Crab2ddcc

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2015

L'Art c'est la résistance

art,athéisme,coran,islam,changelejeu,laïcité,féminisme,résistance

Aux lectrice et lecteurs

Citation : Imaginez, avec John Lennon, un monde sans religion... Pas de bombes suicides, pas de 11 septembre, pas de croisades, pas de chasses aux sorcières, pas de Conspiration des poudres, pas de partition de l'Inde, pas de guerres israélo-palestiniennes, pas de massacres de musulmans serbo-croates, pas de persécutions de juifs, pas de « troubles » en Irlande du Nord, pas de « crimes d'honneur », pas de télévangélistes au brushing avantageux et au costume tape-à-l’œil. Imaginez, pas de Talibans pour dynamiter les statues anciennes, pas de décapitations publiques des blasphémateurs, pas de femmes flagellées pour avoir montré une infime parcelle de peau...

Pour en finir avec Dieu ( 2006 ), Richard Dawkins ( trad. Marie-France Desjeux-Lefort ), éd. Robert Laffont, 2008

 

Dans toute l'histoire de l'humanité il n'y a jamais eu qu'un seul miracle : la musique

Point de liberté quand de « bons esprit », plus inspirés par la métaphysique que par la raison, réduisent l'Art à la tentation d'imitation de la nature, des'empressersolennellement, magistralementd'affirmer que la nature est l'œuvre de leur dieu, alors que l'horizon de nos connaissances ne dépassent pas 13 milliards sept cents millions d'années, qu'en outre, rien ne permet d'affirmer que « notre » univers est une création puisque, contrairement aux idées reçue* [ * : la plupart religieuses ], toute fin de processus est le début d'un autre - Ce que l'on appelle naissance* ( * : ϕ́υσις ) [ entre-autre de l'univers ] n'est qu'une composition nouvelle d'éléments préexistantsil en est de même de ce qu'il advient de nous après notre mort - rien ne se perd tout se transforme, pour l'essentiel de notre personne, en gaz et poussières – et de notre entendement* ( * : âme pour les croyants ) il n'en restera que les écrits -immanquablement, à un moment ou à un autre, en mangeant de la salade verte, vous consommerez un peu de vos ancêtres, une des meilleures façons, parmi les plus sûres, car nous savons, que les livres peuvent-être brûlés, les ordinateurs à la merci d'unetempête solaire, de prolonger leurs existences

 

Aux antipodes d'inévitables et maladroites représentations de la nature, pas d'art sans véritable création, ni d'art sans liberté de création

Dans l'actualité, essentiellement observée dans les pays musulmans, les artistes y sont soumis à une censure des plus insidieuses, des plus pernicieuses au nom de l'islam, ou de je ne sais quel prophète ni plus ni moins charlatan que ses prédécesseurs ou successeurs

Dans cespays dominés par les musulmans il serait actuellement impossible d'exposer ou de mettre en scène l'effeuillage des pages sexistes du coran*1 par les doigts aux ongles rouges de la main d'une femme

*1 - Les diktats musulmans :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/41-les-diktats-musulmans/

 

Dans notre société, l'odieuse tuerie des '' Charlie '', aurait pu être évitée, si auparavant s'était manifesté au nom de l'Art, au nom de la culture, plus de gestes solidarité envers les artistes et caricaturistes dont les créations ou les dessins font naître quelque chose de nouveau

 

Dans une récente entrevue dans le magazine L’Express, Salman Rushdie s’en prend carrément à la gauche, à certains intellectuels, et il assène deux ou trois vérités à ceux qui n’ont rien compris après les assassinats à Charlie Hebdo

 

Il n'est pas vain de rappeler, mais de toutes les façons aussi longtemps qu'il faudra, que la gauche depuis madame Mitterrand et Jospin n'a eu de cesse, ni ne cesse de trahir la laïcité, aussi ne faut-il pas s’étonner que cette gauche, au fil des temps, secrète, au regard des dénis des assauts théocratiques islamiques conduits contre la mixité et l'égalité femmes-hommes dans notre société, de faux sociologues ou anthropologues tels Emmanuel Todd, Edwy Plenel, Claude Askolovitch ou encore relevant du même niveau d'irresponsabilité d'un Aymeric Caron -sortes « d'intellectuels », qui dans l'actualité,comptent parmi les plus déficients, et dont les troubles de la mémoires liés à des intermittences de l'inconscience n'ont d'égaux que la sacralisation infantile et égoïste aggravée des patriarcats dans les souratesracistes et sexistes ducoran*1

 

Créer c'est résister, la vigilance en matière de liberté d'expression, de création s'impose donc afin de ne pas restersans réagir vivement chaque fois la liberté de conscience est entravée par les chantres ou « intellectuels » patentés du relativisme culturel - mais aussi, d'autre part,de réagir rapidement à chaque fois qu'une municipalité pratique la censure, sans manquer de veiller de près à ce que, dans notre pays, ne s'installe l'autocensure par crainte de se voir accusé de blasphémer ou de la façon la plus perverse qu'il soit d'êtreaccuséd'islamophobie

Sans l'Art indissociable de la Philosophie rien n'empêcherait la bêtise, la crétinerie d'être aussi grande au point d'occuper toujours plus de « vastes empires »

Ces dernières décennies ont montrées, à travers le débat d'idées, qu'il n'est point de libertés* ( * : droits des femmes et des homosexuels ) obtenues, et c'est notre première liberté, sans la critique athée et féministe des religions et des positions rétrogrades des principales hiérarchies monothéistes - Crab 7 Août 2015

Suites :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2012/08/luniversel.html

ou sur :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2012/08/26/l-universel.ht

.

Autres articles :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=universel

 

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=universel&...max=2015-06-03T02:31:00-07:00&max-results=20&star...

 

 

 

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=universel&updated-max=2013-06-16T04:27:00-07:00&max-results=20&start=12&by-date=false

 

 

 

09/04/2015

Chrétiens d'Orient

persécution des chrétiens dans le monde.png

Cette carte publiée dans le journal '' Le Monde '' fait le répertoire de la persécution des chrétiens dans le Monde, à l'exception de la Chine et de l'inde*1 il s'agit de pays dominés par les musulmans

*1 : en Inde des musulmans sont, sans relâche, responsables de l'assassinat d'athées

L'assassinat ou l'emprisonnement d'athées est chose courante dans les pays dominés par les musulmans, dans ces cas là, les minorités chrétiennes ne protestent pas et dans certains cas se solidarisent avec les musulmans pour condamner l'athéisme et justifier l'emprisonnement d'athées ;

au regard de cette situation aussi intolérable que toutes autres persécutions : à quand une carte de la persécution des athées dans le monde ( mais aussi de la persécution des laïcs et des féministes ) publiée dans '' Le Monde '' ?

( ici au passage, je répondrais à quelques lecteurs musulmans pro-palestiniens, qui me bassinent avec leurs comparaisons oiseuses, qu'Israël est le seul pays dans la région qui n'assassine ni n'emprisonne ses citoyens ou citoyennes athées )

 

Depuis de nombreuses années j'écris, en rapport avec l'actualité, qu'il faut, dans notre pays, rétablir la laïcité - à présent je constate que la Fédération Syndicale Unitaire ( FSU ), rejoint depuis le 6 avril dernier les françaises et les français qui veulent entre-autres l'abrogation du Concordat, sans cesse dénoncent depuis plusieurs décennies, contre la loi de 1905, le financement avec les deniers de tous les contribuables incroyants, agnostiques ou croyants au profit, comme sous l’ancien régime, de catégories de religieux privilégiés quand ce syndicat communique :« Arrêtons de jouer avec la laïcité ». Son co-secrétaire départemental, Gérard Gironell, réprouve des motifs « purement politiciens » et estime que l'École, champ d'action visé par l’État suite aux attentats contre Charlie Hebdo, « ne peut pas être tenue responsable du chômage de masse, du racisme » et des « extrémismes politiques et religieux ». Virulent sur le sujet, le syndicat souhaite une « laïcité véritable » et exige l’abrogation des lois Debré et Carle qui « organisent le financement public de l’enseignement privé et confortent les stratégies de contournement de la carte scolaire contribuant ainsi à la disparition de la mixité sociale, à la construction de véritables ghettos scolaire et au renforcement des communautarismes » Fin de l'extrait

 

Suites :

Au nom du ciel – Henri Pena-Ruiz

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/02/au-nom-du-ciel.html

°

Élisabeth Badinter

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Elisabeth+Badinter

°

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/au-nom-du-ciel/

°

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2015/03/16/la-france-fille-ainee-de-l-atheisme-5583890.html

Crab 9 Avril 2015

 

 

 

 

 

09/03/2015

Le Bianco d' Onfray

Jean-Louis Bianco - Michel Onfray.png

De gauche à droite : Jean-Louis Bianco – Michel Onfray

°

Liminaire

C'est une devenu une spécialité de France 3 de banaliser l'islam, une religion ou une culture, qui ne peut-être, si l'on se réfère au « livre des livres » ( parole d'Allah ), en aucun cas une religion de paix et d'amour ni ne peut idéologiquement, en société, favoriser un mode de vie fraternel sinon, sans autres alternatives,installer le communautarisme et provoquer, à terme, si '' on '' laissait faire, la libanisation de notre pays

 

Dans le cadre de la série sur la laïcité organisée par France 3

Jean-Louis Bianco :" pour moi la laïcité c'est une liberté. Je n'ai pas de doutes. C'est d'ailleurs la définition même de la grande loi de 1905. La liberté de croire ou de ne pas croire, la liberté de changer de religion, d'exprimer ses convictions religieuses. On a le droit aussi de critiquer les religions, mais la critique n'est pas sans limites."

 

Pour Jean-Louis Bianco, enfin, la laïcité passe par " un combat contre les inégalités et pour la justice."

 

'' On ne qu'être d'accord avec sa « profession de foi », sauf sur le '' mais la critique n'est pas sans limite '', comme, avant-lui, le pape François, il justifie la tuerie à Charlie hebdo ;

en outre, en tant que patron de l'observatoire de la laïcité, il eût été bienvenu, pragmatique, de sa part, de rappeler que le Concordat en Alsace-Lorraine n'est toujours pas abrogé, que le financement des écoles confessionnelles doit être supprimé, qu'en matière d'inégalité,ce qui relève de la pire injustice, la religion musulmane sacralise la phallocratie pour asseoir la domination de l'homme sur les femmes - inutile de rêver l'observatoire de la laïcité est un observatoire ni plus ni moins bidon que l'observatoire de l'islamophobie, l'un et l'autre n'ont pas d'autres ambition que d'effacer la laïcité de notre culture républicaine

 

Pour Michel Onfray

À mon sens '' on '' ne peut comprendre certaines des contradictions de Michel Onfray, quand il réclame un islam républicain dans une société qu'il suppose « ultra catholique », si l'on perd de vue son autobiographie : il a été enfant de chœur et envisageait dans ces jeunes année de devenir prêtre - ceci explique cela -je le cite :

" On doit pouvoir permettre que les imams soient formés par la République et qu'il y ait même un financement public de tous les lieux de cultes. On sait très bien que tant qu'on laisse le financement des mosquées à des entreprises privées, ce sont les entreprises d'Arabie Saoudite et du Qatar, qui sont dans des logiques d'islam intégriste et conquérant qui vont financer, placer et surveiller leurs imams "

 

" On sait très bien qu'il y a un droit de regard de la République sur la religion. Aujourd'hui un évêque est nommé avec l'assentiment des pouvoirs politiques en place."

 

" il faut arrêter de faire de la laïcité une religion" mais "la repenser au regard de ce qu'il se passe dans l'histoire, dans la sociologie et dans la démographie de notre pays.", d'après Michel Onfray

 

Première observation : '' arrêter de faire de la laïcité une religion '' soutient Michel Onfray,alors qu'au demeurant la laïcité n'est pas respectée sur l'ensemble de nos territoires, notamment à travers le financement du Concordat, le subventionnement d'écoles confessionnelles, l'argument, s'il n'était dramatique, ne faussait pas le débat, ferait sourire

Parler d'islam républicain est un non sens tout autant que de parler d''islam modéré par rapport à un islam intégriste : faire respecter la loi en virant ou sortant de notre pays les imams intégristes, cela, en effet, est insuffisant ;

il est du devoir de tous les républicains, à commencer par les associations dites antiracistes, d'exiger des pouvoirs publics que le coran ( entre-autres ) dont l'exigence fondamentale est la soumission, soit précédé d'un avertissement dénonçant le caractère raciste, sexiste, athéophobe, homophobe, antisémite et xénophobe de la grande majorité des sourates, c'est à dire : autant d'incitations, en référence aux « textes sacrés »,à asseoir la domination de l'homme sur les femmes, d'incitations à la haine de l'autre dont se repaissent, les modérés, les intégristes, les fondamentalistes, les radicaux et les jihadistes musulmans

 

Deuxième observation : sur le financement des mosquées sous prétexte de lutter contre l'islam radical ( et j'en passe ) est un argument fallacieux : qu'il soit l'islam prêché dans des caves où à l'air libre dépend du niveau mental d'intelligence des imams, de leur sens de la fraternité sinon relève de la monstruosité d'une culture islamique antiféministe ou sexiste tant de celui qui prêche et de ceux qui l'écoute - donc financer des mosquées est un faux problème et serait un détournement ( de plus) de l'argent public au profit d'une catégorie de religieux

 

Prétendre, à l'instar de Michel Onfray, qu'il faut repenser la laïcité, pour '' établir '' un « statut » de l'islam, quand en réalité la cause majeure des atteintes aux libertés individuelles, dans notre pays, ce sont, ( dans l'actualité ), parfaitement identifiées les atteintes à la laïcité qui place certaines femmes sous la contrainte de leur communauté, alors que la République devrait les émanciper, (notamment, entre-autres ), en interdisant le port des phallocrates voiles islamiques dans l'entier espace public

 

L'enjeu : quand nous savons que dans les pays où les musulmans sont majoritaires ce '' monde- '' ne réserve que fatwas, condamnations pour apostasie ou exécutions sommaires, dans notre pays et dans l'intérêt de tous et de toutes, c'est d'abord, en priorité, de frontalement s'opposer à une forte culture phallocrate musulmane, gravée dès leur plus jeune âge dans la tête des enfants - une religion et une culture culture qui rejettent l'égalité femmes-hommes, plus largement l'égalité des sexes ( et entre-autres le droit de ne pas croire);mais le parti pris de Michel Onfray, ( dont j'approuve sans réserve la critique athée des religions, sans valider son point de vue ou ses positions sur les politiques intérieures et extérieures de la France ), revient, in fine, de sa part, à ne pas reconnaître que la société ne peut devenir pleinement féministe* ( * égalité femmes-hommes et des sexes ) sans respecter scrupuleusement la loi de 1905, parce que préciment la '' Laïcité '' n'est pas comme le dit Michel Onfray ni être ni devenir une religion, dans la mesure où elle ne matérialise pas, ( contrairement aux religions ), l'interdiction de penser différemment, surtout la volonté de domination ni ne crée des hiérarchies artificiellesLa laïcité, c'est la France du 11 Janvier     - Crab 9 Mars 2015


Suites : Féminisme et Laïcité

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/03/feminisme-et-laicite.html

ou sur

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2015/03/07/feminisme-et-laicite-5574501.html

 

 

 

20/02/2015

FAITS DIVERS ?

Charlie - Saint-Gilles.png

Charlie Hebdo: une librairie bruxelloise à nouveau menacée

C'est le titre d'un article de '' D. Ha. '' Publié le 19 Février 2015 et taxé de '' Faits divers ''

 

Citation :

Faits divers "Soit vous stoppez la vente immédiatement du magazine satanique Charlie Hebdo ou alors attendez-vous très bientôt à des représailles sales porcs mécréants !!!"

C'est une librairie de Saint-Gilles qui a été la cible d'une nouvelle lettre de menaces sur laquelle figurent notamment les drapeaux des groupes terroristes Al-Qaida en Syrie (Jabhat Al-Nosra) et État Islamique ainsi qu'une photo de Kalachnikov

Le parquet de Bruxelles prend l'envoi de ces quatre lettres très au sérieux et va mettre tous les moyens techniques à sa disposition ( analyse d'images de caméras de vidéosurveillance, enquêtes téléphoniques, etc.) pour retrouver l'auteur ou les auteurs

 

Donc pour ce journal en ligne ce n'est rien de plus qu'un fait divers alors qu'en Belgique et en France les assauts théocratiques islamistes soutenus par les représentations de « musulmans modérés » qui ne condamnent pas le port de tous les phallocrates voiles islamiques quand d'autres islamophiles nous expliquent que la pauvreté ou les « discriminations » ou in fine que la république serait responsable faute « d'intégration » de la radicalisation, de la haine des juifs et de la montée du terrorisme

Comment faut-il le dire et sur quel ton que les « textes sacrés » du raciste, sexiste et homophobe coran, que la vie d'un prophète pédocriminel et xénophobe n'est en rien exemplaire, mis bout à bout ces textes et faits historiques génèrent la haine de l'altérité, qu'il s'agit d'une guerre contre les valeurs républicaines dont la liberté de ne pas croire ou de croire en d'autres religions ? - et qu'en aucun cas cette menace contre une librairie ne relève d'un '' simple fait divers '' -

Dans notre pays, il y a un chômeur dans chaque famille, l'intégration depuis plus d'une décennie concerne toutes les françaises et français et non pas plus particulièrement telle ou telle catégorie de citoyens, et nous avons bien à faire face à une idéologie incompatible avec les valeurs humanistes de notre société : liberté - égalité – fraternité, autant de valeurs impensables, inacceptable par les tenants d'une religion de l'irresponsabilité qui ne peut concevoir le droit de pas croire, ni l'égalité femmes-hommes, ni respecter les différences sexuelles

Quand le gouvernement ne condamne pas le port du phallocrate voile islamique lors des sorties extra-scolaires il fait exactement ce qu'il ne faut pas faire au lieu de ne pas concéder le moindre arrangement à des mouvements religieux phallocrates prosélytes musulmans qui cherchent à impacter les enfants des autres en leur imposant du dieu d'une part mais surtout de leur dieu et banaliser la discrimination sexuelle

Comprendre que la France par ses valeurs républicaines est un objet de civilisation qu'il faut défendre, sans concessions, vis à vis de l'Europe et du reste du monde n'entre pas dans les préoccupations, ni dans la perspective du Premier ministre Valls quand il entend réaffirmer la laïcité, sinon il ferait bien de lire, toujours d'actualité, '' Profs, ne capitulons pas '' au regard des positions anti laïques, copiés-collés du jospinisme d'une autre époque, de la ministre Nadia Vallaud-Belkacem, et pour elle d'enchérir en proposant l'enseignement du fait religieux à l'école sans prévoir laïquement, en contrepartie, l'enseignement du fait athée

 

Suites :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=La+la%C3%AFcit%C3%A9+selon+Nadia+Vallaud-Belkacem

ou sur

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2015/02/18/pococurante-5561997.html

Crab 20 Février 2015

 

04/02/2015

Elisabeth Badinter

Athéisme, Crab, féminisme, Élisabeth_Badinter, Laïcité, Edwy_Plenel, Aymeric_Carron Olympe_de_Gouges, Science, sexisme, islam, Gauche,  Émilie_du_Châtelet

Elisabeth Badinter : " Je ne pardonne pas à la gauche d'avoir abandonné la laïcité "

Publié dans '' Marianne '' le Mardi 03 Février

Propos recueillis par Eric Conan

 

" Marianne " consacre un hors-série à la laïcité qui rassemble une sélection de grands textes sur le sujet signés de figures historiques comme Clemenceau, de Gaulle, Gambetta ou encore Hugo. Ce trimestriel réunit aussi des textes inédits comme cet entretien d'Élisabeth Badinter qui juge " désolant " le pouvoir accordé par la gauche aux curés, imams et rabbins et dénonce les lâchetés des socialistes depuis vingt-cinq ans à propos du voile.

 

Marianne : En 1989, lors de la première affaire médiatisée de voile à l’école, à Creil, vous avez, avec quelques autres, lancé dans le Nouvel Observateur un appel à défendre la laïcité. Où en sommes-nous un quart de siècle plus tard ?
Élisabeth Badinter : Il s’est produit un renversement à gauche sur la laïcité, produit d’une gêne considérable face à la montée de l’islamisme. Tétanisée à l’idée d’être taxée de stigmatisation d’une population d’origine immigrée, la gauche s’est empêchée de traiter cette situation nouvelle, mais pas si différente de l’affrontement avec l’Église un siècle plus tôt. C’est la phrase stupéfiante de Lionel Jospin à l’Assemblée : « Nous essaierons de les convaincre d’ôter ce signe religieux, mais, si elles ne veulent pas, nous les accepterons. » La gauche, à rebours de sa longue tradition, admettait que la religion entre à l’école publique, et son Premier ministre se défaussait sur l’avis du Conseil d’état qui l’organisa.

 

Était-ce un oubli du sens de la laïcité ou une décision d’y mettre un terme ?
Je ne crois pas à l’oubli. Si cela avait été une provocation de catholiques intégristes avec de grosses croix, cela ne se serait pas passé ainsi. Le complexe de culpabilité face à des populations symbolisant les anciens colonisés a été le plus fort dans cette génération de socialistes qui ont ainsi favorisé, dans leurs propres rangs, la montée du communautarisme, cette idée que tous les rituels culturels ou religieux, y compris les plus intégristes, sont respectables et doivent être respectés.  A cette époque, je me suis sévèrement fait taper sur les doigts pour délit d’« ethnocentrisme » par Mme Mitterrand et Jack Lang parce que je combattais l’acceptation de la polygamie et de l’excision ! Nous n’en sommes heureusement plus là, mais il me semble aussi désolant que la gauche accorde un tel pouvoir aux curés, aux imams et aux rabbins : c’est religieux, c’est sacré !

 

Ce fut un choc, à l’époque, de se découvrir soudain minoritaire à gauche.

 

Pourquoi cette minorité, dont vous faisiez partie à gauche, est-elle restée fidèle à sa tradition laïque ?
Il y a plusieurs raisons en ce qui me concerne.
Je suis d’abord, philosophiquement, universaliste. Je crois aux bienfaits des valeurs universelles : on a toujours intérêt à mettre en avant nos ressemblances plutôt que nos différences. Je ne crois pas à la différence heureuse.
Ensuite, je suis juive : l’histoire familiale m’a appris que l’on avait tout intérêt à ne former qu’une seule humanité. Je regrette d’ailleurs que, en réaction à l’abdication de la laïcité face à l’intégrisme musulman, la partie communautariste des juifs se soit renforcée, développant le port de la kippa en public, et que certains catholiques réagissent de même, comme on vient de le voir à propos des crèches dans les mairies.
Enfin, je suis féministe et je me méfie extraordinairement du pouvoir des religieux et de leur vision de la femme. Que l’on impose aux femmes de cacher leurs cheveux parce que des hommes les tiennent responsables d’un désir sexuel qu’ils ne savent pas maîtriser me fait bondir. Il m’est insupportable que la gauche l’accepte, notamment au sein de l’école publique, censée avoir pour objectif de développer la raison et de lutter contre les préjugés !  On est passé du cogito ergo sum – « Je pense donc je suis » - au credo – « Je crois, donc j’existe »… C’est une trahison bouleversante pour ma génération, qui avait une autre conception de l’école comme outil d’émancipation, en particulier des filles.
Le pire de cette gauche communautariste est d’avoir accepté le concept d’« islamophobie » – qui a foutu en l’air le principe de laïcité, car s’élever contre des signes religieux devenait un crime – et l’invention de ce terme au sens propre insensé de « racisme anti-musulman ». D’où l’intimidation, qui a fonctionné sur de plus en plus de gens à gauche, se taisant par peur d’être dénoncés parce que la laïcité, devenue synonyme d’islamophobie, a été abandonnée à Marine Le Pen. Cela, je ne le pardonne pas à la gauche.

 

Ce revirement, empreint de gêne et de malaise, n’est pas franchement revendiqué : durant ces vingt-cinq années, la plupart des élus de gauche ont voté ou ne se sont pas opposés – se réfugiant dans l’abstention – aux lois de laïcité proposées par la droite…
Parce que, globalement, la gauche n’est pas au clair, qu’il n’y a plus de position majoritaire en son sein sur le sujet et qu’elle fait tout pour ne pas en débattre
franchement. D’abord par manque de courage. Sur l’interdiction de la burqa, par exemple, il y avait à l’Assemblé nationale des pour et des contre qui ne s’assumaient pas : c’est pour cela qu’à sept exceptions près, ils se sont tous abstenus… Ce manque de courage prend de plus en plus la forme du déni : pour avoir la paix, on pense qu’il suffit de nier les problèmes. Comme la position comique du nouvel Observatoire de la laïcité, cet édredon qui a remplacé le Haut Conseil à l’intégration : il n’y a pas de problèmes, c’est vous qui les inventez, c’est pas si grave…
Mais il ne faut pas sous-estimer dans cette hésitation le rôle du calcul politique, électoral : le Parti socialiste a quand même gagné les élections avec les voix des musulmans des banlieues, donc, après les effets de la théorie du genre, ce n’est pas le moment de se les mettre à dos ! C’est pourquoi on laisse la laïcité, déjà bien attaquée par Sarkozy, se vider de son contenu originel : « laïcité ouverte », « laïcité positive » : la laïcité aujourd’hui, c’est « chacun fait ce qu’il veut » et, au nom de la religion, « on a tous les droits ».
Le comble est de voir des défenseurs de la laïcité plaidant pour que les religions soient plus discrètes se faire traiter d’« ayatollahs de la laïcité » ou de « laïcards », le terme de Maurras… Voilà pourquoi pour les mères voilées en sortie scolaire, on recommence comme en 1989 : la gène, la confusion et la défausse sur les juges au nom du « cas par cas » ! Vous n’êtes guère optimiste sur l’avenir…
Je suis moins optimiste à court terme qu’à moyen terme. Je pense que l’on va redécouvrir que l’on ne peut pas se passer du concept de laïcité, nécessité absolue pour la paix sociale entre personnes d’origines différentes.
Les religions peuvent devenir des facteurs de guerre épouvantables, on en a d’ailleurs la preuve tous les jours dans le monde. Et il y a une telle exaspération qui monte à l’égard des exigences des uns et des autres, de la constitution de séparatismes culturels revendiqués – par exemple pour éviter de côtoyer « l’impureté » – que l’observation rigoureuse des règles laïques va redevenir un impératif pour le bien commun, pour vivre en paix les uns avec les autres

Source de l'article :

http://www.marianne.net/elisabeth-badinter-je-ne-pardonne-pas-gauche-avoir-abandonne-laicite-020215.html

°

Suites :

On est pas couché - dernière couvée

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2013/10/on-est-pas-couche-derniere-couvee.html

°

Pour ce que je suis - on me tue

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/02/pour-ce-que-je-suis-on-me-tue_2.html

°

Contextualiser le coran

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/01/contextualiser-le-coran.html

°

Changelejeu et Mahomet - Réédition

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2012/12/changelejeu-et-mahomet-reedition.html

 

 

 

 

02/10/2011

Elisabeth Badinter

laïcité,religions,islam

August Macke

 

Réfugiée en France depuis 34 ans, je n’aurais jamais imaginé recevoir le prix de la Laïcité. C’est un grand moment et un immense honneur pour moi car la France est un modèle et un espoir pour tous ceux qui se battent au quotidien pour que dans leur pays, l’État soit  distinctement séparé du religieux. Ici, la laïcité est un principe inscrit dans la Constitution et, en ce sens, il ne devrait plus y avoir besoin de la défendre. 



Et pourtant… A travers l’exemple de la crèche Baby loup dont je suis la directrice, située au  cœur d’un quartier populaire à Chanteloup-Les-Vignes, c’est le principe même de la laïcité en  France qui a été remis en cause par le refus d’une employée de la crèche d’ôter son voile.  Nous n’aurions jamais imaginé être confrontées à une telle situation. Notre objectif était clair et sain, celui de concrétiser, par la création d’une crèche dans un quartier populaire frappé durement par la crise, un projet social fidèle à l’idéal laïc. 



C’était sans compter sur l’intrusion des intérêts communautaristes dans ce petit sanctuaire républicain…



Depuis plus de 20 ans, l’association œuvre en effet pour améliorer la vie des enfants d’une des villes les plus pauvres de France. Pour y parvenir, nous avons créé un mode d’accueil pour la petite enfance, adapté aux besoins des parents, et qui offre aux femmes du même quartier une insertion professionnelle pérenne à travers la formation diplômante. 



Le quartier où la crèche Baby loup s’est implantée, rencontre de grandes difficultés  socio-économiques, il est aussi extrêmement riche de la mixité de ses habitants, qui vivent ensemble et non pas séparés par «communautés» d’origine. Cette harmonie de vie dérange bien sûr ceux qui veulent renforcer la logique de l’entre-soi en ghettoïsation les quartiers populaires.

 

Pour contribuer, avec nos faibles moyens, à la lutte contre ces dérives communautaristes, mon équipe et moi-même tenions à créer un espace de vie commun en menant nos actions dans la plus stricte neutralité confessionnelle et loin, des clivages politiques. Dans notre esprit, Baby-Loup, c’est le bien commun du quartier. Parce que tous les enfants, quelles que soient leurs origines socioculturelles, méritent d’évoluer dans un esprit

d’ouverture aux autres. Les enfants ont le droit de grandir sans qu’on ne leur impose une vision partiale et sectaire de la société. La laïcité considère les enfants comme des citoyens en devenir, aptes à juger et capables de comprendre le monde qui les entoure. La rencontre avec les autres permet en effet de forger des esprits critiques, préalable à l’apprentissage de la citoyenneté et à la liberté de conscience. 



Cette vision de la France et de la laïcité est partagée et défendue heureusement par une  majorité de nos concitoyens. Et la présence au procès, d’anonymes ou de personnalités connues, dont le député maire d’Évry, Manuel Valls, nous a confortées dans notre combat.  Nous espérons avoir à nos côtés davantage d’élus de la République, à l’image du député maire  d’Évry. Car ce sont, eux, qui par leurs décisions sur le terrain portent (ou non) les valeurs de la République et contribuent (ou non) à la cohésion sociale de notre pays. Et il est vrai qu’à gauche, Manuel Valls nous a toujours soutenues et son appui a été précieux. Sa ferveur républicaine, son exigence d’une laïcité respectée, son intransigeance face aux dérives communautaristes ont pesé dans notre combat. 



En effet, pour ce maire d’une ville populaire et œcuménique, la décision judiciaire déboutant l’autre partie sonne comme une grande et belle victoire pour les valeurs et les idéaux qui fondent notre République. D’ailleurs, il a été un des rares élus à Gauche à avoir soutenu à l’Assemblée Nationale la loi interdisant le port de la burqa. Par ses positions, Manuel Valls représente ainsi une Gauche courageuse et responsable qui ne transige pas sur les thèmes de la laïcité et de la dignité de la femme. Elisabeth Badinter vient d’ailleurs conforter cette position dans une interview accordée au journal Le Monde des religions, où elle estime que le combat de la laïcité a été complètement abandonné par la Gauche, sauf par un élu, Manuel Valls. 



C’est une belle reconnaissance de son engagement dans ce domaine ! Mais cette nomination, je souhaite bien sûr la dédier à l’équipe de Baby loup qui courageusement a su affronter les obstacles qui se sont opposés à notre fonctionnement, ainsi qu'à Madame Odile Saugues, présidente du jury de Laïcité et République. Pour toutes ces femmes qui m'ont soutenue, il est encore possible de construire et de préserver des espaces de vie communs, garanties de la solidité de notre pacte social et républicain  - Élisabeth Batinter

 

Suite : 

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/afghanistan-le-femmes/