailler avec la maison Valentino. Alors que ses successeurs, Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli, ont habillé les rôles secondaires, Valentino Garavani a repris du service et dessiné quatre robes haute couture, tout en étoffes éclatantes et crinolines éblouissantes, épousant les variations psychologiques de la malheureuse héroïne de Verdi. - Source arte

I

Diffusé sur arte :

" La Traviata " par Sofia Coppola & Valentino

Avec :

Francesca Dotto - Violetta Valéry

Antonio Poli - Alfredo Germont

Roberto Frontali - Giorgio Germont

Anna Malavasi - Flora

Andrea Giovannini - Gastone

Roberto Accurso - Il Barone Douphol

Andrea Porta - Il Marchese D'Obigny

Graziano Dalla Valle - Il Dottor Grenvil

Chiara Pieretti - Annina

I

Direction musicale : Jader Bignamini

Costumes : Valentino Garavani

Choeur : Coro del Teatro dell'Opera di Roma

Chorégraphie : Stéphane Phavorin

Composition : Giuseppe Verdi

Décors : Nathan Crowley

Lumière : Vinicio Cheli

Mise en scène : Sofia Coppola

Orchestre : Orchestra del Teatro dell'Opera di Roma

Réalisation TV : Francesca Nesler

 

 

02/10/2016

La peste psychique

IVG.png

Manifestation contre l’interdiction de l’avortement devant le Parlement polonais le samedi 01 Octobre dernier

L'Europe est une foutaise - il en sera ainsi aussi longtemps que la majorité de la classe politique européenne accordera de l'importance aux religions - les croyances religieuses relèvent de l' intime et n'ont rien à faire ni leur place dans le débat politique - Faut-il, sans cesse, rappeler que l'IVG, les '' droits des femmes '' et les '' droits de la femme et de la citoyenne '' ont toujours été obtenus contre les religions, contre les hiérarchies monothéistes ?

I

La peste psychique

Dans des pays, plus particulièrement la Pologne, ainsi que l'Irlande le religieux génère un fanatisme anti-femmes comptant parmi les plus insupportables pour toute personne éprise de liberté non croyante ou croyante, démocrate* ( * civilisée ) - hyper insupportable pour toutes celles et ceux qui se contrefichent du surnaturel pour ne croire qu'en l'humain

I

En France, certains JT relativement bigotisés - toujours prêts à s’agenouiller devant le pape se sont empressé d’annoncer qu’il aurait eu moins de manifestantes et de manifestants qu’attendu, en omettant de rappeler que, depuis des décennies, les femmes qui ne vivent pas dans l’illusion ni ne perdent leur temps à espérer, n’attendant rien de la majorité des politiques inféodée au Vatican - parce qu’elles disposent de ressources suffisantes choisissent sans attendre l’abrogation des lois anti-IVG de se rendre dans les cliniques localisées dans des pays limitrophe pour interrompre leur grossesse – Crab – 02 Octobre 2016

I

Suites :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=IVG

Suites 2 :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/droits-des-femmes/

 

30/09/2016

Un DIManche particulier

Tels_Quels.png

C’est encore la faute des juifs,

ils sont partout, partout, partout : figurez-vous que l’un d’entre-eux Bernard Giberstein inventa les bas nylon Dimanche et les collants sans coutures, puis un autre Marcel Bleustein-Blanchet*1 publiciste de génie les fait connaître de toutes les femmes sous la marque DIM – conséquence l’apparition presque spontanée dans l’espace public de belles jambes qui ne voulaient plus se cacher après des siècles ou montrer ses chevilles était le premier des péchés capitaux, enfin la mini ou la jupe courte fut et vint couronner le grand TOUT de la féminité assumée par de jeunes femmes qui ne se prenaient pas au sérieux, elles furent et sont pour nos jeunes générations décomplexées l’expression de la vie – ô lala, ô lala, quel grosse malheur, les enfoulardées et les enburkinidées vont en faire une jaunisse mais, mais pas seulement...

[ 1* : père d’Élisabeth Badinter, philosophe, femme de lettres, vraie républicaine et vraie féministe qui ne craint pas d’être accusée d’islamophobie par ses meilleurs pourceaux d’Épicure ]

I

Une femme qui se sait séduisante sait s’habiller

Dès 1968 quand il ne restait plus que le soutien-gorge [ et encore ], les pudibonds pour la plupart émanant de mouvements anglo-saxons ou pseudo-féministes patentés issus des trois quarts mondes se sont mobilisés effrayés à la vue d’un sein ou encore à la vue d’une poitrine nue, depuis d’une décennie à l’autre n’en finissent jamais de tenter d'idéologiser le corps de la femme ;

le point d’orgue, summum de la crétinerie la plus sordide intervient quand, dans l’espace public, sans pudeur ni faire preuve de la moindre retenue, se fait jour l’exhibitionnisme forcené d’enfoulardées et d’enburkinidées qui entendent essentialiser les hommes en se couvrant islamique des pieds à la tête, pourquoi ? :

simplement parce que ces « femmes » ou ces ombres couvertes d’un linceul mortuaire appuyées par leurs soutiens pudibonds de toutes origines n’ont pas compris ou affectent de ne pas comprendre que pour une femme éduquée et cultivée l’essentiel, le primordial est la réappropriation de son corps tout en étant parfaitement consciente que la séduction est faite pour elle même et pas pour plaire aux hommes

[ Ce qui n’interdit pas aux hommes d’y être sensible, et pour le meilleur - nous n’en douterons point... ]

I

La féminité est éternelle, elle ne se perd jamais !

Mais ce moyenâgeux monde des pudibonds fixés des deux cotés de l’Atlantique, dont entre-autres les enfoulardées et les enburkinidées sont la partie visible de l’iceberg, ce n’est cependant pour ces dernières qu’un feu de paille qu’il est néanmoins juste et nécessaire d’éteindre au plus vite quand on sait que 28 % des musulmans installés en France sont pour la charia, et ce d’autant plus qu’après des siècles d’enfermement corseté ou ferraillé du corps de la femme [ excepté dans l’Antiquité ], leurs plus belles journées ne vaudront jamais les plus beaux DIManche des années de bonheur marquées du sceau d’un féminisme intense et insécable, à présent gravé dans le marbre de l’imaginaire collectif et plus particulièrement culturellement celui des femmes, et que plus rien ne peut effacer

Désormais, les femmes cultivées, émancipées ou insoumises savent que le plaisir de se plaire est la racine de la morale féminine - vidéo 1 :

http://blvids.free.fr/DIM.mp4

I

Vidéo 2 :

http://blvids.free.fr/Les_Etoiles_du_Ballet_de_l_Opera_Trailer.mp4

I

Suites : Tartuffe les armes à la main

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/09/tartuffe-les-armes-la-main.html

I

ou sur :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2016/09/15/tartuffe-les-armes-a-la-main-5848036.html

Crab – 30 Septembre 2016


15/09/2016

Tartuffe les armes à la main

aymeric carron, coran, Edwy Plenel, fanatisme_religieux, féminisme, intolérance, islam, Les_Lumières, athéisme, tolérance,  Laurent Ruquier

Tolérance

« si l’athéophobie désigne la critique de l’athéisme, amis culs-bénits, soyez athéophobes en toute sérénité ! […] Il se trouve qu’il n’y a pas de terrorisme athée au 21e siècle. Les athées sont persécutés partout dans le monde, mais aucun ne détruit les œuvres d’art crées par des croyants pour rendre hommage à leur dieu... » Charb - Charlie hebdo -

I

Discriminations

Comment se fait-il que personne n'étudie spécifiquement, au CNRS et en sciences sociales, l'athéisme et l'agnosticisme contemporain !

Il faut retenir, en 2015, un inquiétant « fait divers » à Dechy ( Nord ) qui semble illustrer que l'athéophobie existe aussi en France (sans que l'Éducation Nationale paraisse s'en émouvoir localement ) : une athée menacée d'être " brûlée vive "

En France : croire ou ne pas croire est une liberté précieuse

Ici, de rappeler, une fois de plus, que le gouvernement et sa ministre de l’Éducation Nationale ont introduit le Fait religieux, sans en contrepartie prévoir l’enseignement du Fait athée à l’école – il est vraiment grand temps que cette classe politique pleutre et bigotisée islamophile qui caractérise une grande partie des gauches soit effacée du paysage politique

I

Tolérance et intolérance

Le totalitaire coran n’est pas l’expression d’une religion, mais celle d’une doctrine politique qui ne peut [ avant tout ] permettre l’émancipation des femmes, interdit toutes formes d’islam modéré car il est considéré par les milieux modérés ou du fanatisme immuable par essence

La tolérance est un combat contre les superstitions et le fanatisme, ce n’est pas non sans raison si j’écris coran avec un [ c ] minuscule car il titre un document, tant sur la forme et le fond, d’un racisme à plusieurs têtes le plus virulent jamais auparavant rédigé par des hommes

La marque de l’intolérance, c’est ne pas savoir attendre et douter ;

le droit de critiquer, la pensée critique ou la pensée critique athée et féministe, l’impératif de déraciner le fanatisme [ héritage des Lumières ] doit-être permanent et encouragé pour le bien commun par les pouvoirs publics car l’intolérance n’a pas de limite ni dans le temps ni dans l’espace

I

Errare humanum est ! - Pas seulement, l’islamophile Aymeric Ramadan ( Aymeric Carron ) grand admirateur de Tarik Plenel ( Edwy Plenel ) avait porté atteinte à l’intégrité intellectuelle et morale de Caroline Fourest, pire son patron Laurent Ruquier l’accusait de lui avoir menti devant son collaborateur et annonçait publiquement la bannir de son émission ;

sur ces deux points-ci, c’est plus qu’une simple erreur car quand la Justice, certes un peu tardivement, donne raison à Caroline Fourest, ces deux pitoyables individus ne s’excusent même pas, mieux ce qui serait la moindre des choses ces deux ahuris ne présentent pas leurs démissions et Aymeric Ramadan persiste à semer le trouble, alors que la Justice a condamné Madame Rabia Bentot, au titre de l’article 700, à lui verser, 4000 euros pour frais de procédure

I

Tartuffe et les médias

Ne jamais perdre de vue que, vis à vis des autres populations, recommandée par le coran l’hypocrisie est une injonction adressée à l’ensemble des musulmans installés dans les pays où ils ne sont pas majoritaires ;

Tarik Ramadan ou Tarik Tartuffe est de très loin le meilleur et le plus sournois d’entre les plus médiatisés, lire la vidéo : http://blvids.free.fr/Sur_Voltaire.mp4

I

Suite : La maladie d’illusions

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/09/la-maladie-dillusions.html

I

mais aussi : Discriminations contre les athées dans le monde

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/10/discriminations-contre-les-athees-dans.html

Crab – 15 Septembre 2016

12/08/2016

Jacqueline Sauvage

Jacqueline_Sauvage, Justice, Féminisme, athéisme, laïcité

Comment expliquer la condamnation de Jacqueline Sauvage après deux procès et le rejet de sa remise en liberté par des jurés et des juges que je suspecte d’être influencés par toutes sortes de modalités d’idéologisations rampantes observées dans notre société depuis plus de trente ans ?

Récemment j’écrivais " Point de liberté sans interjeter le "je" dans une société très communautaire " - mais aussi " Libertés des femmes en France : tout allait de mieux en mieux avant que l’islam vienne tout assombrir, prenez garde ! " - quel rapport avec le sort réservé à Jacqueline Sauvage me direz-vous ?

I

Au commencement, ce fut le début d’un processus qui pris corps au cours du règne de Mitterrand avec les gages donnés aux chantres du multiculturalisme dont la marque de fabrique passe par le respect des cultures, puis peu après " sortes d’accommodements " ou concessions, dont entre autres le pouvoir donnés à des « grands frères » placés au sortie des écoles qui ont-eu pour effet immédiat et systématique l’abaissement du statut des femmes dans les quartiers dits sensibles

Nul penseur ne fut vraiment étonné notamment de voir les hiérarchies monothéistes chrétiennes anti-droits des femmes et pro-allaitement maternel se réjouir, et apprécier le retour des bondieuseries dans notre pays, je cite " grâce à leurs frères musulmans ", car une fois décomplexés d’inciter sans relâche à la haine des sexualités, puis plus particulièrement de l’homosexualité notamment lors des manif contre " le mariage pour tous "

Tout ces événements sexistes, homophobes et antisémites, sur la durée ont contribué à maintenir ou à aggraver la sacralisation du patriarcat dans une société voulue par ces tenants là exclusivement hétérosexualisée – on a même vu des associations féministes tomber dans le piège et perdre de vue que le féminisme est universaliste – qu’il n’est ni occidental ni oriental puisqu’il est universel, donc étranger à toutes ces bondieuserie qui polluent la place publique

Pour moi, c’est clair, au regard de l’histoire récente, il n’y a que des jurés et des juges moralement sous-influences, sous servitudes impactés par les idéaux du patriarcat pour se permettre contre l’idée même de justice de condamner odieusement, outrageusement à dix ans de prison une femme battue pendant quarante cinq ans, ses filles violées...

Les grands responsables de cette régression de la pensée féministe et laïque sont des politiciens majoritairement issus des gauches, certaines associations féministes, mais aussi des associations dites antiracistes qui n’ont cessées, depuis plus 15 ans, de brandir la laïcité pour défendre des positions sociétales sexistes et homophobes inspirées directement par les religions ou par les hiérarchies monothéistes bien que cela ne fut sans le moindre rapport avec la croyance dans une divinité

Combien de fois avons-nous entendu claironné par un journaliste qui s’était fait remarquer lors de l’affaire DSK aux États-Unis*1 "qu’il ne faut pas enlever au pape le droit de contester les droits des femmes " parce que c’est tout ce qui lui reste ?

*1: c’est vrai, ce n’était qu’une soubrette, pas une femme - ça ne me fait pas rire -

D’autres « intellectuels » ou militants dits anti-racistes de faire passer le « choix » de porter les voiles islamiques pour une liberté quand nous savons ainsi que le dit si bien Gisèle Halimi : " le voile est un terrible signe d’infériorisation de la femme... " ;

quand d’autres prônaient le respect de toutes les cultures pour ne pas dénoncer vigoureusement la pratique de l’excision, ou encore de ne pas s’élever avec force contre les mariages forcés des jeunes filles ou encore de ne pas réagir quand un groupe social et religieux impose la virginité avant le mariage et j’en passe comme s’il ne s’agissait pas pour l’ensemble de l’œuvre de viols des droits de la femme

Tout se joli monde secrètement doit se frotter les mains de voir que la « Justice » condamne une femme qui n’a plus supporté ni accepté de boire son calvaire jusqu’à la lie en tuant, dans un moment d’extrême exaspération, l’immonde bête générée par les patriarcats

Pour les femmes et les hommes épris de liberté, rien n’est jamais acquis aussi longtemps qu’il y aura des croyants religieux de mauvaise volonté - prenez garde - prenez garde – prenez garde les effets ou les conséquences du multiculturalisme ne se sont pas fait attendre ! -

Ne vous en déplaise un athée aurait condamné cette femme à un an de prison avec sursis pour rappeler que l’on a pas le droit de faire justice soi-même !!! - Crab – 12 Août 2016

I

Suites :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/03/realiser-un-feminisme-libertin.html

ou sur :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/feminisme-et-laicite/

 

27/06/2016

Inversion des valeurs

opera_et_applaudissements.jpg

Liminaire

« Pendant des années j’ai rêvé d’organiser des concerts pour les sourds-muets, comme ça nous pourrions apprendre d’eux à bien se comporter pendant les concerts, surtout quand la musique est très belle ».-Schumann ( 1835 )

I

Laissons traîner nos oreilles, pour un peu de temps de parole

Dans notre pays, l’idéologisation ou le clonage des esprits d’une large majorité de femmes et d’hommes dans les temps anciens passait par la croyance dans les infantiles et égoïstes religions du monothéisme dont les hiérarchies plus artificielles les unes que les autres servaient dans notre société désormais ex-chrétienne de modèles ou de caution à l’organisation de la structure sociale pyramidale relativement stable dans la mesure où les hiérarchies monothéistes entretenaient à l’égard des « plus méritants » ( avec ou sans indulgences ) l’espoir d’une vie meilleure et éternelle dans des arrières mondes paradisiaques

I

Les religions ont perdu définitivement le monopole de la spiritualité parce que la spiritualité c’est la vie de la conscience

À notre époque la notion " espoir ", est plus particulièrement entretenue par nos politicien-e-s aidés en cela plus ou moins volontairement par quelques spécialistes des religions dont c’est le gagne-pain dans le but de triompher aux élections dans le plus grand mépris des électeurs dont un sur deux [ pourtant ] a choisi l’abstention dans notre pays ou l’athéisme et l’agnosticisme est majoritaire

Si l’on ne va plus du tout au paradis faute de paradis, désormais, il faut bien en convenir, le paradis est remplacé par l’Europe, la nov-terre promise, la seule région du monde où il n’existe ni chômage, ni précarité ni de mal ou pas du tout logés au point que l’on y est tellement heureux ( y compris les simples d’esprits et les derniers d’entre-nous ) que l’on accueille à bras ouverts toutes venues migratoires avec ce quelles colportent avec elles de meilleurs cela va de soi ; ce dernier point-ci, à l’adresse des meilleures et bonnes langues très médiatisées de la société des « bien pensants »

I

Certes, les fous de dieu à l’œuvre tentent bien d’expliquer que c’était mieux avant, quand la plupart des gens croyait en dieu, pour s’empresser d’accuser, de rendre responsable de la misère intellectuelle et morale perceptible au sein de franges entières parmi les populations de notre pays la montée irréversible de l’athéisme - que voulez-vous, c’était tellement mieux avant quand la population fermait sa gueule et que les femmes ne pointaient pas le bout de leur petit nez en trompette ni dans la rue, ni dans les cafés, les théâtres et encore moins dans les institutions - d’ailleurs les femmes ; pour ce dernier point-ci ne sont-elle pas, avant l’athéisme, créatrices d’un chaos responsable de la crise qui traverse notre pays : tant identitaire qu’économique et sociale ? - applaudissement nourri des fous de dieu qui imaginent pour toute solution le retour des femmes à la maison, et applaudissements des plus assourdissants émanant de ceux parmi eux qui entendent voiler les femmes -

I

La spiritualité, c’est la vie de la conscience, et les religions ( loin s’en faut ) n’en ont pas le monopole – d’ailleurs de l’athéisme, en reprenant une phrase d’Épicure, je pourrais en dire " jouir sans me nuire ni nuire à autrui "; la plus belle traduction de " aimer la vie pleinement " dans la mesure où la mort est absence de sensations, une philosophie aux antipodes de l’idéologisation des rapports sociaux organisée par les mortifères religions du monothéisme dont la fonction principale ( ne jamais le perdre de vue ) c’est de sacraliser les patriarcats

I

Que voulez-vous, ce ne sont pas toujours les meilleurs qui partent les premiers – tu étais le dernier des derniers, tu seras le premier - amen

Mais comme si la vie de la plupart des gens n’était pas suffisamment compliquée, dans d’énormes et dérisoires tentatives, c’est de faire de sorte qu’à nouveaux qu’ils se taisent et se complaisent dans un plus ou moins « malheur » en les rendant complices ou carrément responsables du réchauffement climatique et des désordres dus à la météo – normal puisque la plupart ne croit plus en dieu – applaudissements tonitruants des écolos et des curés -

bien sûr, il y a bien ça et là quelques mauvais esprit pour rappeler que les populations dans leur ensemble n’ont aucun pouvoir sur la production de biens, de marchandises...et j’en passe -

I

Une réponse profondément démocratique passera inévitablement par l’inversion des valeurs - n’en déplaise aux amateurs de rapports de forces

Dans les années 60, ce n’est pas d’inversion des valeurs dont on parlait mais d’autogestion, ce qui revient au même ; en effet décider au sein de l’entreprise " qui va diriger - " quoi produire " - " comment organiser le travail " - " décider de l’échelle des salaires " - rien ne pourra jamais remplacer le vote à la majorité lors d’assemblée générale comprenant tous les actifs et actionnaires dans les entreprises de plus de cinquante personnes ( ce qui n’interdit la création de coopératives en dessous du seuil de cinquante actifs ) - sans négliger d’encourager ou de promouvoir l’exercice des professions libérales, artisanales et commerciales

Introduire la démocratie dans l’entreprise, c’est remettre l’État dans son stricte rôle de contrôle ; appliquer les lois, veiller sans faille aux respects des réglementations sociales, sanitaires et environnementales, mais aussi d’assurer la sécurité avec les pompiers, l’armée, la police et la gendarmerie

I

Politique et société

Sur un plan déontologique sans constitutionnaliser le mandat non renouvelable pour un Président de la république chef du gouvernement ( tout en prévoyant un vice président ) le clientélisme ou le refus par électoralisme de faire respecter les lois ( dont plus particulièrement la laïcité ) participera à moyen-terme à la décomposition intégrale de ce qui fait " héritée des Lumières " l’identité de la France

Le refus de supprimer le Sénat, de réduire le nombre de parlementaires, de ne pas supprimer les départements aux profits des intercommunalités et des régions nouvelles contribuera encore longtemps à scléroser notre pays et [ Suites : ]

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/06/the-time-to-tweet-saison-11-et.html

Suite 2 : L’ Europe « si dieu le veut »

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/l-europe-%C2%A0si-dieu-le-veut%C2%A0-rire/

 

24/06/2016

The time to tweet - Saison 11 et +

London.jpg

Liminaire

Brexit: malgré une campagne quasi stalinienne bien conduite dans les médias, après les français, la majorité des anglais disent non à cette Europe là mais pour nos analystes politiques et économistes « bien-pensant », le non serait le triomphe d’un « vote de la peur » émanant d’un peu plus de la moitié des électeurs « tellement bêtes qu’ils ne comprennent rien à l’Europe »

Ici, rappeler d’emblée qu’une sortie de l’Europe n’interdit pas de conserver Erasmus; la seule chose qui mérite d’être développée, dont-il serait particulièrement bienvenu d’étendre le principe, par le biais des entreprises, au " monde non-étudiant "

Ce non à l’Europe est la réponse appropriée à tous ceux qui ont tenté de faire passer pour d’affreux nationalistes tous ceux qui estiment que l’Europe politique peut-être supplantée dès que possible par une Europe de coopération, de mutualisation économique, et soucieuse, pendant une période d’environ cinquante années, de mettre fin à l’immigration le temps de résorber entièrement chômage et de loger décemment l’ensemble des populations de ce continent – ce qui n’interdit pas de participer plus activement au développement des pays d’où partent les candidats à l’immigration

1

À la recherche du temps tweet - Saison 11 et +

Brexit: malgré une campagne quasi stalinienne orchestrée dans les médias, après les français, la majorité des anglais disent non à cette Europe là

I

Économie: avant cette Europe que nos compatriotes n’ont pas voulu ( excepté Erasmus ) rien n’empêchait d’importer ou d’exporter

I

Social: avant cette Europe que nos compatriotes n’ont pas voulu rien ne les empêchaient de prendre leurs vacances en Espagne

I

Politique: plus de vingt millions de chômeurs, et l’Europe ne veut pas mettre un terme à l’immigration durant les cinquante ans à venir

I

Euro 2016: une période riche comptant parmi plus appréciées, particulièrement très attendue par les femmes infidèles de supporters

I

Islam: "croire en Allah et son messager", est une expression d’une grande pauvreté spirituelle, rien de plus qu’un argument d’autorité

I

Islam: dans le coran, les incantations de Mahomet ne pourront jamais se transformer en preuves car elles n’ont rien de scientifiques

I

Islam: se réfère à la «science», ne parle pas de religieux mais de «savants», hors la religion ne s’étudie ni ne se vérifie pas comme une science

I

Islam: Parler de légitimité «intellectuelle» ou légitimité « scientifique », est tout à fait incongru en matière de religion

I

Islam: «religion de paix et d’amour», grâce aux occidentaux c’est au XXe siècle que le statut de «dhimmi» disparaît dans l’empire ottoman

I

Islam: critiquer l’islam serait calomnier un milliard d’êtres humains quand les pratiques criminelles s’appuient sur les textes «sacrés» [ ? ]

I

Islam: religion d’intolérance puisque l’apostasie est très sévèrement punie conformément aux prescriptions de Mahomet. (hadith authentique)

I

Islam: le Conseil Français du Culte Musulman refuse toujours, à ce jour, aux musulman-e-s français-es la liberté d’apostasier!

I

Islam: l’idéologisation religieuse de la famille et de l’ordre communautaire s‘oppose au féministe arabe universel né au début du XXe siècle

I

Djihadistes: sortis de prison, obtenir qu'ils portent un bracelet électronique pendant au moins 15 ans

I

Terrorisme: les musulmans veulent condamner la barbarie, sans brûler plus de 60 % du coran, hors, défiler dans la rue ne peut suffire

I

Ce que hait l’islam: c’est, en France, notre liberté de rendre incontournable l’égalité femmes-hommes et de tous les citoyen-e-s devant la loi

I

Abattage rituel = souffrances animales: dans un État laïque aucune religion ne doit en aucun cas bénéficier du plus petit des privilèges

http://www.leparisien.fr/societe/au-coeur-d-un-abattoir-halal-22-06-2016-5903731.php#xtor=AD-1481423551

I

Racines: pour un peuple, perdre son histoire serait une tragédie

I

Identi: ancré dans notre imaginaire le matriarcat pré-celtique rendra possible les "Lumières", dont la déchristianisation de la France

I

Ethnologie: environ10.000 femmes excisées en Europe, les mutilations génitales sont une violation des " droits des femmes "

I

Féminisme: Mort de Benoîte Groult, grande figure du féminisme
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/06/benoite-groult.html

I

Opéra: Les réservations sont majoritairement le fait des femmes, pour l'ensemble des ventes de billets de l'Opéra

http://www.lepoint.fr/culture/opera-les-places-a-10-euros-attirent-59-de-nouveaux-spectateurs-21-06-2016-2048530_3.php

I

Suites:

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/06/the-time-to-tweet-saison-10-et.html

I

Suites 2 : Femmes celtes

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2016/06/09/femmes-celtes-5812970.html

I

Suite 3 : L’exception Alsace-Moselle

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/04/laicite-alsace-moselle.html

Crab – 24 Juin 2016

10/06/2016

Sexisme musulman

Ahmed Toufiq, Edwy_plenel, Aymeric_Carron, islam, féminisme, islamophobie, athéophobie, Mohammed_VI

Le roi Mohammed VI préside la première causerie sur les femmes dans l'Islam - pas de femmes sur la photo - chercher l’erreur -

I

Lors de l’organisation d’une causerie religieuse du « mois sacré » du ramadan présidée par le roi du Maroc, et animée par le ministre des affaires islamiques Ahmed Toufiq ; ce dernier s’est empressé de rappeler, ( selon-lui ) deux choses, citation :

" Quant à celui qui aura dépassé les limites. Et quant ? celui qui aura préféré la vie présente, alors, certainement les flammes ( l'enfer ) sera sa demeure. Quant ? celui qui aura redouté l’essence de son Seigneur et qui aura préservé son âme des passions ( qui n’aura pas succombé aux demandes de son âme ) alors le paradis sera sa demeure ". ( sourate nazia ?te ). Fin de citation

Voilà le type de crétinerie qu’enseigne le coran pour frapper d’interdit " aimer la vie " ; cette tentative relève de la plus pure désinformation pas seulement parce que rien ne vient étayer l’existence d’arrières-mondes, mais parce que nulle personne ne peut ignorer que la mort est absence de sensation - ( moins radical, mais à peu près pareil dans la religion catholique )

I

Et Ahmed Toufiq d’affirmer sans sourciller que l’islam instaure l’égalité entre l’homme et la femme en citant la sourate :

" Les Musulmans et Musulmanes, croyants et croyantes, obéissants et obéissantes, loyaux et loyales, endurants et endurantes, craignants et craignantes, donneurs et donneuses d'aumônes, jeûnants et jeûnantes, gardiens de leur chasteté et gardiennes, invocateurs souvent d'Allah et invocatrices : Allah a préparé pour eux un pardon et une énorme récompense ".Fin de citation

Je ne vois pas en quoi cette sourate contredirait l’abaissement du statut de la femme, de l’inégalité entre femmes et entre femmes et hommes au vu de la structure sociale entièrement orientée par la sacralisation du patriarcat par le coran, citation des sourates d’un sexisme particulièrement aggravé :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/06/01/la-sourate-dite-les-lumieres.html

I

Suites 2 :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Les+diktats+m...

Crab 10 Juin 2016

09/06/2016

Femmes celtes

Boudicca.png

Liminaire

Des phallocrates mondes grecques, romains et plus tard de ceux des pays musulmans, cette terre des Celtes la France se différenciait par un " Matriarcat pré-celtique " : la femme reine, guerrière et prêtresse face à l’empire romain patricien

I

Femmes celtes
Femme, c’est mon destin arrêté de vaincre ou de périr à la guerre. Libre aux hommes de vivre et d’être esclaves. Bouddica. générale bretonne rapporte Tacite, historien romain

I

Une société féministe avant l’heure

Il est important de rappeler que la femme gauloise ne se tient pas hors des affaires ce qui n’était pas le cas de la femme grecque ou romaine ni plus tard la femme sous domination islamique
Citation : Ce qui apparaît avec sûreté à la lecture des différents auteurs antiques, c'est que les Celtes ne connaissait pas la même structure sociale que les Grecs ou les Romains. Chez les Celtes, la femme est consultée sur les questions qui sont du plus haut intérêt – et cela comprend les problèmes politiques. Polyen rapporte même comme elles devinrent les arbitres de conflits importants. Il signale aussi leur présence lors des assemblées.
Plusieurs textes nous montrent également que la femme gauloise pouvait se trouver à la tête d'une tribu. La Dame de Vix semble bien avoir été une reine.
On voit également chez
Tacite l'influence que pouvait une femme comme Véléda.
Mais l'exemple de la reine Boudicca, au Ier s. de notre ère, nous montre que certaines traditions celtiques ont pu se conserver au fil du temps. Nous voyons chez
Tacite et Dion Cassius qu'une femme pouvait être reine, exercer directement le pouvoir suprême, et conduire une armée lors des combats.
Platon signale que les femmes celtes s'adonnaient à la boisson – comme les hommes... - Fin de citation

I

Il apparaît que la pollution des esprits ou le clonage des esprits se produit dans notre pays avec l’importation des religions monothéistes comptant parmi les plus mortifères et les plus phallocrates

I

Ce beau pays nommé France se différenciait positivement, [ déjà, avant même le fumeux J.C ] depuis les modernes celtes des mondes archaïques grecques, romains et de ceux, plus tard, ceux dominés par les musulmans

I

Les Gaulois, nos ancêtres si dérangeants...

Le monde des celtes et sa structure politique et sociale bien installé dans notre imaginaire collectif se rappellera à notre souvenir quand viendra avec " Les Lumières " puis la critique athée et féministe des religions la fin de la domination des mortifères et sexistes monothéismes

I

Clonage des esprits

Progressivement, après la " Pax Romana ", force est de constater que dans le monde gallo-romain la pollution des esprits ou le clonage des esprits se produit avec l’importation des religions monothéistes comptant parmi les plus mortifères et les plus phallocrates – Trois « grand rois » plus fanatiques religieux les uns que les autres auront en point d’orgue contribué à déstructurer le mode de vie de nos ancêtres : Charlemagne, François 1er et Louis XIV, puis plus tardivement suivi de près par Napoléon dont le fumeux code civil fait des femmes des mineures à vie

I

Hier en début de l’après-midi, j’ai vu " Ils sont partout " d’Yvan Attal - ahurissant, seulement trois personnes dans la salle – vidéo, bande d’annonce :

http://blvids.free.fr/Ils_sont_partout_d_Yvan_A.flv

Mais " Libération " ( le canard qui se prétend de gauche ) en rapport avec ce film s’empresse de faire observer l’absence de visibilité des musulmans dans les plus hautes instances françaises ( politique, médias, finance, etc.).

Pendant des décennies en exercice ( profession libérale ) j’ai côtoyé des milliers de personnes sans jamais entendre parler de religion ni de ministres chrétiens ou athées [ ??? ] - et même dans les cas où ma fonction m’a amené à restaurer des églises il n’était question que d’architecture...

I

Laïcité

Qui peut le mieux, quand le MRAP organise un débat sur la laïcité c’est pour se livrer à une propagande islamophile;
car le MRAP, pour parvenir plus facilement à ses fins anti-laïques, prend soin de ne pas dénoncer, financer avec les deniers de tous les contribuables, ni le Concordat ni les subventions accordées aux écoles confessionnelles

Au cours de ce débat, en dehors d’entendre parler de " ces pauvres musulmans ", pas un un mot sur une chaîne publique qui consacre une matinée aux religions sans qu’aucune autre des chaînes du « service public » ne proposent en contrepartie une matinée réservée aux philosophies de l’athéisme

Point d’orgue, car là était bien l’essentiel ; lors de ce débat une femme déclare qu’en tant que femme elle se sent humiliée chaque fois qu’elle croise une femme voilée – pas un commentaire pour rappeler que le port des voiles islamiques n’a aucun rapport avec la croyance dans une divinité ni avec la religion musulmane mais est bien le symbole de l’inégalité entre femmes et de l’inégalité entre femmes et hommes - que notre république qui pourtant ne reconnaît que l’égalité femmes-hommes et de toutes les citoyennes et citoyens en n’interdisant pas cette discrimination sexuelle comptant parmi les plus phallocrates encourage le désordre dans l’espace public - mais le MRAP est paraît-il un mouvement antiracistesenfin, c’était – Crab – 09 Juin 2016

I

Suites 1 :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/05/mosuo.html

I

Suites2 :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/11/la-famille.html

 

22/04/2016

Le pourceau d’Épicure est un imam

Opera - Plafond Chagall.png

Opéra de Paris - Chagall

I

Faire que les idéaux mortifères ne passe pas par moi - ni par vous, si vous le voulez bien, acquis et résolus

Le féminisme n'a jamais tué ni ne fut en aucune circonstance la cause d'attentats terroristes – idem pour ce qui concerne plus particulièrement l'athéisme car dans toute l'histoire mondiale, jamais une seule guerre ne fut déclarée au nom de l'athéisme – hors, il faut bien observer que dans les pays dominés par les musulmans on assassine ou emprisonne des athées

Mais ce qui est remarquable c’est que dans toute l’histoire de l’humanité il n’y a jamais eu qu’un seul miracle: la musique ou le chant - hors en France pour l’imam de Brest, « la musique est la créature du diable »

L’imam, très populaire sur la Toile où il poste régulièrement des vidéos de ses prêches, avait provoqué une polémique il y a plus d’un an quand il avait expliqué à des enfants que celui qui écoute de la musique risque d’être transformé en porc - Crab – 22 Avril 2016

I

Suites : The time to tweet

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/04/the-time-to-tweet.html

ou sur :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/04/the-time-to-tweet.html

 

03/04/2016

L’ordre moral

Censure.jpg

Visions morales du monde

Ambiances de discours et de débats plus moralisateurs les uns que les autres, en réalité relevant plus d’un prêchi-prêcha d’inspirations chrétiennes dans lesquels ne manquent pas de s’enfoncer quelques « mouvements féministes » peu aptes à emprunter les chemins de traverses

Réclamer l’abolition de la pornographie ne relève plus du féminisme mais de l’ordre moral ou d’un mode de pensée totalitaire
Dans le cinéma y compris pornographique, il y a de bons et de très très mauvais films, parfois infects à différents niveau de ce qui est répréhensible du point de vue de ce qui fait notre culture, notre humanisme - ainsi qu’au regard de nos lois

La morale est une affaire privée qui ne peut servir de politique et s’imposer à tous

Les tentatives abolitionnistes émanant de mouvements pudibonds, derrières lesquels se dissimulent conscientes ou inconscientes des mentalités chrétiennes fondamentalistes, n'ont rien à voir, ni de près ni de loin, avec l'action féministe pour finalement se retrouver assis à aux cotés des pires ennemis des libertés individuelles concernant tout autant les femmes que les hommes qui imaginent leurs modes de vies ailleurs que dans le cadre de la « famille traditionnelle »

Il serait grand temps que certains « mouvements féministes » se reprennent car sans restaurer un ordre social qui j’y compte bien ne verra plus le jour - dans le respect des lois, certains films peuvent faire l'objet de poursuites, dans ces cas là ce sera à la Justice trancher - Crab - 03 Avril 2016

I

Arte – extrait vidéo :

http://blvids.free.fr/Porno_feminin.mp4

I

Suites : Prostitution - 2016

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/03/prostitution-2016.html

ou sur :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2016/03/21/prostitution-2016-5777214.html

 

21/03/2016

Prostitution - 2016

Élisabeth Badinter.png

Réponse aux lectrices et lecteurs peu sensibles aux couleurs du désir qui me somment de prendre position contre la prostitution ou encore pour d’autres d’estimer que je ne suis pas assez clair sur ce sujet

I

Liminaire

Assez régulièrement, je prends fait et cause aux coté des femmes dans le débat publique ce qui ne signifie pas que j’adhère mécaniquement à toutes les propositions émanant des cadres de nombreuses associations féministes y compris parfois celles pour lesquelles j’éprouve le plus de considération - en quelques mots : je m’exprime en toute indépendance, et aussi souvent que j’en ai envie -

I

Ma position,

puisqu’il s’agit bien de cela, est bien connue [ voir - *1 publié en 2010 ] depuis des années, bien longtemps avant que le gouvernement ne propose sur la prostitution une loi débile devenue sur un plan plus général la marque de fabrique de son inefficacité

[ à noter au crédit de cette gauche au pouvoir, une fois n’est pas coutume, le « mariage pour tous » puisqu’il donne les mêmes droits à tous les ressortissants de notre pays ]

Pour être encore plus clair, ma position peut de calquer sur celle de madame Élisabeth Badinter philosophe, femme de lettre, vraie féministe, vraie républicaine que pour ma part, et ce depuis plusieurs décennies, je considère comme l’Olympe de Gouges de notre époque contemporaine

I

Posture victimaire ?

Animée d’un état d’esprit de liberté et de justice, scrupuleusement Élisabeth Badinter ne craint jamais en rapport avec l’actualité de prendre parfois position contre des femmes ou des hommes qui se targuent de féminisme, en réalité enfermés, captifs d’idéologies dont les effluves révélées ont l’odeur des poubelles de la pudibonderie, en fait très éloignés de la volonté d’harmoniser les rapports, les relations pour réaliser dans les faits l’égalité entre les femmes et les hommes de notre temps

Philosophe préoccupée de l’intérêt réel dû à la condition humaine dont plus particulièrement la condition des femmes sans pour autant vu du seul préjugé tenter de faire accroire cette idée que toutes les femmes seraient ou sont les éternelles victimes de la domination masculine

I

La prostitution une affaire de femmes ?

Soucieuse de défendre l’essentiel des acquis historiques en préservant ce qui est était et reste majeur dans le combat féministe, c’est à dire pour la femme " la libre disposition de son corps " - en matière de prostitution dit-elle : " louer n’est pas vendre son corps " - et de faire observer que dans l’ensemble des personnes qui se prostituent environ 25 % sont des hommes - la prostitution des hommes escamotée ou extrêmement minorer ne doit rien au hasard, elle est due pour une large part à la volonté émanant d’association « féministes » de nier cette réalité pour mieux victimiser les femmes - par voie de conséquence cette question est profondément ignorée dans le projet de loi gouvernemental

I

Haro sur le mâle !

Il apparaît que ce projet de loi inspiré par l’injuste et débile terme de « prostituteurs », ce concept inventé par une partie des « féministes » n’est qu’un prétexte pour crier haro sur le mâle – somme toute un concept initié contre la sexualité des hommes, vise à essentialiser les hommes sous les couleurs les plus sombres, pour in fine en faire des délinquants sexuels à vie

En conséquence, le politicard ( ou la ) se saisi de l’opportunité, ( fin du fin ), pour se payer d’une loi inventée de toute pièce pour ne pas s’occuper de la seule chose qui compterait sans créer l’injustice : exiger des pouvoirs publics de tout mettre en œuvre efficacement pour en finir avec les proxénètes, car rien n’empêchera jamais une femme ou un homme de se prostituer - ni rien ne pourra jamais défaire la sexualité masculine dont la sexualité des femmes de plus en plus se rapproche ( dont le recours aux services sexuels d’hommes prostitués ) depuis que la contraception est entrée massivement dans les mœurs - n’en déplaise à « nos » hyper-sectaires pudibonds, dans les faits, même si la loi est adoptée et appliquée, ils perdront une partie qui toujours les dépasse - et hélas le proxénétisme y survivra, voire se renforcera...

I

Combien de femmes ou d'hommes sont en couple pour l'argent ? - qui songe à y aller voir ?

Femmes et Hommes ont des ressemblances, sont, ensemble, « porteurs du progrès de la condition féminine », en ce sens la réponse à faire contre une pudibonderie ambiante des plus nauséabondes favorable à cette loi [ ICI ] dans la mesure ou je partage sans réserve la position de madame Élisabeth Badinter, je propose en priorité à mes détracteurs, d’écouter son interviewe, certes pas récente, mais plus que jamais d’actualité - la position d’Élisabeth Badinter, vidéo :

http://blvids.free.fr/Elisabeth_Badinter_interdire_la_prostitution.webm

I

*1 : sur la prostitution en 2010 j’écrivais - En finir avec les idées reçues

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/04/22/en-finir-avec-les-idees-recues.html

I

Suites 2: Réaliser un féminisme libertin

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2016/03/18/realiser-un-feminisme-libertin-5775975.html

I

Suite 3 : le conflit la femme et la mère

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/le-conflit-la-femme-et-la-mere/

Crab - 21 Mars 2016

14/03/2016

Le Danemark et ses imams

Mosquée au Danemark.png

Dans la mosquée d'Aarhus au Danemark, un Imam prêche un Islam radical, comme le montre le documentaire « Les mosquées derrière le voile », diffusé sur la chaîne danoise TV2

I

Dans la loi danoise nous avons l'égalité hommes-femmes, et il n'y a pas de débat là-dessus.

En revanche nous pouvons constater que dans un certain nombre de mosquées on prêche contre l'égalité. Cela, nous ne pouvons pas l'avoir au Danemark, a déclaré la ministre de l’immigration danoise Ritzau Mme Støjberg

I

Des imams qui justifient la lapidation

La ministre a estimé que le discours des « musulmans modérés » était insuffisant, et qu'il allait falloir changer le discours qu'entendent certains musulmans du pays d’autant que certains prêches, notamment dans la mosquée d'Aarhus, lors de cours sur la charia pour femmes et enfants, justifient la lapidation des femmes adultères et l'assassinat des apostats

I

Quand dans le monde européen des femmes ministres ou des intellectuelles membres de la société civile montent aux créneau, d’autres femmes, parfois au prix de leur vie, dans les régions du monde dominées par une majorité musulmane s’exprime publiquement pour alerter ou déconstruire la sacralisation des patriarcats par la religion - en France, dans un silence éloquent, assourdissant, c’est encore le règne des « padalmagame » qui domine dans les « grands médias » pour tuer dans l’œuf le débat public sur les nuisances d’une religion raciste, sexiste, athéophobe, homophobe, infantile et égoïste que certains tentent de faire passer pour une culture respectable - le sort réservé aux athées et la condition des femmes dans les " mondes musulmans " les chantres du relativisme culturel s’en contrefichent ou plus probablement que les inégalités de traitement entre citoyennes et citoyens correspondent sur le fond à leur vraie nature phallocrate qu’ils dissimulent derrière le masque d’un discours antiraciste - à vrai dire, depuis plus de vingt ans déjà, j’en suis intimement persuadé -

Certes le Danemark appelle ses imams à prêcher l'égalité femmes-hommes dans toutes les mosquées, mais je pense tant en France qu’au Danemark que cette exigence sans une loi correspondante adoptée, qu’une fois promulguée sans le suivi d’un contrôle assidu, scrupuleux, implacable, que ce soit au Danemark ou partout ailleurs dans le monde " occidental " c’est peine perdue car l’endoctrinement des enfants dans cette religion nuisible commence pratiquement dès la naissance

Vous me direz que c’est un procédé d’endoctrinement similaire dans les autres religions, certes, certes certes, si la réponse est oui la différence entre les textes change la donne – en tant que non-croyant je n’ignore rien des violences perceptibles dans les autres textes du monothéisme, entre-autres quand le sus-nommé J.C chasse avec le fouet les marchands du temple, ni rien du discours sexiste et homophobe émanant des hiérarchies chrétiennes ou vaticanes, mais force est de reconnaître que c’est bien le coran qui parle des femmes à la troisième personne et la charia de lapidation – que c’est bien l’islam qui, dans le monde contemporain, institutionnalise les « codes de l’infamie » et le port des voiles islamiques : autant de lois et de symboles de la suprématie de l’homme sur la femme, quand bien même les fanatiques musulmanes pour la plupart des voilées « volontaires » le nie farouchement

Qui mieux qu'Élisabeth Badinter autorité morale sait faire prévaloir l'exigence de vérité et le principe de réalité sur toutes les religions et ose nommer l’idéologie religieuse des islamistes pour ce qu’elle est : la pire ennemie des femmes progressivement installée, par des imams ou responsables de mouvements musulmans sans scrupule, dans notre pays depuis les années 90 du siècle dernier ?

Il faut cesser de parler d’islam modéré ou de musulmans modérés aussi longtemps que le coran, la charia ou pire encore la vie d’un chef de tribu guerrier et prophète pédocriminel*1 resteront la référence religieuse et le modèle culturel de populations communautarisées habitants majoritairement dans ce qu’il est convenu d’appeler « les territoires perdus de la république » - Crab - 13 Mars 2016

I

Quelques- unes des édifiantes sourates du coran :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/06/01/la-sourate-dite-les-lumieres.html

I

Autres articles : Wallâda de Cordoue

« sois prêt pour ma visite à l’obscurité,
parce que la nuit est la meilleure gardienne des secrets.
Si le soleil sentait l’étendue de mon amour pour toi,
il ne brillerait plus,
la lune ne se lèverait plus,
et les étoiles s’éteindraient d’émoi.»

Sukeina ( insoumise et fille de l’imam Hussein )

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/wallada-de-cordoue-de-et-de-l-ante-islam/

I

*1 : AÏCHA

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2009/08/18/aicha.html

I

Femmes kurdes, yézidis et syriaques

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2016/03/09/femmes-kurdes-yezidis-et-syriaques-5771888.html

I

La journée de la jupe

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2009/03/24/la-journee-de-la-jupe.html


08/03/2016

Elles... Les filles du Plessis

Elles... Les filles du Plessis, féminisme, droits-des-femmes, IVG, égalités_femmes-hommes

Elles... Les filles du Plessis

Dans les années 70, la maison du Plessis assure l'accueil de mineures enceintes, comme Jacqueline, violée par un voisin, Brigitte ou Marie-France, dont la grossesse est le résultat d'un accident ou encore Claude, victime d'inceste. Quelles que soient les raisons qui ont conduit là ses jeunes pensionnaires, l'établissement a pour seul objectif de les remettre dans le droit chemin tout en permettant à leurs familles d'éviter le scandale. Mais, privées du choix de leurs études et du sort de leur enfant à naître, les jeunes pensionnaires finissent par se révolter, constituant rapidement une véritable menace pour la bonne marche de l'institution...

Bande d’annonce :

http://blvids.free.fr/Elles_les_filles_du_Plessis.mp4


 

22/01/2016

Non à la France des barbus

Cologne, Düsseldorf, Hambourg, Zurich,Helsinki, Élisabeth_Badinter, féminisme, Jean-Marie_Leguen, Jean_Louis_Bianco, Manuel_Valls

Quand la Dispute sort du Bianco pour se déprendre dans l 'Agora

°

Symétriquement : rétablir la laïcité et l'égalité femmes-hommes

Dans de grandes entreprises ( à la RATP, notamment rappelé sur radio classique ce matin ) des salariés dits salafistes haïssent la présence des femmes, estimant ( ce n'est pas un scoop ) que la place des femmes est exclusivement à la maison - ils leur rendent la vie impossible, et cela quotidiennement dans l'indifférence de l'État - impensable ne serait-ce qu'un instant que ces anti-citoyens ne soient pas virés sur le champ comme des malpropres, sinon ce n'est plus la France – et pourtant rien ne se passe...

Majoritairement les françaises et les français sont excédés des atteintes à l'égalité femmes et hommes émanant pour l'essentiel de divers milieux musulmans

Les croyances ou les conviction relèvent de l'intime, symétriquement les françaises et les français dans leur grande majorité veulent le rétablissement de l'égalité femmes-hommes et de la laïcité dans tout l'espace public, ne veulent pas de zones de non-droit ou la notion de citoyennes et de citoyens d'appartenance à la communauté nationale a perdu tout sens: ils refusent tout autant le voile à l'université que les accompagnatrices voilées lors des sorties scolaires dont s'affublent ( bien que cela n'est aucun rapport avec la religion ) intentionnellement des femmes musulmanes qui ( sans doute dû à un bienheureux hasard [ ? ] ) ne travaillent pas

Une partie de la gauche de gouvernement serait-elle entrain de se réveiller ?

Peut-être, si je prends en compte les récents propos tenus par Jean-Marie Le Guen sur LCP, citation : « Nous acceptons trop de reculs sur la question du droit des femmes »

Jean-Marie Le Guen est entré [ mercredi dernier ] de plain-pied dans le débat sur la laïcité qui secoue la gauche en appuyant totalement la position du premier ministre, Manuel Valls. « Je sais qu’il faut toujours partir de l’idée de compréhension, d’écoute, de tolérance, mais nous sommes arrivés à une période où il faut des clarifications : l’islam politique, l’islam fondamentaliste, l’islam salafiste est une atteinte aux droits des citoyens français », a accusé le secrétaire d’État aux relations avec le Parlement, invité de l’émission « Questions d’info » sur La Chaîne parlementaire, en partenariat avec Le Monde, l’AFP et France Info. Fin de citation

Propos relayé semble-t-il lundi dernier par le premier ministre qui avec raison s’en était sévèrement pris sévèrement à l’Observatoire bidon de la laïcité, présidé par le socialiste Jean-Louis Bianco qui défend l’application d’une laïcité apaisée ce qui signifie donner des privilèges aux religieux ou aux religions, au lieu de faire son travail en faisant tout simplement respecter la laïcité

Manuel Valls avait notamment critiqué Nicolas Cadène, le rapporteur général de l’Observatoire, qui s’était démarqué des propos de la philosophe Elisabeth Badinter, selon laquelle : « Il ne faut pas avoir voir peur de se se faire traiter d’islamophobe » pour défendre la laïcité qui « est une valeur protectrice pour tout le monde » et « qu’on nous envie ».

Hors quand j'observe que hormis quelques fortes personnalités vraies féministes telle Élisabeth Badinter je ne peux que partager la position du secrétaire d’État quand il dit à propos de certaines associations autoproclamées « féministes », citations « ce type de féminisme est dans l’impasse. Il est allé très loin, ou plus exactement pas du tout assez loin ». Et M. Le Guen d’évoquer les événements de Cologne, les agressions sexuelles commises le 31 décembre contre des femmes : « J’ai ouvert mes oreilles très large, j’attendais des prises de parole et je n’ai quasiment rien entendu parce que ce féminisme s’est laissé entraîner dans une logique relativement communautaire », a-t-il accusé en défendant « le féminisme plus français, plus classique, plus traditionnel et, [lui] semble-t-il plus rigoureux » d’Elisabeth Badinter. - Fin des citations

Oui, si les violences faites aux femmes au dire de certains « mouvements féministes » ont lieu dans tous les milieux, dans tous les espaces ( ce qui est vrai ), il n'en demeure pas moins que ce n'est pas instrumentaliser qui que ce soit que de rapporter des faits sans précédenten effet la nouveauté et elle n'est pas des moindres : à Cologne, Düsseldorf Hambourg, Zurich et Helsinki il s'agissait de l'attaque de femmes par des bandes organisées composées d'individus d'origines non-européennes dont en partie des réfugiés politiques - mais, pour ce monde là originaire de pays dominés par les musulmans, il est tellement plus facile et plus traditionnel de s'attaquer à des femmes que de prendre le fusil aux cotés des bien dérangeantes femmes kurdes qui défendent leurs pays et la liberté de penser contre le fanatisme musulman – mais c'est trop demander à certaines associations « féministes », en réalité bien trop proches des chantres du relativisme culturel d'en rendre honnêtement compte

Cependant voilà bien une bien belle nouveauté socialiste quand Jean-Marie Leguen précise sa pensée. « Nous acceptons depuis des années trop de reculs sur cette question du droit de la femme, que ce soit en termes de sécurité, de considération, de vie sociale et de vie familiale »

En outre le secrétaire d'État aux relations avec le Parlement, cite notamment " le port du voile ".

« Si demain j’étais père ou grand-père de quelqu’un qui vivrait [sic.] dans certains quartiers, la question se poserait de savoir si ma fille ou ma petite-fille aurait les droits que j’estime normaux dans la société : ceux de s’habiller librement, de se maquiller, de sortir, d’avoir des relations sentimentales et de pouvoir les avoir librement. J’en doute et ça m’interpelle en tant que républicain.

« Ma conviction est d'autant plus forte que ce n'était pas ma position spontanée : j'étais l'un de ceux qui, dans les années 1990, étaient plutôt sensibles à l'idée qu'il fallait respecter le port du voile. Mais quand je vois la réalité sociale du pays, je me dis que (…) le rappel à la loi est quelque chose d'assez fondamental », ajoute-t-il. - Bref il découvre l'Amérique, alors que les laïcs françaises et français n'ont cessé depuis plus de trente ans de dénoncer le communautarisme anglo-saxon

Mais pour Jean-Louis Bianco, dans notre pays, il n'y pas de problèmes avec la laïcité ni parallèlement avec l'égalité femmes-hommes car ce sinistre personnage ne manque pas une occasion de dénoncer vivement « Ceux qui dénaturent la laïcité sont ceux qui en font un outil antireligieux »

Énorme d'entendre dire cela quand le gouvernement et sa ministre de l'Éducation Nationale introduisent le fait religieux à l'École sans introduire en contrepartie le fait athée, les accompagnatrices voilées.... – que le Concordat n'est toujours pas abrogé, les écoles confessionnelles toujours subventionnées avec l'argent public – mais, quelle farce...

Quand une chaîne de la télévision publique consacre un temps d'antenne d'une matinée chaque dimanche sans prévoir une égale contrepartie destinée aux philosophies de l'athéisme - et ce type prétend qu'il ne fait que son travail, et en toute indépendance – mais, quelle farce...

Le gouvernement socialiste est-il vraiment décidé à rétablir la laïcité, ira-t-il jusqu'à destituer Bianco....et revenir à l'ancien Haut comité à l'intégration - il n'y pense pas...

Crab 22 Janvier 2016

°

Suites : Thierry Pech ou le poison socialiste

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/01/thierry-pech-ou-le-poison-socialiste.html

ou sur :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/01/thierry-pech-ou-le-poison-socialiste.html

 

17/01/2016

Femmes en Irak

iraki 1.png

Comment peut-on imaginer, dans notre pays, que des mouvements puissent encore, à notre époque, se réclamer de l'islam ?

[ - C’est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique
Sous-estimée par la plupart de nos contemporains, cette montée de l’islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine - André Malraux - ]

Vidéo :

http://blvids.free.fr/Femmes_en_Irak.mp4

°

Suites :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/41-les-diktats-musulmans/



 

02/01/2016

Je veux que ma fille soit libre

Pour une femme éprise de liberté être islamophobe, c'est naturel – c'est le contraire qui l'est pas. Crab

°

 

La nouvelle vie de jeunes Afghanes à Berlin

LE MONDE | 31.12.2015

Féminisme, islam, voiles_islamiques, sexualités, migrants

Dans le gymnase de la Gürtelstrasse à Berlin, transformé en camp de réfugiés, avoir une valise à roulettes est devenu l’ultime rêve de Mina, une jeune fille afghane aux yeux en amande. Depuis que sa famille est arrivée en Allemagne il y a trois semaines, son frère, Ali, 17 ans, lui a permis de couvrir ses cheveux, non pas avec un foulard, mais avec un chapeau. Ali reste toutefois intransigeant au sujet du maquillage. « Regarde ! Les Européennes se maquillent à peine, lui a dit le jeune garçon, Arrête de le faire. C’est trop tape-à-l’œil. » Mais Mina, 16 ans, continue à mettre son rouge à lèvres rose, du mascara, porte des bagues et épile encore plus minutieusement ses sourcils.

Mina, Ali et leur mère sont partis il y a deux mois de Robat Karim, ville située dans le sud de la province de Téhéran, en Iran. Après avoir traversé la Turquie, ils ont ensuite rejoint sur un bateau l’île grecque de Mytilène. De là, ils ont été dirigés par l’ONU vers Athènes. Après, ils sont passés par la Macédoine, la Croatie, la Slovénie, l’Autriche et ont finalement atterri à Berlin. Depuis trois semaines, ils vivent dans ce gymnase surchauffé avec 200 autres réfugiés, des Syriens, des Irakiens, des Afghans et des Européens venus de l’est. Pour se construire une intimité, des familles ou des compatriotes rapprochent leurs lits à deux étages et installent des rideaux.

Rêve et révolte

Quand il faut se rendre au LaGeSo, l’Office d’Etat de la santé et des affaires sociales, afin de récupérer leur allocation mensuelle de 218 euros, c’est toujours Ali qui monopolise la parole, prend des grands airs, réduit au silence sa sœur et sa mère âgée de 56 ans, lorsque cette dernière raconte ses souffrances sur le chemin de l’exil. En présence d’Ali, Mina ne parle pas, se met à l’écart, au point qu’on oublierait presque sa présence.

Pour parler librement avec Mina, il faut la retrouver toute seule, loin de son frère. Il faut venir la chercher à une heure précise devant le camp pour l’emmener faire un tour au centre commercial à proximité. Même si elle connaît les caractères latins – la jeune fille a pris des cours d’anglais en Iran –, elle n’ose pas trop sortir toute seule du camp. Mais depuis qu’elle est en Allemagne, elle éprouve comme un sentiment de révolte. Mina rêve d’aller à l’université et d’étudier le graphisme, ce qu’elle n’aurait pas pu faire en Iran. « Je me suis arrêtée en classe de troisième. Ça coûtait très cher pour les Afghans et à la fin de chaque année, l’école refusait de nous donner nos attestations de diplômes. »

Si son frère bouillonne de colère à l’idée qu’un jour sa sœur puisse avoir un petit ami, Mina n’entend pas se passer de ce qu’elle qualifie de « naturel ». « Les hommes afghans ont été élevés comme ça. Leur sœur est leur honneur. Ils ne laissent personne l’approcher, dit-elle. De mon point de vue, c’est la nature humaine. Ça peut arriver. Dans ce cas-là, peut-être que je ne lui dirai rien. » Et s’il finit par savoir ? « En Allemagne, il n’a pas le droit de me frapper. Je suis contente d’être ici. »

« Je veux que ma fille soit libre »

Ce sentiment d’être davantage protégée contre les hommes de la famille, Shakila, une Afghane de 27 ans, le partage avec Mina. « Mon mari me frappait en Iran, explique cette mère de deux jeunes enfants qui vit depuis deux mois dans le gymnase de la Gürtelstrasse. En Afghanistan non plus, les femmes ne sont pas bien traitées. Mais ici, j’ai dit à mon mari qu’il ne pourrait plus me traiter comme avant. Je suis contente d’être là… Très contente. »

« Mon mari me frappait en Iran. Mais je lui ai dit qu’ici il ne pourrait plus me traiter comme avant », raconte Shakila, une réfugiée afghane âgée de 27 ans
Ses mots sont graves, mais Shakila déborde, elle aussi, de joie de vivre. Par ce petit matin glacé de décembre 2015, ses rires et sa légèreté animent la salle à manger du gymnase. Même si Shakila a laissé tomber ses grands rêves, dont celui de devenir enseignante, elle projette ses envies sur sa fille de 3 ans, Madina :
« J’espère que ma fille ne subira pas les souffrances que j’ai connues. Je veux qu’elle soit libre. Qu’elle ne soit pas opprimée, frappée par un homme. Je veux qu’aucun mec ne puisse lui dire que c’est lui le chef, le maître de la maison. »

Tout comme Shakila, Zahra ne se voit pas atteindre les sommets. Née à Téhéran, cette jeune Afghane au visage enfantin – qui, sur la route de l’exil, a failli se noyer avec sa famille dans la mer Egée – n’a jamais pu aller à l’école en Iran. « Je suis illettrée. Mais je ne suis partie d’Iran que pour mon fils, Erfan, pour qu’il puisse devenir médecin ou ingénieur », dit-elle. Certains samedis, les gérants du centre d’accueil ramènent des machines à coudre dans le gymnase. Zahra, couturière professionnelle, se met derrière l’une des machines et refait les ourlets du pantalon d’une des assistantes du camp. « Je veux les aider pour les remercier », glisse Zahra.
Zahra, Mina et Shakila attendent leur rendez-vous pour enregistrer leur empreinte digitale. Ensuite, avec leur famille, elles peuvent être envoyées dans d’autres villes allemandes, mais elles s’habituent peu à peu à Berlin. D’ailleurs, depuis son arrivée, Mina ne s’est jamais sentie menacée ou méprisée en tant qu’étrangère. Une fois, dans le métro, elle était assise pas loin de deux garçons arrivés quatre mois plus tôt de Harat, grande ville de l’ouest de l’Afghanistan. Leur manuel d’allemand ouvert sur les genoux, les deux jeunes, ayant du mal à répondre à une question, ont demandé de l’aide à une Allemande assise en face d’eux. Elle s’est penchée sur le manuel, a lu attentivement la question et leur a expliqué en détail la réponse. Mina prend toujours du plaisir à se souvenir de cette scène.

Cependant, elle croit, comme ses congénères, que les Afghans sont discriminés par les autorités par rapport aux Arabes, aux Syriens notamment. « Il y a toujours quelqu’un qui parle arabe parmi ceux qui sont censés s’occuper des réfugiés et comme ça, les Arabes bénéficient des aides les meilleures, et pas nous », s’indigne Mina. Du coup, toutes ces jeunes femmes craignent que l’Allemagne ne les expulse vers l’Afghanistan, le pays que certaines d’entre elles n’ont pas connu mais qui évoque pour elles « la lapidation des femmes », « la guerre » et « la violence quotidienne ». « Et si après toutes ces souffrances, après que nous avons mis en danger notre vie, les Allemands finissaient par nous renvoyer en Afghanistan ? », s’agite Mina, avant que sa mère ne tente de la rassurer

Ghazal Golshiri (Berlin, envoyée spéciale)


Sur la route, les femmes migrantes plus vulnérables face aux violences

Féminisme, islam, voiles_islamiques, sexualités, migrants

Viols et violences

Pour celles qui avancent seules sur la route, tout est plus risqué. Pour assurer leur sécurité, certaines se regroupent, souvent par région d’origine. D’autres se mettent sous la protection d’un homme, plus ou moins bienveillant. A Athènes, une jeune Afghane de 19 ans racontait ainsi avoir acheté sa protection en épousant sur la route le chef du groupe afghan qui les encadrait. L’union avec cet homme de 50 ans, lui-même déjà marié deux fois, avait arrêté les tentatives de viols par ses camarades de marche, des paysans afghans ultra-conservateurs.

Comme les hommes, les femmes font face à la violence des autres migrants, des passeurs… Voire des autorités. Mais, outre les coups et les humiliations, des témoins racontent ce qu’un rapport de Human Rights Watch (HRW), publié le 21 septembre, nomme des « gender specific violences », des violences spécifiques envers les femmes. Soit des agressions sexuelles, allant du harcèlement au viol.

Une mère de famille syrienne rencontrée à son arrivée en France nous a ainsi confié avoir été témoin de viols de jeunes filles à l’intérieur du camp de Gazi Baba, en Macédoine. Avec force détails, elle a porté de graves accusations contre la police macédonienne qui selon elle réclamait des faveurs sexuelles contre de l’eau ou du pain. Un témoignage recoupé par une jeune femme du même groupe, qui raconte avoir été harcelée puis épargnée en prétendant être enceinte et déjà mariée.

Ces témoignages sont corroborés par le rapport de Human Rights Watch, qui dénonce les violences policières envers les migrants en Macédoine :

« Un ancien gardien a dit qu’au moins deux policiers du centre de détention [de Gazi Baba] s’étaient vantés d’avoir eu des relations sexuelles avec des détenues.

« Ils m’ont dit ‘Si tu veux le faire, on peut arranger ça pour toi’. Ils ne se cachaient pas. Ils en étaient même fiers. »

Extrait du rapport de Human Right Watch

...ect. ect. ect.

[ Pour ma part, depuis plus de vingt ans, j'écris régulièrement, en rapport avec l'actualité, qu'il fallait prioritairement organiser des filières pour aider les femmes éprises de liberté désireuses de fuir les pays dominés par les musulmans, car dans ce '' monde islamique '' l'inconscient de la plupart des hommes musulmans et d'une bonne partie des femmes musulmanes structuré ou aliéné par la religion est indécrottable et pour longtemps encore - Crab 02 Janvier 2016 ]

Suites : Ne pas croire immunise contre l'intolérance

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=islam+-+biblioth%C3%A8que

ou sur : Islam - bibliographie

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/0-islam-bibliographie/


25/12/2015

Et Mozart créa la femme

10_Aloysia Weber.png

Aloysia Weber as Zémire in André Grétry's opera Zémire et Azor circa 1784

- Aloysia Weber -1760-1839 -

°

Ode Musicale de Noël

Dans toute l'Histoire de l'Humanité, il n'y eu jamais, en Tout et pour Tout, qu'un seul Miracle : la Musique et l'Opéra

Ivre de Musique - dans un immense Sourire - pour un Bonheur tant attendu - pour nos Joies Calmes d'Admirations limpides et désintéressées - Transparent et Inaliénable vint ce Temps de Grâce quand Être d'exception et de Lumières dans un de ces Moments Rares de Korrigan qui lui est Dédié - Immortel - Mozart irrépressible - Rebelle Éternel créa L'impensable - Sous sa Plume de Musicien la Femme [ ENFIN ] Révélée -  Fut

°

Par Sabine Devieilhe :

Schon lacht der holde Frühling kv 580 ( Déjà le doux printemps sourit )

http://blvids.free.fr/Schon_lacht_der_holde_Fr%C3%BChling_K.%20580.flac

Der Hölle Rache ( L'enfer la vengeance )

http://blvids.free.fr/Der_Holle_Rache.flac

°

Suites :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/11/sabine-devieilhe.html

ou sur :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2015/11/25/sabine-devieilhe-5721866.html

Crab - Jour de Noël 2015

 

19/11/2015

Inégalités femmes-hommes

inégalités hommes-femmes.png

Lu dans la presse :

Le chemin de l'égalité entre hommes et femmes sera long. Le rapport annuel sur "l'écart entre les genres", publié ce 19 novembre par le Forum économique mondial, qui porte cette année sur 145 pays – suite sur la page :

http://www.lexpress.fr/emploi/gestion-carriere/dans-118-ans-il-n-y-aura-plus-d-inegalites-hommes-femmes-dans-le-monde_1737396.html

°

Pour y parvenir avant 118 ans, commençons par écrire '' qu'il n'y aura pas d'égalité femmes et hommes '', le F étant placé avant le H dans notre alphabet

Seul point positif : dans le classement sur 145 pays, dans les domaines de la santé et de l'éducation, la France occupe la première place du classement depuis 2006

Suites : L'égalité femmes-hommes

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=L%27%C3%A9galit%C3%A9+femmes-hommes

Suites 2 : Seul importe l'égalité femmes-hommes !

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/seul-importe-l-egalite-femmes-hommes/

Crab - 19 Novembre 2015

29/10/2015

10 mois après la tuerie

Charlie  hebdo - Coco.jpg

Charlie Hebdo sort l'album annuel du journal satirique

Citation

Coco : " Il faut réaliser que c’est la dernière fois qu’on les verra dans un album annuel de Charlie ", souligne la dessinatrice. " C’est notre hommage de faire vivre leur travail encore et encore. C’est toujours une grande émotion pour nous de voir ces dessins. Il n’y a pas une semaine où on ne parle pas d’eux au sein de à la rédaction. C’est aussi une chaleur, quelque chose de positif de voir que leurs dessins prennent vie, bien au-delà des choses..."

" Petit à petit, ça va mieux ", souffle Coco. " On déconne sur l’actu, on commence à râler à se « foutre sur la gueule » quand on n’est pas d’accord. C’est ça, Charlie, c’est un grand débat."

" Les « un an » ne vont pas être facile à passer, ça cogite…", poursuit-elle. " On se pose des questions : et si, et si… Je sais que ça ne va pas partir comme ça. Je n’aime pas trop parler de moi… Je me concentre sur les choses essentielles comme le dessin."

Propos recueillis Par Céline Martelet et Emmanuel Bringuier

-

Le mal : est-ce la critique ou la censure ?

Sans autres objets que de fragmenter l'occident, d'attenter à la liberté, les idéologies du différencialisme sont le cache-sexe du multiculturalisme ou du communautarisme, et sont essentiellement soutenues par des idéologues aveuglés par le relativisme culturel condescendant envers les étrangers

 

Abandon de la liberté et de la laïcité pour un mandat

Ce qui caractérise les meutes très médiatisées de « nos » Donquichottes « modernes », c'est à la fois idéologiquement, mais plus que tout par électoralisme leur constance à nier les réalités de nos sociétés : mécaniquement ( comme des robots ) évitent de dénoncer par pur électoralisme les dérives islamistes qui se manifestent au quotidiensans relâche, les cadres socialistes et une bonne partie des écologistes ( sans dédouaner le laxisme des droites, quand elles étaient au pouvoir ) à notre époque comptent parmi les plus représentatifs d'une classe politique prête, en s'abritant derrière le différencialisme à renoncer à la liberté, à l'égalité, à la fraternité et à la laïcité pour l'obtention d'un mandat - en un mot s'apprête à sacrifier la raison pour se maintenir ou accèder au pouvoir    - Crab 29 Octobre 2015

 

La liberté d'expression ne s'arrête pas là où commence la religion Suite: '' L'Art c'est la résistance''

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=L%27Art+c%27est+la+r%C3%A9sistance

 

ou sur :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/l-art-c-est-la-resistance/

 

 

 

22/09/2015

Une universalisation artificielle

catherine Robert Professeur.jpg

Catherine Robert – Professeure -

 °

Programmes scolaires

Après la levée de boucliers du corps enseignant lorsqu'une distinction entre période d'histoire " obligatoires et facultatives " avaient été évoquée, Najat Vallaud-Belkacem s'est voulu rassurante : " Tout est obligatoire maintenant."

Désormais, il n'y aura pas d'enseignements facultatifs en histoire selon les dernières déclarations de la ministre Najat Vallaud-Belkacem


Cependant, un nouveau thème a cependant été ajouté au programme de la classe de 5e : "Chrétienté et islam, des mondes en contact."  Pour la ministre, il s'agit de renforcer " l'enseignement laïque du fait religieux ", comme elle l'avait précédemment annoncé

Les bigots : Esther Benbassa, Régis Debray, Jean-René Lecerf, et j'en passe... se frottent les mains dans le plus grand mépris de la conscience des parents incroyants, agnostiques ou déistes sans confessions, pourtant majoritaire dans notre pays, qui s'estiment parfaitement qualifiés pour discuter ou encore apprendre à leurs enfants ce que valent les croyances ou les religions

Pourquoi faudrait-il développer et renforcer, sur la base de quelle définition, l’enseignement laïc du fait religieux, et qui plus est sans enseigner en contrepartie le fait athée qui lui est un fait réellement universel ce que ne peut prétendre aucune croyance ou religion ?

ICI, je cite un article par Catherine Robert Professeur de philosophie au lycée Le Corbusier d'Aubervilliers

Le « fait religieux » est une universalisation artificielle

Le marbre de la Constitution ne se confond pas avec les Tables de la Loi : la raison, et non une instance transcendante, a dicté les valeurs républicaines. L’homme qui leur obéit est un citoyen autonome et non un sujet hétéronome. Il paraît indispensable que l’école élucide les mythes de la fondation républicaine et explicite les conditions d’émergence de valeurs trop souvent posées comme absolues et indiscutables. Seule la tyrannie refuse l’explication ; seul le dogmatisme refuse la critique. Chaque peuple et chaque société a sa propre vision du monde. Ces conceptions sont extrêmement différentes et parfois contradictoires. Chacune prétend à l’universalité, aucune ne l’atteint réellement.Au lieu de s’installer dans le dogmatisme scientiste d’une raison occidentale certaine de ses représentations, de ses croyances et de ses valeurs, mieux vaudrait accepter la position – seule intellectuellement conséquente – d’un comparatisme informé. Le comparatisme n’est pas un relativisme. On doit pouvoir admettre toutes les croyances en se réservant le droit de combattre celles qui ne sont pas dignes de respect. On peut continuer d’affirmer que la société française s’organise en fonction des valeurs auxquelles elle croit, sans pour autant traiter par un silence méprisant les autres systèmes de représentation, c’est-à-dire les autres cultures. Faire le répertoire des mythes (c’est-à-dire des manières dont l’humanité représente et explique le monde et la condition humaine) est la seule manière de rendre effectif un enseignement laïc des cultures. Choisir, comme les réformes en cours le proposent, d’enseigner le « fait religieux » reviendrait à réduire la diversité mythologique aux seuls trois monothéismes, en ignorant, du fait d’un ethnocentrisme dommageable, que toute explication mythique n’est pas nécessairement religieuse. Le concept de « fait religieux » est donc une universalisation artificielle et factice. Nous avons la chance, au lycée Le Corbusier, de pouvoir constater l’extrême diversité des cultures et des croyances. Contrairement à ce que l’on croit à force de myopie, les élèves de Seine-Saint-Denis ne sont pas tous musulmans. Les cultes chinois sont polythéistes, panthéistes ou non théistes. Le taoïsme, le bouddhisme, le culte des ancêtres, le confucianisme sont autant de formes de croyance possibles pour nos élèves d’origine chinoise. Ajoutons à cela des athées, des agnostiques, des représentants de l’hindouisme, des coptes orthodoxes, des Éthiopiens orthodoxes, des protestants évangélistes, des pratiquants du vaudou, des adeptes du kémitisme panafricain, etc. Cette liste qui ne saurait être exhaustive (étant donné l’interdiction de relever ces données par la loi française) croise celle, aussi longue et aussi difficile à établir, de toutes les cultures d’origine de nos élèves. Comment décemment admettre que l’enseignement du « fait religieux » puisse rendre compte de la diversité culturelle, notamment pour celles de ces cultures dans lesquelles la religion n’est pas un fait ? Croire que les hommes ne croient pas au prétexte qu’ils n’ont pas de religion relève de l’erreur intellectuelle et de la faute morale. L’exploration de la terra incognita culturelle suppose des explorateurs sans œillères… Enseigner les mythes en adoptant la position comparatiste, ni subjectiviste, ni communautariste, est la condition sine qua non d’une laïcité en actes. Sa conséquence est une tolérance identitaire. Nos élèves, qui croisent, en leurs représentations et leurs actions, des cultures et des identités différentes le savent ; tous gagneraient à l’apprendre : c’est depuis l’autre qu’on se connaît mieux soi-même. La morale laïque est une contradiction dans les termes ; la République doit lui préférer un enseignement des cultures – Catherine Robert ( publié le 23 février 2015 )

°

Qui est qualifié pour « expliquer » les religions ?

Quand il s'agira de parler de l'islam, et plus particulièrement du raciste et sexiste coran, quel enseignant osera dire à ses élèves que le coran parle des femmes à la troisième personne*1 ?

Aucun risque, quand se pratique au quotidien le déni d'un texte, il ne faudrait pas, selon les « modérés », le lire littéralement, mais exigerait de se livrer à une herméneutique pour aboutir in fine à faire dire à ce texte autre chose que ce qu'il dit

Hors j'estime que seuls les parents sont qualifiées pour dire se qu'ils pensent des religions à leurs enfants - le rôle de l'école c'est d'aider les enfants à apprendre à penser et non quoi penser

*1 - Herméneutique ( gros mot cache misère ) : chères lectrices et chers lecteurs à travers les diktats musulmans, ici quelques sourates sexistes extraites du coran pris à la fois dans leurs sens littéral de l'écriture et leurs sens existentiel - c'est à dire, sans en douter, combien pour ces sourates il s'agit de leurs valeurs universelle dans l'histoire de l'humanité [ ??? ]

Suite : les diktats musulman

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/41-les-diktats-musulmans/

 

 

 

27/08/2015

Paris à côté de la plaque avec les femmes

J-Paul_2, Féminisme, Religions, laïcité, misogynie

 

Osez le féminisme se réveille

Extrait de presse :

Moins de 3 % des rues de la capitale ont un nom de femme. Pour rétablir l'équilibre, l'association Osez le féminisme en a rebaptisé une quarantaine

De nombreux habitants de l'île de la Cité (Ier - IVe) se sont réveillés hier matin à une adresse différente de celle où ils s'étaient couchés - Fin de l'extrait de l'article : '' Paris à coté de la plaque '' publié dans '' Le Parisien ''

 

Suites : Place J Paul II – suite

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/0-2011-place-j-paul-ii-suite/

 

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Place+J+Paul+II+%E2%80%93+suite

 

Panthéon des femmes - février 2014

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/02/pantheon-des-femmes-fevrier-2014.html

Crab 27 Août 2015

 

07/08/2015

L'Art c'est la résistance

art,athéisme,coran,islam,changelejeu,laïcité,féminisme,résistance

Aux lectrice et lecteurs

Citation : Imaginez, avec John Lennon, un monde sans religion... Pas de bombes suicides, pas de 11 septembre, pas de croisades, pas de chasses aux sorcières, pas de Conspiration des poudres, pas de partition de l'Inde, pas de guerres israélo-palestiniennes, pas de massacres de musulmans serbo-croates, pas de persécutions de juifs, pas de « troubles » en Irlande du Nord, pas de « crimes d'honneur », pas de télévangélistes au brushing avantageux et au costume tape-à-l’œil. Imaginez, pas de Talibans pour dynamiter les statues anciennes, pas de décapitations publiques des blasphémateurs, pas de femmes flagellées pour avoir montré une infime parcelle de peau...

Pour en finir avec Dieu ( 2006 ), Richard Dawkins ( trad. Marie-France Desjeux-Lefort ), éd. Robert Laffont, 2008

 

Dans toute l'histoire de l'humanité il n'y a jamais eu qu'un seul miracle : la musique

Point de liberté quand de « bons esprit », plus inspirés par la métaphysique que par la raison, réduisent l'Art à la tentation d'imitation de la nature, des'empressersolennellement, magistralementd'affirmer que la nature est l'œuvre de leur dieu, alors que l'horizon de nos connaissances ne dépassent pas 13 milliards sept cents millions d'années, qu'en outre, rien ne permet d'affirmer que « notre » univers est une création puisque, contrairement aux idées reçue* [ * : la plupart religieuses ], toute fin de processus est le début d'un autre - Ce que l'on appelle naissance* ( * : ϕ́υσις ) [ entre-autre de l'univers ] n'est qu'une composition nouvelle d'éléments préexistantsil en est de même de ce qu'il advient de nous après notre mort - rien ne se perd tout se transforme, pour l'essentiel de notre personne, en gaz et poussières – et de notre entendement* ( * : âme pour les croyants ) il n'en restera que les écrits -immanquablement, à un moment ou à un autre, en mangeant de la salade verte, vous consommerez un peu de vos ancêtres, une des meilleures façons, parmi les plus sûres, car nous savons, que les livres peuvent-être brûlés, les ordinateurs à la merci d'unetempête solaire, de prolonger leurs existences

 

Aux antipodes d'inévitables et maladroites représentations de la nature, pas d'art sans véritable création, ni d'art sans liberté de création

Dans l'actualité, essentiellement observée dans les pays musulmans, les artistes y sont soumis à une censure des plus insidieuses, des plus pernicieuses au nom de l'islam, ou de je ne sais quel prophète ni plus ni moins charlatan que ses prédécesseurs ou successeurs

Dans cespays dominés par les musulmans il serait actuellement impossible d'exposer ou de mettre en scène l'effeuillage des pages sexistes du coran*1 par les doigts aux ongles rouges de la main d'une femme

*1 - Les diktats musulmans :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/41-les-diktats-musulmans/

 

Dans notre société, l'odieuse tuerie des '' Charlie '', aurait pu être évitée, si auparavant s'était manifesté au nom de l'Art, au nom de la culture, plus de gestes solidarité envers les artistes et caricaturistes dont les créations ou les dessins font naître quelque chose de nouveau

 

Dans une récente entrevue dans le magazine L’Express, Salman Rushdie s’en prend carrément à la gauche, à certains intellectuels, et il assène deux ou trois vérités à ceux qui n’ont rien compris après les assassinats à Charlie Hebdo

 

Il n'est pas vain de rappeler, mais de toutes les façons aussi longtemps qu'il faudra, que la gauche depuis madame Mitterrand et Jospin n'a eu de cesse, ni ne cesse de trahir la laïcité, aussi ne faut-il pas s’étonner que cette gauche, au fil des temps, secrète, au regard des dénis des assauts théocratiques islamiques conduits contre la mixité et l'égalité femmes-hommes dans notre société, de faux sociologues ou anthropologues tels Emmanuel Todd, Edwy Plenel, Claude Askolovitch ou encore relevant du même niveau d'irresponsabilité d'un Aymeric Caron -sortes « d'intellectuels », qui dans l'actualité,comptent parmi les plus déficients, et dont les troubles de la mémoires liés à des intermittences de l'inconscience n'ont d'égaux que la sacralisation infantile et égoïste aggravée des patriarcats dans les souratesracistes et sexistes ducoran*1

 

Créer c'est résister, la vigilance en matière de liberté d'expression, de création s'impose donc afin de ne pas restersans réagir vivement chaque fois la liberté de conscience est entravée par les chantres ou « intellectuels » patentés du relativisme culturel - mais aussi, d'autre part,de réagir rapidement à chaque fois qu'une municipalité pratique la censure, sans manquer de veiller de près à ce que, dans notre pays, ne s'installe l'autocensure par crainte de se voir accusé de blasphémer ou de la façon la plus perverse qu'il soit d'êtreaccuséd'islamophobie

Sans l'Art indissociable de la Philosophie rien n'empêcherait la bêtise, la crétinerie d'être aussi grande au point d'occuper toujours plus de « vastes empires »

Ces dernières décennies ont montrées, à travers le débat d'idées, qu'il n'est point de libertés* ( * : droits des femmes et des homosexuels ) obtenues, et c'est notre première liberté, sans la critique athée et féministe des religions et des positions rétrogrades des principales hiérarchies monothéistes - Crab 7 Août 2015

Suites :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2012/08/luniversel.html

ou sur :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2012/08/26/l-universel.ht

.

Autres articles :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=universel

 

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=universel&...max=2015-06-03T02:31:00-07:00&max-results=20&star...

 

 

 

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=universel&updated-max=2013-06-16T04:27:00-07:00&max-results=20&start=12&by-date=false

 

 

 

21/07/2015

Freedom

Égypte, féminisme, islam, Iran, Maghreb, Masih Alinejad, Mine_Kirikkanat, Mona Eltahawy, Turquie, voiles_islamiques,sexualités, télévision

Vision du féminisme par un journal satirique de 1909

°

Selon Mona Eltahawy « Le féminisme n’est pas une importation occidentale » - pour ma part j'en suis parfaitement convaincu car, dans un pays, il ne peut y avoir de liberté sans passer par le féminisme universel

 

Piqûre de rappel - le féminisme universel :

Une femme fait ce qu'elle veut quand elle veut – autant dire libre d'avoir une vie sexuelle ou affective y compris en dehors du mariage ou avant un éventuel mariage non contraint – et, financièrement indépendante des hommes

 

Dans '' Jeune Afrique '' Leïla Slimani interroge Mona Eltahawy :

Dans le monde musulman, les modes de vie ont évolué et les pratiques sexuelles également. Mais les lois restent très conservatrices. Croyez-vous à une révolution sexuelle dans la région ?

La situation est très complexe. En Égypte, j’ai créé un groupe de soutien où je reçois de nombreuses jeunes femmes célibataires. La plupart n’ont jamais eu de relations sexuelles. Elles vivent encore chez leurs parents et n’ont aucune intimité. Le sexe représente un danger pour elles car elles ont rarement accès à la contraception. Et puis beaucoup de femmes ne savent pas comment fonctionne leur corps, elles n’ont reçu aucune éducation sexuelle. Malgré tout cela, une minorité assume le fait de perdre sa virginité avant le mariage. Nous avons besoin de ces minorités pour faire avancer les choses. J’admire beaucoup la militante marocaine Khadija Ryadi, qui lutte pour la dépénalisation des relations sexuelles hors mariage. Son raisonnement est simple : les adultes consentants ont le droit d’avoir des relations sexuelles, cela fait partie des droits de l’homme. Les lois dans ce domaine sont absolument absurdes. Dans nos pays, il est par exemple plus grave de violer une femme vierge que non vierge. C’est aberrant !

°

Mona Eltahawy en colère contre un Occident qu’elle juge trop lâche et des conservateurs obsédés par la pureté et le corps des femmes : « La misogynie tue », dit-elle

 

Cependant Mona Eltahawy, néanmoins est enthousiaste et optimiste, elle a porté le voile pendant neuf ans avant de le jeter dans les poubelles de l'histoire de la phallocratie - précise qu'elle à dû attendre la trentaine pour assumer sa vie sexuelle quand en France le premier rapport sexuel en dehors ou avant un projet de mariage se situe ( en moyenne ) aux environs de quinze - seize ans - malgré tout reste persuadée pour les femmes de la nécessaire émancipation individuelle tout en imaginant des lendemains meilleurs pour celles de confession musulmane

 

Dans son livre elle cite une phrase d'Audre Lordre :« Le silence ne nous sauvera pas. Comment briser la loi du silence qui pèse sur les femmes dans le monde musulman ? »

 

En France, durant ses périodes de gouvernance la droite influencée par ses extrémistes catholiques n'apas sut aller jusqu'au bout d'une interdiction totale des phallocrates voiles islamiques alors qu'à ces époques nul politique ne pouvait ignorer que les voiles sont des marqueurs de l'inégalité entre femmes et de l'inégalité entre femmes et hommes, autant de voiles symboles de la suprématie de l'homme sur les femmes, tous autant les uns que les autres sans le moindre rapport avec la religion - il faut dire qu'à l'exception de Robert Badinter qui, en dernier lieu, déploya beaucoup d'efforts pour obtenir l'interdiction du voile intégral, périodes ou l'absence de la gauche fut remarquable, qui pourrait s'en étonner quand on sait, depuis longtemps déjà,qu'il n'est plus pensable, vis à vis des idéologies musulmanes rétrogrades, de compter sur une gauche et des écolos dont la lâcheté n'est plus à démontrer pour comprendre que tant que cette classe politique semaintiendra au pouvoirles enfoulardées « volontaires » ne manqueront pas encore pendant longtemps de perpétuer la domination masculine sur l'ensemble des femmes issues de familles qui se déclarent «  musulmanes »

 

Mona Eltahawy interpelle les pays occidentaux, ils doivent cesser de se cacher derrière la peur d’être taxés d’islamophobie et imposer des conditions, notamment à l’Arabie saoudite, pays qu'elle compare à l'Afrique du Sud au temps de l'apartheid racial – Les Saoudiens, dit-elle, pratiquent un apartheid basé sur le genre...

 

Demande bien naïve, on a vu l'ex-ministre des affaires étrangères européenne scandaleusement affublée d'un voile en Iran quand Michèle Obama, nettement plus affûtée que son Président de mari qui lui au Caire dans son '' discours dit du Caire '' avait quasiment justifié le port du voile, de son coté se rendait non voiléelors d'un déplacement en Arabie Saoudite, très normalement habillée en femme, habilléecomme sait le faire toute femmelibre dans sa tête - un événement qui n'avait pas manqué de scandaliser les fous du dieu musulman, grandsvociférateurs patentés d'un pays où il est banal et de bon ton au quotidien d'outrager les femmes

 

[ Question : au regard de ce que l'on sait sur l'Arabie Saoudite, comment se fait-il que « nos musulmans modérés de France » se rendent en pèlerinage à la Mecque ? Pourquoi les associations*1 « antiracistes » ou des droits de l'homme n'appellent pas à boycotter ce pays ?- ( *l. : les mêmes associations qui, par ailleurs, prônent de boycotter les produits en provenance d'Israël une démocratie qui comme en France n'emprisonne pas les athées ni n'appelle à les assassineret fiche la paix aux femmes) - chercher l'erreur ! ]

 

Mona Eltahawy rappelle : '' Lorsque la ministre des Affaires étrangères suédoise a critiqué la justice saoudienne, elle a subi une pression terrible de la part des milieux d’affaires de son pays. Encore une fois, les femmes sont sacrifiées sur l’autel de l’argent !'', dit-elle

Ceci dit à ma connaissance, la ministre Suédoise, bien dans sa tête, est restée indifférente aux allégations de ce milieuxd'excités du porte-monnaie – et ne s'est pas, joli camouflet, cerise sur le gâteau,embarrassée d'excuses

 

Mona Eltahawy fait observer : '' j’ai lu beaucoup de livres sur le féminisme. J’ai trouvé les mots qui me manquaient, j’ai découvert toute une littérature dont je n’imaginais pas l’existence. Ces livres ont été un moyen pour moi de progresser, de m’émanciper. C’était en même temps très effrayant, car je savais qu’après avoir découvert tout ça je ne pouvais faire de retour en arrière et revenir à mon ignorance rassurante. À l’époque de mes 19 ans, j’avais le sentiment de n’avoir aucun pouvoir, je portais le foulard, je subissais le poids de la culpabilité et de la honte. J’ai écrit ce livre pour cette Mona de 19 ans, et pour toutes les jeunes filles qui cherchent des mots ''

 

Son livre est sorti en anglais en Égypte et aux États-Unis

'' J’ai reçu, dit-elle des messages extrêmement enthousiastes de femmes qui m’ont remerciée d’avoir raconté mon histoire. Quand elles commencent à parler d’elles, de leur intimité, les femmes se rendent compte qu’elles ont été silencieuses pendant trop longtemps. Ce silence nous isole. En partageant, on prend conscience qu’on n’est pas les seules à ressentir telle chose ou à traverser telle épreuve ''

 

Suites :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/06/mona-eltahawy_24.html

ou sur

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2015/06/24/mona-eltahawy-5645168.html

 

Féminisme universel - 2015 -

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2015/06/06/feminisme-universel-2015-5635134.html

Crab – 21 Juillet 2015

 

03/07/2015

Terrorisme et militantisme : moyen de socialisation ?

femmes voilées 6.jpeg

 

Michel Houellebecq : " Le terrorisme est un moyen de socialisation "

Son point de vue, publié dans Le Point :

http://www.lepoint.fr/societe/michel-houellebecq-le-terrorisme-est-un-moyen-de-socialisation-02-07-2015-1941951_23.php

 

°

 

Selon Michel Houellebecq : " l'opinion sur l'islam est à peu près également mauvaise dans l'ensemble des pays européens ". " C'est peut-être la seule chose qu'on partage*[ * avec Michel Onfray ] " Revenant sur la tuerie de Charlie Hebdo, survenue le jour de la sortie de son roman, il juge que la grande manifestation du 11 janvier après les attentats était " impressionnante et sincère ". " Cette réaction massive m'a quand même fait plaisir " - bref il ne sombre pas dans '' Plenel-toddisme '' ...

contre les djihadistes, il affirme que " ce n'est pas une chose facile de combattre une secte religieuse ". " Une réponse purement policière à une secte religieuse n'a pas de garantie de l'emporter ", avance-t-il avant de souligner que " quand on n'a pas peur de la mort, la police on s'en fout un peu " ]

 

Ici, il me paraît utile de prime abord de rappeler que la cause de la violence c'est l'inculture, que c'est l'Algérie qui a inventé le terrorisme islamique - dans ce pays, 240.000 morts durant la guerre civile -

 

Je suis assez d'accord quand Houellebecq dit que le '' terrorisme et le militantisme '' sont des moyens de socialisation, sauf que pour ma part cela na rien de « sympa », mais me rappelle que pendant plusieurs décennies j'ai pu observer que militer pour beaucoup d'hommes c'était un moyen « habile » d échapper pour laisser à la charge des femmes le travail domestique et le soin de torcher le cul de leurs enfants

 

Contrairement à Michel Houellebecq et par certains aspects je suis aussi en désaccord avec Michel Onfray, je ne crains pas ni ne pense que les françaises et les français ont peur de l'islam - because la critique athée et féministe des religions, dont la plus raciste et sexiste [ la mahométane ] d'entre-elles ne cesse de progresser dans l'esprit des populations de notre pays

 

La déchristianisation ou le déclin de la civilisation judéo-chrétienne est consommé depuis longtemps [ c'est tant mieux ], et l'islamisme et ses islamistes ne sont en réalité qu'un feu de paille qui d'une façon ou une autre à terme finira étouffé

 

Bien sûr les islamistes ont déclaré la guerre aux '' lumières '', autant dire à notre civilisation ( mais ne soyons pas naïf en bénéficiant dans le monde musulman de complicités actives ou passives de la part non seulement de dirigeants mais aussi de la plus large part des populations ) dans l'actualité ou dans l'urgence, éliminer ou emprisonner physiquement les islamistesdjihadistes s'impose mais cela ne saurait suffire aussi longtemps que ne sera pas enseigner à l'école le '' Fait Athée* '' [ *selon, à titred'exemple : Épicure et Lucrèce ], pour contrer toutes idées reçues qui ont pour objet d'imprimer, de graver dans l'esprit des jeunes enfants que sur terre nous ne sommes que de passage, que la vie commencera réellement après la mort

 

Je partage, depuis toujours, cette idée que, sans la critique athée et féministe de toutes les idéologies qui font référence aux surnaturels,l'on ne pourra pas se débarrasser des individus qui sombrent ou cherchent l'aventure dans le terrorisme essentiellement parce qu'ils n'ont pas peur de la mort*1 - ou à moindre échelle dans le militantisme pour se détourner bien souvent de leurs responsabilités au quotidien, un militantisme qui à un moment ou à un autre finit dans l'esprit de secte

 

Pour en finir plus rapidement avec le terrorisme il fautavant tout aider, soutenir par tous les moyens démocratiques les arabes ou iraniens incroyants ou incroyantes et convaincus-es par le féminisme universel – Crab 03 Juillet 2015

 

*1 :La femme debout - pour l'homme on n'est sûr de rien

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2012/07/la-femme-debout-pour-lhomme-on-nest-sur.html

 

Pour ce que je suis - on me tue [ fait dans le texte, référence à Épicure et Lucrèce ]

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/02/pour-ce-que-je-suis-on-me-tue_2.html

 

ou sur

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2012/07/22/la-femme-debout-pour-l-homme-on-n-est-sur-de-rien.html

 

°

 

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2015/02/02/pour-ce-que-je-suis-on-me-tue-5550348.html

 

24/06/2015

Mona Eltahawy

0 Mona-Eltahawi.jpg

Mona Eltahawy, féministe égyptienne : la révolution par le sexe

 

FEMMES DU MONDE - Chaque semaine, Karen Lajon, grand reporter au JDD, revient sur le parcours exceptionnel ou peu ordinaire de femmes du monde. Cette semaine, elle a rencontré la féministe égyptienne Mona Eltahawy qui balaie d'un revers de la main le port du voile.

 

'' J’ai porté le foulard pendant neuf ans. Il m’aura fallu huit années pour l’enlever." A regarder aujourd’hui Mona Eltahawy, on imagine aisément le chemin parcouru. Tout est à la limite de la démesure, de l’outrage. Cheveux exagérément rouges, bagues à la taille disproportionnée, jupe bien courte et énormes tatouages sur les deux avant-bras.

 

L’écrivain, féministe et activiste égyptienne assume désormais un look de hipster globalisé que l’on voit dans toutes les grandes capitales de ce monde. Mona est enfin Mona, une quadragénaire en accord avec elle-même, et en guerre contre les islamos de tout poil, une vie enfin aboutie qu’elle raconte dans un livre cri du cœur, Foulards et Hymens, et qui appelle à la révolution sexuelle dans le monde arabe

 

« Surtout ne pas aller plus loin, surtout ne pas débattre du fait que le voile aussi sexualise les femmes »

 

Sexe et bout de tissu

Et tout ça à cause d’un bout de tissu. Ce fameux bout de tissu que le père de la révolution iranienne, Rouhollah Khomeini, avait pourtant cessé d'imaginer qu’il pourrait l’imposer au-delà des frontières de l’Iran. Quelle victoire post-mortem pour ce vieux religieux qui, en fuite en Turquie, n’envisageait pas la place des femmes autre part que dans leur cuisine et qui, une fois rentré à Téhéran, comprit que la révolution ne se gagnerait pas sans elles. C’est une autre révolution à laquelle aspire l’égyptienne Mona. Une révolution basée sur un concept honni de tous les mollahs, émirs, cheikhs et consorts : le sexe! Ce truc aphrodisiaque, réservé à la gent masculine ici-bas et dans l’au-delà. Allez donc concurrencer cet objectif sucré que de posséder 70 vierges une fois au ciel! Mona Eltahawy a au moins cette honnêteté, celle de dire que ce fameux bout de tissu est bel et bien un véritable enjeu dans la planète arabo-musulmane.

 

Le voile plus important que l’individu

D’où cet affront, qu’elle fit un jour, en le laissant échouer sur un lit quelque part dans sa mémoire. "J’ai fini par l’enlever pour deux raisons. J’ai cessé de croire à ce type d’obligation religieuse, et puis le souffle du vent dans mes cheveux me manquait. Je ne me reconnaissais plus face à mon miroir. Je voulais réconcilier l’extérieur et l’intérieur. Je comprenais enfin que le voile était devenu plus important que la personne en elle-même, plus important que ce que j’étais véritablement." 

 

« Alors ma question aujourd’hui est : pourquoi c’est plus facile de le mettre que de l’ôter ? »

Mais ce fut plus facile de le mettre que de l’enlever. "Alors ma question aujourd’hui est : pourquoi c’est plus facile de le mettre que de l’ôter? Et la seule réponse que j’apporte c’est qu’on ne parle pas de ce sujet avec honnêteté. La question du port du voile tourne toujours autour de cette idée que c’est mon choix et parlons plutôt de l’Occident et de la façon dont les femmes sont sexualisées. Et là, bien sûr, la conversation s’achève. Surtout ne pas aller plus loin, surtout ne pas débattre du fait que le voile aussi sexualise les femmes."

00 Mona-Eltahawi.jpg

Mona découvre le féminisme

Comment devient-on alors féministe, en recouvrant ses cheveux? Difficile au début, voire impossible. Lorsqu’elle habite avec ses parents en Arabie Saoudite, elle choisit le chemin opposé. Elle se préserve pour Dieu, elle s’efface du regard des hommes. Mais la réalité l’emporte. Les femmes autour d’elle souffrent. "J’avais dix-neuf ans et je me suis rendu compte que j’étais féministe avant de tomber sur le mot 'féminisme' dans une bibliothèque. J’ai alors tenté de concilier les deux : le voile et le féminisme." Pas facile. Prenez son séjour en Angleterre. "Il m’a fallu porter le voile à longueur de journée pour pouvoir respecter les règles que je m’étais fixées. Je suffoquais." Mais elle s’en sort encore. "Si une femme avait le droit de porter une minijupe, sûrement que j’avais, moi, le droit de choisir de porter ou non un foulard. Une décision qui ne pouvait que témoigner de mon indépendance d’esprit et affirmer mon féminisme." Le retour en Egypte sonnera le glas de ce féminisme bancal.

 

« J’ai tenté de concilier les deux : le voile et le féminisme. »

Mona comprend que porter le hidjab est une occupation à plein temps. Elle ressent très fortement qu’elle n’est devenue qu’un voile. La rencontre avec des féministes égyptiennes et une anecdote scellent le sort de ce bout de tissu. Une voisine de sa mère se rassure en disant que tant que Mona porte le voile, elle pourra toujours trouver un mari. La jeune femme s’en débarrasse. "Ma propre révolution féministe a lentement mûri, elle a fait le tour du monde avec moi."

 

Révolution sexuelle

Elle l’incarne à elle toute seule. Elle affiche désormais son corps avec ostentation. Mais elle a dû batailler avec elle-même. Au début, elle a refusé de paraître belle, soucieuse de cette modestie fantasmée et imposée aux femmes par des hommes frustrés. Puis peu à peu, les fils de sa prison se sont défaits. Mona a fini par montrer tout ce qu’elle cachait auparavant. Aujourd’hui, elle parle sans gêne de son mariage avec un Américain. "Deux ans, et jamais je ne me remarierai", dit-elle en riant, le son de sa voix aussi rauque que celui des belles italiennes. Elle concède un amant égyptien avec lequel il fut plus facile de communiquer sans presque communiquer, "parce que de la même culture." Elle compare volontiers cet amour-là à celui  partagé avec les mâles occidentaux. "C’est plus fatiguant parce que justement  il faut expliquer les différences culturelles, mais en même temps c’est peut-être moins intense donc moins pesant."

 

Liberté de parole, liberté de son corps, de parler de son corps, Mona Eltahawy a fait sa révolution. Celle de son âme, de son sexe, désormais elle veut réveiller les femmes du monde arabo-musulman, mais sans jamais se faire dicter quoique ce soit. "Je revendique mon droit au plaisir de la chair, mon droit aux relations sexuelles intra- et extra-conjugales. La révolution politique et sociale passe par la révolution sexuelle." Minoritaire, Mona? Oui, bien sûr. "Révolution est mon mot préféré. Et il n’y a jamais eu une révolution dans le monde qui n’est été menée par la majorité. De façon générale, les gens privilégient toujours le consensus ou le statu quo parce qu’ils se sentent à l’abri. Donc oui, j’appartiens à une minorité qui veut faire bouger les choses et j’en suis très fière."

Foulards et hymens de Mona Eltahawy, Editions Belfond

 

°

Source de l'article : Karen Lajon - leJDD.fr

http://www.lejdd.fr/International/Maghreb/Mona-Eltahawy-feministe-egyptienne-la-revolution-par-le-sexe-738332

 

Suites

 

Poser nue pour le meilleur

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2011/11/poser-nue-pour-le-meilleur.html

ou sur

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2011/11/17/poser-nue-pour-le-meilleur.html

°

 

Piqûre de rappel

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=La+cause+des+femmes

ou sur

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/piqure-de-rappel/

°

 

Femmes d'Égypte

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2012/12/femmes-d-egypte.html

ou sur

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2012/12/11/femmes-d-egypte.html

 

 

 

 

 

23/06/2015

Le mensonge de Valls

les_diktats_musulmans, edwy_plenel, aymeric_carron, islam, féminisme, islamophobie, athéophobie, antisémitisme, musulmans, religions, observatoire_de_la_laïcité

 

Proche de Glavany dans sa conception de la laïcité, Manuel Valls lève une ambiguïté. « Il y a un paradoxe à ce que le gouvernement traite ce dossier et en même temps dise que c’est à l’islam de s’organiser », pointe le Premier ministre. Mais c’est un « défi à relever », souligne encore Manuel Valls, un travail indispensable, qu’il faut vivre avec cette « contradiction ».

 

Dénonçant une «complicité» objective entre l’extrême droite et les salafistes, Manuel Valls plaide pour une meilleure connaissance de l’islam, un retour à la grande tradition française de l’islamologie. Car les Français, dit-il, doutent de la compatibilité de l’islam avec la modernité. Pour le Premier ministre, la bataille est aussi culturelle que géopolitique. « Si nous faisons la démonstration que l’islam, sous toutes ses formes, est compatible avec la démocratie, la laïcité, l’égalité hommes-femmes, nous gagnerons une bataille idéologique majeure, déclare-t-il. C’est sans doute à la France d’être moteur dans ce défi. Est-ce possible dans le monde arabo-musulman ? J’en doute. Ce sont dans les vieilles démocraties que nous pouvons en faire la démonstration.» Cela tombe bien. Dans l’assistance, beaucoup plaident pour un aggiornamento de la religion musulmane, pour un « islam des Lumières ». Extrait d'un article de Bernadette Sauvaget daté 23 Juin 2015

°

M.Valls avait déclaré : je respecte tous les textes « sacrés »

Si nous faisons la démonstration que l’islam, sous toutes ses formes, est compatible avec la démocratie, la laïcité, l’égalité hommes-femmes, dixit Valls

 

Contrairement aux déclarations mensongères de M.Valls pour que l'islam soit compatible avec les valeurs républicaine dont '' les droits de la femme '', l'égalité entre femmes, l'égalité entre femmes et hommes - dans cette perspective les musulmans ne devront plus se référer à la grande majorité des sourates du raciste, sexiste, athéophobe, antisémite, homophobe et xénophobe coran ni prendre pour modèle un prophète criminel de guerre qui n'a pas hésité à faire décapiter ses opposants ( les poètes, c'est à dire les journalistes de l'époque, qui le traitaient de charlatan ) et pire que tout un pédocriminel en forçant une fillette de six ans à l'épouser – Crab 23 Juin 2015

 

Suites :Les diktats musulmans

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/41-les-diktats-musulmans/

 

°

AÏCHA

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/aicha-et-psycholucide/

°

Autres articles :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Les+diktats+musulmans

 

 

 

19/06/2015

Iran - Turquie

Iran,France,féminisme,Iran, islam,Mine Kirikkanat,Turquie, Aid El Kebir, Masih Alinejad,télévision

 

[ Identité : Tête réduite, mutilée par le voile,quand une femme subit ou s'approprie les codes de la phallocratie - à ses cotés non voilée, naturelle - radieuse - s'agit-il vraiment de la même femme ? - Crab - ]

°

De nombreuses iraniennes enlèvent leur voile en symbole de liberté depuis 2014. Aujourd’hui, le groupe My Stealthy Freedom ne cesse de drainer des photos de femmes dévoilant leurs cheveux.

 

Le port du voile est obligé pour les femmes en Iran. En 2014, Masih Alinejad, journaliste iranienne, ouvre une page Facebook où les iraniennes sont invitées à partager des photos les montrant sans hijab dans un espace public. Elle avait débuté seule, depuis Londres, et après avoir reçu un grand nombre de photos, elle décide de fonder un groupe un ligne intitulé « My Stealthy Freedom » (« Ma liberté furtive »). Selon la créatrice, il a même permis d’ouvrir un débat sur le port du voile imposé en Iran. La journaliste s’est exprimée à ce sujet :

« Pendant trente-six ans, le gouvernement a dit que porter le hijab était un devoir religieux. C’est pourquoi montrer ses cheveux peut être puni d’une amende, de coups de fouet ou d’une peine d’emprisonnement. En un an, le groupe Facebook est devenu si célèbre que nous avons réussi à introduire le terme '' hijab obligatoire '' dans le débat politique »

Fin de l'extrait, auteure : Elina Bacchiolelli:

 

Rappel :

En France les chantres du relativisme culturel aiment à rabâcher, sur les plateaux de télévision que l'Iran est une grande civilisation, idem pour la Turquie , d'ajouter avec empressement que l'islam est une religion de paix et d'amour

 

Rappel : Hors depuis l'Iran(cette grande civilisation disparue) la police iranienne annonçait avoir arrêté, en mai 2014, six jeunes gens coupables d’avoir dansé dans leur propre reprise de “ Happy ” sur YouTube

En septembre, l’AFP apprenait qu’ils ont été condamnés à 91 coups de fouet et six mois de prison… avec sursis

Le clip qui a valu ces sentencesaux 6 jeunes Iraniens " Happy " - vidéo :

http://crab.painter.free.fr/videos/Happy_We_are_from_Tehran_medium.mp4

 

Iran,France,féminisme,Iran, islam,Mine Kirikkanat,Turquie, Aid El Kebir, Masih Alinejad,télévision

 

C'est bôôôôooe l'islamde « vivre » dans ce « monde du rêve islamique» grands pays où l'on place, en Turquie comme ailleurs dans le '' monde musulman '' l'honneur de la famille au-dessous de la ceinture des jeunes filles ou des femmes

 

Citation ( extrait ) :

Cela se passe dans un quartier de la ville de Selcuk, au sud-ouest de l'Anatolie. " Une Turque de 36 ans a tué sa fille de 17 ans après avoir découvert que celle-ci était enceinte, ont rapporté les médias turcs samedi. La mère, Emine A., s'est rendue compte que sa fille Meryem A. était enceinte au cours d'une visite chez des voisins, selon le journal Hurriyet. Elle est alors revenue chez elle pour y prendre une arme à feu et a tiré sur sa fille à cinq reprises, selon le quotidien. Des témoins se sont portés au secours de Meryem et ont tenté de la conduire à l'hôpital, mais elle est morte en route. La mère, qui a été arrêtée, a subi une crise de nerfs et a été hospitalisée. Les autorités turques reconnaissent qu'il existe de nombreuses violences contre les femmes dans le pays. La grande majorité des violences sont le fait des hommes. Selon l'ONG 'Platforme pour faire cesser la violence contre les femmes', 286 femmes ont été tuées en Turquie en 2014 et 134 cette année."

 

/...

 

Mine Kirikkanat ( éditorialiste turque ) ne mâchait pas ses mots : " La place de la femme en Turquie a été constamment rabaissée par l'AKP depuis qu'ils sont arrivés au pouvoir", un encouragement direct selon elle au machisme, jusque dans ses formes les plus extrêmes

 

" Chaque jour, en Turquie, deux femmes sont assassinées pour les mêmes raisons, sous les mêmes prétextes et à l’arme blanche. Dans ce beau pays, on dirait qu’il existe un rituel de déchiquetage : certaines victimes sont frappées 11 fois, d’autres reçoivent jusqu’à 30 coups de poignard, dont le record en la matière se chiffre à 43 lacérations ! Plus le nombre de coups monte, moins de force il reste à l’assassin pour trancher la gorge de sa victime, ce qui n’est pas une mince affaire. Mais, pour un peuple qui perpétue les rites d’Aid El Kebir, ces hommes savent comment s’y prendre... Cela n’empêche que certains meurtriers ne sont pas des bouchers aguerris et, de ce fait, ils s’y prennent autrement. Ainsi, deux autres femmes sont assassinées quotidiennement par divers procédés. Certaines sont victimes des « crimes d’honneur »: pendues, ensevelies vives ou étouffées par les membres de la famille. D’autres meurent de violence conjugale, soit battues, soit abattues par balles. '' -Publié dans TV5MONDE

 

Suites : Atena Farghadani - Raef Badaoui

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/06/atena-farghadani-raef-badaoui.html

 

Autres billets

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=La+cause+des+femmes

°

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/06/feminisme-universel-2015.html

 

 

 

 

 

08/06/2015

Sérénité éternelle

Matriarcat Moso.png

Peuple matriarcal

Document dédié à toutes celles et tous ceux qui refusent d'admettre qu'aucune société ne peut se fonder exclusivement sur le modèle de la famille patriarcale dite « classique », ( sans même évoquer l'homosexualité ) pratiquement les mêmes affectent de ne pas comprendre que la fidélité mutuelle est un contrat privé*1 qui ne peut en aucun cas être imposé par la loi ou la répression

 

En réalité dans l'idéologie patriarcale la fidélité est exigée des femmes qui pourtant par rapport à l'homme sont plus nettement conçues pour avoir des amants

*1 -Vidéo : http://blvids.free.fr/La_fidelite_n_est_pas_naturelle.mp4

°

Document internet : Sans père ni mari, mais pas sans oncles

Matriarcat Moso (Chine) : sans père ni mari, mais pas sans oncles, le paradis de la déesse-mère Gemu

°

La notion de '' famille '' n'est pas l'émanation d'un dessin divin puisque, de toutes façons, dans la mesure ou notre univers n'a ni commencement ni fin, faute de création il ne peut y avoir de créateur

 

Province du Yunnan : Yongning en chinois signifie « sérénité éternelle », les femmes Moso sont des femmes nettement plus épanouies que les .../...

Suites :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=La+famille

 

ou sur

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/11/08/la-famille-5485446.html

 

 

 

06/06/2015

Féminisme universel - 2015 -

Charb.jpeg

 

Lu dans '' Le Monde des religions '' daté du 5 Juin, citation : '' Dans son ouvrage Féminismes islamiques, Zarah Aliavance une définition de l’émancipation des femmes : «Les féministes musulmanes proposent une libération qui pose un tout autre rapport au corps et à la sexualité : un rapport marqué par des normes et une sacralisation de l’intime, et par une défense du cadre familial hétérosexuel. » '' [ MDR ]

 

Cette « définition » très islamiste, démontre une fois de plus que la fraternité, c'est à dire l'égalité entre femmes, l'égalité femmes hommes, l'égalité des droits et devoirs des citoyens-nes n'est possible qu'à travers le prisme de la critique athée et féministe ou encore antiraciste des religions dont il faut rappeler sans relâche que l'islamique est de toutes les monothéistes la plus raciste, la plus sexiste et homophobe parce qu'elle sacralise au nom de la « parole de dieu » la phallocratie

 

Il n'y a pas de féminisme islamique ni chrétien et j'en passe.., il n'y a de féminisme que le féminisme universel sans la plus faible relation avec la religion, ce qui signifie précisément qu'une femme fait ce qu'elle veut quand elle veut, elle est citoyenne libre, autonome, et la liberté implique pour les femmes de ne pas dépendre économiquement des hommes dans une société par ailleurs la réalité des sexualités n'autorise pas une société consacrée exclusivement hétérosexuelle - l'homophobie n'y a pas plus sa place que le sexisme - ce qui [ aussi ] signifie qu'il n'y a pas de sexualités ni plus ni moins « normales » les unes que les autres

 

Il n'empêche que des débiles dépassant la plus basse méchanceté sont bien ceux quien dépit de la parfaite visibilité de nos singularités, de nos différences sexuelles néanmoins rejettent et salissent de leurs propos ou réflexions d'un fielleux indépassable l'homosexualité, l'islamophile prenant appui sur l'intolérant coran est passé grand maître en matière d'homophobie

 

Comble de la considération, Zarah Ali propose une relecture du coran, dans le plus parfait mépris* ( * : de par sa nature très islamique ), sorte d'injure faite à l'intelligence des françaises et des français - ainsi tous nos compatriotes indistinctement ciblés illettrés puisqu'ils devraient entendre autrement ce que dit pourtant très explicitement le coran – ce mépris de la conscience et des facultés des non-musulmans est à ce point tellement courant, mécaniquement courant qu'il est à craindre que les islamophiles aient, pour l'éternité, un inconscient quasi indécrottable, quand nous savons que l'enjeu politique et sociétal majeur de cette religion s'identifie pathologiquement par la volonté de maintenir ou de promouvoir l'abaissement du statut de la femme

 

En 2010 je publiais une partie des sourates du coran qui comme toutes les sourates s'adressent à l'homme et non à la femme sous le titre : '' Les diktats musulmans *1 ''

 

Je m'étais fait un malin plaisir d'inverser le genre de chacune des sourates, de sortes que directement elles s'adressent à la femme et non plus, comme dans le coran, exclusivement à l'homme, c'était par dérision une rédaction visant à montrer le caractère infantile et égoïste du texte « sacré » rédigé à partir de 7e siècle par des hommes, sur mesure pour les hommes -in fine je suis quasi certains que cet article ou ce document '' Les diktats musulmans '' fera date et survivra au coran bien longtemps après que le « texte sacré » n'ait été jeté dans les poubelles réservées à l'histoire de l'obscurantisme

 

Néanmoins en tout état de cause, je me dois de rappeler que ne manquent pas au sein des '' mondes musulmans '' des femmes et des hommes athées ou laïcs, toujours plus nombreuses et plus nombreux, qui savent, depuis longtemps, que le féminisme universel n'est pas occidental parce que justement il est universel - Crab 05/06/2015 -

*1 : Les diktats musulmans

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/41-les-diktats-musulmans/

ou sur

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Les+diktats+musulmans