Crab2ddcc

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2010

IN VITRO

in vitro.gif

Robert G. Edwards

 

Le Vatican ou l'église se réfère à une invention spirituelle machiste sus-nommée ''dieu'' pour prétendre que ce dernier est le seul maître de la vie pour marquer une fois de plus son opposition à la fécondation in vitro


Comment ces individus peuvent-ils se prétendre garant d'un quelconque souci de moralité ou d'humanité eux qui passe leur temps à inculquer [par l'endoctrinement] des inepties à propos des origines et l'évolution ?


Le prix Nobel de médecine 2010 récompense l'heureux papa de millions d'enfants dans le monde. [et ce n'est que justice] C'est en effet Robert G. Edwards père de la fécondation in vitro, qui reçoit cette année les honneurs de la célèbre fondation suédoise et les dix millions de couronnes suédoises qui vont avec (1,1 million d'euros). La technique révolutionnaire sur laquelle il a travaillé une grande partie de sa vie avait déjà été récompensée en 1978 par la naissance du premier «bébé-éprouvette», Louise Brown


Vidéos :

http://blvids.free.fr/Le_Figaro_Sciences_et_Technologies_...

 

Suite sur...

LUCY la belle histoire...

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/lucy-sapiens/

 

Crab   - 05 Octobre 2010

 

03/10/2010

Violences urbaines: La cité du Mâle

CENSURE ?

Évitée de justesse

 

Diffusion d'un documentaire sur Arte

Malika Sorel.jpg

Malika Sorel


Citation ; ''On n’a eu de cesse, bien au contraire, de se voiler la face devant la réalité des situations qui se produisaient sur le terrain, hantés par la seule crainte de la stigmatisation'' Malika Sorel


Article

La cité du Mâle, le docu choc enfin sur Arte

Daniel LECONTE, France-info, 29 09 2010
envoyé par FranceInfo. - L’info video en direct.

Daniel Leconte était l’invité hier matin de France Info pour revenir sur un documentaire, La Cité du Mâle qui évoquait les rapports hommes - femmes dans la cité Balzac à Vitry en banlieue parisienne, là ou en 2002 avait été brulée vive Sohane par son petit ami. Cette affaire avait à l’époque défrayé la chronique et avait notamment donné naissance à l’association "Ni putes Ni soumises" dont est issue la secrétaire d’Etat à la ville, Fadela Amara.

Le documentaire, dont la diffusion avait été initialement prévue pour la rentrée sur Arte, avait été déprogrammé au tout dernier moment. Les accusations avaient alors fusé, bidonnage d’un coté, censure de l’autre. Et le documentaire était resté dans les cartons alors que cette déprogrammation avait généré un énorme buzz.

Venu présenter la soirée "Thema" d’hier soir, au cours de laquelle La cité du Mâle serait finalement diffusé, Daniel Leconte a une nouvelle fois fait face à la critique, la journaliste de France Info reprochant au documentaire d’être un travail médiocre présentant des propos sans leur contexte. Accusation à laquelle Daniel leconte a répondu en faisant remarquer que le contexte allait être donné par l’émission et que c’en est justement le but.*

 

En outre

Daniel Leconte précise que toutes les personnes interviewés sont filmées de face et ont toutes signés pour autoriser la diffusion


Ajoute que le référé dont parlait une partie de la presse est une contrevérité - qu'il n'y a jamais eu de référé de déposé pour demander l'interdiction de la diffusion de ce film documentaire

Ce documentaire a donc été diffusé hier soir sur Arte, et est consultable pendant une semaine sur le site de la chaine Franco-allemande. Je le place juste ci-dessous également afin que vous puissiez le voir en contexte avec les propos de Daniel Leconte.

Si vous souhaitez voir l’intégralité de la soirée Théma diffusée hier soir, vous pouvez la retrouver sur le mini site qui lui est consacré. Vous aurez alors l’intégralité du contexte si ardemment défendu par son présentateur.-

Fin de l'article

* Après la diffusion, au cour du débat qui s'ensuit


Avant la diffusion...

Lien en fin de l'article

Remarques

C'est effarant cette négation de la réalité dans les banlieue ou sévit dominante la dictature des gros bras – ou le seul enjeu comme dans tous les lieux et pays où le patriarcat logiquement use des pires violences morale [par la loi] et physique [par l'emprisonnement et l'assassinat] pour régner, en France pour contrôler un quartier


Toutes mes sources d'informations depuis de nombreuses années me remontent que la cité Balzac n'a pas l'exclusivité de cette violence misogyne, phallocrate, et homophobe [qui trouve son origine dans les textes des religions duelle *]

Pour certains, c'est une minorité et le documentaire leur donnent l'impression de généraliser disent-ils...


Oui c'est une minorité – mais une grosse minorité; cette minorité fait la loi – cette minorité n'est pas tombée du ciel, elle le produit d'une éducation où la femme n'est rien de plus qu'un objet, une marchandise – que dans tous les cas elle est la propriété de l'homme ou du clan, ce que beaucoup de gens, dans notre société, ne cessent de dénoncer sans trouver suffisamment d'écho dans les médias


Un soulagement le documentaire a été diffusé suivi du débat prévu après la projection..     Crab

* La pire de toute et dominante à l'origine de la résurgence du patriarcat dans nos banlieue est celle de ''l'homme musulman'' puisque désormais c'est ainsi qu'il faut désigner cette idéologie moyenâgeuse [ou idéologie des gros bras]


Notes

"La cité du mâle" - REPROGRAMMATION
Mercredi 29 septembre à 21h35 dans la THEMA
« Femmes pourquoi tant de haine ? »
Le 31 août, ARTE a déprogrammé dans l'urgence le documentaire La cité du mâle, après avoir pris connaissance une heure avant la diffusion des risques encourus par une personne liée à ce film.
La chaîne le diffuse mercredi 29 septembre à 21h35, ainsi que l’ensemble de la THEMA Femmes, pourquoi tant de haine ?, après avoir procédé aux modifications permettant en particulier d'assurer de manière plus effective l'anonymat de certains protagonistes du film, et d’éviter tout risque de diffamation

Retour à Vitry, où Sohane fut assassinée dans un local à poubelles, et coup de projecteur sur les agressions machistes dans les cités.

Présentation du film

2004, à Marseille : Ghofrane, 23 ans, est lapidée. 2005, à Neuilly-sur-Marne : Chahrazad, brûlée à 60 % par son ex-petit ami, est maintenue plus de six semaines dans un coma artificiel. 2009, Oullins, dans la banlieue de Lyon : Fatima, 22 ans, est étranglée par son frère… La jeune femme s’était fiancée et avait trouvé un emploi. Chaque jour, les services de police enregistrent plus d’une vingtaine de plaintes pour des actes de délinquance similaires… Cathy Sanchez s’est immergée plusieurs semaines à Vitry, là où, en 2002, Sohane, 17 ans, est morte brûlée vive dans un local à poubelles… La réalisatrice, qui s’était mobilisée à l’époque, veut comprendre comment les choses ont évolué. Pourquoi les violences faites aux femmes sont-elles trop souvent ignorées ou minimisées ? À travers les scènes de la vie quotidienne, les dits et les non-dits, se dégagent les valeurs autour desquelles se construit une certaine identité masculine et le constat d’une situation qui ne cesse de se dégrader

Sources : Tous les liens en bas de page


Malika Sorel, qui participe au débat de la Thema « Femmes : pourquoi tant de haine ? », apporte un point de vue engagé sur les questions soulevées par les deux documentaires

Malika Sorel est membre du Haut conseil à l'intégration. Elle a publié l’ouvrage "Le puzzle de l'intégration - les pièces qui vous manquent" (Mille et une nuits). Ingénieure de l’École polytechnique d’Alger et diplômée d'un troisième cycle de Sciences-Po, elle a occupé la fonction d’ingénieur, puis celle d’ingénieur d’affaires et de recrutement de cadres dans des PME appartenant au secteur de la défense et des télécommunications.

Avez-vous été surprise de la violence des propos tenus par les jeunes dans le documentaire ?
Non, pas le moins du monde, non plus d’ailleurs que des expressions des visages, car j’ai déjà vu tout cela dans une autre vie, de l’autre côté de la Méditerranée. Du fait de l’importance des flux migratoires, il était hautement prévisible, en raison même du fonctionnement de ces populations, qu’elles reformeraient leurs sociétés d’origine sur la base de leurs propres normes collectives. Il est par ailleurs important de mentionner que la crise morale, intellectuelle et politique profonde que traverse notre société y aura grandement aidé. Notre société doute en effet profondément, et n’a plus guère confiance en elle-même ni en ses ressorts profonds.

Comment décririez-vous les visions qu’ils ont de la femme ?
Il n’existe à leurs yeux que deux catégories possibles pour une femme : « pute » ou « soumise ». C’est, bien malheureusement, cette vision de la femme qui leur est transmise dès le plus jeune âge au travers de l’éducation qu’ils reçoivent. Les femmes qui refuseront de se soumettre aux lois ou contraintes édictées par le groupe devront le plus souvent subir l’enfer sur Terre. Ce n’est pas du tout fortuit que Fadela Amara ait choisi d’intituler son association comme elle l’a fait. Il eût été salutaire de préciser qu’il ne s’agissait nullement là d’une évolution de la vision de la femme dans la société française du XXe siècle, mais que nous nous trouvions confrontés, pour un certain nombre de raisons, à une vision importée. Si cette vérité avait été dite par les pouvoirs publics, cela aurait aidé les populations de l’immigration à intégrer les données propres à la société française. Non seulement cela n’a pas été fait, mais on n’a eu de cesse, bien au contraire, de se voiler la face devant la réalité des situations qui se produisaient sur le terrain, hantés par la seule crainte de la stigmatisation. Ajoutons également la dictature du relativisme culturel et l’idéologie de la diversité culturelle, qui ont peu à peu pris en otage notre société. Voilà ce qui a constitué un formidable terreau pour la transplantation d’une misogynie qui se traduit par une rare violence non seulement à l’égard des femmes, mais également à l’égard d’hommes qui ne sont pas reconnus comme de « vrais » hommes.

Comprennent-ils la gravité de leurs paroles ?
Non, pas du tout, et le reportage le met très bien en évidence. La gravité se jauge en effet au regard de son propre référentiel de valeurs et de principes. Ce que nous avons vu et entendu dans ce reportage est extrêmement grave au regard des normes collectives de la société française. Cela ne l’est pas pour eux. Leur comportement est tout à fait rationnel. Il répond aux exigences de leur milieu, et correspond simplement au respect de l’enseignement qui leur a été transmis au sein de leur famille, de leur environnement, de leur société. Ces jeunes gens ont le grand mérite de s’exprimer de manière honnête, directe et claire. D’autres ont adopté un double langage qu’il est alors plus difficile, pour le profane, de décrypter.

D’où vient cette obsession de vouloir tout contrôler ?
Pourquoi vouloir tout contrôler ? Dans certaines sociétés, il ne suffit pas de respecter soi-même les valeurs du groupe. Incombe également à chacun la responsabilité de veiller à ce que l’ensemble des normes collectives soient respectées par tous les autres membres du groupe. Le contrôle social sur chaque individu est donc permanent. Inutile de préciser que ce mode de fonctionnement donnera naissance à des êtres qui auront le plus grand mal à grandir détendus et sereins. Cette obsession de vouloir tout surveiller, tout contrôler se nourrit de la conviction, transmise par l’éducation, que le salut de chacun dépend non seulement de son propre comportement, mais également de celui de son entourage.

Les filles semblent prendre à leur compte certaines de ces thèses et réflexes. Est-ce une façon de s’en protéger ?

Se soumettre pour ne pas risquer les foudres du groupe, et même devenir soi-même un loup pour ne pas être attaquée par les autres loups ? C’est une stratégie qui peut parfois être adoptée pour tenter de se construire une bulle d’oxygène ou un instant de répit. Mais il y a en réalité bien plus préoccupant pour notre société : c’est le défi que constitue une éducation conduite comme un « lavage de cerveau », une dépersonnalisation destinée à mieux piloter les personnes. C’est un processus voisin de ce qui a été observé sous certains régimes totalitaires. Cette éducation fabrique des êtres qui éprouvent les plus grandes difficultés à devenir libres au sens où l’entend notre société, à savoir des individus qui disposent d’un libre arbitre, d’une autonomie de décision, d’un sens critique et d’une véritable capacité de raisonnement. C’est là qu’il faut chercher les raisons du malheur de nos enseignants, qui ne sont pas confrontés à une simple problématique de transmission des savoirs, mais à un problème autrement plus complexe qui dépasse de très loin la mission de l’école. Avec une éducation qui de plus n’hésite pas à recourir à la violence psychologique, morale et physique, il n’est pas du tout surprenant que beaucoup de filles constituent à leur tour des maillons de la chaîne et contribuent à la perpétuation du système. Pour ne pas renforcer l’effet pervers d’une telle éducation, il est important de veiller à ne pas verser dans la communautarisation, ce qui se produit lorsque l’on traite au niveau politique avec des communautés ou lorsque l’on considère les êtres sur la base de leur supposée appartenance ethnique ou raciale. Il faut au contraire s’attacher à traiter avec les seuls individus, sur la base de leur appartenance à la famille humaine.
   Interview réalisé par David Carzon

Piqûre de rappel :

Le débat sur l'identité nationale avait pour objet de réfléchir aux valeurs qui pourraient nous rassembler, nous permettre de vivre ensemble – il a été galvaudé...essentiellement par tous les chantres [toujours les mêmes] du relativisme culturel...

Ce débat doit être poursuivi, jusqu'à l'éradication des idéologies moyenâgeuses qui polluent la vie de la majorité des gens dans ''les quartiers'' par tous ceux qui ne supportent pas l'idée même que les femmes puissent-être libres et autonomes    Crab 03 13 2010

domesticviolence61.jpg

 

Vidéos du Film

http://blvids.free.fr/z10%20La_cite_du_male_Le_meilleur_du_pire.mp4

Nota

Votre navigateur ''vous demandera'' [peut-être] d'enregistrer la deuxième * vidéo figurant sur la liste car c'est un point flv

* :

http://blvids.free.fr/z11%20Enquete_Debat_Blog_Archive_La_cite_du_male.flv

 

http://blvids.free.fr/z12%20videos__La_cite_du_male.mp4

 

http://blvids.free.fr/z8%20La_cite_du_Male__le_docu_choc_enfin_sur_Arte.mp4

 

James_Ensor_-_l_intrigue_-_1895_-_90_x_150_cm.jpg

James Ensor - L'intrigue -

 

Suite sur...

Violences urbaines suite

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/violences_urbaines./



29/09/2010

ÉROS

eros.jpg

Les deux hémisphères d'Éros – photo de la NAZA -

 

PARADIS TERRESTRE– Anno 2010


Il était une fois___au Paradis terrestre – la complainte d'Érectus-without


L'on y raconte qu'un homo – Sapiens – Sapiens, surnommé Érectus-without, souffrant de bien des malheurs, que pour y porter remède s'en alla trouver Éros, l'ami de tous les Sapiens -Sapiens


Dans cette histoire lecteurs et lectrices sensibles et avertis -es, vous ne manquerez pas de vous retrouver face à vous-même, mais à l'endroit devant votre psyché et non pas à l'envers comme tente de vous le faire accroire votre miroir


Début de l'automne, bien que la demande lui parut quelque peu tardive, Éros néanmoins accepta de recevoir Érectus-without pour un entretien


A présent:

Oyez-oyez!!! Gentes dames et gentils seigneurs, écoutez la complainte d'Érectus-without où il est dit, que d'un temps, la lumière ne se veut plus compagne de l'amour


[…./...]


Éros

Ah_a_a_a____vous aussi, comme trente pour cent des français mariés depuis plus de trois ans vous avez un problème d'érection...


Érectus-without

Je ne savais pas que nous étions si nombreux_______mais cela me rassure


Éros

Cependant, vous me disiez tout au début de notre entretien que votre dieu avait inventé l'amour - n'est-ce pas?


Érectus-without

Çà! Je ne le sais que trop bien, c'est pourquoi je suis dans un état perplexité qui par moment dépasse mon entendement


Éros

Pourquoi venir me consulter?


Érectus-without

Je me rend compte que de mon état, ma vie de couple en souffre

Après le prêche, j'avais interrogé notre guide spirituel qui m'avait dit que j'avais fait mon devoir puisque j'ai des enfants


Éros

La réponse de cet homme de foi, ne vous parait pas adaptée?


Érectus-without

En fait il m'a suggéré de consulter un psychanalyste...


Éros

Vous avez consulté?


Érectus-without

Non car, entre-temps, j'ai lu ''Le crépuscule d'une idole'' *


Éros

Un excellent essai, mais saviez-vous que son auteur, Michel Onfray est un athée?


Érectus-without

Oui, mais je vis dans de tels tourments, que je cherche partout, de tous cotés, la solution à mon problème 

Je ne sais plus trop à quel Saint me vouer et jusqu'à présent je ne vois rien venir


Éros

Résumons; j'ai compris que vous étiez croyant, mais que ''la pensée'' et la vie de Saint Paul, n'est pas en ce moment votre crédo - que vous n'êtes pas disposé à l'impuissance, qu'à juste raison vous vous méfiez des Freudiens et de leurs tentatives à partir de leurs fantasmes personnels de prétendre faire de l'universel, c'est bien cela, n'est-ce pas?


Érectus-without

Oui, mais comment m'y prendre?


Éros

Avant cela, dites-moi___votre dieu___il a certes inventé l'amour, mais sauf erreur de ma part, n'a t-il pas, si bon soit-il, aussi inventé le diable?


Érectus-without

Oui, mais je ne vois pas le rapport______?????


Éros

Ah_a_a_a, vous ne voyez pas le rapport...


Érectus-without

Non pas vraiment___


Éros

Reprenons - votre dieu à inventé l'amour mais n'a pas inventé le mariage – quatre vingt dix neuf pour cent des problèmes d'érections de l'Homo _ toutes les statistiques concordent_ c'est pendant le mariage


Érectus-withnout

C'est donc cela! C'est vrai que c'est diabolique, je le reconnais___c'est donc un fait___mais___que faire?


Éros

Mon cher Érectus-without, je pressens dans cet instantané, qu'en vous sonne la plus douce musique, la voix du seul vrai bonheur – voyez-vous très cher, ni homme – ni femme - c'est Éros l'ami de tous les singuliers du genre humain qui en vérité vous le dit

Alors___ plutôt que de perdre du temps et votre argent à consulter des ''hommes de foi'' ou des ''spécialistes'', tout simplement faites comme tous les hommes de bonne volonté – changez souvent de partenaire – et faites-le toujours avant que ne surviennent les premières difficultés, et ainsi vous serez assurément l'homme aimé des femmes


Érectus-without

Merci – je__tout à coup - je sens en moi quelque chose – comme un renouveau - une résurrection!


Éros

Oui, je devine - vous pensez très fort à la femme de votre voisin


Érectus-without

Eee_ee_e

 

L'entretien avait pris fin, mais la rue parle, parle beaucoup, et la rue dit que c'est ainsi chez-nous, traditionnel, que le message spirituel d'Éros rayonne et inonde de sa lumière divine et sublime l'immense tissus d'urbanité constitué par les villes, les villages et les hameaux de notre douce France


Crab – Rédigé le 29 septembre 2010 - en écoutant l'hymne à la joie de Beethoven

Note

Le langage du corps défendant

http://crab.painter.free.fr/videos/Court_metrage_scenes_erotiques.mp4

*

3327535655.jpg

Suite sur

Chez Isaac, Pierrot et Rachid

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/chez-isaac-pierrot-et-rachid/



 

 

27/09/2010

Tintin au Congo

 

Tintin au Congo.jpg

Nouvelle demande en Belgique

de retrait

de

"Tintin au Congo" pour racisme

 

AFP le 5 Mai 2010

Bruxelles - Un Congolais a assigné en justice l'éditeur de "Tintin au Congo", Casterman, afin d'obtenir le retrait de cet ouvrage du géant de la bande dessinée belge Hergé, qu'il estime "raciste" à l'égard des Africains, ou l'insertion d'un avertissement, a-t-on appris mardi

-

''Nous comparaîtrons le mercredi 12 mai, après avoir été assignés en tant qu'éditeur et que distributeur", a déclaré à l'AFP la porte-parole des éditions Casterman, Valérie Constant.

Le plaignant, Bienvenu Mbutu Mondondo, un citoyen de République démocratique du Congo (RDC) résidant en Belgique, "demande que l'album soit retiré de la vente ou à défaut qu'un avertissement y soit inséré", a-t-elle précisé.

Il souligne notamment que la version anglaise est distribuée en Belgique avec un bandeau et un préambule de mise en garde contre les "préjugés" que véhiculerait l'ouvrage, mais pas les versions française ou néerlandaise.

Source e marrakech

http://www.emarrakech.info/Nouvelle-demande-en-Belgique-d...

 

Pourquoi pas, je n'ai rien contre un avertissement...

-

Deuxième mesure

Le racisme le plus répandu c'est de considérer la femme comme inférieure à l'homme
-
Je propose que les associations antiracistes [Françaises] portent l'affaire de l'islamique en Justice pour obtenir un jugement rendant obligatoire un avertissement en préface inscrit [EN GROS CARACTÈRES] - de le faire figurer en tête des sourates du coran, de la sunna et de la sharia
Crab

-

Suite sur...

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/41-les-diktats-mus...

-

Diffusion : associations diverses...personnes [ou personnalités] publiques et privées

mais aussi sans grande illusion, vers le MRAP et SOS Racisme

 

 

 

17/09/2010

FEMMES

Soyez putes

parce que

vous le méritez


Jetez le coran, la bible et la crucifixion dans les poubelles

de

l'histoire du ''vieux monde patriarcal''

Compte tenu d'une résurgence ou de la tentative de bon nombre de cerveaux fêlés d'imposer dans les quartiers la loi des gros bras; de rétablir la dictature du garçon sur la fille comme l'insuffle à l'homme les religions duelle, dont aucun verset ni sourate ne s'adresse à la femme...et plus dramatiquement dans la sombre actualité l'ignoble moraline musulmane...il me paraît opportun d'extraire de mes archives les trois articles ci-joint

Crab

-

Vive les “putes” insoumises

Marcela Iacub .jpeg

Marcela Iacub

 

En battant Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy nous a peut-être sauvés de la première dictature féministe de l’histoire. Hélas, il ne nous a pas épargné Fadela Amara. Peut-être est-ce le remords d’avoir malmené une “mère de famille de quatre enfants”, d’avoir exercé à son encontre une sorte de “violence psychologique” en faisant campagne contre une femme.

Peut-être a-t-il eu honte d’avoir été pris en défaut à propos des policières violées dont on découvrit, stupéfaits, qu’il les laissait rentrer toutes seules chez elles. Quoi qu’il en soit, la fondatrice de Ni putes ni soumises est devenue membre de son gouvernement. Mais, loin de se contenter de faire un geste publicitaire et consensuel, le nouveau président a pris parti dans les débats actuels autour des politiques des femmes. 

En effet, l’association Ni putes ni soumises porte un nom – et à travers lui un projet – qu’il faut bien comprendre. Son titre dit clairement : “Ce n’est pas parce que nous ne sommes pas soumises que nous sommes des putes. Ok ?” Mais par “putes”, elle ne désigne pas celles qui font commerce de leur sexualité. Certes, celles-là, l’association ne les aime pas non plus. Mais “putes” signifie : les femmes qui couchent facilement avec les hommes. Celles qui n’attendent pas une vraie relation, celles qui peuvent le faire avec plusieurs à la fois, celles chez qui le sexe n’engage pas plus que cela, et même leur plaît parfois d’autant plus qu’il est pratiqué ainsi. L’association veut dire : “Nous, les femmes des quartiers non voilées, ne sommes pas de ces salopes-là.” Heureusement pour elle, le mot “pute” choque moins que le mot “salope”. Pauvre Patrick Devedjian…

Coucher à droite et à gauche, ce n’est pas leur truc. C’est bien dommage, pourtant. Car s’il y a un problème auquel ces filles-là doivent se confronter, bien plus fréquent que le viol et le voile, c’est la difficulté de sortir d’une idéologie patriarcale qui considère que les femmes qui couchent avec qui elles veulent sont des “putes”. Le viol est même devenu pour cette association ce qui lave les femmes d’une accusation de “pute” : elle s’emploie à faire comprendre aux filles qu’elles n’ont pas pu consentir à certains rapports. On croyait que la modernité avait rendu le mot “pute” désuet. Elles l’ont sorti des malles des grands-mères pour le remettre en circulation. Et tout le monde applaudit…  Mais ne désespérons pas. Peut-être le “débauchage” de Fadela Amara donnera-t-il aux filles des quartiers la force de créer une association dont le nom sera “Putes et insoumises”. 

Marcela Iacub, juriste et chercheuse au CNRS

11-07-2007 09:59



L’ASBL “ Insoumise et dévoilée ”

Un numéro vert pour aider les musulmanes en détresse

publié le 17/06/2010 à 21h11

Karima.jpg

L’ASBL “ Insoumise et dévoilée ”, qui vient en aide aux jeunes filles et jeunes femmes musulmanes en détresse, a inauguré jeudi son numéro vert. Il s’agit du 0800 23 243, indique l’association dans un communiqué.

Rédaction en ligne

L’ASBL explique que son initiative trouve son origine dans le fait que beaucoup de personnes n’arrivent pas à joindre l’association par manque de moyens et que bon nombre d’entre elles sont surveillées et n’ont plus de GSM, ni d’accès à internet.

En outre, le numéro, facile à retenir, sera notamment affiché dans les écoles, les hôpitaux, les commissariats et les centres de médiation, précise encore l’association.

Créée voici deux ans à l’initiative de Karima, “ Insoumise et dévoilée ” vient en aide aux jeunes musulmanes victimes de mariages forcés et de violences intra-familiales.

actu-match | Jeudi 21 Janvier 2010

Rayhana.jpg


Rayhana l'insoumise

Agressée à Paris par des intégristes qui voulaient la brûler comme une sorcière, l’actrice et dramaturge algérienne refuse de jeter un voile sur son combat.

Interview Ghislain Loustalot - Paris Match

Paris Match. Le personnage principal de votre pièce, Fatima, dit qu’elle ne craint personne. Ni les hommes ni les intégristes. Et vous, aujourd’hui, avez-vous peur après qu’on a essayé de vous brûler vive à Paris ?
Rayhana. Je pèse mes mots : l’intégrisme ne peut pas ne pas faire peur. Donc oui, j’ai très peur. Je me suis vue brûler, je vis avec cette idée qui me hante. Elle me fige comme elle m’a déjà figée en Algérie. Mais c’est le but de mes agresseurs : me bloquer, m’étouffer, alors je continue à l’affronter. Le fait qu’on tente de me tuer pour ce que je pense ou ce que j’écris prouve que le combat n’est pas terminé. Cette peur me servira de moteur. C’est pour cette raison que j’accepte de vous en parler.

Pensiez-vous que cette pièce de théâtre pouvait vous mettre en danger à Paris ?
Jamais ! Je vis désormais dans un pays démocratique que j’aime, où l’on peut dire ce que l’on veut, où je suis libre, et je le répète à qui veut l’entendre. Je n’aurais à aucun moment pensé que mon texte puisse susciter tant de colère. En France, je n’ai jamais subi la moindre pression. En Algérie, j’avais reçu des ­menaces verbales d’un étudiant islamiste quand j’étais à l’université. Il m’avait dit : “Toi, tu mourras de mes propres mains.” Mais, à l’époque, le Fis [Front islamique du salut] ne s’était pas encore révélé de manière aussi criminelle.

«Dans toutes les religions, une femme est une sorcière dès qu'elle ne se soumet pas»

Dans votre pièce, écrite en 2004, il y a une phrase prémonitoire : “Sorcière ! Les femmes sont diaboliques, elles sont l’incarnation du mal.” Et on a essayé de vous immoler, en pleine rue, comme on brûlait les sorcières au Moyen Age.
Incroyable, je n’ai même pas fait le rapprochement. L’Histoire se répète. Dans toutes les religions, une femme peut être considérée comme une sorcière dès qu’elle prend position, dès qu’elle ne se soumet pas.

Que sous-entend le titre de votre pièce, “A mon âge, je me cache ­encore pour fumer” ?
J’ai voulu souligner une absurdité totale : en Algérie, une femme qui fume est considérée comme une putain. J’en connais certaines qui ont été fouettées à coups de ceinture par leur mère et leur tante parce qu’elles s’étaient fait prendre à fumer. Elles ne châtient pas par haine, mais par amour, pour protéger leurs filles, pour qu’elles ne deviennent pas des mécréantes, qu’elles puissent trouver un mari, ce qui semble à leurs yeux l’unique vocation de la femme. C’est encore pire. La pièce ne parle que de ça, de notre condition féminine et de nos rapports avec les hommes. Bien sûr, les choses changent petit à petit. Mais pas assez. Par exemple, le Code de la famille qui régit le mariage a été modifié : avant, un homme pouvait épouser une autre femme sans demander la permission à la première. Désormais, c’est interdit par la loi. Il a toujours droit à quatre femmes, mais il faut l’accord des autres. La polygamie est toujours autorisée. Il y a un tel poids de la culture, des traditions et de la religion qu’il est très difficile d’imposer des lois du jour au lendemain. Mais c’est la seule solution. La Tunisie l’a fait.

«Le machisme est universel»

Ce que vous racontez sur les hommes, leur sexualité et leurs rapports aux femmes, est extrêmement dur mais assez universel, comme si ça ne concernait pas que les musulmans.
Le machisme est universel. La première cause de mortalité des femmes, dans certains pays du sud de l’Europe, est la violence conjugale. Quand j’écris, en parlant d’une femme voilée et d’une autre qui ne l’est pas : “Toi, t’es une bâchée, toi, t’es une décapotable, de toute façon vous êtes juste bonnes à baiser toutes les deux, un point c’est tout”, c’est pour dénoncer l’hypocrisie. En Algérie, durant les années noires, on kidnappait aussi des filles voilées. Elles étaient considérées comme des butins de guerre au même titre que les autres, et violées trente ou quarante fois. J’ai vu à cette époque, dans les années 90, le témoignage télévisé d’une femme de 40 ans à qui c’était arrivé. Vous savez ce qui lui faisait le plus mal ? Tous ces hommes qui avaient abusé d’elle sans arrêt, pendant des jours, étaient pour la plupart du même âge que ses fils.

Les femmes algériennes sont-elles aussi solidaires que vous le dites ?
Oui, car elles ont tout à gagner à ce que ces lois qui les réduisent à l’état d’objet disparaissent. Mais il faut dire, également, qu’il y a eu des femmes islamistes qui ont participé aux massacres des années 90. Elles permettaient à leur mari d’en violer d’autres. Des épouses d’émirs, intouchables, utilisaient des jeunes filles concubines comme esclaves sexuelles.

L’une de vos héroïnes dit : “Je voulais mourir le jour où ils m’ont fait arrêter l’école, je les ai suppliés. Ils m’ont répondu : ‘Le jour où tu sortiras d’ici, ce sera pour aller chez ton mari et de chez ton mari à la tombe.’” L’avez-vous vécu personnellement ?
C’est la condition de nombreuses femmes algériennes. Elles ne décident de rien. D’ailleurs, dans le Code de la famille, une femme dépend de son père puis de son mari ; elle est une éternelle mineure. J’ai eu la chance d’avoir des parents quasi analphabètes mais armés d’une grande sagesse populaire. Pour eux, les études étaient importantes. Mon père déchiffre à peine l’arabe, pourtant il a réussi à lire la semaine dernière dans “El Watan” ce qui m’est arrivé. Et il a eu la peur de sa vie. Et puis j’ai passé mes treize premières années chez une seconde maman, hollandaise, qui m’a éduquée à l’européenne. J’ai fait une année de médecine, les Beaux-Arts et l’Institut national d’art dramatique. Mais j’étais une révoltée et je me faisais jeter de partout. J’ai commencé à écrire de la poésie, puis quelques pièces de théâtre en arabe, qui ont été jouées, mais j’étais surtout connue en tant que comédienne. J’ai d’ailleurs reçu des prix d’interprétation dans des festivals. L’un de mes metteurs en scène, qui dirigeait le Théâtre national, le célèbre Azzedine Medjoubi, a été assassiné rue Molière, à Alger, ainsi qu’Ali Tenkhi, le réalisateur du dernier film dans lequel j’ai joué, “Le papillon ne volera plus”. J’avais une telle colère contre cette connerie qu’est l’intégrisme, je n’arrivais pas à croire que mon peuple puisse être comme ça. Je suis venue en France en tant que réfugiée et on m’a offert l’asile.

«Quand on se connaît, on se déteste moins»

Que pensez-vous du problème de l’intégration ?
Dans la pièce, je dis que de plus en plus de jeunes partent rasés d’Algérie en Europe et reviennent barbus. Je l’ai vu, vécu. C’est étonnant qu’on revienne intégriste de France. C’est à cause du rejet, du racisme, des ghettos. Les jeunes se font récupérer dans les mosquées. Plus le rejet de la société française est fort, plus la manipulation de ces jeunes est aisée. Il faudrait plus de mélange, plus de mixité, comme en Finlande où les quotas Finlandais-étrangers sont fixés par la loi. L’intégration doit se faire dans les deux sens. Dans le village catalan où j’habite avec mon mari, j’ai créé des stages, des ateliers pour les enfants et les vieux. Moi, la femme musulmane, je me suis déguisée en Père Noël. Et puis ils ont voté FN en masse ! J’ai dormi pendant quarante-huit heures, tellement j’étais sonnée. Mes voisins m’ont dit que ce n’était pas contre moi. Voilà le problème : quand on se connaît, on se déteste moins. Mon père était maquisard pendant la guerre d’Algérie, mon beau-père faisait partie de l’armée française. Le jour de mon mariage, ils ont pleuré dans les bras l’un de l’autre en s’avouant qu’ils auraient pu s’entre-tuer il y a cinquante ans et ne jamais connaître ensemble ce jour de bonheur. L’amour résout tout.

17-09-2010 22:03

 

Suite sur...

FADELA et le sexisme

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/fadela-sexisme/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11/09/2010

- 0 - 11 Septembre 2010

No Sharia and Faith-Based Laws !

No Sharia 2 .jpg

11 Septembre 2010

Amnesty déclare qu'aux États Unis les musulmans sont persécutés – Ah oui, comme est persécuté... ou interdit dans la plupart des pays musulman tout autre mode de pensée non musulman

C'est l'inacceptable guerre à laquelle se livre, depuis toujours les religieux entre eux - et les uns ou les autres chaque fois qu'ils en ont la possibilité, ne se privent de pondre,de promulguer des lois sectaires [ donc racistes ] envers ceux qui pensent autrement – ou tout simplement envers ceux qui continuent de penser...

Je l'ai souvent écris et je persiste et signe je n'ai de compassion que pour les personnes prises entre ces totalitaires; les incroyants, les agnostiques et les enfants

Quand un Jean d'Ormesson sort des clichés éculés, il y a de cela quelques jours dans une émissions littéraire à la télévision sous la forme d'une question mais qui en fait contient une assertion; qu'y a t-il avant les lois de la physique? ...Ben voyons...c'est tout simple n'est-ce pas?

La seule réponse qui ne se fait pas au mépris des personnes c'est de dire que dans l'état actuel des connaissances ''on'' n'en sait rien et non pas laisser accroire l'idée qui relève exclusivement d'un égocentrisme humain bien trop humain qu'il pourrait y avoir un créateur

Quand '' on '' ne sait plus '' comment savoir '', il n'y a pas pire malhonnêteté intellectuelle de mettre à la place une croyance, de parler d'un créateur sans être en mesure de produire la moindre preuve

Ce même d'Ormesson de dire que l'on ne peut pas prouver, je le cité ''l'inexistence de dieu'' – voilà bien régulièrement ressorti l'argument le plus fallacieux, le plus simpliste qui soit; en effet seul l'existant peut-être définit et démontrer....

Vous avez quel âge monsieur d'Ormesson, à partir de quand avez-vous cessé de penser?

Et ces même religieux au nom de la construction de leur dieu anthropomorphique, l'illustration parfaite de l'égocentrisme d'humains, idéologie proposant une hiérarchie artificielle et matérialiste de la volonté de domination, continueront leur guerres de religions tant qu'il n'y aura pas assez de gens pour leur dire haut et fort qu'il faut cesser d'endoctriner les enfants dans la religion, mais au contraire les former à la critique analytique de tous les textes religieux ou non

Dans l'actualité - qui sème l'horreur entre musulmans, mais aussi qui persécute les femmes et tente par le meurtre d'attenter à la vie de tous les non-musulman ? - Crab

 

Brève du 11 sept 2010 [ 14 heures ]

Où sont les musulmans modérés dont ''on'' nous rabâche les oreilles depuis plusieurs jours – étaient-ils sortis en masse dans les rues?... quand un journaliste afghan* avait été arrêté le 27 octobre 2007 pour avoir distribué à ses camarades d'université un article "insultant pour l'islam et interprétant de manière erronée des versets du Coran", selon l'acte de condamnation

Il avait imprimé des articles portant sur la condition des femmes

Même si c'est un acte inutile de bruler un bouquin, qu'est-ce qui est plus grave ?

Non !!! Tout ce que nous avons constaté en guise de manifestation de masse [ en France ] la défense du port d'un symbole patriarcal [ le voile ] et à l'étranger [dans les pays du rêve musulman] des descentes dans la rue de brailleurs bruleurs de drapeaux américains

Wafa Sultan.jpeg

Citation 

« Je n’ai aucun espoir en l’islam : quand une idée est corrompue, on ne peut la réformer, mais on peut en changer. Il est possible de changer l’esprit qui croyait en cette idée. On peut remplacer cette idée ou ce système de pensée par un meilleur système de pensée. Vous ne pouvez pas réformer une idée corrompue : elle est corrompue. Jetez-la et remplacez-la par une meilleure idée. Il nous faut continuer à critiquer l’islam pour le forcer à être réformé et changé » Wafa Sultan Novembre 21, 2007

Afin d'éviter toute confusion, comme d'autres français, dans notre pays les arabes ne sont pas tous des  croyants... Crab

* http://laiciteetsociete.hautetfort.com/censure/


Suite :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/09/10/green-zero.html



10/09/2010

GROUND ZÉRO

GROUND ZÉRO

 

Une insulte à la démocratie !

Un fanatique [un pasteur américain] incapable de critiquer les religions duelle pour ce quelles sont; c'est à dire des idéologie phallocrates destinées à institutionnaliser les patriarcats, veut bruler un texte obsolète et nuisible [un coran] et voilà ''le monde entier'' censé s'émouvoir...

En tête Hamid Karzaï un des pires chefs d'État sexiste, misogyne et homophobe secrété par l'éducation religieuse et qui dans l'actualité s'apprête à négocier avec le pire ennemi des femmes [le mollah Omar] et nos soldats risquent leur vie pour que ces individus se retrouvent pour tenir de concert les rênes de ce pays où la notion de civilisation est devenue, par leur faute, depuis longtemps, inexistante

Un site musulman à proximité de Ground zéro est une injure faite à la démocratiebien qu'incroyant, à mes yeux une seule possibilité s'imposait: la construction d'un lieu avec des salles de cultes pour la plupart des confessions, mais aussi des salles pour les athées pour permettre la confrontation, le débat d'idées...

Mais c'est trop compliqué n'est-ce pas ? ...il vaut mieux comme depuis trois millénaires poursuivre les guerres de religions...c'est tellement mieux de tyranniser les autres [ surtout les femmes ] soit par la programmation de lois '' civiles '' ou tuer ou encore faire la guerre civile [ comme en Irak ou au Liban...] au nom de ces idéologies [religions] fondées sur des valeurs masculines guerrières et non sur des valeurs positives  - Crab 10 Septembre 2010

Cliché- police de New York.jpg

Cliché - Police de New York -

Suite sur...

CROYANCES; Éloges du déni d'éducation...textes regroupés

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2009/06/06/croyances-eloges-du-deni-d-education.html

 

08/09/2010

Qu'est-ce que l'islam?

 

0 Merci les filles.jpg

 

Qu'est-ce que l'islam?

 

C'est une religion abrahamique révélée à Mahomet probablement par l'étudiant d'un rabbin de passage à la Mecque

 

C'est afficher le plus grand des mépris que de prétendre, en exerçant une pression morale permanente sur les personnes allant jusqu'à l'emploi de la force pour tenter de faire admettre par tous que le coran est une révélation divine

 

Pour moi, le plus grave reste l'atteinte à la liberté de conscience des enfants endoctrinés quelque soit par ailleurs la religion

 

Revenons à l'islam – le coran serait donc l'islam; hors n'importe quel lecteur peut se rendre compte que c'est un texte ou dans son entier contenu ''philosophique'' aucune sourate ne s'adresse à la femme

 

Taire ce fait essentiel c'est pétrifier à jamais la parole, c'est à dire le droit de penser et encourager la peur collective à l'égard des fanatiques qui s'appuient sur ce vieux texte phallocrate pour traiter les femmes comme un bétail qui prétend faire de l'homme un propriétaire du troupeau [''nos femmes -nos filles'' expressions de la déformation des esprits, la conséquence de ''l'éducation'' coranique]

 

Simple exemple [ais-je souvent rappelé] la polygamie est institutionnalisée mais la polyandrie n'est pas même évoquée – curieuse religion où l'homme peut être propriétaire ''d'un bétail féminin'' , surprenant que ce grand ''philosophe'' nommé Mahomet n'ait pas eu l'idée de proposer une seule sourate institutionnalisant la polyandrie pour que la femme puisse disposer ''d'un bétail masculin''

Que voulez-vous – ''on'' a la tête de ses gros bras...

 

Encore plus étonnant c'est d'entendre des personnalités politiques ou de la société civiles françaises dire quelle ne comprennent pas cette ''haine de l'islam'' [ 99% de ces personnalités sont des hommes]

 

Pour comprendre pourquoi l'idéologie [l'islam] n'est pas acceptable il suffit de se reporter à ce qui se passe dans certains quartiers [et c'est insupportable] depuis maintenant bien trop longtemps où !!!!

 

Oui , Où? Ne lit-on dans une enquête récente publiée [après bien d'autres enquêtes] dans le Figaro, qu'un jeune garçon répond à son prof d'histoire '' que la fille violée est une française, ça n'arrive pas chez nous''

 

Cela je le redis une fois de plus ne préoccupe pas les associations autoproclamées antiracistes comme le mrap ou sos racisme

 

Que des filles qui se veulent libres soit insultées ou la pratique des traques à l'homosexuel ne les affectent manifestement pas - un jour un des intervenants du mrap m'avait répondu que tout cela n'entrait pas dans l'objet de leur association – depuis ce temps certains d'entre eux ont inventé ''l'homme musulman'' – tout un symbolique programme de défense de la misogynie islamique

Voir...

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/racisme-sexisme/

Et...

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/racisme/

 

Pour bien comprendre ce que signifie être civilisé c'est à dire, les valeurs qui font notre identité d'hommes et de femmes français c'est être résolument déterminé à ne faire aucune concession à tout ce qui nuit à l'autonomie, à la liberté et à l'indépendance financière de la femme

 

Le garçon qui dit à son prof d'histoire '' que la fille violée est une française, ça n'arrive pas chez nous'' fait la démonstration que la religion [l'islam] génère le racisme actuel le plus odieux...

 

Les moraline judéo-chrétienne ont été défaite par la volonté exprimée par les féministes de ne plus être sous domination masculine et aujourd'hui que cela plaise à certains de l'entendre, en tant qu'incroyant, je me sens plus libre que d'autres pour dire que l'islam n'est que le dernier reliquat de la phallocratie mais la plus totalitaire des religions et ne mérite aucun respect

 

Pour ne pas capituler devant ces obsédés de la main-mise sur les femmes et bien comprendre ce que signifie dans une société civilisé les droits de la personne et un réel antiracisme un livre bien fait à offrir à toutes les pré-adolescentes où qui devrait faire parti des livres scolaires gratuits; ''Merci les filles'' de Valérie Ganne, Juliette Joste et Virginie Berthemet

Crab

Suite sur...

Les vapeurs du hammam

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/obscurantisme/...

05/09/2010

Le bruit des non dits

«Dans les religions duelle, ce concept ''la foi'' est utilisé excessivement pour concaténer des énoncés sans souci de logique et ainsi abuser de la naïveté d'un certain public. Enchainer et non libérer, n'est-ce pas là un principe essentiel de la religion?» 

Edvard_Munch_-_le_cri.jpg

Edvar Munch - le cri -

Le bruit des non dits

 

05 Septembre 2010

Hormis l'inacceptable sort réservé aux animaux par la pratique de l'abattage musulman... sur le plan cette fois des discriminations fondés sur les arguments fallacieux de la chaine Quick se remarque le silence assourdissant de la Halde

 

La Halde à l'image des mouvements antiracistes à géométrie variable n'est pas choquée d'une tentative de permettre à une clientèle de se retrouver qu'entre elle...

 

«C’est le code pénal qui s’applique, articles 225-1 et 2: il faut caractériser le refus d’accès à un bien ou un service pour une clientèle déterminée ou que cet accès soit subordonné à une condition. Là, le fait de proposer un produit halal n’est pas un refus.»

 

La duplicité se fait jour tant de la démarche de la chaîne de restauration rapide mais aussi celle de la Halde, car il y a bien ici pour la clientèle une subordination à une condition: le «tout halal»

 

L'argument fallacieux ; ''les chrétiens peuvent manger Halal, c'est sans problème pour eux''...

D'abord dans ce pays il n'y à pas que des croyants, mais aussi des gens qui se préoccupent de faire cesser la maltraitance des animaux de consommation...

Ce type d'argument n'a pas d'autre objet que de jeter un masque sur les tentatives de divisions et du refus de la mixité insupportable pour tous ceux incapables d'esprit de critique, qui en sont encore à prendre à la lettre de vieux textes obsolètes, et qui ne manquent pas une occasion de bourrer le crâne de leurs enfants – beaucoup de parents n'inscrivent pas leurs enfants à la cantine scolaire...

Crab

Suite sur

L'Aïd El Kebir

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/l-aid-el-kebir/

 

 

Nos valeurs bafouées...

 

sekineh-sangsar.jpg

 

La France

des

irresponsables

 

Fort heureusement [hier, samedi 04 septembre] peu nombreux, ont manifesté contre le démantèlement des camps installés dans le plus total irrespect des lois d'urbanisme en vigueur dans notre pays

La seule chose que l'on peut reprocher aux gouvernants c'est de n'avoir pas fait respecter la loi plus tôt... il ne doit pas y avoir de passe-droit pour les étrangers

Faut-il rappeler que notre pays est de ceux qui condamnent au Pénal le plus de ministres, d'élus ou de chefs d'entreprises...à des séjours en prison...? [Il n'y a pas deux poids deux mesures sauf à de très rares exception, mais qui finissent presque toujours par sortir au grand jour]

Des manifestations contre le gouvernement au lieu de manifester contre [pour l'essentiel] la Roumanie et Bulgarie

Pour ma part, il y a longtemps que je n'ai plus la moindre considération pour ces association dites antiracistes où humanitaire à géométrie variable dont l'objet conscient ou inconscient à pour finalité l'installation ou le renforcement du communautarisme dans notre pays

Redire une fois de plus qu'il y a trop de chômeurs et beaucoup trop d'emplois précaires surtout subis par les femmes dans notre pays et que l'accueil d'étrangers venant pour travailler doit se faire désormais au compte goutte...que dans tous les cas ne doivent plus pouvoir s'encrer dans notre pays sans disposer d'un contrat de travail

La manifestation antiraciste que j'aurais voulut voir 1

Contre l'ONU dont le secrétaire tout un symbole est issu d'un pays qui n'a pas aboli la peine de mort

L'ONU où siège une majorité de pays ou sévit les idéologies du fascisme islamique ou plus ou moins proche du dogmatisme totalitaire de la religion sexiste et homophobe musulmane ...religion dont l'apostasie en est un des révélateurs de son contenu philosophique raciste

La manifestation antiraciste que j'aurais voulut voir 2

L'atteinte à la liberté de conscience dirigée contre une enseignante, Catherine Pederzoli Ventura, professeur d’histoire dans un lycée de Nancy, est suspendue pour quatre mois, par décision du recteur

Une fois de plus est montré clairement que non seulement il n'est dit mot sur l'athéisme alors que les faits religieux sont enseignés dans les écoles, mais là le bouchon est toujours plus projeté plus loin...

En effet le procès d'intention et c'est un comble que l'on fait à cette enseignante; accusée de partialité et donc de manquement à la laïcité. Catherine Pederzoli Ventura aurait même utilisé des «méthodes de lavage de cerveau». La preuve? On relève qu’elle utilise plus souvent le mot Shoah que le mot génocide...

Tenez vous bien l'argument avancé «C’est très bien ton voyage à Auschwitz… Mais quand parleras-tu du génocide de Gaza?». Voilà qui est clair et montre dans notre pays les conséquences de l'activisme des prétendus associations des droits de l'homme, humanitaires ou antiracistes qui ne font que conforter la haine islamique du juif et bien sûr du juif d'Israël

Impensable dans un pays démocratique nos valeurs sont complètement bafouées par deux syndicats qui dénoncent une collègue et obtiennent une sanction exemplaire

La manifestation antiraciste que j'aurais voulut voir 3

Pour dénoncer les codes de l'infamie produit dérivé du texte misogyne, sexiste, homophobe, sectaire du coran, le droit musulman [la sharia]

Dénoncer tous les codes de l'infamie et de dénoncer la conséquence d'une idéologie musulmane totalitaire - le sort réservé aux femmes dans la plupart des pays du Rêve islamique comme celui réservé à Sakinech Ashtiani.

-

Brève 1

shiva-nazar-ahari.JPG

La journaliste iranienne et militante des droits de l’homme Shiva Nazar-Ahari, 26 ans, emprisonnée depuis décembre 2009, a été accusée lors de son procès d’être “moharebeh” [ennemie de Dieu], charge passible de la peine de mort

-

http://blvids.free.fr/50%20Hani_Ramadan_d%c3%a9fend_la_la...

-

http://blvids.free.fr/51%20Hani_Ramadan_d%c3%a9fend_la_la...

-

http://blvids.free.fr/52%20Hani_Ramadan_d%c3%a9fend_la_la...

-

http://blvids.free.fr/53%20Hani_Ramadan_d%c3%a9fend_la_la...

-

Brève 2

Ci-dessous source Le Figaro

L'intolérance au cœur de l'école

Mots clés : Discriminations, Violence, Ecole, FRANCE, Jeannette Bougrab

Par Natacha Polony
30/08/2010 | Mise à jour : 20:31

Harcèlement contre les homosexuels, injures contre les filles un peu trop libres… L'école est le lieu privilégié d'une violence ordinaire où le monde n'est perçu que comme un affrontement entre dominants et dominés

«Une fille qui est violée, c'est forcément une Française. Chez nous, ça n'arrive pas.» C'est la remarque ordinaire d'un collégien de Seine-Saint-Denis devant son professeur d'histoire. Une remarque qui raconte l'état d'esprit d'une part de la jeunesse française. «À chaque... Suite sur le Figaro


Ce que l'on apprend aux enfants [par voie de presse] dans un des pays du rêve islamique

Carla Bruni insultée

     

  •  

      Après l'avoir traitée de «prostituée», un journal iranien assure que l'épouse de Nicolas Sarkozy «mérite la mort», pour avoir défendu une Iranienne condamnée à la lapidation

 

Piqûre de rappel

La pudeur c'est faire preuve de retenue

S'exhiber voilée volontaire c'est faire preuve d'aucune retenue car c'est dire à l'autre ''tu n'es pas digne de voir ma chevelure''

L'islamiste pour parler du corps n'a dans la bouche que des mots salissants favorisant un grave appauvrissement culturel à l'origine de la violence...

L'inculture est la cause des violences islamistes perpétrées contre les non musulmans, par sectarisme entre musulmans pire que tout [l'inacceptable dans un pays démocratique] les répressions exercée par le contrôle de la sexualité – contrôle indissociable pour la plus grande part de la subordination de la femme à ''l'homme musulman''...que vient compléter dans ce ''monde islamique d'inculture'' la plus lâche des homophobies...

Crab  05 - 09 - 2010

-

Notes

Pour les prélats catholiques les reconduites à la frontières des étrangers Roumains ayant installés illégalement des camps... seraient comparables ''aux rafles de la période de Vichy''

Insupportable de tel propos – après la deuxième guerre figurait encore dans leur missel des prières anti juives...

Dans le missel de 1962 utilisé par les fidèles qui préfèrent la forme extraordinaire de la liturgie romaine, les fidèles priaient pour les Juifs "afin que Dieu notre Seigneur enlève le voile qui aveugle leurs cœurs et qu''ils reconnaissent eux aussi Jésus Christ notre Seigneur". L'oraison qui suivait était ainsi formulée: "Dieu éternel et tout-puissant, vous ne refusez jamais votre miséricorde, même aux Juifs incrédules; exaucez les prières que nous vous adressons pour ce peuple aveuglé, afin qu'en reconnaissant la lumière de votre Vérité, qui est le Christ, il soit arraché à ses ténèbres. Nous vous le demandons par le même Jésus Christ, Amen".

-

Citation du jour: - ''Toutes les foi sont respectables'' -

Surprenante affirmation; des gens prétendent avoir la foi et cependant endoctrinent leurs enfants dès leur plus jeune âge dans la religion – donc la foi les dispenserait de respecter la liberté de conscience de leurs enfants?

-

Brève du 24 septembre 2010

Exécutée jeudi par injection mortelle

Aucune sérieuse médiatique mobilisation de nos bien pensants – s'y ajoute le remarquable silence de l'Europe * - pour dénoncer les ''intégristes américains'' qui ont exécutés Térésa Lewis dans l'État de Virginie...

-

    * L'Europe prompte à fondre sur la France quand elle fait respecter ses lois en démantelant des camps illégaux et en expulsant [avec un pécule] des Roms [et autres étrangers] en situation illégale dans notre pays

Crab

 

-

Suite sur...

0NG Humanitaires

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/08/28/0ng-humanitaires.html

 

 

02/09/2010

La fin du matriarcat?

0 la fin du matriarcat.jpg

Peinture acrylique -Crab -

La fin du matriarcat?

 

Hier une jeune fille d'un département d'outremer [16 ans] me disait quelle était croyante...et dans la conversation qui suivit S....... me donnait de multiple ''exemples'' pour me soutenir que l'homme est supérieur à la femme

Devant les arguments que je lui opposait... elle affirma en dernier lieu que ''l'homme est supérieur à la femme seulement dans quelques domaines où l'émotionnel désavantagerait la femme...''

-

Je comprenais [aussitôt] qu'elle était de confession musulmane ...[ce qu'elle me confirma]. Une fois que je lui eut dit qu'il y avait dans notre pays plus de femmes magistrats, plus de femmes enseignants que d'hommes elle me tourna le dos puis s'en alla...

-

A travers ce petit échange, une fois de plus l'on peut ici mesurer les effets de l'atteinte à la liberté de conscience d'enfants ayant subi l'endoctrinement dans la religion coranique

Rendus complétement sourds au point de plus vouloir entendre l'information ni même vouloir prendre un peu de temps pour au moins vérifier...

-

Dé-crédibiliser le texte coranique, est un devoir...

-

ICI il me paraît important de rappeler [par quelques exemples] que les femmes, dans l'actualité, exercent plus nombreuses que les hommes dans les métiers les plus qualifiés

-

Les femmes dans la magistrature
Un corps fortement féminisé

Le corps de la magistrature s'est largement féminisé, la proportion de femmes magistrats passant de 28,5 % en 1982 à 50,5 % en 2001

Source, Claude Hanoteau, directeur de l'École nationale de la magistrature

-

Dans les métiers du droit, les femmes sont devenues majoritaires parmi les avocats (52 % en 2002) et progressent rapidement dans la magistrature.

Source INSE

-

Site internet à consulter

École de la magistrature

Ministère de la Justice

-

Les femmes dans l'enseignement
Parmi l’ensemble des effectifs de la fonction publique d’État, c’est au ministère de l’Éducation nationale que l’effectif féminin est le plus important, en nombre et en pourcentage. Les femmes composent pratiquement les deux tiers de cet effectif mais elles ont, au 31 janvier 2007, pour la France métropolitaine et les DOM,gagné 2 points par rapport à 1996-1997 (64,4 %), et représentent 66,4 % de l’ensemble du personnel des secteurs public et privé (soit 803 415 agents). 696 963 femmes exercent dans le secteur public, soit 65,4 % des agents, et 106 452 dans le secteur privé (73,7 %).

Source INSE

-

Le nombre de praticiens hospitaliers est, me semble-t-il, équivalent entre hommes et femmes. Ceci étant, il y a toujours plus d'hommes que de femmes nommés professeurs, et plus d'hommes que de femmes chefs de service.

Source le Pr. Florence Pasquier, Spécialiste de la maladie d’Alzheimer, professeure de neurologie au centre hospitalo-universitaire de Lille. Elle a été élue "médecin de l’année 2004" par la revue médicale "Impact Médecine" et ses travaux ont servi de modèle pour l’élaboration du plan Alzheimer gouvernemental.

-

Lire en suivant...

http://www.sante.gouv.fr/drees/rfas/rfas200501/200501-art...

-

IL s'agit ici de donner quelques exemples statistiques...cela se vérifie ou vaut de plus en plus dans les professions d'ingénierie, d'architecte, de paysagiste, dans la recherche ect...

Un jour j'avais écris qu'en politique la parité [un jour] paradoxalement sauverait les hommes...

-

En fait l'invention [l'homme supérieur ou le chef de la femme] Mahométane est dans la continuité ou entérine [comme un copié collé] le fondement symbolique [sacrifice d'Abraham = spiritualité] des religions duelle qui ont précédée la musulmane

-

Pour passer du matriarcat au patriarcat il fallait pour ces cerveaux fêlés [les soi-disant prophètes] présenter la spiritualité comme une qualité essentielle de l'homme [le mâle] et de faire en sorte que cela soit considéré [par l'endoctrinement et par la force la plus aveugle] comme un progrès pour l'humanité

-

Beau progrès la moitié de l'humanité définie comme un être inférieur – et il y encore des gens qui hésitent à critiquer des textes qui sont non pas des révélations mais des idéologies de phallocrates agressifs, violents, mentalement aliénés, inféodés à des valeurs guerrières...dont le souci premier était d'effacer le matriarcat...

Pire, d'autres répètent à l'envie qu'il faut respecter les religions...

Crab

-

Suite sur...

FEMMES SANS TÊTE

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/femmes-sans-tetes/

 

 

 

28/08/2010

0NG Humanitaires

Le corporatisme

et ses dérives

0 Herakles_Olympos_Louvre_F30.jpg

Entrée d'Héraclès dans l'Olympe -

entouré d'Athéna et de Poséidon -

 

La désinformation

rampante

dans les principaux médias


[notamment sur les chaines de la télévision]


Il ne s'agit pas seulement du nécessaire professionnalisme désormais avéré... mais l'humanitaire est aussi devenu un métier et ce n'est pas sans conséquencescontestables

Peut-on prétendre agir au nom des droits de l'humain quand une majorité d'hommes s'appuient sur les textes de la religion pour maintenir les femmes sous leurs lois?

De trop nombreuses associations dites ''d'humanitaires'' [ONG] ou autres dites ''des droits de l'homme'', depuis de nombreux mois tentent d'intoxiquer par leurs déclarations ''très médiatisées'' faites sur les bons talibans par rapport ''aux vilains talibans''

''Il y aurait des talibans avec lesquels il serait possible de discuter'' – pire ce serait pour certains d'entre-eux de bons braves résistants à l'occupant – curieux de constater qu'ils préfèrent ''résister'' que de participer à construire une société de droit...n'ont qu'une seule idée en tête, priver les femmes de la plus petite parcelle de liberté...

Leurs principaux représentants des ONG répètent à l'envie ''on ne prend pas parti '', ''on'' soigne et ''on' s'occupe de tous quelques soient leurs convictions où croyances

Sont pas à une contradiction près pour continuer à exercer...ce qui advient c'est que les ONG ont des idéaux ou mobiles divers et souvent incompatibles...

Resteriez-vous passif devant une lapidation, L'excision d'une fillette, au déroulement d'un mariage forcé et autres exactions ou sévices comme par exemple les crimes d'honneurs...?

L'on peut retenir que l'on trouve dans la bouche de personnalités politiques ou civiles cette expression de maquillage ''tous les talibans ne sont pas des extrémistes''


Curieuse façon de prétendre faire oublier que quand ''on'' parle des talibans, ce sont de leurs lois dont il s'agit...


Un taliban en cache un autre

Ils est important de rappeler qu'il n'existe pas de bons talibans ni de textes de religions duelle s'adressant aux femmes – en d'autres termes il n'y a pas la moindre lumière dans le texte coranique ou la sharia, et les talibans sont de par leur idéologie l'émanation de ces vieux textes sexistes, misogynes, phallocrates... [ridiculement prétendus divins]

A l'intérieur

Ne laissons pas s'installer, dans les zones de non droit localisées dans quelques uns des quartiers des villes de notre pays l'équivalent ''des codes de l'infamie'' en vigueur dans certains pays du Maghreb – pays ennemis de la civilisation – nous Français, n'avons pour amis Maghrébins que ceux des arabes hommes et femmes qui dénoncent ''ces codes de l'infamie'' inspirés par le coran et la sharia

Piqûre de rappel

Les droits des femmes façonnés par les talibans

Tous les droits que les femmes avaient acquis par leurs luttes au cours du 20ème siècle ont été du jour au lendemain rayés par les talibans :

* Droits à l'éducation : tous les lycées de filles dont les premiers avaient été ouverts en 1924, ont été définitivement fermés par les talibans, de même que toutes les écoles et universités qui accueillaient une majorité d'étudiantes,

* Droit au travail : les femmes pouvaient disperser tous les métiers et occupaient 70% des emplois de fonctionnaires. Elles ont toutes été renvoyées chez elle.

* Droit de voter et d'être élue : Des femmes siégeaient au parlement depuis 1954. Certaines ont été ministres. Elles n'ont même plus le droit de s'exprimer

De plus, les talibans ont aussi supprimé leurs droits naturels, leurs coutumes ancestrales:

* Droit de sortir de chez elles librement : elles sont maintenant obligées d'être accompagnée par un membre mâle de leur famille proche, et ne doivent sortir que pour une raison valable aux yeux des talibans

* Droit de sortir avec les habits modernes ou même avec leur vêtement traditionnel : elles doivent être entièrement recouvertes du voile intégral, le tchadri, la taille du pantalon obligatoirement porté sous le tchadri. La taille et la couleur de la robe qui doit le recouvrir, de même que la couleur les chaussettes (obligatoires ) et des chaussures sont sévèrement réglementés

* Droit de se faire soigner : les hôpitaux leur sont interdits, seul deux bâtiments de quarante lits pour une ville de un million et demi d'habitants, sans matériels ni aucunes infrastructures, leur sont réservés, alors qu'il leur est pratiquement impossible de si rendre, bus et taxi leur étant interdit

* Droit d'entrer dans un magasin et de parler à un commerçant: les femmes n'ont ainsi plus la possibilité de faire leurs courses

* Droit à hygiène: il leur est interdit de se rendre au hammam, alors que les maisons sont privées d'eau courante et de possibilité de se chauffer. Leurs habits et leurs tchadris doivent être aussi sales et laids. Le maquillage est interdit

* Droit aux activités culturelles et aux fêtes : aucune distraction d'aucune sorte n'est permise. Les petites écoles traditionnelles qui existaient depuis des millénaires ainsi que les cours privées leur sont interdits

Le pire de tout est la suppression du respect que toute société humaine accorde aux femmes comme aux autres citoyens: la violence des talibans à leur encontre ne connaît pas de borne. Les femmes sont publiquement et quotidiennement insultées, frappées devant leur mari et devant leurs enfants, battues à mort, sans accès aux soins, sous n'importe quelle prétexte : pour un pantalon trop large ou pour être sortie sans chaussettes ; une petite fille de dix ans a eu les doigts coupés parce qu'elle portait du vernis à ongles

Les femmes ne sont même pas à l'abri à l'intérieur de leur maison ou les talibans peuvent pénétrer à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit et les frapper si elles écoutent la radio ou lisent des poésies

Elles n'ont pas le droit de regarder par la fenêtre puisque les talibans tirent à la Kalachnikov sur les femmes à leur balcon


Les droits des hommes

Les hommes aussi ont leurs droits sévèrement restreints par les talibans

* Obligation de porter une barbe longue et hirsute qu'il est interdit de couper, de soigner ou de tailler

* Obligation d'avoir la tête, les aisselles, et même le pubis rasés, ce que les talibans contrôlent parfois publiquement

* Obligation d'avoir la tête couverte

* Obligation de porter les mêmes vêtements que les talibans, sales et laids

* Interdiction de porter des vêtements modernes ainsi que les vestes traditionnelles de cuir brodé.

* Obligation de savoir des passages du Coran par cœur ainsi que les lois islamiques telles qu'elles sont reconnues par les talibans.

* Obligation d'aller prier à la mosquée 5 fois par jour. Les talibans établissent des listes par quartier et punissent sévèrement ceux qui ne vont pas à la mosquée

* Interdiction de parler à une femme, de soigner une femme (pour les médecins), de faire des habits pour les femmes (pour les tailleurs)

La répression des talibans envers les hommes n'est pas moins violente qu'envers les femmes. Un chirurgien qui opérait une femme a eu les deux mains brisées par les talibans

Si les femmes sont emprisonnées chez elles, les talibans condamnent leurs maris, frères ou pères, à être leurs gardiens et châtient sévèrement ceux qui ne surveillent pas suffisamment leur femme

De plus, les châtiments corporels comme l'amputation et la lapidation, qui n'étaient jamais appliquées en Afghanistan, sont maintenant monnaie courante.

Le racisme linguistique et culturel

Pour dominer et analphabétiser définitivement la population, les talibans interdisent la langue et la culture millénaire du pays

* Interdiction de parler le persan dari, langue véhiculaire de toutes les ethnies, langue de culture millénaire, langue de l'administration que les talibans veulent remplacer par le dialecte des villageois du Sud de l'Afghanistan, le pachtou de la région de kandalou d'où sont issus les dirigeants talibans

* Interdiction d'écrire en persan dari: les savants, les écrivains, les poètes sont pourchassés et emprisonnés.

* Interdiction de célébrer les fêtes traditionnelles : la fête du Nouvel An est supprimée, la date et le calendrier solaires en usage depuis des millénaires, ont été remplacés par la date et le calendrier lunaire musulman

* Interdiction de tout accès à l'information et au savoir. les cinémas ont été fermés, les films brûlés, les photos déchirées, les télévisions et les vidéos cassées, ainsi que les radios et les magnétoscopes. Les cassettes sont fracassées, déroulées et suspendues en guise de trophée à l'entrée des villes


Le racisme ethnique

Pour la première fois dans l'histoire du pays, des miliciens appliquent la politique ethnique d'un état voisin, le Pakistan, qui vise directement à la division du pays, en favorisant les Pachtouns et en éliminant les populations d'origine asiatique par la pratique du nettoyage ethnique :

* Déportations massives des Hazaras et des Ouzbeks du Nord du pays

* Disparition de milliers de jeunes hazaras et des ouzbeks de 10 à 13 ans, raflés et déportés vers une destination inconnue

* Massacre de plusieurs milliers de familles hazaras (personne ne connaît le nombre exact) dans les régions du Nord et du centre, en août et septembre 1998 et jusqu'à présent

* Réduction en esclavage des femmes âgées hazaras et de jeunes filles considérées comme "prise de guerre" par les talibans

Les biens de toutes ces populations sont réquisitionnés par les talibans et leurs terres redistribuées à des populations pakistanaises qui colonisent ainsi peu à peu le pays

Par ailleurs, en transformant les champs de blé en champs de pavot, les talibans ont fait de Afghanistan le premier centre mondial de production d'opium, soit 80% de l'opium et d'héroïne consommés en Europe

Afghanistan est maintenant le seul pays au monde où les dirigeants locaux élèvent officiellement une taxe sur la production de drogue et où la production et l'exportation de drogues son donc légales

Source - http://membres.multimania.fr/afghanbretagne/talibans.htm

 

Pourquoi nous ne voulons

pas

dans notre pays

voir

des

femmes captives

des

idéologies phallocrates islamiste?

 

Vient de paraitre

''Merci les filles'' de Valérie Ganne

"Merci les filles ! 1970-2010", de Valérie Ganne, Juliette Joste et Virginie Berthemet

"Vive les femmes !" proclamait Reiser. "Merci les filles !", renchérissent trois pétulantes créatures à la plume alerte, en hommage à leurs aînées, figures de proue de la lutte pour la libération de la femme. Parmi elles, la mère Denis, égérie publicitaire d'une marque de machines à laver. Dans un ouvrage rythmé, éclatant de couleurs, de facétie et d'humour, Valérie Ganne, Juliette Joste et Virginie Berthemet retracent les grandes heures du féminisme des quarante dernières années (1970-2010)

Une entreprise édifiante et jamais ennuyeuse, qui montre combien le septennat de Valéry Giscard d'Estaing fut celui des conquêtes féminines. C'est le 26 novembre 1974 qu'est adoptée la loi Veil autorisant l'interruption volontaire de grossesse, par 284 voix contre 189. L'Assemblée nationale ne compte alors que huit femmes, soulignent avec amusement les auteures, le regard espiègle et sans sectarisme. "L'avenir se fera hommes et femmes réunis, sinon, quel ennui !" concluent-elles, lucides. Fin de lextrait

 

Notes

"Livres Saints" inspirés directement par le Très Haut !

Et suprême raffinement, d' asservir la femme à l'homme!


Alors Yahvé Dieu fit tomber une torpeur sur l'homme, qui s'endormit. Il prit l'une de ses côtes .

Yahvé Dieu bâtit en femme la côte qu'il avait prise de l'homme, et il l'amena à Adam

Adam dit : celle-ci, cette fois, est l'os de mes os et la chair de ma chair ; celle-ci sera appelée femme

car c'est d'un homme qu'elle a été prise. Ainsi fut créée Eve."

(extrait de la Génèse, texte non canonique)

Fallait l'inventer [pas vraiment envi d'en rire]


Brève

C'est toujours

et plus

que jamais d'actualité 

 

Voir, dans l'actualité, Sakinech Ashtiani, le sort que l'Iran [ce grand pays – cette vieille civilisation – ce très grand pays du rêve islamique (rire)] veut réserver à une femme qui en commettant un adultère n'a rien fait d'autre qu' obéir à son corps, et respecter sa nature...

Et il y a encore des gens pour tenter nous faire accroire que les religions sont paisibles, qu'elles ont pour objet de relier les hommes entres eux – oui de relier en effet une majorité d'hommes entres eux au dépens des femmes... mais en aucun cas ne relient  pas les femmes et les hommes sur un plan d'égalité

 

Piqûre de rappel

Un pays n'est grand, quand par ces lois ils crée une dynamique d'instauration de l'égalité hommes femmes – et non pas comme c'est le cas dans tous les pays qui se réclament de l'islam une population de femmes inféodée de force à des idéologies patriarcales institionnalisées

Question pourquoi le fait religions [et les faits religieux] sont enseignés et pas l'athéologie?

Qui décide des contenus des programmes scolaires?

 

Brève

30 Août 2010

Un lecteur m'écrit; «vous êtes anti-islam... […/..] l'athéisme n'existe que par la critique des religions» Fin de l'extrait de ses remarques

Non! Résolument anti-religions duelle, qui ne sont rien de plus que des idéologies guerrières et sexistes

Je considère que la pire de toutes actuellement est celle du coran et de ses annexes comme la sharia et les codes de l'infamie en vigueur dans les pays où les pouvoirs traitent tous les habitants comme s'ils étaient tous des musulmans et font la chasse [parfois meurtrière] à tous ceux qui pensent autrement

Je ne confond pas culture et religion; de nombreux arabes [ou autres peuples] très cultivés comptent aussi parmi les incroyants....

Ceci dit, il vous est facile de vérifier que la critique des textes judéo-chrétiens et des propos tenus par les clergés font l'objet de ma part d'un abondant décryptage...

D'autre part l'athéisme ne se borne pas à la critique des religions; l'athéisme c'est avant tout une Éthique qui s'oppose radicalement aux moralines religieuses

MORALINE

Exemple nous considérons qu'emprisonner, assassiner ou lapider une femme ayant commis un adultère est un crime contre l'humanité

MORALE

Nous estimons que cette femme [par exemple Sakineh Ashtiani] en obéissant à son corps * a agit selon sa morale naturelle et non pas par idéologie

Crab

* Sachant que pour l'athéisme la psyché de l'humain est une modalité du corps [compte tenu que rien n'est jamais venu à ce jour démontrer le contraire] – qu'il n'y à pas de division en deux du corps – notre entendement et notre corps ne font qu'un

Piqûre de rappel

Avant la vie il n'y a rien, donc après la mort il n'y a rien – et cela n'a rien de dramatique...profitons durant notre vivant...

Suite sur...

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/41-les-diktats-mus...

Crab

27/08/2010

BIBLIOGRAPHIE

« Les convictions sont des ennemies de la vérité plus dangereuses que les mensonges »
Friedrich Nietzsche - [ Humain, trop humain ]

Ce qui compte ce n'est pas, '' quoi penser ''- mais, '' comment penser ''

Les religions monothéistes sont par essence des idolâtries

 

Vidéo

http://blvids.free.fr/Universit%c3%a9_populaire_de_Caen_....

 

Le FAIT athée c'est l'ensemble des philosophies non matérialistes de la volonté de domination - qui ne font références à aucune hiérarchies artificielles*1 ( Démocrite - Épicure*2 - Jean Meslier, Julien Offray de La Mettrie, Locke, Gassendi, Helvétuis, D'olbach, Nietzche, R.Dawkins, M.Onfray, Alain Badiou, ect... )

*1 : la fable ou croyance en un dieu sans apporter la plus petite preuve associée à d'imaginaires arrière-mondes ( paradis-enfer ect...) constituent l'essentiel de que l'on nomme : les hiérarchies artificielles

*2 : Documentation :

http://crab.painter.free.fr/textes/Lettre_a_Pythocles.odt

 

Pourquoi Démocrite et Épicure ne sont pas enseignés ?

athéisme,laïcité,religion,fanatiques

 Les racines de la France ne sont pas chrétiennes, mais grecques

BIBLIOGRAPHIE

0a  cours d atheisme.jpg

Cours accéléré d'athéisme

 " Nous assurons, nous les athées que dieu n'est pas mort, car rien d'inexistant ne peut mourir."
( Antonio Lopez Campillo & Juan Ignacio Ferreras / Cours accéléré d'athéisme / 2004 )

Dieu n’est pas grand : comment la religion empoisonne tout, Belfond, 2009.jpg

   Dieu n’est pas grand

Présentation de l'éditeur

A l'heure où la laïcité positive fait débat, où les thèses créationnistes tentent de s'imposer, où la question religieuse n'a jamais été aussi brûlante, Christopher Hitchens, chef de file des nouveaux athées, polémiste génial, " un des meilleurs journalistes de notre époque ", selon le London Observer, lance un pavé dans la mare : la religion empoisonne tout. La religion se mêle de sexe, contrôle ce que nous mangeons et exacerbe notre propension à la culpabilité en multipliant les interdits les plus arbitraires. La religion diabolise la science, se fait complice de l'ignorance et de l'obscurantisme. Source de haine, de tyrannie et de guerres, la religion met notre monde en danger. Avec un mélange jubilatoire d'érudition et d'humour, s'appuyant sur une argumentation rigoureuse et une parfaite connaissance des textes sacrés et des classiques, Christopher Hitchens nous livre un pamphlet intelligent et incisif, un brûlant plaidoyer pour un nouvel humanisme des Lumières. Que l'on soit fidèle croyant, fervent athée ou indécis, cet ouvrage soulève le débat et fait souffler un vent de liberté de pensée et de paroles.

5172FGQV9ZL._SS500_.jpg

Présentation de l'éditeur 

" Il peut paraître étonnant que les pensées profondes se rencontrent plutôt dans les écrits des poètes que dans ceux des philosophes. La raison en est que les poètes ont écrit sous l'empire de l'enthousiasme et de la force de l'imagination. Il y a en nous des semences de science comme en un silex des semences de feu ; les philosophes les extraient par raison, les poètes les arrachent par imagination : elles brillent alors davantage. "

Descartes

Biographie de l'auteur

Henri Pena-Ruiz est l'auteur de nombreux ouvrages, dont le Roman du Monde (Flammarion, 2001, coll. " Champs ", 2004) et Les Leçons sur le bonheur (Flammarion, 2004). Il enseigne la philosophie au lycée Fénelon, à Paris.

0a Pour en finir avec dieu.jpg

Pour en finir avec Dieu

Richard Dawkins

Robert Laffont
(2008, 432 pages) "Imaginez, avec John Lennon, un monde sans religion... Pas de bombes suicides, pas de 11 Septembre, pas de Croisades, pas de chasses aux sorcières, pas de Conspiration des poudres, pas de partition de l'Inde, pas de guerres israélo-palestiniennes, pas de massacres de musulmans serbo-croates, pas de persécutions de juifs, pas de "troubles" en Irlande nu Nord, pas de "crimes d'honneur", pas de télévangélistes au brushing avantageux et au costume tape-à-l'oeil.
Imaginez, pas de Talibans pour dynamiter les statues anciennes, pas de décapitations publiques des blasphémateurs, pas de femmes flagellées pour avoir montré une infime parcelle de peau..."
(Richard Dawkins)

Présentation de l'éditeur
Voici l'essai qui crée l'événement et vient à point nommé : où l'un des plus grands esprits d'aujourd'hui démontre qu'on peut en finir définitivement avec Dieu et vivre dans un monde sans religion.

Le biologiste Richard Dawkins, athée " pur et dur ", a un objectif : donner toutes les explications et les encouragements nécessaires au plus grand nombre d'esprits libres afin qu'ils se libèrent complètement de l'emprise de la religion. Et qu'ils soient fiers d'être athées, car, pour l'auteur, l'athéisme est presque toujours la marque d'une saine indépendance d'esprit, et d'un esprit sain. Richard Dawkins s'attaque ici non à une "version particulière" de Dieu, mais à tous les dieux et tout ce qui est surnaturel.
Pour ce spécialiste de l'évolution, la question de Dieu n'est pas hors de portée de la science. Insistant sur le fait que "la probabilité de l'existence de Dieu est extrêmement faible", il dit mener sa vie en se fondant sur le présupposé qu'il n'existe pas. Tout particulièrement choqué par le fait que les parents imposent leurs opinions religieuses à leurs enfants, Richard Dawkins, au nom du rationalisme, entre en guerre contre la forme de superstition la plus répandue selon lui et contre cette idée que pour avoir des principes moraux, on ne saurait se passer de convictions religieuses.
Qualifié par les scientifiques de "rottweiler de Darwin" pour sa défense virulente et efficace de l'évolution, désigné par le magazine Prospect comme l'un des trois plus grands intellectuels du monde (à côté d'Umberto Eco et de Noam Chomsky), Dawkins concentre aujourd'hui son esprit brillant sur la religion, qu'il dénonce en s'appuyant sur des démonstrations scientifiques. Un cocktail explosif qui a provoqué une chaude polémique dans tous les pays où le livre a été publié, lequel s'est vendu à plus de quinze millions d'exemplaires à travers le monde.

Biographie de l'auteur
Richard Dawkins, professeur à l'université d'Oxford, est un spécialiste mondialement connu de l'évolution. Son ouvrage le plus fameux est Le Gène égoïste, et plus récemment le remarquable Il était une fois nos ancêtres (publié chez Robert Laffont, octobre 2007). Site personnel de l'auteur : www.richarddawkins.net.

 

G Charpak.jpg

Le Mot de l'éditeur : Devenez sorciers, devenez savants

" Nous ne prétendons nullement dans ce livre renverser le cours des choses. Nous espérons seulement, en proposant quelques expériences de sorcellerie banales, montrer comment un certain nombre de sorciers modernes abusent le pauvre monde ! En apprenant à berner les autres, vous serez mieux préparés à déceler les boniments des marchands d'illusions qui cherchent à vous persuader de leurs connaissances hors du commun, que ce soit dans les domaines touchant à la santé, à la vie sentimentale ou à la politique. Nous ne voulons en aucun cas imposer une pensée unique, nous militons au contraire pour le doute, le scepticisme, la curiosité et la science. Restez savants, devenez sorciers ! "
Sommaire
Sorciers et savants
Les premiers stades de l'initiation
Les coïncidences exagérées
Enquêtes à la Sherlock Holmes
Droit au rêve et à la lucidité
A l'aube du nouveau millénaire...

Citation : « L'école est le symbole de l'enfant - qui dit pourquoi ? »  - Georges Charpak

 

« Et te voici permise à tout homme »

Sans cette phrase du rituel juif que doit prononcer son ancien mari, une femme, même divorcée, ne retrouve jamais vraiment sa liberté – Eliette Abécassis

0a  Les religions face aux femmes.jpg

Les religions face

aux femmes"

ed Accarias-l'originel

Quelle place le judaïsme, l'islam, l'hindouisme, le bouddhisme, le confucianisme et le taoïsme ont-ils réservée aux femmes ?
Comment les ont-ils représentées à travers leurs mythes, dogmes et croyance ?
Comment les femmes ordinaires et la société en ont-elles été affectées ?
Comment les grandes mystiques se sont-elles adaptées au sein de religions définies par les hommes pour les hommes ?

Cette étude, la première de son genre par son ampleur, est constituée de chapitres indépendants pouvant être lus séparément. Elle comporte deux perspectives.

  • La première présente les religions et leurs textes sacrés une par une. Elle montre que, face aux femmes, Jésus, le Bouddha ou Mahomet ont souvent surpris leurs contemporains.

  • La seconde expose les dernières découvertes de l'anthologie, de la sociologie, de la génétique, de la psychologie et de la linguistique concernant la construction du masculin et du féminin.

Ce livre pose de nombreuses questions de manière neuve. Quels sont, par exemple, les rapports entre les croyances et la science ? ENtre la nature et la culture ? Entre les religions établies et la spiritualité ?
Comment les grands maîtres de deux sexes vivent-ils ce qu'on appelle les noces mystiques, l'éveil ou la libération ? La transcendance reste-t-elle pour eux un dieu sexué ( comme Dieu le Père ou comme la Grande Mère ) ?

Les limites sexuelles sont-elles infranchissables ?

Pour l'auteure de ce livre, une seule chose est sûre : l'évolution harmonieuse des rapports entre les sexes ne pourra pas s'appuyer sur les institutions religieuses.

Elle devra s'inspirer de l'expérience spirituelle, car c'est la seule qui ouvre à cette dimension d'amour et d'intelligence qu'on ne saurait représenter, et qui permette aux deux sexes de dépasser les conventions du " féminin " et du "masculin", pour devenir des êtres humains à part entière et témoigner du divin.

0 Merci les filles.jpeg

 

 

Présentation de ce livre par moi-même

En avant propos

Parenthèse

La religion islamique [une idéologie misogyne] n'est pas le sujet du livre. Mais je n'hésite pas pour ma part à établir un lien entre le conservatisme des patriarcats qui émanent de l'islam d'une opposition nette des valeurs de la cause des femmes

 

Dans une enquête récente publiéedans le Figaro, un jeune garçon répond à son prof d'histoire '' que la fille violée est une française, ça n'arrive pas chez nous ''

 

Cela je le redis une fois de plus ne préoccupe pas les associations autoproclamées antiracistes comme le mrap ou sos racisme

 

Que des filles qui se veulent libres soit insultées ou la pratique des traques à l'homosexuel ne les affectent manifestement pas - un jour un des intervenants du mrap m'avait répondu que tout cela n'entrait pas dans l'objet de leur association – depuis ce temps certains d'entre eux ont inventé '' l'homme musulman '' – tout un symbolique programme de défense de la misogynie islamique

Voir...

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/racisme-sexisme/

Et...

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/racisme/

 

Pour bien comprendre ce que signifie être civiliséc'est à dire,les valeurs qui font notre identité d'hommes et de femmes français c'est être résolument déterminé à ne faire aucune concession à tout ce qui nuit à l'autonomie, à la liberté et à l'indépendance financière de la femme

 

Le garçon qui dit à son prof d'histoire '' que la fille violée est une française, ça n'arrive pas chez nous'' fait la démonstration que la religion [ l'islam ] génère le racisme actuel le plus odieux...

 

Les moraline judéo-chrétienne ont été défaite par la volonté exprimée par les féministes de ne plus être sous domination masculine et aujourd'hui que cela plaise à certains de l'entendre, en tant qu'incroyant, je me sens plus libre que d'autres pour dire que l'islam n'est que le dernier reliquat de la phallocratie mais la plus totalitaire des religions et ne mérite aucun respect

 

Pour ne pas capituler devant ces obsédés de la main-mise sur les femmes et bien comprendre ce que signifie dans une société civilisé les droits de la personne et un réel antiracisme un livre bien fait à offrir à toutes les pré-adolescentes où qui devrait faire parti des livres scolaires gratuits ; ''Merci les filles'' de Valérie Ganne, Juliette Joste et Virginie Berthemet  - Crab

Cachez moi cette liberté d'expression que je ne saurais voir

- Photo détournée par Crab -

Cène2.jpg

Le blasphème 

 

La vraie Scène de la vraie Cène

 

Proclamation ; le texte situé dans la bulle:

[ « En vérité je vous le dis, Judas sera nominé Prix Nobel du bon sens, seulparmi les mâles il comprend avant tous que le Féminisme Universaliste est l'avenir de l'homme » - Crab - ] 

La chrétienté n'est en réalité qu'une radicelle dans la toile immense et complexe des racines grecques du Grand Arbre de notre Culture

La place de Manet dans l'histoire du féminisme

En une seule phrase

D'un homme, de l'artiste, la touche féministe, Olympia de son seul seul regard , coup fatal porté à l'idéologie du patriarcat, soudain au yeux du public la femme fut

athéisme,laïcité,religion,fanatiques

Olympia -

athéisme,laïcité,religion,fanatiques

 Le déjeuner -

 Suite sur...

Les vapeurs du hammam

[ Rappel : « L'islam ne serait-il qu'un voile destiné à brouiller l'esprit des adeptes ? La liberté des musulmans s'arrête là où commence le débat d'idées » - Crab ]

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/obscurantisme/

__________________________________________________________________________

LA RELIGION et L'ÉCOLE

Notes :

Citation : Concordat en Alsace-Moselle

Le régime concordataire est un élément du droit local alsacien et mosellan. Il reconnaît et organise les cultes catholique, luthérien, réformé et israélite. Il constitue donc une séparation incomplète des Églises et de l'État, même si à son entrée en vigueur il reconnaissait égales les trois confessions et la religion présentes.

Il est issu du concordat de 1801 signé par Napoléon Bonaparte, n'ayant été abrogé ni par l'annexion allemande en 1870 ni par le retour des trois départements au sein de la République française en 1919. Contrairement aux idées reçues, cet élément du droit local est donc issu du passé français des trois départements (et non de son passé allemand contrairement au droit local des associations ou le régime local de la sécurité sociale). Un avis du Conseil d'État du 24 janvier 1925 déclare que la loi du 18 germinal an X appliquant le concordat de 1801 est toujours en vigueur. Fin de citation

Perturbation de l’ordre réel

Ci-dessous :

La chambre d'écoute - Huile sur toile de René Magritte

0a  La chambre d ecoute.jpg

...ils ont été trahis...

 

La laïcité n'est pas respectée par tous les français, ni par toutes les institutions – la religion est enseignée au frais de tous les contribuables [ incroyants et croyants ] en Alsace-Moselle mais n'est pas enseignée l'Athéologie [ Athéisme ]

Humiliant, les parents qui ne le veulent pas sont tenus de signer une dispense et voient leurs enfants obligés à la place de suivre des cours de morale

Il me paraît important de rappeler ici que l'athéisme au sens originel de relier est la religion de l'Éthique et non pas n'importe qu'elle moraline plus ou moins issue des religions duelle

 

Ils ont fait une guerre qu'ils ne voulaient pas faire – ils ont été trahis...

Suite sur...

Culture française - un village -

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/culture-francaise/

Capture.png

L'amour maternel est-il un instinct qui procéderait d'une " nature féminine ", ou bien relève-t-il largement d'un comportement social, variable selon les époques et les mœurs ?
Tel est l'enjeu du débat qu'étudie Elisabeth Badinter, au fil d'une longue et précise enquête historique. Avec lucidité, mais non sans passion

Notes:

Elisabeth Badinter, philosophe, spécialiste des Lumières, est maître de conférence à l'Ecole polytechnique. Elle est l'auteur, entre autres, de L'Amour en plus (Flammarion, 1980, réédition 2010), L'Un est l'autre ( Odile Jacob, 1986 ), Fausse Route ( Odile Jacob, 2003 ) et d'une magnifique histoire intellectuelle du siècle des Lumières chez Fayard ( 3 vol.). Son ouvrage Madame du Châtelet, Madame d'Epinay : Ou l'Ambition féminine au XVIIIe siècle a fait l'objet d'une adaptation en scénario pour la télévision, par l'auteur elle-même.

Son dernier ouvrage, Le conflit, la femme et la mère, paraît en février 2010, très exactement 30 ans après L'Amour en plus.

 

Mme du Châtelet, Mme d'Épinay ou l'Ambition féminine au XVIIIe siècle Elisabeth Badinter aborde le problème de l'ambition féminine à travers le destin de deux grandes dames du XVIIIe siècle : madame du Châtelet, qui fut la compagne de Voltaire, traduisit le grand oeuvre de Newton et fut l'égale des savants de ce temps. Madame d'Épinay, amie de Grimm, imagina une nouvelle pédagogie, critique de Rousseau, et traça le destin des futures mères. Ces deux ambitieuses, au sens le plus noble du terme, refusaient d'accepter les limites que la société leur assignait. Elles voulurent se donner toutes les chances dont elles se sentaient capables, en dépit de leur sexe. Madame du Châtelet incarne à nos yeux l'ambition personnelle, madame d'Épinay l'ambition maternelle, deux figures entre lesquelles se partage la vie des femmes. Quelles leçons peut-on retenir de ces deux carrières prestigieuses ? Une analyse qui nous conduit au coeur du XVIIIe siècle sans perdre de vue le présent le plus actuel

 

Le secret de la salamandre.jpg

 

Résumé du livre

L'homme pourra-t-il, lui aussi, régénérer naturellement tout ou partie de son corps si complexe ? Pourrons-nous faire repousser des tissus ou même des organes entiers ? Les paralytiques pourront-ils remarcher ? Et pourrons-nous vivre éternellement ? L'apparition de techniques scientifiques ultramodernes - génomique, thérapie génique, biologie cellulaire ou clonage thérapeutique -, laissent penser que la régénération d'une partie du corps humain est désormais possible. Mais les questions soulevées demeurent nombreuses, d'ordre scientifique autant qu'éthique. Ce livre fait la synthèse des avancées dans un domaine encore méconnu du grand public, mais qui mobilise toute une population de scientifiques et de médecins : la médecine régénératrice.

Lucy.jpeg

 

Le Genou de Lucy

Voici l’histoire des jours anciens, notre histoire, celle de la « lente émergence de l’hominidé, de la difficile percée de sa conscience, du lourd redressement de son corps et de l’instabilité émouvante de sa bipédie, de la maladresse de ses premiers essais de taille de la pierre et de sa touchante ténacité à les améliorer ». Voici l’histoire d’une science, la paléoanthropologie, et de ses plus récentes avancées. Voici enfin l’histoire d’une vie de recherches, illuminée par la découverte de Lucy, objet de fascinations multiples. « À quoi sert la préhistoire ? Voici la réponse : elle met l’homme à sa place. Elle nous fait comprendre qui nous sommes, comment nous le sommes devenus et pourquoi. »

Le crépuscule d'une idole.jpg

Présentation de l'éditeur

Michel Onfray, cohérent avec lui-même, s'en prend ici à une religion qui, bien plus que les monothéismes qu'il pourfendait dans son Traité d'athéologie, semble avoir encore de beaux jours devant elle. Cette religion, c'est la psychanalyse - et, plus particulièrement, le freudisme. Son idée est simple, radicale, brutale : Freud a voulu bâtir une « science », et il n'y est pas parvenu; il a voulu « prouver » que l'inconscient avait ses lois, sa logique intrinséque, ses protocoles expérimentaux - mais, hélas, il a un peu (beaucoup ?) menti pour se parer des emblèmes de la scientificité. Cela méritait bien une contre-expertise. Tel est l'objet de ce travail. Avec rigueur, avec une patience d'archiviste, Michel Onfray a donc repris, depuis le début, les textes sacrés de cette nouvelle église. Et, sans redouter l'opprobre qu'il suscitera, les confronte aux témoignages, aux contradictions, aux correspondances. A l'arrivée, le bilan est terrible : la psychanalyse, selon Onfray, ne serait qu'une dépendance de la psychologie, de la littérature, de la philosophie - mais, en aucun cas, la science « dure » à laquelle aspirait son fondateur. On sera, devant une telle somme, un peu médusé : Freud n'en ressort pas à son avantage. Et encore moins sa postérité – qui aura beau jeu de prétendre que si Michel Onfray conteste si violemment la religiosité en vogue chez les archéologues de l'inconscient, ce serait précisément parce qu'il craindrait de contempler le sien. Une « ouverture » biographique, semblable à celle qui précède chacun de ces essais, devance cette objection en racontant comment et pourquoi Michel Onfray a découvert - en vain - cette « science de l'âme » qui n'en est pas une.

Biographie de l'auteur

Il n’est pas nécessaire de présenter Michel Onfray, ni de rappeler la polémique qui a accueilli son Crépuscule d’une idole. Après avoir pris acte de l’émotion suscitée par sa critique iconoclaste du freudisme, et afin de dissiper les malentendus qui ont émaillé, bien souvent avec mauvaise foi, la publication de son ouvrage, Michel Onfray a éprouvé le besoin d’ajouter une Apostille à son essai. Il ne s’agit pas d’un repentir ou d’une auto-critique – mais d’une mise au point indispensable. Fin de citation

Point de vue

Après Nietzsche, Michel Onfray est le premier parmi les philosophes ; j'apprécie pleinement son '' grand œuvre '' sans que cela signifie, que j'adhère pour autant en totalité à sa proposition de mode de vie hédoniste – Je n'ai pas d'idole, ni de maître à penser, je ne crains pas le crépuscule, je prends le droit et le temps de jours comme de nuit de regarder le paysage de mes envies...

A propos de Nietzsche

Le concept de surhomme ne peut être associé à l'idée d'une société de maîtres et d'esclaves...

Vous aviez caricaturé Nietzsche en allant jusqu'à le traiter de précurseur du nazisme , c'est sans appel, je vous oppose la finesse de Michel Onfray

Lire la vidéo

http://crab.painter.free.fr/videos/Onfray_rencontre_Nietz...

Suite sur la page

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2011/05/29...

Crab

Une_femme_en_colere3.jpg

 

"Une femme en colère", de Wassyla Tamzali

par Élaine Audet

Sur le site

http://sisyphe.org/spip.php?article3677

 

Avocate et auteure algérienne, directrice des droits des femmes à l’Unesco pendant vingt ans, Wassyla Tamzali a raconté avec passion, dans Une éducation algérienne (2007), comment elle a vécu la lutte pour l’indépendance de son pays. Dans Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés (2009), elle interpelle les Européens qui, au nom de la "laïcité ouverte" et du respect de toutes les religions, n’hésitent pas aujourd’hui à sacrifier les droits fondamentaux des femmes.

Dans ce livre courageux, Tamzali montre que la laïcité ne peut réussir seule à faire le poids face à la notion de choix et aux arguments sur les accommodements religieux mis de l’avant par les islamistes. Pour elle, l’argument primordial doit reposer sur la dénonciation des valeurs patriarcales défendues et maintenues par toutes les religions, dont l’islam, qu’il soit modéré ou radical. Elle ne croit pas non plus à un féminisme islamique qui représente une contradiction dans les termes et une imposture.

Dans ce livre courageux, Tamzali montre que la laïcité ne peut réussir seule à faire le poids face à la notion de choix et aux arguments sur les accommodements religieux mis de l’avant par les islamistes. Pour elle, l’argument primordial doit reposer sur la dénonciation des valeurs patriarcales défendues et maintenues par toutes les religions, dont l’islam, qu’il soit modéré ou radical. Elle ne croit pas non plus à un féminisme islamique qui représente une contradiction dans les termes et une imposture.

Sur la question du libre choix par les femmes du hijab, du tchador, de la burqa et du niqab, l’auteure évoque à juste titre les arguments similaires à ceux qui prétendent que les femmes prostituées choisiraient librement de devenir de simples marchandises asservies aux fantasmes masculins les plus avilissants et violents. Bien au fait des luttes féministes dans le monde, elle démontre clairement comment sous le couvert de la tolérance religieuse, on a cherché à enterrer les droits des femmes. Face à une telle dérive, elle rappelle la question de l’esclavage et conclut que "la différence culturelle ne peut jamais justifier cette pratique, même si elle est inscrite dans le Coran ou dans les pratiques culturelles".

La religion comme critère d’appartenance

Les dérives des visions culturalistes et différentialistes ne sont pas d’aujourd’hui, note Wassyla Tamzali. Déjà en 1975-1985, en pleine décennie des femmes, Rigoberta Manchu du Guatemala, prix Nobel de la Paix en 1992, affirmait que "le féminisme est la dernière forme du colonialisme", remettant ainsi en question les revendications des femmes dans les pays du tiers monde. Sous la bannière des luttes nationales et anticolonialistes, on proposait subrepticement aux femmes la différence religieuse et culturelle comme principal critère d’appartenance et non celui de l’égalité des sexes.

Wassyla Tamzali remarque qu’on lui parle maintenant comme à une femme musulmane plutôt qu’algérienne et elle se demande avec humour "s’il ne faut pas désormais être voilée pour être vue ?" Le rapport d’altérité sur lequel se fonde tout dialogue n’existe plus que pour celles qui affichent leur différence culturelle et religieuse. Ainsi, précise-t-elle, "notre absence sur le terrain de l’identité [en tant que féministes] explique la place gagnée par les mouvements religieux qui, eux, répondent à la question de l’identité et en font la base de leur recrutement". Contrairement à ce qu’elle croyait, force lui est de reconnaître que la laïcité et la démocratisation n’entraînent pas automatiquement la reconnaissance de l’égalité des femmes. Comme le montre l’histoire, seules leurs luttes en sont garantes.

La primauté des droits religieux sur ceux des femmes

Les islamistes, remarque Tamzali, jouent sur la culpabilité des empires coloniaux, amenant une partie de la gauche et même des féministes à défendre le droit des anciens colonisés de vivre selon leur culture, selon leur identité. L’Assemblée nationale française, souligne-t-elle, en préférant mener un débat national sur la laïcité a ainsi mis de côté la question éthique de l’égalité des sexes qui seule aurait pu mettre fin aux arguments malhonnêtes comme le droit de "s’habiller" comme on veut, en taisant le fait que "la dissimulation des cheveux et autres parties du corps des petites filles conduit à une ségrégation sexuée, à la différence des autres signes religieux".

Pour l’auteure, "refuser les pratiques néfastes aux femmes qu’elles soient issues de la tradition islamique ou très clairement prescrites dans les textes coraniques, ce n’est pas être islamophobes, c’est simplement être féministes". Face au relativisme individualiste post-moderne, elle affirme lutter pour certaines causes "non parce que [s]on identité est maghrébine et musulmane, mais parce qu’[elle est] humaniste, anticolonialiste, démocrate et féministe". Ainsi dénonce-t-elle sans relâche le relativisme éthico-culturel qui, en France comme au Québec dans un cas de viol, fait acquitter un émigré ayant battu sa femme au motif "que c’était un trait de sa culture religieuse" !

Un islamisme modéré ?

"Qui sont les musulmans européens modérés ?", demande-t-elle. Pour le savoir, elle recommande "de mettre à l’épreuve leur rhétorique sur la démocratie et la laïcité, pour peu que l’on considère la question des femmes comme une part intégrante et indivisible de ces principes". Il lui paraît difficile de croire à un courant islamique modéré alors que la liberté de conscience est condamnée par la religion musulmane : "Un laïciste musulman ne pourrait parler de laïcité que s’il condamne fermement et clairement la notion de crime d’apostasie". Une condamnation, précise-t-elle, qui est non seulement morale, mais civile et pénale – y compris dans les pays dont le code pénal ne comporte pas de textes punissant ce crime."

Tamzali s’étonne que dans des pays laïques et démocratiques, on tolère l’exigence des musulmans "d’être acceptés sans modifier leurs comportements, la différence au nom de laquelle ils sont acceptés avec leurs us et coutumes, au nom de laquelle ils obtiennent le passe-droit exorbitant de vivre selon une morale et une ségrégation sexuelle contraire au principe fondamental de l’égalité des hommes et des femmes". Un principe qu’ils n’accordent, bien sûr, jamais aux membres de leur propre communauté. Les pays occidentaux, au nom de la tolérance et de la laïcité ouverte, intègrent peu à peu "des discours doctrinaires légitimant la violence contre les apostats à l’intérieur de la communauté des croyants et, à l’extérieur, contre les infidèles".

Pour croire à l’existence d’un courant musulman modéré, ajoute l’auteure algérienne, il faudrait que les personnes qui s’en réclament dénoncent publiquement "des règles incompatibles avec notre conscience moderne, comme la lapidation, la polygamie, les mains coupées, l’inégalité dans l’héritage, la ségrégation sexuelle." Elle rappelle que le plus connu des "modérés", Tarik Ramadan, "qui n’aurait pas pris un grand risque en condamnant la lapidation, n’a pas trouvé les moyens de ce courage, aussi minime fût-il". Il y a certainement lieu de se demander avec l’auteure si la cause de la popularité de l’islamisme, tant modéré que radical, ne serait pas justement son antiféminisme.

Un débat public et politique

Pour Tamzali, la définition de la laïcité n’est pas le respect de toutes les religions, c’est "d’abord et avant tout la liberté de conscience". Quant au discours multiculturel sur la diversité, il cherche simplement à maintenir les ghettos ethniques et à avoir la paix. Cet état de chose lui paraît tout aussi néfaste pour les femmes que le scénario à l’iranienne. Ainsi, poursuit-elle, "nous nous retrouverons, comme par le passé, face aux mêmes maux : le racisme, l’asservissement, le désir forcené de dominer et d’asservir tout un peuple à une idée, à une religion, à des intérêts privés, la réduction des femmes à leur rôle de procréatrices, l’ostracisme, la violence et la suppression de toutes les libertés, la tyrannie, le mythe de la communauté pure, l’ordre moral, la haine de l’étranger, le bannissement, cela s’appelait hier fascisme, colonialisme, aujourd’hui cela s’appelle fondamentalisme et islamisme modéré."

Elle invite à ouvrir les yeux et à constater que "les femmes sont l’objet d’un pacte secret consistant à donner le plein pouvoir aux hommes sur les femmes, plutôt que des droits démocratiques à tous les citoyens quel que soit leur sexe". Une vérité que plusieurs refusent de voir, car il leur faudrait remettre en question des privilèges qu’ils considèrent naturels ou d’ordre divin. Se voiler aujourd’hui, c’est s’inscrire dans un débat public et politique. Pour l’auteure algérienne, "seule la pensée féministe, qui est d’abord une pensée politique, est capable de renouveler l’analyse des dispositifs des pouvoirs autoritaires et leurs alliances, secrètes ou avouées, avec l’idéologie radicale religieuse". Elle souhaite que les Européennes pensent la condition des femmes émigrées, "comme elles pensent la leur" en fonction de la liberté de pensée et non de la religion pratiquée dans le pays d’origine de celles-ci.

Au Québec, où divers courants cherchent à donner la priorité aux droits religieux sur les droits inaliénables des femmes, où la question d’une Charte de la laïcité se pose avec de plus en plus d’acuité, le livre de Wassyla Tamzali, Une femme en colère, avec son écriture engagée, claire et directe, est incontournable pour bien comprendre les enjeux socio-politiques actuels.

- Wassyla Tamzali donnera une conférence à Ottawa, le mardi, 19 octobre à 19 h, Local VNR 1075, Pavillon Vanier, Université d’Ottawa (136, rue Jean-Jacques Lussier),

- à Montréal, le mercredi 20 octobre à 20 h, à la salle B-0305 du Pavillon 3200 rue Jean-Brillant, de l’Université de Montréal,

- à Québec, le jeudi, 21 octobre à 19 h 30, 2e auditorium du Musée de la civilisation (85, rue Dalhousie).

Wassyla Tamzali, Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés, Gallimard, 2009, 152 p.

- Entrevues avec Wassyla Tamzali à Radio-Canada :

Mis en ligne sur Sisyphe, le 7 octobre 2010

© Sisyphe 2002-2010

Démocrite.jpg

Antoine COYPEL – Peinture -

Démocrite conscient de l'inhumanité environnante, refuse de céder à la haine, à la misanthropie, à l'amertume et au dédain proposait un repli sur sa psyché [ son entendement ], non d'un repli sur soi, ouvrait ainsi la porte au débat d'idées

Démocrite

Ce tableau a été peint en 1692, comme l’indique la lettre de la gravure exécutée la même année et accompagnée d’un quatrain caustique:


Cet enjoué censeur des sotises des hommes
Et que rien n’a jamais aigry
Que n’a-t-il veu le jour dans le siècle où nous sommes
Il auroit bien autrement ri.

Antoine COYPEL[Paris – 1661 - 1722]

 

L'être humain [ l'espèce ] n'est pas au-dessus de la nature, [ il n'est pas une création ] il est la nature et en même temps une petite partie de la nature

L'art n'est ni du genre masculin ni du genre féminin, il est la nature

Un peu de détente

athéisme,laïcité,religion,fanatiques

http://crab.painter.free.fr/videos/Religion_Foutaise_une_vid%c3%a9o_%c3%a9die_et_humour.mp4

 

http://blvids.free.fr/0%20Religion___Foutaise___une_vid%c3%a9o_%c3%a9die_et_Humour.mp4

416Z5JACQML._SS500_.jpg

 

« Fausse route »


Un pas en avant, deux pas en arrière. Constat peu glorieux ? Fausse route d’Élisabeth Badinter dresse un état des lieux des luttes féministes. Rappelant que la différence des sexes est un fait qui ne doit pas prédestiner aux rôles et aux fonctions, Élisabeth Badinter pointe, dénonce parfois, les contradictions d’un féminisme "obsédé par la problématique identitaire". Et l’auteur de poser la question : quels sont les réels progrès réalisés depuis quinze ans ? À étudier de près les phénomènes sociaux et comportementaux durant les deux dernières décennies, aussi bien dans le monde oriental que dans le monde occidental, on prend conscience de la pérennité d’une guerre des sexes, doublée d’une renaissance des stéréotypes sexuels. Au-delà de ce constat, Élisabeth Badinter décrypte la tendance insidieuse d’un nouveau féminisme qui a retrouvé les accents moralisateurs du judéo-christianisme, voire la naissance d’une "bien-pensance féminine" ou – pire – une dérive d’un féminisme guerrier.
Qu’on ne se trompe pas : la guerre des sexes a toujours lieu. Élisabeth Badinter rappelle que "l’indifférenciation des sexes n’est pas celle des identités. C’est au contraire la condition de leur multiplicité et de notre liberté". --Denis Gombert

Présentation de l'éditeur

Elisabeth Badinter est notamment l’auteur d’Emilie, Emilie : l’ambition féminine au XVIIIe siècle, des Remontrances de Malhesherbes, de la série des Passions intellectuelles. Avec Robert Badinter, elle a écrit Condorcet. Un intellectuel en politique. Sur les relations hommes/femmes, elle a publié plusieurs ouvrages classiques, L’Amour en plus, L’un est l’autre et XY, De l’identité masculine.

Pour les femmes, quels sont les progrès réels accomplis depuis quinze ans ? Le discours féministe qui se fait le plus entendre aujourd’hui reflète-t-il la préoccupation de la majorité d’entre elles ? Quels paradigmes féminin et masculin cherche-t-il à promouvoir ? Quel modèle de sexualité veut-il imposer ?

« À en croire certains discours, il ne s’agit plus seulement de condamner les obsédés, les pervers. Le mal est bien plus profond et touche la moitié de l’humanité. C’est le principe même de virilité qui est mis en accusation. D’un côté Elle, impuissante et opprimée ; de l’autre Lui, violent, dominateur, exploiteur. Les voilà l’un et l’autre figés dans leur opposition. On prône ainsi un encadrement de plus en plus strict de la sexualité masculine qui atteint par ricochet celle des femmes. L’élargissement progressif de la notion de crime sexuel et la répression mise en place depuis quelques années dessine la carte d’un sexe légal, moral et sacralisé en opposition radicale avec la liberté sexuelle dont usent les nouvelles générations. En luttant aujourd’hui pour l’élargissement de la répression du crime sexuel à la prostitution et à la pornographie, le féminisme bien pensant n’hésite pas à faire alliance avec l’ordre moral le plus traditionnel. L’enjeu de la bataille est fondamental : il ne s’agit rien moins que de la redéfinition des rapports entre hommes et femmes, et de leurs libertés réciproques. Lutter contre la domination et les violences masculines est une nécessité ; mais vouloir aligner le masculin sur la féminité traditionnelle est une erreur, sinon une faute. L’Un est l’Autre, à condition que persistent l’Un et l’Autre. Parallèlement, la remise à l’honneur de la différence biologique entre hommes et femmes est-elle propice à l’émancipation de celles-ci ? À faire du biologique le critère distinctif des femmes, on justifie par avance la spécialisation des rôles que l’on s’est efforcée de combattre depuis plus de trente ans. On redonne ainsi vigueur aux vieux stéréotypes. Il est à craindre que les hommes aient tout à y gagner et les femmes beaucoup à y perdre. » E. B.

D’amalgames en régressions, un bilan sans concession du discours féministe.

Fin de l'article de presse

 

L'exécrable pudibonderie

A l'époque, peu après la sortie du livre, je constatais que l'analyse de madame Élisabeth BADINTER dérangeait plus particulièrement les associations [comme par exemple en France les ''chiennes de garde''] dont j'avais relevé à leur encontre leur incapacité soit à comprendre ou à admettre que les religions duelle pérennisent [institutionnalisent] la vision patriarcale des rapports entre hommes – femmes, l'oubli que des hommes comme des femmes se prostituent - [que l'ennemi c'est le proxénète et pour répondre à l'urgence de mise en sécurité des personnes  d'autoriser l'ouverture de maisons autogérées par les hommes et les femmes prostitués ]

Que la vision de la sexualité des hommes plus particulièrement par ce type d'association [''d'esprit peu française''] relevait ou ce rapprochait du discours du refoulement de la sexualité lecture à l'aune de l'autel de ce que les sociétés connaissent de pire, c'est à dire les idéologies pudibondes [totalitaires] qui ont ou sévissent encore aux État-Unis où en Angleterre où elles prirent corps – Idéologies qui dans l'actualité reflètent plus surement le projet politique des islamistes

Aussi nul n'est vraiment étonné que cette association [''chiennes de gardes''] est pris position contre le vote de la loi d'interdiction de la burqa – fort heureusement, elles auront aboyées en vain, la loi est passée...

 

Il est à noter que le mouvement qui combat le lait maternisé est parti des États Unis, des milieux pudibonds qui tentent de faire rentrer toutes les femmes à la maison sous le prétexte fallacieux qu'elles n'auraient pas d'autres aspirations que de devenir ''de bonnes mères'' allaitantes

Ce sujet est finement analysé dans '' le conflit, la femme et la mère ''  - Crab

 

Suite...

ÉMILIE du CHÂTELET

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/emilie-du-chatelet/

Le conflit la femme et la mère

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/le-conflit-la-femm...

 

La bombe à retardement

du curé d’Étrépigny

Je crois pouvoir dire que quand il n'y aurait, par exemple, que les fables d'Esope, elles sont certainement beaucoup plus ingénieuses et plus instructives, que ne le sont toutes ces grotesques et basses paraboles, qui sont rapportées dans les Evangiles - Jean Meslier
Testament

Extrait

[…/...] Récemment, le livre de Barbierato, Percorsi della miscredenza a Venezia fra Sei e Settecento, nous a montré, justement pour la période dans laquelle ont vécu Jean Meslier et ses paroissiens, qu’à Venise, les manifestations d’incrédulité et les critiques politiques de la religion et du clergé, étaient monnaie courante jusque dans les classes les plus basses, où elles pouvaient parfois prendre l’allure d’une critique sociale et politique, ce à quoi – remarquons-le – est en elle-même susceptible de conduire la thèse de l’imposture politique des religions. Il nous paraît important, du point de vue de l’histoire, de rendre la fameuse formule à une voix d’en bas, qu’elle soit réelle ou fictive. Ce passage frappant – le « vœu d’un vrai philosophe » dira Naigeon, nous permet ainsi de prendre acte du fait que le curé d’Étrépigny n’a pas élaboré sa pensée à travers ses seules lectures, mais aussi et avant tout, en s’appuyant sur ses expériences, sur des rencontres, sur un contact direct avec la réalité économique et sociale de la France du premier xviiie siècle, déjà pénétrée d’un esprit d’insoumission et de révolte, pour minoritaire et marginal qu’il fût, mais sans l’existence duquel, on peut gager que le curé rebelle n’aurait pu composer son œuvre et sans lequel surtout, par-delà Meslier, les bouleversements de la fin du siècle resteraient complètement incompréhensibles.

Suite et source

http://dossiersgrihl.revues.org/4526

Albert Einstein

athéisme,laïcité,religion,fanatiques

- Janvier 1954 - L’idée de Dieu est un "produit des faiblesses humaines", la Bible, "plutôt enfantine" (Albert Einstein)
Lettre d’Albert Einstein à Eric Gutkind

athéisme,laïcité,religion,fanatiques

Cette lettre d’Einstein écrite en 1954, un an avant sa mort, prouve une fois de plus qu’Einstein n’était pas un croyant religieux, idée qu'essaient de faire accroire les adeptes du surnaturel

Lettre manuscrite adressée au philosophe Eric Gutkind décrit l’idée de Dieu comme "le produit des faiblesses humaines" et la bible comme "plutôt enfantine", permet en outre de mettre au placard des faussaires toutes les tentatives de travestir l’illustre penseur avec les couleurs de la foi religieuse

Mais aussi

"Ce que vous avez lu sur mes convictions religieuses était un mensonge, bien sûr, un mensonge qui est répété systématiquement. Je ne crois pas en un Dieu personnel et je n’ai jamais dit le contraire de cela, je l’ai plutôt exprimé clairement. S’il y a quelque chose en moi que l’on puisse appeler "religieux" ce serait alors mon admiration sans bornes pour les structures de l’univers pour autant que notre science puisse le révéler."
(Albert Einstein / 1879-1955 / "Albert Einstein : le côté humain" édité par Helen Dukas et Banesh Hoffman, lettre du 24 mars 1954)

"Je ne peux pas imaginer un Dieu qui récompense et punit l'objet de sa création. Je ne peux pas me figurer un Dieu qui réglerait sa volonté sur l'expérience de la mienne. Je ne veux pas et je ne peux pas concevoir un être qui survivrait à la mort de son corps. Si de pareilles idées se développent en un esprit, je le juge faible, craintif et stupidement égoïste."
(Albert Einstein / 1879-1955 / Comment je vois le monde / 1934)

 

athéisme,laïcité,religion,fanatiques

HYPATIE

 

Hypatie de par sensibilité et ses actes serait représentative de ce que notre époque nommerait '' Les lumières '' - incroyante elle enseignait la philosophie et les sciences sans pratiquer aucune discrimination confessionnelle maintenait ainsi le principe du droit de penser qui avait fait les meilleures périodes de la civitas fondée sur un gouvernement civil laïque et le débat d'idée

Je dirais d'un pays ou prime le débat d'idées - qu'il est la civilisation -

Les racines de l'Europe ne sont pas Judéo-chrétienne ni islamiste mais grecques teintées d'un peu de la culture dû à la Rome antique

Notre langue, notre parler littéraire en ait la preuve la plus évidente, et c'est bien à la culture issue et développée  depuis l'antiquité grecque, à travers les siècles, que nous devons les lumières  - Crab

Suite

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/tu-aimeras-ton-pro...

Vidéo

http://crab.painter.free.fr/videos/1%20Hypatie_d_Alexandrie.flv

Ou sur

http://www.terre.tv/fr/protection-de-lenvironnement/repor...

 

Les racines de la France

ne sont pas chrétiennes, mais grecques

athéisme,laïcité,religion,fanatiques

Hellénisme

La grande dame, la liberté et la république:

hommage à Jacqueline de Romilly

Jacqueline de Romilly (1913-2010) nous a quittés le 18 décembre dernier, cette grande helléniste, haute figure de notre culture républicaine, qui a tant défendu la place de l’enseignement du grec comme porte d’accès à une culture générale dont les lettres classiques constituent un des piliers jamais démenti. On lui doit cet intérêt porté à la Grèce antique et à sa culture, non comme l’héritage d’une histoire arrêtée aux ruines d’une civilisation passée, mais comme une des clés de la compréhension du monde contemporain. Elle fut toujours animée d’une foi sans hésitation dans les valeurs universelles nées de ce berceau athénien de la démocratie où elle prenait à chaque instant sa respiration.

Lauréate du Concours général la première année où les filles pouvaient concourir puis, première femme élue au Collège de France (1973), elle devait accéder à la reconnaissance suprême de l’Académie française en en devenant membre (1988), seconde femme élue à y occuper un des sièges sacrés. Ce fut l’un des aboutissements d’un parcours exemplaire qui a fait de sa carrière de femme dans un monde d’hommes une très grande dame de notre République.

Elle ne nous parlait pas seulement de culture et d’histoire, mais de liberté !

Grande spécialiste du monde grec, c’est de liberté dont elle entendait nous parler, celle propre à cette invention émancipatrice du politique et de la citoyenneté, se synthétisant dans le gouvernement des hommes par les hommes, se fondant sur l’interchangeabilité des droits, la conscience d’un bien commun supérieur à tous les autres, l’homme mesure de toute chose. Elle n’avait de cesse d’attirer l’attention sur cet homme nouveau surgissant de l’histoire, l’homme grec : celui qui fait les lois auxquelles il obéit.

Elle luttait contre l’oubli d’un legs essentiel transmis depuis l’antiquité auquel notre modernité doit beaucoup, un oubli parfois entretenu vis-à-vis d’un vieux continent européen trop facilement identifié par certains à l’unique héritage judéo-chrétien. Elle a inscrit le travail d’une vie de transmission et de fructification d’un domaine dans le prolongement des inventeurs d’une civilisation qui a eu l’ambition de donner à l’homme la maîtrise de son destin, avec une forme de conscience qui demeure aux racines de la nôtre comme sa toile de fond.

Dans un contexte de relativisme culturel qui ne joue pas en faveur de la défense de cet acquis universel parfois incriminé hors propos d’ethnocentrisme, elle n’a cessé de rappeler que l’homme agent de son histoire est né en Grèce entre le VIIIe et le IVe siècle avant notre ère et nulle part ailleurs, comme un cadeau à destination de tous les peuples. Elle en interroge le mystère, sans cesse le secret de fabrication à travers un questionnement fondateur d’une démarche ouverte sur le sens de l’histoire : « Pourquoi la Grèce ? ».

Lorsqu’Œdipe, sous l’écriture du tragique grec Sophocle, nous dévoile le déterminisme de l’inconscient à travers la mise en scène prophétique d’un fils commettant sans le savoir ce qui apparait comme le crime suprême, l’inceste, pour mieux affirmer sa prohibition, on touche à une nouvelle humanité qui est incitée à prendre conscience d’elle-même, qui a à voir avec une nouvelle responsabilité de l’individu invité à anticiper sur les conséquences de ses actes. C’est l’émergence d’une notion de la responsabilité se référant à la loi commune, à cette capacité d’une société à savoir se corriger elle-même relativement à ce qu’elle définit comme son bien, telle que la démocratie le propose dans le gouvernement des affaires de la cité.

Freud lui-même, ce génial observateur de la complexité mentale de l’homme, ne s’y était pas trompé, en voyant au cœur de la culture grecque à travers le « complexe d’Œdipe » un des schémas explicatifs fondamentaux du développement de la personnalité et un des axiomes principaux de la psychanalyse. Certaines pulsions doivent être mises sous l’autorité de la loi et refoulées pour laisser place à l’action consciente de l’individu, c’est la condition de sa liberté, comme une nouvelle condition de l’homme s’émancipant à la fois des archaïsmes de l’instinct et d’une forme passée du religieux où la divinisation de la nature dominait la pensée. C’est le passage réussi de l’homme d’un temps biologique au temps psychologique. Il en découlera une démarche intellectuelle, philosophique, culturelle et scientifique qui donnera à la raison ses lettres de noblesse, d’Homère à Eschyle, de Sappho à Aristote.

La culture grecque : l’égalité et la raison bien de l’humanité

Dès l’Iliade, on voit l’égalité commencer à s’imposer comme nouvelle valeur collective. Agamemnon est le roi suprême à la tête de l’expédition de Troie pour reprendre la Belle Hélène, qui est l’épouse de son frère Ménélas, à Pâris qui l’a enlevée. Il croit bon, en raison de sa position royale qu’il pense au-dessus du commun, de prendre à Achille Briséis, sa concubine, pour son bon plaisir et déclenche ainsi la colère du héros qui se retire de la bataille, thème principal de l’Epopée. Agamemnon sera en définitive contraint de la lui rendre, de renoncer à sa démesure face au risque de perdre la guerre et la face si Achille ne revient pas au combat, jusqu’à même devoir publiquement se déjuger, sous la pression de son camp avec le soutien des dieux. Agamemnon doit, comme tout autre, se soumettre à la loi commune qui rejette la démesure, fut-elle celle d’un grand roi, face à l’intérêt commun. S’imposait en reflet dans la société d’alors l’effacement de la royauté à la faveur d’une aristocratie des égaux, l’indication d’un nouveau chemin. C’était le début d’une nouvelle histoire de l’homme qui fera passer, non sans crises sociales animées par la revendication de l’élargissement de cette égalité à tous, le pouvoir des mains des rois dans celles des peuples

Comment ne pas voir une révolution en marche à travers cette comédie d’Aristophane, Lysistrata, où pour la première fois les femmes, par-delà l’exclusion de la citoyenneté dont elles furent victimes dans la cité, se voient donné tout le pouvoir par la mise en scène d’une grève du sexe qu’elles opposent aux hommes afin de les contraindre à arrêter de se faire la guerre. Dans une œuvre artistique, un pouvoir leur était alors conféré sur la destinée collective, sans précédent dans l’histoire, qui augurait de futures transformations dans la réalité retentissantes concernant les rapports hommes-femmes… L’égalité entre les sexes ne put sans aucun doute jamais être posée, sans cette révolution de la pensée grecque.

Jacqueline de Romilly avait ô combien raison de nous ramener ainsi vers la Grèce antique, qui inventa la démocratie mais aussi le théâtre avec sa tragédie et sa comédie, le droit public et l’alphabet à l’origine du nôtre, la philosophie sous les traits de la raison, l’art comme expression de l’artiste et non du magico-religieux, la justice collective avec ses jurys populaires qui faisait sortir les hommes de la logique brutale d’« œil pour œil, dent pour dent ».

La modernité républicaine prend source à la pensée de Périclès

Rendre hommage à cette grande dame, c’est d’abord et avant tout poursuivre l’œuvre engagée, de défense et de diffusion de l’hellénisme, une forme de pensée et de culture dérivant d’un tournant radical dans l’histoire : la civilisation grecque comme nouveau point de départ, comme nouveau paradigme d’un temps qui s’écoule jusqu’à nous et au-delà.

La mètis des grecs (les ruses de l’intelligence) nous en offre certaines des plus belles manifestations : De l’ingénieux Ulysse, crevant l’œil du cyclope pour retrouver sa liberté tout en se rendant invisible à sa vengeance à se donner comme nom « Personne » plutôt que de se dire roi d’Ithaque, indiquant par là une désacralisation de la fonction royale, à celui du piège du cheval de Troie, offrande faite à l’ennemi qui va par démesure l’accepter pour qu’elle le détruise, comme la métaphore de la nouvelle place donnée au passé avec lequel il s’opère une rupture sans retour simultanément qu’il en est pris possession à travers une nouvelle forme de conscience du temps, tout nous montre ici que la modernité des anciens a encore et encore à nous en apprendre pour aller plus loin de l’avant.

La pensée grecque a inspiré les humanistes de la renaissance, irrigué la pensée des Lumières et la Révolution française, les grands principes sur lesquels se fonde notre modernité républicaine. Un de ces bouleversements de la réalité porteurs de changements dans la façon même de poser les problèmes.

Jacqueline de Romilly a fait sa thèse de doctorat sur « Thucydide et l’impérialisme athénien », sur celui qui fut le premier historien de l’histoire après les prémices d’Hérodote, il n’y a là aucun hasard. La plus belle des références à lui faire est sans doute cette Oraison funèbre prononcée par Périclès, s’il faut en croire Thucydide précisément qui la rapporte dans son récit prenant pour objet « La guerre du Péloponnèse », qui nous donne toute la hauteur de cette culture en héritage : « Notre régime politique ne se propose pas pour modèle les lois d’autrui, et nous sommes nous-mêmes des exemples plutôt que des imitateurs. Pour le nom, comme les choses dépendent non pas du petit nombre mais de la majorité, c’est une démocratie. S’agit-il de ce qui revient à chacun ? La loi, elle, fait à tous, pour leurs différents privés, la part égale, tandis que pour les titres, si l’on se distingue en quelque domaine, ce n’est pas l’appartenance à une catégorie, mais le mérite, qui vous fait accéder aux honneurs. (…) Nous pratiquons la liberté non seulement dans notre conduite d’ordre politique, mais pour tout ce qui est suspicion réciproque dans la vie quotidienne ; nous n’avons pas de colère envers notre prochain, s’il agit à sa fantaisie, et nous ne recourons pas à des vexations qui, même sans causer de dommages, se présentent au dehors comme blessante.” (« Les plus beaux textes d’Homère à Origène », sous la direction de Jacqueline de Romilly, de l’Académie française, Danielle Jouanna, Simina Noïca, Bayard, Les Belles Lettres, 2003). Cette évocation de la démocratie et cette fine psychologie qui s’attache au respect des sentiments humains sont révélatrices d’acquisitions mentales qui ont, à cet endroit, éclatées au grand jour et valent pour nous, sur le mode intemporel.

Voilà des idées propres à une démarche emprunte d’humanité, que Jacqueline de Romilly n’a cessé de porter, pour tenter qu’elles ne puissent échapper au moindre des citoyens. Un sens de l’humanité sorti de l’histoire dont les valeurs et les idées sont toujours dans l’actualité, surtout si on a à l’esprit les remises en cause actuelles des valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité, au nom du droit à la différence confinant à la différence des droits, du communautarisme encouragé par le clientélisme politique, d’un retour radical du religieux et du patriarcat déniant aux femmes qu’elles puissent être les égales de l’homme ! Précisément, la conquête de l’égalité des droits entre les sexes ne fit pas l’économie, en regard de la tradition et de la religion, de hautes luttes pour s’imposer, passant par des exemples de femmes comme Jacqueline de Romilly qui, sans en avoir l’air et sans s’en être réclamée, sans en faire non plus le combat d’un genre contre un autre, a voulu œuvrer simplement au nom du bien de tous.

Une grande dame, symbole républicain d’émancipation : après l’Académie, le Panthéon !

L’égalité républicaine incluant les femmes a pu et su ainsi synthétiser, la modernité grecque qui les excluait du politique, l’histoire avançant souvent d’un pas à la fois, avec les avancées contemporaines des libertés individuelles, des libertés publiques, de la démocratie et de la laïcité portant l’intérêt général au dessus des différences et des religions, avec aussi la dimension sociale de la République jouant un rôle si essentiel en faveur de la solidarité de la nation. L’émancipation des femmes, ce mouvement révolutionnaire qui constitue à part entière une histoire dans l’histoire qui a encore bien du champ devant elle à l’échelle de notre planète, a été et reste porteuse d’émancipation pour toute la société, pour toute l’humanité, à quoi a formidablement contribué à sa façon, la « grande dame » dont nous parlons.

Gardons de Jacqueline de Romilly ces quelques mots en ouverture d’un petit ouvrage de poche qu’elle écrivit « la Grèce antique à la découverte de la liberté » (Editions de Fallois, 1989) pour faire partager sa passion de l’hellénisme : « L’idée de la liberté nous vient de Grèce, où elle a été découverte et proclamée avec force, pour la première fois et de façon durable. » Des lignes qu’on ne se lasse pas de relire, écrites d’une main ferme et d’une pensée qui voit loin, qui font partie de notre patrimoine commun le plus vivant. Elle pourrait mériter le Panthéon. - Guylain Chevrier, Docteur en histoire -

Source

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/l-...

Darwin disait ; '' les idées comme les espèces sont appelées à disparaitre '' - fin d'une juste remarque

[ C'est bien là ce qui fait la différence, l'évolution est un fait et non une idée ni une croyance, ni une espèce – Crab - ]   

Pour mettre fin à la rumeur

Il est bien de rappeler qu'aucune guerre civile ou autre dans toute l'histoire de l'humanité ne fut jamais déclenchée au nom de l'athéisme

Hitler était athée, rien ne permet de l'affirmer et les pourceaux d'Épicure d'ajouter, que la guerre faite à l'Europe par les nazies était une guerre de l'athéisme

C'est revisiter cette période par la négation de l'histoire de la persécution des juifs durant des siècles et des siècles par la chrétienté...et de l'impact sur la mentalité de nombreux croyants

Quelles raisons, à ces époques tragiques, feraient qu'un incroyant haïsse les juifs ?

Avez-vous entendu parlez de prières anti-juives de la part d'incroyants ?

[ Même pas envie de rire ]

Suite

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2011/05/04/2011-l-encyclopedie.html

 

 

 

 

 

 

15/08/2010

0 ''Rumeur''

 

Rumeur.jpeg

''Guerres Athée?''

En réponse à quelques lecteurs croyants et adeptes d'une confession dont le but est de tenter de minimiser les guerres de religions du passé et celles dans l'actualité encours, sans le moindre scrupule inventent de prétendues guerres athées qui n'ont bien évidemment jamais existé

Dans toute l'histoire de l'humanité, jamais une seule guerre [ ni même civile] n'a été déclarée au nom de l'athéisme

L'incroyance au contraire des religions se fonde sur toute philosophie qui ne matérialise pas la volonté de domination – ce qui exclue toute hiérarchisation artificielle [culte de la personnalité, culte d'un dieu, soumission à une idéologie]

Parler de guerre athées est une aberration, une rumeur que tentent de répandre les religieux mis à mal par les pathologies que ne manquent pas de générer les religions

Tous les criminels de guerre ou fauteurs de crimes contre l'humanité ont été ''éduqués'' dans une religion

Staline de son vrai nom Joseph Vissarionovitch Djougachvili est né le 21 décembre 1879 en Géorgie. Staline poursuit ses études jusqu'en 1898 avec succès. Ses examens réussis, Staline entre au séminaire de Tbilissi. Là-bas, il suit divers cours, dont la lecture des textes saints, religion, droit Expulsé pour absence à un examen, Staline commence alors sa carrière de révolutionnaire

Hitler avait reçut une éducation catholique – et dans les villages durant près de deux siècles l'on racontait [en Allemagne] que les juifs enlevaient les enfants de chrétiens et faisaient leur rituels avec leur sang

Dans les deux cas ces ignobles personnages avaient été formaté dans des croyances ou des idées reçues...

La constitution de l'idéologie nazie ou d'une manière générale l'antisémitisme, n'a pas d'autres origines que les prières catholiques anti-juives rabâchées dans les lieux de cultes durant plusieurs siècles

Sauf erreur de ma part les incroyants ne prient pas...[ rire si possible ]

Depuis peu le conflit israélo-palestinien sert de prétexte antisémite à une majorité de musulmans en France et ailleurs

[ Tous les arabes ne sont ni croyants, ni tous musulman ]

Athée c'est continuer de penser - donc c'est le débat d'idées et recherches qui en sont sont la seule dynamique – l'athéisme n'a rien à voir avec les idéologies, puisque c'est la critique théorique de toute théorie qui constitue le socle même de l'incroyance

L'être humain n'est pas au - dessus de la nature: il est la nature et en même temps une petite partie de la nature

Il n'y a pas de ciel - ni de haut ni de bas - depuis notre positionnement dans l' univers, aussi loin et aussi longtemps qu'on voyagerait, nous reviendrions exactement à notre point de départ

Crab 15 Août 2010

SUITE

Les religions duelle et la double morale

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/07/01...



13:58 Publié dans 0''Rumeur'' | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : religion, femme |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer |

19/07/2010

Brève du lundi 12 juillet 2010

 

breve 2010.jpg

Peinture acrylique - Détail - Crab -

Burqa,

sur agoravox le samedi 10 juillet 2010

Regard d'un Algérien de Londres sur l'islam en France

http://www.agoravox.tv/actualites/societe/article/regard-d-un-algerien-de-londres-26945



Cette interwieve est l'exemple même d'une tentative de désinformation


En résumé cet algérien, prétend que vouloir légiférer sur la burqa c'est se mettre au même niveau que les talibans qui eux l'imposent...

Ce qui revient à prendre position contre une loi d'interdiction...


Tenter de noyer le poisson, une méthode employé fréquemment [comme le fait ce type] par n'importe quel chantre du relativisme culturel

Consiste donc en finalité, à tenter de faire oublier l'idéologie crasseuse [patriarcale] sexiste, phallocrate symbolisée par le port de n'importe lequel des voiles


Et surtout de masquer que le véritable objet d'une loi d'interdiction, c'est d'empêcher des adultes d'affubler des fillettes d'un de ces mortifères linceuls - mais aussi de ne pas permettre à un clan [ou un mari] de l'imposer aux femmes - c'est en ce sens que dès le départ il aurait fallut interdire tous les voiles islamiques


Songer à toutes ses fillettes, adolescentes, jeunes femmes qui se livrent [en travaillant beaucoup] à toutes sortes d'activités de gymnastiques [pour certaines inovantes et artistiques], à la danse ou autres modes d'expressions du corps face aux provocations débiles, infantiles, de ces groupes sortis tout droit de la plus antique des barbaries, tous porteurs d'une idéologie masculine [rédigée par des hommes pour les hommes] issue de la pire des religions duelle [coranique]


Il faut mettre un terme à de tels agissements, oser dire et rappeler par la loi que les valeurs de la démocratie ne sont pas négociables


Suite

MYTHES (des) ; et des idées reçues....


Les nouveaux capons de la République
«Je ne partage pas vos idées mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous puissiez les exprimer»(traduction)
Source: citation faussement attribuée à Voltaire par Evelyn Beatrice Hall - 1906

Lire la suite sur

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/mythes-des-et-des-idees-recues/


Crab





04/07/2010

Réel - Réalité

 

Chirico_Osaka01s3200.jpg

Chirico Osaka

Réel - Réalité


Surréalisme

Selon André BRETON « automatisme psychique pur, par lequel on se propose d'exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. .. [Manifeste]

C'est une forme d'expression intéressante, passionnante, mais je considère pas pour autant qu'elle reflète le réel fonctionnement de la pensée en l'absence de tout contrôle exercé par la raison, sinon ''c'est une loi de la nature générale''

Remarque

J'apprécie les œuvres d'arts des sur-réalistes, cependant je ne partage pas en totalité ou aveuglément la place qu'ils confère à la politique ni quand par principe ils considèrent exclusivement que certaines formes d'associations sont supérieures à d'autres

Le rêve est une donnée essentielle de la création artistique

La négation de la création à toutes époques aura toujours été la représentation* ou l'anecdote*...

*-* [portrait de machin – pot de fleurs – descente de croix – bataille dans la plaine de truc machin-chouette]

Le rêve échappe à la réalité

Il m'arrive de peindre - pendant la constitution de mon ouvrage, par moment ce n'est plus ''vraiment moi'', c'est mon pinceau ''qui décide'' d'une suite- certainement la conjugaison d'une part qui revient à «mon inconscient» et d'une part due au hasard

Le rendu

Expression de l'inconscient car une idée est parfois impromptue où n'est pas toujours la résultante d'une démarche raisonnée et s'y ajoute le hasard que l'on définit, du moins c'est le rôle qu'on lui attribue, des associations fortuites...

C'est en cela que l'on peut parler d'une rupture d'avec la réalité et le réel c'est la place accordée au rêve éveillé et à l'inconscient dans cette démarche

Mais j'ajouterais [pour anecdote] que certaine de mes idées, je les ais rêvées, la nuit, au cours de mon sommeil tout heureux en me levant de pouvoir les noter su un coin de papier

Ineptie

Ce n'est pas un rejet de toutes les constructions logiques, comme le prétendent ''les détenteurs [comme les religieux] de vérités absolues [religieux]'' - mais une des nombreuses formes d'expression de l'Art [de la vie – de la nature] où la spiritualité, c'est à dire la vie de l'esprit se manifeste, s'échappe à la réalité

Le terme sur-réaliste, in fine, nomme une forme d'expression qui dépasse le réalisme

Réel

Le surréalisme participe à cette union du réel et de l'imaginaire; n'est-ce pas là une réalité qui anime notre quotidien?

Le surréalisme en tant qu'activité de l'esprit poétique est bien le [notre] réel

A travers ses créations le sur-réalisme montrent que ce réel n'est pas similaire, à titre d'exemple, à un nombre associé à une longueur ou à une grandeur physique – Un réel propre à la nature humaine, ignore la réalité [enfin ceux d'entre nous qui en sont conscient] cette réalité [construction] que tentent d'imposer des philosophes de l'utile, les philosophes du pouvoir, chantre des religions duelle*

Réalité conventuelle ou circonstancielle

Marc-Aurèle disait «Les dogmes ne sont que des Idées» - DARWIN disait que les religions sont des idées et que toutes les idées, comme beaucoup d'espèces sont appelées à disparaître

Intégrer la vie de l'esprit, c'est établir un lien entre le réel et la réalité, faire vivre les idées et non pas rester figé dans un dogme donne tout son sens à être en rapport avec le réel

Captif ou capturé

Qui est ou reste ''volontairement'' captif dans la caverne*, celui qui n'a d'autre réalité que de se définir à partir du seul endoctrinement [chrétien ou musulman, par exemple] qu'il a subi dès la prime enfance [la tête rendue immobile - carrée] ou celui à la tête ronde [non endoctriné ou sorti de l'endoctrinement] qui estime que l'aventure de la pensée n'en est qu'à ses débuts?

Crab 04 Juillet 2010

* Les philosophes constructeurs de mythes au service ou pour servir le pouvoir

* La République, Livre Vll, 514a-515e: Probablement une idée de Socrate reprise par Platon; ...si on le forçait en outre à porter ses regards du côté de la lumière elle-même, ne penses-tu pas qu'il souffrirait des yeux, que, tournant le dos, il fuirait vers ces autres choses qu'il est capable de regarder, qu'il leur attribuerait une réalité plus certaine qu'à celles qu'on lui désigne ?

Lire en suivant

Le monothéiste et l’Araignée

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/51-conte-le-monotheiste-et-l-araignee/

 

 

01/07/2010

Les religions duelle et la double morale

Les religions duelle et la double morale


Don Juan

La_femme_assise_sur_la_Bete_3.jpg

La femme assise sur une bête écarlate

La singularité du discours

de Don Juan

face au

discours amoureux courtois

Le séducteur mythique créé par Tirso de Molina* [1630]. Il sera repris et recréé par de nombreux écrivains dont Molière, [Lorenzo Da Ponte - auteur du livret Don Giovani pour Mozart], Byron, Hoffmann, Musset, Mérimée et Dumas

«Don Juan vit dans la jouissance de l’instant présent et s’impose comme l’individu s’opposant a la construction masculine et anthropomorphique du Dieu [censé l’avoir créé] et surtout la moraline des religions duelle

Scandale, Don Juan incarne la puissance du désir érotique en s’opposant à la moraline chrétienne qui exige que le mariage précède et encadre la satisfaction de ce désir

Don Juan représente la toute-puissance de l’individu face non seulement à toute oppression mais plus encore face à toute forme d’autorité, qu’elle soit dite d'origine divine ou moraline comme celles dites ''des codes impératifs'' ou encore dites ''des codes de l'infamie''

Molière [dont j'apprécie la plupart de ses comédies] néanmoins de mon point de vue fera là un faux pas en transformant Don Juan en un libertin athée, grand seigneur hypocrite»

Cette fin ou déchéance de Don Juan, expression de la soumission, n'était pas faite cette fois pour déplaire à la hiérarchie religieuse applaudissant en clôture de la pièce une fin à la moraline [bien chrétienne]

Mais chacun sait ou se souviendra que sous Louis XIV, seul Jean de la Fontaine avait refusé d'être pensionné par le roi – Nuance de taille explicite, mais qui permet de mieux comprendre pourquoi Jean de la Fontaine qui avait le soutien [financier] de la lavandière jusqu'à la plus lettrée des aristocrates était lui populaire, totalement indépendant d'esprit...

Comme la femme [mère des impudiques] assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphèmes – LUI - Don Juan est l'anti-prince charmant, fidèle à lui même, il obéit à son corps

Mozart dans son interprétation du mythe, finement laissera planer le doute, en suspend malicieusement non sans rappeler l'esprit de son immense conte philosophique ''La flûte enchantée''

Don Juan de Mozart et [Carmen – dans l'opéra de Bizet] sont deux êtres insoumis – difficile à admettre pour tous ceux qui ont bricolé un ''Don Juan Chrétien'' pour en faire un épouvantail à l'usage des jeunes générations de fillettes

Je suis sûr que Tirso de Molina, s'il était encore physiquement parmi nous se moquerait des tentatives de tous ses pourceaux d'Épicure

 

Rirait bien de tous ceux des auteurs, interprètes après lui ou dans l'actualité s'acharnent à défigurer son oeuvre et notamment par le biais d'un Don Juan de Mozart '' et tentent vainement ''de remettre de l'amour'' dans une nature humaine qui ne connait pas de loi

Crab - 01 Juillet 2010

 

Pavarotti and Sheryl Crow "La Ci Darem La Mano" 1996

http://www.youtube.com/watch?v=P627lL09hw

ou sur :

http://crab.painter.free.fr/videos/Pavarotti_La_Ci_Darem_La_Mano.flv

KLINT.jpg

Klimt

Notes

* La première version du mythe: « un personnage empli d’une sensualité souveraine »

La première version du mythe qui développe pleinement les caractéristiques du personnage est l’œuvre de Tirso de Molina,
El burlador de Sevilla y Convidado de Piedra, paru en 1630. Don Juan est défini par cette œuvre comme un personnage défiant les autorités et la société de son temps en refusant de se soumettre aux codes moraux qui sévissent alors et en remettant à plus tard son repentir. Personnage empli d’une sensualité souveraine, non pas athée mais peu intéressé par la religion catholique, il poursuit et trompe de nombreuses femmes avant de se repentir devant les flammes de l’enfer. Il symbolise un déchaînement érotique qui s’oppose au discours galant de l’amoureux transi. Beryl Schlossman, dans son article « Disappearing Acts: Style, Seduction, and Performance in Dom Juan », souligne la singularité du discours de Don Juan face au discours amoureux courtois: « In Tirso’s play, an idiom of literal and unmediated eroticism infiltrates the refined conceits of love. »1À ce discours spécifique qui caractérise Don Juan l’auteur ajoute les principales caractéristiques développées par Tirso dans son œuvre :

He [Don Juan] is distinguished by his success, his sadism, and his sexual punishment of women, rendered inseparable from the ambiguities of jouissance in Tirso’s representation. These elements of Tirso’s first scene form the background of the tradition. […] Tirso sets the masculine against the feminine; he portrays love as a battlefield of desire against marriage. […] Don Juan figures the importunity of desire, its refusal to be domesticated in the house of marriage, and its inherent transgression. Tirso describes the figure of desire with the name of Lucifer.2

Don_Giovanni_Stara_Zagora_Finale_Primo.jpg

Hier soir 05 Juillet 2010

Aix sous la neige.jpg

Aix en Provence -sous la neige -

Hier à AIX

Conspué par une partie du public cette version [diffusé par arte, hier soir 05 Juillet 2010], hier à Aix de Don Giovanni de Mozart – pour certains sous le mauvais prétexte que cet opéra ne peut être joué avec des acteurs – actrices – habillés de vêtements contemporains à notre époque...en réalité, sur le fond je pense qu'il y aurait encore des gens parmi eux pour porter au pinacle un Salieri vénal et brûler Mozart sur le bucher - mais voilà la musique – celle qui traverse les siècles ne se vit pas avec plusieurs temps de retard

Mozart fait basculer la musique classique dans le baroque, et ce n'est sans doute pas dû au hasard si la majorité de ses détracteurs lui oppose systématiquement Bach...alors que beaucoup d'œuvres de Bach sont répétitives et sont linéaires contrairement à Mozart qui lui justement innovait en permanence

D'une époque, ou d'une représentation à l'autre à l'autre, pour ces oreilles là , au-delà de la musique c'est le fond qui les accablent, tous les biais sont bons et en l'occurrence c'est bien commode ''d'expédier en enfer '' le metteur en scène, de lui faire subir le sort de Don Giovanni – c'est ce que l'on définit sans nul doute par la charité chrétienne

Il se disait Don Giovanni amoureux de chaque femme; parole sacrilège, blasphème suprême, pour une bonne société l'accusant de duplicité...

Les différence dans la mise scène d'une création à l'autre est un bien pour l'Art lyrique en général...

Cependant je n'ai pas apprécié interrompus les récitatifs par d'intempestifs baisser de rideau, le bavardage parfois douteux ou excessif inséré dans chaque scène

Ni les successifs avant chaque levé de rideau, plutôt mal venus, les panneaux sous titrés, loin d'être un clin d'œil au cinéma muet sont tout simplement un anachronisme par rapport aux bons moments de modernités de la mise en scène – l'effet sans doute espéré de contraste est mal inspiré...

Particulièrement je retiens quatre scènes majeures que l'on peut qualifier de rée-création

Donna Anna illumine la scène d'un visage aux yeux rieurs, expression d'une forme d'auto-défense en rapport avec la force de la confusion de ses sentiments - du désarroi qui l'anime tragique

Dans ses yeux rieurs s'y mêlent de façon éclatante le jeu du reproche, de la fascination, du plaisir rappelé et ré-demandé - c'est un tour de force

Don Juan -kerstin-aveno - bo-skovhus.jpg

La Ci Darem La Mano - AFP/VINCENT BEAUME

Kerstin Aveno et Bo Skovhus - le 06 juin 2010 -

La deuxième scène

Kerstin Aveno et Bo Skovhus - La Ci Darem La Mano - moment inoubliable , sans égale au théâtre auparavant [du moins à ma connaissance] où les deux comédiens rendent compte du plus profond de l'être [hors la loi] l'attirance irrésistible de deux corps

La troisième scène

Un ''impensable'' rôle d'une hystérique Donna Anna - magistralement interprété...

Dernière scène

Le final- la souffrance de cet homme, Don Giovanni ''seul contre tous'', je pourrais écrire ''seul contre la moraline infantilisant de la médiocre et peu spirituelle famille chrétienne'' n'est pas dans le jeu de l'acteur si bien interprétée que cela...en dessous, car d'un ''expressionnisme'' excessif

 

Ci-dessous

La scène du banquet avec le Commandeur (au second plan) et Don Giovanni (sur la table)

 

Don Juan 2.jpg
Un satisfecit, et un grand merci à l'Orchestre baroque de Fribourg sous la direction de Louis Langrée pour la qualité, l'extrême somptuosité des sonorités dont il nous a gratifié dans l'excellence d'un orchestre de musiciens jouant d'instruments de l'époque de Mozart

Crab 06 Juillet 2010

Notes

 

Mozart : Don Giovanni - Festival D'aix-en-provence 2010

Dates : du Jeudi 1er au 20 juillet 2010


Lieu : THEATRE DE L'ARCHEVECHE (Aix En Provence 13100)


Don Giovanni de Wolfgang Amadeus Mozart

Spectacle en italien surtitré en français
Durée : 3h05 entracte compris

Dramma giocoso in due atti, KV 527
Livret de Lorenzo da Ponte Direction musicale : Louis Langrée, Andreas Spering (18 et 20 juillet)
Mise en scène, scénographie : Dmitri Tcherniakov

Don Giovanni : Bo Skovhus
Leporello : Kyle Ketelsen
Masetto : David Bizic
Don Ottavio : Colin Balzer
Donna Anna : Marlis Petersen
Donna Elvira : Kristine Opolais
Zerlina : Kerstin Avemo
Il Commendatore : Anatoli Kotscherga

Choeur : English Voices
Chef de choeur : Tim Brown

Orchestre : Freiburger Barockorchester

Citation

Acte I

Le jardin de la maison de Donna Anna, la nuit.
Leporello monte la garde devant la maison dans laquelle Don Giovanni s'est introduit afin de séduire Donna Anna, la fiancée d'Ottavio (Introduction « Notte e giorno faticar »). Soudain, Donna Anna apparaît avec Don Giovanni. Elle veut savoir qui il est et appelle à l'aide ; lorsque le Commandeur survient, il provoque l'agresseur en duel. Il est frappé à mort par Don Giovanni (« Ah ! Soccorso ! »), qui prend la fuite sans avoir été reconnu. Donna Anna est choquée, et Don Ottavio jure vengeance (Récitatif « Ma qual mai » et Duo « Fuggi, crudele, fuggi ! »).

Une rue près d'une auberge à l'aube.
Don Giovanni et Leporello arrivent (Récitatif « Orsù, spicciati presto »). Donna Elvira, qu'il a séduite puis abandonnée, apparaît. Don Giovanni ne la reconnaît pas et essaie de lier connaissance (Trio « Ah, chi mi dice mai » et récitatif « Stelle ! che vedo ? »). Lorsque Don Giovanni la reconnaît, il s'esquive, la laissant avec Leporello, qui essaie de la consoler en lui présentant la liste des conquêtes de son maître (Air « Madamina, il catalogo è questo »). Elvira fait vœu de vengeance (Récitatif et air « In questa forma »).

La campagne, le matin.
Une procession de villageois qui préparent le mariage de Masetto et Zerlina apparaît (Duo et chœur « Giovinette che fate all'amore »). Don Giovanni remarque Zerlina, qui lui plaît, et se débarrasse du fiancé jaloux, Masetto (Récitatif « La Zerlina senza me non può star » et air « Ho capito »). Dès que Don Giovanni est seul avec Zerlina, il commence à la séduire (Récitatif « Alfin siam liberati » et duo « Là ci darem la mano »).

Donna Elvira les rejoint et emmène Zerlina juste avant qu'elle ne cède (Air « Ah, fuggi il traditor »). Don Giovanni rencontre alors Anna et Ottavio. Donna Elvira, de retour, les met en garde contre celui qui l'a abandonnée (Quatuor « Non ti fidar »). Don Giovanni répond à ses reproches en essayant de la faire passer pour folle, sans arriver à convaincre ses interlocuteurs. Après son départ, Anna pense avoir reconnu en Don Giovanni le meurtrier de son père, et raconte l'agression à Ottavio qui décide de la venger (Récitatif « Don Ottavio, son morta ! » et air « Or sai chi l'onore »). Leporello informe Don Giovanni que les invités pour le mariage sont arrivés, qu'il a réussi à occuper Masetto, mais que le retour de Zerlina a tout gâché. Il a réussi à se débarrasser d'Elvira. Don Giovanni est extrêmement insouciant et joyeux (Air « Finch' han dal vino »). Il retourne au palais.

Le jardin de la maison de Don Giovanni.
Zerlina suit Masetto et essaie d'apaiser sa jalousie (Récitatif et air « Batti, batti, o bel Masetto »). Don Giovanni les invite tous les deux au bal. Leporello invite aussi Elvira, Ottavio et Anna, masqués (Sextuor « Bisogna aver coraggio »).

Une salle de bal chez Don Giovanni.
Trois airs de danse se succèdent : menuet, contre-danse, et danse allemande. Don Giovanni entraîne Zerlina à l'extérieur, tandis que Leporello attire l'attention de Masetto. Lorsque Zerlina crie à l'aide, Don Giovanni joue la comédie en poussant Leporello de son épée, et l'accuse d'avoir voulu séduire Zerlina. Personne ne le croit, et la foule l'encercle, mais il réussit à s'enfuir.

Acte II

Une rue, la nuit.
Leporello veut quitter son maître, mais Don Giovanni le convainc de rester et échange ses vêtements avec lui (Duo : « Va, che sei matto »). Elvira apparaît à son balcon (Trio « Ah taci, ingiusto core ! ») et Leporello, déguisé, lui chante une déclaration d'amour. Elle le prend pour Don Giovanni et part avec lui. Don Giovanni chante alors une sérénade à la camériste d'Elvira (Air « Deh vieni alla finestra »).

Surpris par Masetto et ses amis, le faux Leporello envoie les paysans à la recherche de Don Giovanni, puis bat Masetto avant de se sauver (Récitatif et air « Metà di voi qua vadano »). Zerlina trouve Masetto et le console (Air « Vedrai, carino, se sei buonino »).

Devant la maison de Donna Anna.
Elvira et Leporello sont rejoints par Ottavio, Anna, Masetto et Zerlina, qui veulent tuer le pseudo-Don Giovanni (Sextuor « Sola, Sola in buio loco »). Elvira implore leur pitié, et Leporello se démasque. Il demande pitié (Air « Ah, pietà ! »), et réussit finalement à s'enfuir. Ottavio voit dans ces événements la preuve que Don Giovanni est bien l'assassin du Commandeur, et promet de le venger (Air « Il mio tesoro intanto »). Restée seule, Elvira admet qu'elle aime encore Don Giovanni et renonce à la vengeance (Air « In quali eccessi »).

Un cimetière, la nuit.
Leporello raconte les récents évènements à Don Giovanni, qui rit aux éclats. Une voix provenant d'une statue lui demande de laisser les morts en paix. Sur ordre de Don Giovanni, Leporello lit l'inscription à la base de la statue : « Dans ma tombe, j'attends ma vengeance ». Le valet tremble de peur, mais son maître le force à inviter la statue à dîner (Duo « O statua gentillissima »). La statue hoche la tête et répond « Oui ».

La chambre sombre de Donna Anna.
Donna Anna demande à Don Ottavio de repousser leur mariage, ce qui l'afflige profondément (Air « Crudele »). Peu à peu, elle s'apaise et lui confirme son amour.

Une salle à manger, chez Don Giovanni
Don Giovanni commence son repas, pendant que les musiciens interprètent des airs d'opéra (Finale « Già la mensa »). Elvira entre, et essaie de convaincre Don Giovanni de se repentir (« L'ultima prova »). Mais ce dernier se rit d'elle (« Vivan le femmine »). En partant, Elvira pousse un cri de terreur. Leporello va voir ce qui se passe et hurle à son tour, car il a vu la statue du Commandeur qui s'approche, et frappe à la porte. Comme son valet refuse d'ouvrir, Don Giovanni s'en charge. Le Commandeur entre (« Don Giovanni, a cenar teco »), mais refuse de s'asseoir à table. Il invite Don Giovanni à dîner, et ce dernier accepte et lui serre la main. La statue lui demande alors de se repentir, mais Don Giovanni refuse. Le Commandeur se retire et Don Giovanni est englouti par les flammes de l'enfer.

Tous les autres personnages entrent, et Leporello leur apprend ce qui vient de se passer. Anna consent à épouser Ottavio après le deuil de son père. Elvira décide de se retirer dans un couvent. Zerlina et Masetto vont se marier, tandis que Leporello veut trouver un meilleur maître (Final : « Questo è il fin »).

Source : fr.wikipedia.org/wiki/Don_Giovanni

 

Suites :

Cléopâtre

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/0-2011-cleopatre/

 

DÉESSES

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/le-prince-charmant/

 

 

29/06/2010

DÉMOCRITE - PIRRHON - PLATON - SARKOSY

 

Rodin_le_penseur.jpg

 

DÉMOCRITE - PIRRHON - PLATON

et

SARKOZY

 

Platon c'est l'édile [édile au sens de la Rome antique] de la pensée unique – soit une seule manière ''d'enseigner le monde'' – ce que l'on définit par l'idéalisme platonicien et chrétien

Mais ce qui est symétrique chez les intervenants de la pensée unique, c'est une constante - la prétention de considérer qu'ils ne peuvent pas être compris, car sont ils seraient dépositaires d'une langue que naturellement tous ceux qui vivent autrement que dans l'illusion – tous ceux qui refusent de se laisser capturer dans la pensée unique ou de se plier à toute hiérarchie artificielle sont donc déclarés incapable de comprendre où dans l'impossibilité de traduire une langue ''qui n'est pas de leur niveau''

 

C'est facile et c'est vivre dans la tentation d'être solidaire de tous les pouvoirs de dominations [je me soumets sans exigence de preuve à un dieu anthropomorphique] – S'empresser pour le monothéiste de nier que ce dieu à travers ses prétendus paroles [surnaturelle- divines- ] ne profère qu'un ensemble de propos pourtant parfaitement bien trop humain

 

Platon était un obsédé du pouvoir – il ne supportait aucune résistance [au pouvoir] – que l'on puisse opposer à un jugement un jugement contraire - notamment s'il l'avait pu il aurait fait brûler sur un bûcher Démocrite ou Pirrhon

 

Alors que Platon, sans y croire, [ce qui est paradoxal], déclare, citation; que l’homme est un animal sans plumes, bipède, aux ongles plats et apte à recevoir la science politique, n’estime pas que cette définition[8] est une valeur absolument certaine. Car, si justement l’homme est un être parmi ceux qui selon lui, sont voués au devenir et partant ne possèdent pas vraiment l’être, il est impossible, en demeurant fidèle à ce point de vue, de déclarer quoique ce soit de certain à propos de ces êtres auxquels l’être fera toujours défaut.[9]

 

Démocrite ou Pirrhon ont un point commun qui définit pour eux par rapport à la pensée duelle [unique]il n’existe pas de valeurs ou de vérités qui vaillent d’en mettre sa main au feu. Rien par nature, ne peut être considéré comme laid ou beau, juste ou injuste, mauvais ou bon, vrai ou faux, en bonne santé ou malade.

 

Petite information qui ne manque pas de piquant en ce qui concerne Pirrhon [en référence au bouclier fiscal] Ses compatriotes l’honorent au point de l’instituer grand-prêtre et décrètent à cause de lui l’exemption des impôts pour les philosophes, une loi qui ne dura sans doute que le temps de la vie de Pirrhon.

 

A mon sens Saint SARKOZY devrait y trouver là une source nouvelle d'inspiration en totale rupture avec le vieux monde platonicien...c'est un clin d'œil pyrrhonien...

 

La question

La question qui devrait se poser tout citoyen et plus particulièrement tout monothéiste - Pourquoi ne sont pas enseigné des philosophes comme Démocrite, Leucippe et les sophistes des présocratiques alors qu'ils sont des contemporains de Socrate?

 

Hors nous savons depuis longtemps que toute philosophie idéaliste ou à prétention à l'universel est issue du platonisme, entretenue par les chrétiens – mais aussi et ce n'est pas sans importance par l'idéalisme du XIXe siècle allemand

 

Autre question – Pourquoi ou qui décide d'écrire une philosophie ou une autre?

Pourquoi Platon et un Socrate platonisé*?

Platon ne voulait pas entendre parler de l'athéisme et n'a eu de cesse de nourrir le monothéisme naissant, le dualisme entre un corps matériel et une âme immatérielle

Cela n'interpelle pas les monothéistes de s'entendre dire que l'invention ''âme'' est selon les uns extérieure au corps ou pour d'autres le corps un réceptacle, une boite...

Pas un instant troublés nos monothéistes de savoir [savoir est-ce bien sûr] savoir que Aristote a été recyclé par la scolastique, les stoïciens et leur culte de l’effort, leur goût pour la douleur, leur mépris pour le corps, n’ont pu que plaire à un christianisme initié [voire fabriqué - bricolé] par Paul de Tarse

Plus-tard la pensée chrétienne sera synthétisé par Saint Augustin

Et plus loin dans le temps, Descartes, un autre déiste ou dualiste, se verra consacré le philosophe majeur du XVIIe siècle et le philosophe français- mais le plus français de tous les temps

Non pas de problème qu'il y ait une autre tradition – l'important c'est de ne pas en parler et bien évidemment surtout de ne pas l'enseigner – cela pourrait troubler les jeunes têtes formatées dans la croyance et mettre en péril des enjeux colossaux comme les revenus des écoles privées confessionnelles...et peu importe si l'indépendance d'esprit reste à la porte des écoles...

  • Très éloigné du Socrate réel...

L'allégorie de la caverne de Platon, probablement piquée à Socrate, c'est justement l'histoire d'hommes habitués aux limites de leur cage – le refus de voir autre autre chose, de préférer rester captifs que de se laisser tenter à l'extérieur par l'aventure de la pensée – c'est le portrait de toute personne qui préfère continuer de croire...

C'est ce sujet que j'avais repris dans ''Le monothéiste et l’Araignée''

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/51-conte-le-monotheiste-et-l-araignee/

 

Philosophes du pouvoir

Philosophes [que justement j'ai pris la peine, souvent fastidieuse de lire] , dont je critique bien évidemment ceux d'entre eux dont le travail philosophique n'a pas d'autre objet que de matérialiser la volonté de domination [conforter l'assujettissement des croyants dans la soumission à un être supérieur ou à une hiérarchie artificielle]– et ils sont  nombreux – vérifiable par tout un chacun sur une des pages que je leur consacre sur mon blog ''71 comme par exemple dans ''Le mensonge monothéiste suite'' sur ce même blog http://laiciteetsociete.hautetfort [...] ste-suite/

 

Pourune histoire de la philosophie plus objective

Descartes contre Locke
Leibniz contre Gassendi
Kant contre Helvétius
Hegel contre d’Holbach

En effet il y a deux traditions philosophique et pour en parler avec elles je connais assez d'enseignantes dans le secondaire pour affirmer qu'une des deux histoires de la philosophie est absente de la programmation...et c'est là mon propos et la raison principale de mes interventions – dans cette situation... où est le choix...

Sur cette page, Platon en est le sujet, donc j'y reviens...Platon s’est voulu l’héritier de Socrate...
Socrate mis à mort par la cité athénienne, parce qu’il dérangeait les citoyens, et surtout, les ''philosophes'' comme les sophistes
Ces derniers, qui soutenaient que toutes les opinions se valent, contre eux Socrate avait inventé le questionnement critique – soit ce que communément l'on définit par la question philosophique. Forme de questionnement destinée à montrer à ses interlocuteurs que ce qu’ils croient savoir, ils ne le savent pas. Ils n’ont que des opinions =savoir non fondé, préjugé


" La critique de l'opinion chez Platon et Socrate "

Contrairement à ce d'aucun imagine, dans notre société, la pratique de la censure est insidieuse, car elle touche à l'essentiel, dans notre pays – et il n'est pas nécessaire qu'un gouvernement s'en charge – elle a son existence propre dans les faits ou dans la pratique des institution


Par exemple

Non retenus dans l'édition française des ''Œuvres philosophiques'' complète de Nietzsche sur les textes de Platon et contrairement à ce que voulaient ses éditeurs il  fallait que Nietzsche ne  soit pas entièrement donné à lire

Pour Nietzsche *, Platon est un activiste politique et décrit ''son travail philosophique'' de ce que l'on pourrait qualifier par "Les sophiste-ries platoniciennes"

C'est pratiquement une histoire répétitas comme Freud niait [durant toute sa carrière] qu'il devait presque tout à Nietzsche - Platon sans Socrate sans lequel il n'aurait été qu'un petit politicard [genre C Boutin] passera son existence à platonisé Socrate...j'aurais pu tout aussi bien écrire ''a sodomisé Socrate

D'ailleurs Platon s'oubliant lui-même pourceaux d'Épicure –se targuait; «Je ferai taire les médisants en continuant de bien vivre» - il n'a pas eu ''la chance'' comme Christine de se montrer si ''bon vivant'' que cela en renonçant à quelques émoluments...

Dans le banquet il ne peut imaginer ''l'amour'' que dans la fusion de deux être hétérosexuel et montre par là ses limites quoiqu'il clame quand il dit«La justice de l'intelligence est la sagesse. Le sage n'est pas celui qui sait beaucoup de choses, mais celui qui voit leur juste mesure» - mais comme tous les sophistes il n'est pas à une contradiction près

Tout s'explique mieux quand il dit «La réalité est à la fois multiple et une, et dans sa division elle est toujours rassemblée» - fallait y ''penser''...

Cependant ''sa morale'' [pour ce chantre de ''l'utile''] est morale d'hétéro et donc ce que révèle la nature [diverse] n'est qu'immoralité...l'on comprend mieux l'adoration – l’idolâtrie que lui voue les chrétiens

Ce n'est pas sans ironie que Nietzsche ''concluait'' Socrate * et Platon ont bien raison : quoi que l'homme fasse, il fait toujours le bien, c'est à dire ce qui lui semble bon (utile) suivant son degré d'intelligence, son niveau actuel de raison »

Serait-ce à dire que toutes les opinion sont in-critiquables par respect convenu...faudra voire de près ce qu'en dira l'ONU

Je doute que ce soit aussi simple [même dans le cas de mesures répressives] car s'il y avait comme réalité cette invention scolastique religieuse '' du libre arbitre '' il y aurait bien longtemps déjà que les humains ne suivrait plus la nature

 

  • " La critique de l'opinion chez Platon et Socrate "

  • Vous l'aurez compris, c'est du Socrate platonisé dont il parle...

 

Pour éviter toute confusion

Quand je dis [plus haut sur cette page] ''ce que Freud doit à Nietzsche'' je fais allusion , dans les théories de Freud à ce qui relève du plausible et du positif – et non pas des parties de certains de ses travaux théoriques qui ne sont révélateurs que de ses propres fantasmes masculins ou plutôt particulièrement la conséquence ''d'une culture'' (sa) phallocrate

[Un incroyant n'a pas de gourou...]

 

L'imposture

Platon projetait de brûler toutes les œuvres de Démocrite, devant l’ampleur de la tâche, il y renoncera finalement en considérant le philosophe abdéritain ayant beaucoup écrit...[sans doute que mettre en pratique son intention ne lui aurait pas laissé assez de temps pour ''bien vivre''...]

Le christianisme gardera d’ailleurs ce goût prononcé pour les autodafés. Ainsi, les philosophes dont ''les travaux'' s'appliquent à matérialiser la volonté de domination feront [et font toujours] commencer l’histoire de la philosophie avec Socrate, comme notre ère avec Jésus

le pré-socratique Démocrite est ainsi contemporain de Socrate et survit même à ce dernier ; quant à sa qualité de vrai philosophe, elle est indéniable. Seulement, il initie un courant matérialiste qui ne peut qu’attirer les foudres des spiritualistes et autres idéalistes

 

Ce qui en fait nous vaut une double imposture

Il est un trait communs aux auteurs monothéistes d'attribuer leurs propres pratiques d'écrits apocryphes ou d'arrangements, de compilages falsifiés des textes ou encore de réécriture plus ou moins adaptée de mythes plus anciens et de dire que ce sont que ce sont les philosophes ou les critiques qui mettent en exergue ces falsifications qui seraient censés ne rien comprendre ''du message philosophique''

Refaire l'histoire ou pratiquer la négation de l'histoire est la qualité essentielle des auteurs monothéistes

Surtout éviter par l'omission de faire toute publicité des philosophes alternatifs au platonisme

 

Le mensonge des idéalistes ou des chrétiens

Par exemple définit par les chrétiens comme un philosophe pré-socratique Démocrite est un contemporain de Socrate et survit même à ce dernier – ce qui donne une idée de l'ampleur de la falsification opérée par les idéalo -chrétiens

Citation : Montaigne dans sesEssais: « La destruction chrétienne des bibliothèques a plus nui aux lettres que tous les feux barbares »

 

Les effets du Platonisme

Parler de philosophes pré-socratiques – une invention qui masque mal la réalité de la philosophie

Qui connait Platon- presque tout le monde – mais qui connait Aristippe de Cyrène* ?

C'est pourtant un philosophe que l'on peut considérer comme une figurealternative majeure au platonisme

Platon écrit un dialogue entier consacré à la question du plaisir, le Philèbe ; à tous moments Aristippe y est implicitement présent partout, mais pour Platon, il est l’ennemi à abattre

Son nomAristippe de Cyrènen’apparaît nulle part, pas une fois

Platon, dans ce dialogue, caricature son adversaire et entame son ensevelissement historique en oubliant systématiquement de le nommer alors queAristippe de Cyrène est un disciple de Socrate

Diogène Laërce rapportait; «Il était capable de s'adapter parfaitement aux temps, aux lieux, aux personnages» Et, surtout, il ajoute cette formule qui résume toute la pensée d'Aristippe : « Il savait jouir du plaisir du moment présent; il évitait la souffrance que l'on rencontre lorsqu'on cherche à jouir des choses qui ne sont pas présentes » - Source universalis

Je me permet de paraphraserAristippe de Cyrène « On examine avec soin les objets dans les boutiques, mais quand il s'agit de l'histoire de la philosophie, on ne la juge que sur la dérisoire petite partie immergée »*

Grand Platon ? Si grand que ça...le philosophe préféré de nos meilleurs ennemis chrétiens

* Aristippe de Cyrène (- 425-355), essentiellement connu pour avoir fait du « plaisir en mouvement » son souverain bien

L'art de jouir de l'instant présent, l'adaptation aux circonstances, le mépris du superflu, la liberté de l'individu à l'égard des choses extérieures caractérisent à la fois l'enseignement et le genre de vie d'Aristippe. Source universalis

  • La phrase originelle: « On examine avec soin les objets dans les boutiques, mais quand il s'agit des gens, on les juge sur l'apparence »

 

Notes

Les Pré-socratiques sont des penseurs qui, dans la Grèce antique, ont participé aux origines de la philosophie et ont vécu du milieu du VIIe siècle jusqu'au IVe siècle , c'est-à-dire pour la plupart avant Socrate (470-399 av. J.-C.), qu'on tient pour le père de la philosophie — d'où le nom sous lequel on les regroupe. Certains penseurs considérés comme présocratiques étaient toutefois contemporains de Socrate, comme les atomistes et certains sophistes – Source BCS

 

Deux livres – deux philosophes

D'autre part l'excellent livre de Ariane BUISSET ''Les religions face aux femme'' consacre un petit chapitre aux dérives de Freud

Même chose avec une ampleur et une richesse des sources jamais jusqu'à ce jour exploitée '' Le crépuscule d'une idole'' dans son livre Michel Onfray fait une démonstration magistrale

Sur le livre d'Ariane, je ne partage pas en totalité le contenu en fin de son essai [quelques pages] d'une proposition éthique , proposition néanmoins de grande qualité …

Je ne partage pas du tout, son point de vue sur la prostitution; comme souvent, dans le traitement de ce sujet, l'oubli que des hommes [ bien que minoritaire ] eux aussi se prostituent

Voir sur:

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/20-rouvrir-les-maisons-sequentielles-du-sexe/


A la lecture de ces deux livres, nos chantres de tous les patriarcats vont connaître ce qu'ils avaient localisé ailleurs qu’Icil'Enfer    - Crab

 

Notes

« Il y a deux sortes de philosophes: les producteurs de mythes et les destructeurs de mythes. Les premiers sont les amis des puissants, des prêtres de toutes les sectes. Les seconds sont les grands amoureux de la liberté. Chacun son côté de barricade…» Michel ONFRAY

 

Suite

Laïcité ! Les incroyants sans mêlent !

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/0-laicite-les-incr...

 

15:37 Publié dans DÉMOCRITE - PIRRHON - PLATON - SARKOZY

 



 

28/06/2010

Affaire Éric Woerth

féminisme,moyen-âge,religion

Allegorie de l'inconstance – vers, 1617 -

Abraham Janssens van Nuyssen


Ras le bol de ces commentateurs de la politique à l'esprit forgé dans les chiottes de PUTINE, qui clament l'incompatibilité de la fonction de ministre [ même des finances ] avec celle de sa femme durant la même période à travailler dans des sociétés de gestions patrimoniales

Comment osent-on dire que son épouse aurait dû démissionner, sacrifier sa carrière comme dans l'esprit exécrable des traditionnelles idéologies issues du patriarcat ?


Si cette personne, ou le couple est coupable d'un délit, c'est à la justice de le dire – rien d'autre -

Ce n'est pas s'en rappeler cette journaliste qui avait démissionné – une fois son mari devenu ministre - sous ce même prétexte fallacieux d'une soi-disant incompatibilité – donc la vie en couple métamorphoserait elle ou lui en clone de l'autre ?  

Quand sortirons-nous de cette moyenâgeuse ou religieuse vision du couple ?  - Crab

Suite :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/12/10/qui-veut-du-clonage%C2%A0.html



 

21/06/2010

LETTRE À HYPATIA - Vanité...

Hypatia_ par Charles_William_Mitchell.jpg

HYPTIA - par Charles William MITCHEL

HYPATIA

La Culture assassinée par une bande de fanatiques, avec à leur tête Pierre un clerc qui avait rend de lecteur dans l'église d'Alexandrie,commandité ou inspiré par la haine suscitée à son encontre par les chrétiens dont ne peut-être exonérer le cénacle de Cyrille

Traînée dans l'église de Kaisareion, lapidée avec des tessons de poterie, le corps déchiqueté et brûlée- Source : Socrate de Contantinople

Dans Alexandrie une fille célèbre par sa beauté et par son esprit, regardée comme un prodige de la nature, HYPATIA enseignait Homère et Platon, du temps de Théodose II –[ au IVe siècle de notre ère ] -

L'évêque Cyrille, un grand pourfendeur d'hérésies déchaîna contre elle la populace chrétienne, racontent Damascius et Suidas

Il fut par la suite canonisé par l'église...

Philosophe, érudite, lettrée, mathématicienne d'un haut niveau de culture comme tous les penseurs de l'antiquité grecque auxquels nous devons l'essentiel de notre Culture et les valeurs de tolérances

Son enseignement peut-être, avant la lettre qualifié de laïc, depuis sa chaire elle formait des élèves et des notables polythéistes, juifs et chrétiens.

Sans confession, philosophe, refusant de se convertir au christianisme ; comme toutes les religions monothéistes le christianisme à cause de l'absolutisme des textes ne pouvait que générer la haine attisée par les ecclésiastiques...

Résumé rédigé après la lecture de '' Histoires grecques '' par Maurice SARTRE

Ce qui advint à HIPATIA, est comparable à ce qui se passe de nos jours dans les pays [ islamiques ] où la grande majorité de la population est très religieuse, le sort réservé aux incroyants, aux agnostiques, et à ceux d'autres confessions...   

Après HYPATIA, alors que dans une antiquité ou le droit de penser avait toute sa place, antiquité où les femmes philosophes sont présentes et considérées avant d'être dépossédées, éloignées des enseignements, des lieux de savoirs par les monothéistes il faudra attendre le siècle des lumières pour que les hautes autorités académique reconnaissent en Émilie du Châtelet une grande scientifique et le début du vingtième siècle en Marie CURIE

[ C'est bien parce que nous respectons la mémoire d' HYPATIA que nous ne demanderons jamais les excuses de l'église ni le pardon d'un pape  – Crab - ]

Poème

Le vil Galiléen t'a frappée et maudite,
Mais tu tombas plus grande ! Et maintenant, hélas !
Le souffle de Platon et le corps d'Aphrodite
Sont partis à jamais pour les beaux cieux d'Hellas !
Dors, ô blanche victime, en notre âme profonde,
Dans ton linceul de vierge et ceinte de lotos;
Dors ! L'impure laideur est la reine du monde,
Et nous avons perdu le chemin de Paros.
Les dieux sont en poussière et la terre est muette;
Rien ne parlera plus dans ton ciel déserté.
[1847])

LECONTE DE LISLE

athéisme,religion,femme,croyance,sexualité

Hypatie - Raphaël -

 LETTRE A HYPATIA

HYPATIA vous avez déclaré publiquement votre incroyance dans un monde où l'hydre des religions à têtes bestiales entreprenait par la terreur, la délation, la lapidation de propager la pire des superstitions que ses tenanciers, des barbares ont nommé : La foi dans un dieu... anthropomorphe

Voyez-vous HYPATIA, en ce vingt et unième siècle l'on voudrait nous faire croire que religion est synonyme de paix, d'amour du prochain, et j'en passe, comme si la forme pouvait faire oublier le fond... excepté dans l'esprit des naïfs, les plus dangereux d'entre tous d'ailleurs...

Les totalitaires se font faces partout dans le monde...dans nos faibles démocraties, patiemment revendiquent la possibilité d'endoctriner les enfants, glorifient le martyr comme s'il s'agissait d'une valeur positive, la bête s'il on n'y prend garde, attend son heure pour broyer sur son passage toutes les tentatives d'aimer la vie – les religions ont été, sont et resteront le '' monde de la mort ''

Lapidée pour avoir été une femme, mais aussi cette femme qui avait eu l'audace de penser...nul parmi les êtres doués de raison, aussi longtemps que restera entrevu pour ce monde ci une possibilité de civilisation, n'oubliera pas ni ne ternira jamais votre mémoire

À ce moment précis de mon existence, toutes mes pensées vont vers vous 

Vidéo

http://crab.painter.free.fr/videos/1%20Hypatie_d_Alexandrie.flv

 

Ou sur

http://www.terre.tv/fr/protection-de-lenvironnement/reportage/111_hypatie-dalexandrie


Crab

La Vanité.jpg

 Tu aimeras ton prochain comme toi-même
Vanité...

Cette expression édictée [contre nature] dont se targuent les chrétiens, n'est rien de plus que la tournure d'esprit d'une personne imbue * d'elle-même – qui s'imagine meilleure que les autres – cela n'est ni divin – ni même chrétien c'est tristement humain

Toutes les religions duelle sont des idéologies inventées et rédigées par des hommes misogynes

Cène2.jpg

Photo détournée par Crab

Proclamation !   le texte situé dans la bulle :

« En vérité je vous le dis, Judas sera nominé Prix Nobel du bon sens, seul parmi les mâles il comprend avant tous que le Féminisme Universaliste est l'avenir de l'homme »

Toutes les sourates du coran sans exception s'adressent à l'homme - et non en aucun cas à la femme - une  sourate indirectement dans le coran [ ''...devront cacherleur poitrine ''...] demande aux femmes de renier leur féminité

La femme n'existe pas - ce qui dans l'actualité explique ce que des femmes arabes et autres surnomment '' les codes de l'infamie '' ( code de la famille ) en vigueur dans les pays musulmans - la femme y est dans le coran et les codes [ou moraline] un sous citoyen

Je mets au défi quiconque de démontrer, dans ces textes, autre chose que l'expression de la misogynie institutionnalisée par quelques chefs de tribus habitués à pratiquer l'abus de pouvoir...et le pire en ce qui concerne la condition des femmes

Que celui qui n'a jamais péché jette la première pierre – va et ne pèche plus -

Propos qui n'ont pas d'autre valeur que formulés dans une époque où la femme n'avait aucun droit – était totalement économiquement dépendante des hommes

Ces propos d'une autre époque ... dans la nôtre sont obsolètes

 

* Pourquoi perdre son temps en danses macabres – pour en finir avec l'illusoire, symboliquement choisissons sans ambiguïté un dict de la parole débarrassé [enfin] de toute abstraction

Par exemple

Pour les femmes '' on '' est sûr de rien – pour les hommes c'est affirmatif, une fois décédés, ils sont tous bons - Fin de la proposition -

...point de départ pour une nouvelle définition ou ère de la Vanité   Crab

Suite

MYTHES SLAVES La femme non dépossédée par la chrétienté...

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/conte-mythes-slaves/


 

09/06/2010

Religion de la haine de l'autre - L'autre, la différente - la femme -

 

c est a voir.jpg


C'est à voir

Il y a quelques mois de cela [ou plus] une femme lors d'un J T ou d'une émission de télévision avait émis judicieusement l'idée qu'il serait préférable d'organiser des filières pour aider les femmes qui veulent fuir et échapper aux lois masculines islamique plutôt que de faire la guerre en Afghanistan – mais puis-je ajouter - les aider à sortir de bien d'autres pays musulman où elles subissent ce que l'on surnomme ''les codes de l'infamie'' (1) Crab

(1) Codes de la famille

Les droits des femmes en question

Moussada Jalal, ancienne ministre de la Condition féminine et candidate à la présidence afghane en 2004, a demandé mardi aux députés canadiens de se préoccuper davantage des droits des femmes afghanes et de veiller à ce que ces droits ne soient pas sacrifiés au nom de la paix avec les talibans.

Devant un sous-comité de la Chambre des communes, elle a égrené une liste de demandes à l'intention du gouvernement afghan de Hamid Karzaï qui visent à renforcer les droits de la personne et les lois contre la discrimination.

La militante a prévenu les députés canadiens que ces droits avaient perdu du terrain dans son pays. Elle a aussi exprimé son inquiètude à propos des efforts de rapprochement entrepris par le gouvernement afghan avec les groupes extrémistes insurgés.

Récemment, le mollah Omar, le chef taliban, a ordonné que les femmes qui habitent sur le territoire contrôlé par les insurgés ne sortent en public que si elles sont accompagnées par un homme de leur famille.


[En septembre 2009, Hamid Karzaï a promulgué une loi qui, selon Human Rights Watch (HRW) brime les droits des femmes de confession chiite. HRW soutient que la loi légalise le viol par un époux, autorise un violeur à échapper à la justice s'il verse une indemnité à sa victime et enlève aux femmes le droit de travailler sans la permission de leur mari.]


Mme Jalal dénonce le statut de sous-homme que les talibans accordent aux femmes et elle estime qu'aucun accord ne peut être conclu avec eux tant qu'ils continueront à s'en prendre aux droits des femmes.

Le gouvernement du président Hamid Karzaï a, depuis quelques mois, fait de la réconciliation avec les militants islamistes les plus durs, comme les talibans et le groupe Hezb-e-Islami, une priorité pour mettre fin à la guerre, même si cela peut entraîner, pour les femmes, une perte de certains des droits acquis depuis 2001.

Mme Jalal souhaite d'ailleurs que l'amnistie offerte aux talibans à l'issue de la jirga(réunion tribale) qui s'est tenue à Kaboul début juin ne se concrétise pas. Elle considère que l'entente conclue avec les taliban nuira aux processus démocratiques et aux droits humains dans son pays.

Elle a aussi demandé au président Karzaï de rétablir le programme de justice transitoire lancé en 2005 et abandonné l'an dernier qui visait à demander des comptes aux chefs de guerre, dont certains font maintenant partie du gouvernement, et qui ont commis des atrocités pendant la guerre civile.

La militante pour les droits humains dit qu'elle veut elle aussi la paix en Afghanistan, mais pas à n'importe quel prix. Consciente que le Canada quittera son pays d'ici un an, elle assure que si une partie du financement militaire du Canada en Afghanistan est réinvesti en assistance au développement, cela pourra avoir un impact durable pour les Afghans.

Radio-Canada.ca avec Presse canadienne

 

Lire en suivant

Obscurantisme - Les vapeurs du hammam

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/obscurantisme/


 

31/05/2010

Antiracistes...

Le clonage des esprits

10ac.jpg

Brève du 31 Mai 2010

Entendu ce matin sur BFM TV le représentant de SOS racisme [D Sopo] se liver à ses amalgames habituels

Un propos soporifique, dont la finalité consiste à tenter d'assimiler à des racistes tous ceux qui entre autres religions duelle critiquent l'islamique et ses idéologies de régressions visant à détruire l'idée même de mixité sociale [ à travers la notion d'apostat ] - ce qui reviendrait à mettre fin à l'esprit même de la laïcité [bien qu'il s'en défende] – à travers [une fois de plus] la mise en cause du débat sur la burqa et des voiles -

10 C F de la fatwa 2.jpeg

Créé en 1984, en prenant le sigle de SOS racisme - était-ce un acte manqué ? - où la volonté consciente de créer la confusion - faire oublier, créé en 1978, l'importance de l'association SOS femmes ? 

Suite : DEBBOUZE '' Tout le monde ''

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/37-mecque-de-la-et-d-un-petit-mec/

Brève du 26 Juin 2010

Les chinois ne sont pas chez-eux, je pense que MRAP et SOS Racisme ne tarderont pas à réagir [ Rire ]

Mentionner que les agresseurs des habitants chinois [ autour de Belleville à Paris ] sont systématiquement africains, serait un délit ?

En effet
Ce n'est pas un conflit ethnique puisque les agresseurs s'en prennent également aux " blancs " et plus généralement à tous ceux qu'ils estiment différents d'eux  Crab

25/05/2010

Les pudidonds de toujours

 

Media et charlatanisme.jpg

Peinture numérique - Crab -

Médias et charlatanisme


Le charlatanisme à notre époque est un fait d'une partie des acteurs ''de l'information'' intervenants dans nos médias et plus particulièrement sur les chaines de télévision

 

En réel c'est à travers des films reportages tournés dans des parties du monde (1), souvent diffusé sur les chaines publiques, n'ont pas d'autre finalité que de tenter de faire accroire l'idée que la religion unifie le peuple d'un pays


Hors l'on constate que les pays où l'État est corrompu, où la corruption est généralisée, là où la la peine de mort n'est pas abolie, là où les droits de la femme sont pratiquement inexistants [ou menacés], homophobes parmi les plus écœurants sont les Nations ou les peuples sont présentés comme ''majoritairement croyants''


Sur l'ensemble de la planète

Pour la corruption de l'État [et généralisée] par exemple, entre autres pays ''du même type'', la Grèce


La corruption généralisée dans la plupart des pays ''dits musulmans'' va de pair avec la prétention d'États caricaturaux [et corrompus] de contrôler la sexualité, surtout celle des filles – et l'homophobie y est institutionnalisée -


En Europe où domine les pires idéologies ennemie de la femme et des homosexuels comme la Pologne et l'Irlande


Facteur aggravant le sous-développement se conjugue avec l'extrême pauvreté et l'absence d'État dans les régions du monde où au nom de la religion on interdit l'école aux filles


Les pays qui on vu le retour d'un fondamentalisme et de la pudibonderies des religieux comme les États-Unis – les droits de la femme sont à nouveau menacé – s'y était ajouté l'abaissement de l'État pour pouvoir enclencher une guerre en Irak – suivi par un Obama [sorte de pape de poche] qui n'a rien trouvé de mieux dans son discours du Caire de poignarder dans le dos les laïcs et surtout plus particulièrement les femmes qui se battent pour ne plus porter le voile et obtenir l'autonomie et la liberté


Je pourrais ajouter que plus un pays est assujetti à une religion plus il est pervers et pollueur des esprits bien au-delà de ses frontières par la mise en cause des droits de la femme – de l'égalité femme- homme - d'institutionnaliser [comme exutoire] l'homophobie et j'en passe...

Crab 25 Mai 2010

(1) Tout le monde entier, ''il est beau – tout le monde il est gentil'' – traductions: ''respectons les cultures''

Note

Vu en Mai 2010

Au cours d'un reportage filmé en Égypte où une momie ambulante [voilée volontaire affublée de tout l'attirail vestimentaire ''musulman'' qui va avec...] réplique « ...nous considérons les homosexuels comme des malades...mais... nous les soignons...» *

Hors nous savons que l'Égypte [très croyante] est un des pays où le taux de harcèlement sexuel est le plus élevé au monde...mais comme toujours, ce ne sont pas les hommes ni le mode de vie de cette société de répressions sexuelles qui est mis en cause mais bien la femme – elle la victime qui est rendue responsable des agressions dont elle fait l'objet

-

* Force est de constater [une fois de plus] que le degré d'aliénation atteint par ces ''voilées volontaires'' est tel, qu'elles ne sont même plus en mesure de comprendre ou de prendre conscience que le racisme, le sexisme et l'homophobie sont les principaux composants majeurs de l'idéologie du patriarcat

-

Suite

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/newton-darwin-evol...


23/05/2010

Quel rapport entre ''dieu'' et une religion duelle?

Kircher-Diagram_of_the_names_of_God.jpg

Pourquoi? - définition

 

Le pourquoi est le préalable formulé par un incroyant – mais aussi par l'homme de science – le chercheur en fait une exigence morale

 

Exemple

Pourquoi dites-vous que dieu est une figure paternelle [religions duelle - patriarcale-]?

Pourquoi dites- vous que les origines de l'univers et tout ce qu'il contient est l'œuvre d'un esprit supérieur?

Pourquoi dites- vous que ce que vous nommez dieu est en tout ou le dessin compris de toute chose?

Pourquoi mettez-vous ce que vous nommez dieu sur ce que vous ne pouvez pas comprendre ou expliquer?

Pourquoi quand ''on'' vous demande d'expliquer ce que vous nommez dieu vous ne le faite pas?

Pourquoi y aurait-il le moindre rapport avec une religion duelle et la croyance dans ce que vous nommez dieu?

Pourquoi vouloir abolir l'esprit de recherche, de nier les Savoirs pour leur substituer la croyance [de quoi avez-vous si peur]?

Pourquoi la philosophie [religion duelle par exemple] ne devrait n'être que matérialiste de la volonté de domination?

Pourquoi ce cercle vicieux – d'enfermement – pour le croyant la perte apeurée de perdre sa foi en admettant d'autre révélation que la sienne ou propositions vérifiées''?

Pourquoi notre complexité interne [la psyché] vous fait elle peur au point de lui substituer l'invention que l'on désigne par ''le libre arbitre''?

Pourquoi seriez-vous dans l'incapacité de vous exprimer en toute conscience et non pas en votre ''âme'' et conscience?

Pourquoi poser le problème réducteur et arbitraire de l'origine [ce qui renvoie à créateur ayant de bonne ressemblance avec l'humain] plutôt que celui des origines [rien ne prouve ni dément l'existence d'autres univers avant le notre ni que le notre qu'il soit unique ou isolé – [donc d'autres Univers avec des lois de la physique probablement différentes du notre]?

Pourquoi n'admettez-vous pas que s'il y a un début à tout il y a aussi une fin [avant la vie il n'y a rien – donc après la mort il n'y a rien]?

Pourquoi parlez-vous de haut et de bas quand notre univers n'a ni haut ni bas?

Pourquoi dites-vous que l'univers est pensé par un esprit supérieur alors que l'on sait [entre autre morts certaines] que le soleil fera s'évaporer la terre après avoir anéanti toute vie animale et végétale?

Ect...

Quoi penser - définition

Faire croire [ce qui est facile] à des enfants qu'une religion duelle est une révélation est une pratique de fanatiques

Endoctriner les enfants [masqué sous le ''joli mot '' de transmission] dans une religion duelle [figure paternelle- patriarcale- invention d'hommes pour les hommes] c'est leur faire intérioriser cette idée ''que les hommes ont le choix'' - ''les femmes aucun''

Comment penser – définition

C'est aider les enfants à apprendre à penser par eux même – à ne pas porter atteinte à leur liberté de conscience car autant le rappeler (une fois de plus) ils ne sont pas en capacité intellectuelle de choisir - et pour soi-même de ne pas se contenter d'idéologie [ou de toute théorie] non critiquée – donc tout simplement de continuer de penser

Le Droit de tout critiquer est l’arme de construction massive de la Démocratie

Andromède était aussi splendide que Méduse était terrifiante

Persée fit don de la tête de Méduse à Athéna qui la plaça sur son bouclier où désormais elle pétrifie les ennemis du devenir, la suprême sagesse

C'est la leçon à retenir - l'avenir de l'humain dépend de sa capacité à se libérer de tout ce qui fige – pétrifie le langage

Crab

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/identite-des-enfants/

 

- Notre tête est ronde pour nous permettre de changer de direction - Francis PICABIA

 

 

16/05/2010

Le Mahometarget -scandal

Tribunal des lumières.jpg

Peinture numérique - Crab -

La France est connue de tous pour la lenteur de sa Justice

MAHOMET fut arrêté Poitiers – présenté au juge, après une longue instruction, mis en examen

Son procès finit par avoir lieu

Le compte rendu :

Tribunal des lumières

 

Brève - 15 Mai 2010

Le Mahometarget -scandal

L'acte d'accusation porte -

Au septième siècle un chef de tribu – spécialisé avec son gang dans la contrefaçon et le plagia de religions –

Sur l'origine du texte

Le procureur référent de l'équité rappelle «Tous les arabes n'étaient pas tous aveugles ni sans réagir aux bouffées de délires d'un chef de clan délié du temps »

Citations

"Al Nadr Ibn al-harith du clan des Abd al-Dar dit: "Ce coran n'est que mensonges que Mohamed a inventés lui-même […], ceux qui l'aident ce sont les Addas, affranchis de Huwaytib Ibn Abd al-Uzza, yasar, serviteur de amir Ibn al-Hadrani, et Jabr qui était juifs, puis se fit musulman, tous trois faisaient partie des gens du livre […], Al Nadir dit:
"Ce Coran, n'est qu'une histoire des écritures des anciens. Ce sont ces trois là qui instruisent Mohamed, du matin au soir"

''Un Quraychite, personnage important, Nahda, fils de Harîth, qui avait séjourné et parcouru l'Iraq, aurait affirmé : "Mouhammad vous débite d'anciennes légendes qu'il a recueillies d'hommes plus savants que lui"

Fin des citations

La délibération

Dans son Attendu le Tribunal civil condamne le chef de tribu Mahomet à payer des droits d'auteurs aux ayant droits comme devrait le prévoir une loi mieux réfléchie qu'Hadopi

Dans son Attendu le Tribunal Pénal condamne le chef de clan Mahomet à une interdiction de jouer au prophète

Applaudissement dans la salle, mais exclusivement des athées car les membres des autres confessions anxieux chuchotent entre eux que leur tour pourrait bien arriver  - Crab

Notes
Exécution Al Nadr Ibn al-harith du clan des Abd al-Dar

http://media.kickstatic.com/kickap [...] 0_main.jpg

 

EXECUTION.jpg

L'exécution deAl Nadr Ibn al-harith du clan des Abd al-Dar 

 

Autre petit aperçut de la liberté d'expression sous l'autorité de Mahomet

décapitation du poète Kab been Al Ashraf à Médine, opposant à Mahomet

décapitation de deux poêtes anonymes après la bataille de Badr

après la bataille de Badr, Mahomet à oqba : "ta place et celle de tes enfants est en enfer. s'ils ne deviennent pas croyants, je les ferai tuer..."

après la bataille de Badr, Mahomet à oqba : "ta place et celle de tes enfants est en enfer. s'ils ne deviennent pas croyants, je les ferai tuer..."
décapitation du poète Abu Afak en Arabie pour avoir critiqué l'islam  - Crab

Suite :

Jardin des Hespérides

Dans ce verger fabuleux Satan aime à se ressourcer près de la statue de Éros symbole pour les hommes du désir qui fait l'humanité

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/les-pommes-d-or/


14/05/2010

Négation de l'histoire de l'athéisme

 

Négation de l atheisme2.jpg

Peinture numérique - Crab -

HIER comme Avant-HIER


Hier Max GALLO déclarait (1) qu'a l'époque d'Henri IV l'athéisme n'existait pas – là ''on'' mesure à quel point l'endoctrinement dans la religion peut déformer ''la pensée'' ou la ''réflexion'' d'un historien


Extraits

Le succès du christianisme s’efface alors devant celui des idées, des pensées d’intellectuels européens. Ceux-ci vont donc être dès le milieu du 14ème siècle l’amorce qui va bouleverser les techniques et la société européenne. Cette transformation, se fera grâce à trois grandes périodes: la Renaissance de 1380 à 1580, puis les Lumières de 1715 à 1789 et enfin la révolution industrielle de 1800 à 1850.
En quoi ces trois périodes transforment-elles les techniques et la société européenne?
Comment permettent-elles progressivement à l’Europe de dominer le monde?
Pourquoi ces changements?
Dans une première partie, nous verrons comment la Renaissance a bouleversé les valeurs et les techniques traditionnelles de la société européenne en remettant en cause les bases de son fonctionnement.
Dans une seconde partie, nous verrons comment les Lumières ont forgé grâce à la Renaissance, une opinion favorable à l’évolution des régimes de la société européenne.
Enfin, dans une troisième partie, nous verrons comment l’Europe s’empare du monde grâce à des innovations techniques et industrielles performantes.
Lire la suite...

http://www.dissertationsgratuites.fr/dissertations/En-Quo...

Crab 14 Mai 2010

(1) Lors du J T sur F 3 -ce qui n'étonne plus personne -

L'histoire de l'athéisme suite

Pour l'information de Max GALLO [et de ses pareils] – savoir par exemple, chez les arabes [que la propagande dans l'actualité tente de faire passer pour une ''race'' - ''La musulmane''] - que pour certains d'entre-eux contemporains de Mahomet était d'un athéisme bien vivace – des arabes parfaitement lucides, conscients que ''leur prophète'' était tout aussi faux que tous les autres

D'ailleurs suffit de voir en quels termes le coran traite l'athéisme...

 

Suite sur

Lire le - Le Mahometergate -scandal

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/05/16/le-mahometergate-scandal.html

13/05/2010

Ahurissant

 

Vierge app.jpg
Apparition de la vierge - peinture numérique -

Fatima - 2010 - Ahurissant

 

Information?

Est-ce que informer c'est rapporter ou présenter des bouffées de délires '' le plus sérieusement du monde '' – est-ce digne d'un journaliste ou présentateur de journaux dont le devoir est d'informer?

 

Sur BFM TV

Entendu il y a quelques instants, ce jour – Jeudi 13 Mai 2010 - le couple de présentateurs rappeler que J P 2 avait confirmé les apparitions de la vierge à Fatima en 1917 et ajouté «que la sainte vierge lui avait annoncé qu'il échapperait à un attentat»

 

Piqûre de rappel

D'abord je veux rappeler ici que ''la vierge'' est une invention d'hommes déniant symboliquement le pouvoir des femmes à donner la vie

 

L'infamie

Comment se fait-il que cette '' vierge '' [ d'invention religieuse ] n'avait pas plutôt annoncé à J P 2 que l'avenir de l'église consistera [en comparaison avec les populations civiles] à constituer en son sein la plus forte proportion de pédocriminel?

 

Communications sélectives

Aurait-elle '' cette vierge '' là, un conseiller [ forcément masculin ] en communication mal informé ?

 

Éducation

Un conseil ne laisser jamais vos enfants en bas âge seuls devant le poste au moment des journaux – J T -     - Crab

27/04/2010

Les précieux ridicules

 

0 Les précieux 1.jpg

 

'' Femmes de Gaïa '' - Peinture numérique - Crab -

Les précieux ridicules

 

Arguments fallacieux ridiculement rabâchés

Sur BFM TV suivant les propos tenu par Chems-Eddine Hafiz vice-président du Conseil Français du Culte musulman - qui s'imagine que les auditeurs sont des gens naïfs

A/ - Déclare et explique que la polygamie dans le coran '' exige '' de l'homme de traiter ses épouses à égalité de sentiments

Pourquoi cet argument islamiste est fallacieux ?

Tout simplement parce que la polyandrie n'est pas comme la polygamie institutionnalisée dans le coran

Pourquoi une femme ne serait-elle pas en capacité d'avoir des sentiments égaux pour chacun des époux?

La vérité est évidente pour toute personne de bon sens ou de bonne foi – c'est un diktat rédigé par des hommes pour les hommes – les hommes ont le choix – mais pas les femmes

Il n'y rien de révélé, rien de divin dans cela - c'est un abus de pouvoir pratiqué et institutionnalisé par des chefs de tribus

B/ - Ce même ''avocat'' de prétendre que ce même Mahomet n'était pas si misogyne que l'on le dit puisque la première femme qu'il a épousé avait vingt ans de plus que lui

Pourquoi cet argument n'est pas recevable ?

Là encore ce fait ne lui donne pas un blanc seing pour épouser une fillette à six ans et de lui imposer des rapports sexuels à neuf ans - des hommes mariés avec des enfants qui commettent le crime de pédophilie c'est hélas souvent le cas à toutes les époques -

L'on voit bien que cet ''avocat'' en sus feint d'ignorer les circonstances aggravantes car Mahomet n'est rien de plus qu'un gourou – un chef de clan

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/aicha-et-psycholucide/

C/ - Arguments

Au cours d'un C à dire sur F 5 ( chaine publique ) le recteur de la mosquée de Paris déclare que éventuellement si cela advenait une loi d'interdiction de la burqa ne doit pas se situer sur le terrain moral mais sur le plan de la sécurité

Depuis quand est il normal de considérer que tout ce qui porte atteinte à la dignité de la femme – à l'endoctrinement des fillettes doit - être caché ou ignoré par la loi et non critiqué

Et ce recteur d'affirmer que - les musulmans se sentent stigmatisés -

Grosse blague, tant que les musulmans ne considèreront pas le coran pour ce qu'il est un ensemble textes destinés à asseoir la suprématie de l'homme sur les femmes

Note

L'inacceptable : La France dans le code de la famille n'a toujours pas interdit la polygamie, ce qui explique le peu de volonté des pouvoirs publics à interdire l'accès de notre territoire aux étrangers polygames

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/assyrie-obama-les-voiles/

Crab

 

Les voiles – du vent -

Interdire le voile intégral c'est mettre fin à une dynamique – empêcher toute atteinte à la liberté de conscience -

Le but recherché par ces idéologues du patriarcat c'est dès le plus jeune âge de faire intérioriser aux fillettes que la condition normale d'une femme adulte c'est de se mouvoir avec un voile – tous les voiles avaient et ont toujours un rapport direct avec le patriarcat

 

L'origine patriarcale des voiles

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/assyrie-obama-les-voiles/

 

Quand Mahomet évoque son invention: Grand reportage -

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/changelejeu-et-mahomet/

Crab

 

Respect de l'autre

28 Avil 2010

La loi n'a nul besoin, en effet, de faire référence aux religions Abrahamiques – puisque de toutes façons tous les voiles sont la conséquence des dogmes du patriarcat – même si nous savons que les monothéismes sans être nouveaux dans l'histoire de l'humanité pérennisent le patriarcat – [ Homme majeur – femme mineure ] et surtout conforte en tentant de conférer une origine divine à cette idéologie à seule fin de permettre ''aux clergés'' de présenter comme indiscutable et de prescrire le patriarcat aux travers de codes impératifs comme mode de vie quotidien

 

Pour bien comprendre les mécanismes psychique pathologiques du patriarcat qui conduisent exclusivement à faire porter par les femmes les voiles – Soit, considérer l'autre indigne de voir les cheveux ou l'intégralité du corps de la femme il est édifiant de lire les minutes du débat qui s'est tenu il y à quelques temps déjà lors du conseil féminin musulman et de la fatwa sur:

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/conseil-feminin-de-la-fatwa/

 

Interdire par la loi tout masque [ à l'exception durant quelques manifestations artistiques ou populaire ] c'est pour la République affirmer clairement que nul n'est indigne de voir le visage de l'autre, cela vaut donc aussi pour la burqa - et c'est entre autre prendre une mesure de sécurité   - Crab

Piqûre de rappel

( La pudeur c'est faire preuve de retenue – '' me couvrir la tête de n'importe lequel des voiles islamiques '' - c'est faire preuve d'aucune retenue - c'est considérer '' l'autre indigne de voir ma chevelure '' - Crab 2003 )

 

La raison du plus fort n'est pas la meilleure

 

La question majeure que devrait se poser tout être doué de raison

 

A quelle époque et par qui a été rédigé le coran ? (1)

 

Répondre à cette double question ne permettrait plus aux adultes d'assujettir la conscience de leurs enfants - car faut encore le répéter les enfants ne sont pas en capacité de choisir - leur cerveaux est en formation - prédisposé pour toutes les croyances et d'autant plus à croire tout ce que dit un adulte surtout si ce dernier en plus est un peu âgé - [ car un enfant fait confiance ]

 

Ces idéologies émanant d'hommes qui régnaient sur les populations par la force de leurs gros bras et non pas par l'intelligence – sont les rédacteurs de ces textes, sans la moindre participation des femmes qui à ces époques obscures n'étaient que des marchandises

Seules quelques trop rares femmes dans les milieux aristocratiques ont pu s'imposer et mener une vie autonome et libre, d'autres l'ont tenté mais l'on payé de leur vie (2)

 

Admettre cela c'est reléguer à la juste place tous les livres prétendus d'inspiration divines – c'est à dire dans les poubelles de l'histoire  - Crab

  1. Vaut pour tous les textes des autres monothéismes

 

(2) Hypathie d'Alexandrie est la première femme à avoir écrit sur les mathématiques dont le nom soit parvenu jusqu'à nous. Comme on sait très peu de choses sur sa vie, si ce n'est qu'elle est sans doute morte en martyr, de nombreux mythes sont apparus autour de son personnage et il est souvent bien difficile de démêler le vrai du faux.

Elle est la fille de Théon, philosophe et érudit grec qui lui donne une éducation approfondie. Avec lui, elle écrit une édition critique des Eléments d'Euclide qui s'imposera comme l'édition de référence jusqu'au XIXè siècle. On pense qu'elle a aussi écrit des commentaires sur l'Arithmétique de Diophante ou sur le traité des coniques d'Appolonius, mais aucun de ces ouvrages n'est parvenu jusqu'à nous ( c'est peut-être une conséquence de l'incendie de la bibliothèque d'Alexandrie ).

Philosophe intelligente et très instruite, elle dirige l'école neo-platonicienne d'Alexandrie au début du Vè siècle et donne de nombreux cours publics. Son succès, son sang froid, sa franchise déplaisent aux autorités chrétiennes. Elle est assassinée, découpée et brûlée lors de manifestations manigancées par le patriarche d'Alexandrie.

Source: La BibM@th

http://www.bibmath.net/bios/index.php3?action=affiche&quoi=hypathie

 

Comment penseret non - Quoi penser -


L'éducation des enfants de la part de leurs parents est affaire d'honnêteté – merci de consulter du '' pourquoi '' et du '' comment '' sur:

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/du-pourquoi-et-du-comment/


Rappelons que l'Athéologie n'est pas une religion mais la langue qui relie toutes les personnes de bonne volonté qui considèrent que les religions n'ont pas d'autre objet que d'engendrer le sectarisme pour le seul bénéfice de maintenir, d'un siècle à l'autre, des pouvoirs religieux [ mais plus grave des pouvoirs politique-religieux ] locaux ou régionaux


L'Athéologie, c'est l'identification et la critique théorique de toutes les formes de l'endoctrinement – formes d'une même notion constituée de trois composants: rumeurs - croyances – idées reçues et de les inculquer à des enfants sans le moindre scrupule - ce qui revient compte tenu de leur jeune âge à porter atteinte à leur liberté de conscience et cela sans qu'aucun État en soit troublé –

comment dans ces conditions parler des droits de la personne ? (1)


Seront-ils capable un jour, ces modérés musulmans ou chrétiens, comme l'écrit Richard Dawkins, de comprendre que '' la foi peut-être très, très dangereuse et c'est une grave erreur de l'implanter délibérément dans l'esprit vulnérable des enfants '' ?

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/foi-et-de-ce-qui-met-les-foi-s/

Crab

(1) Couramment appelé '' droits de l'homme ''

 

Exemple parfait de désinformation

couramment pratiquée sur de nombreux supports médias

 

Lu dans http://www.nationspresse.info/?p=86572

Le 28 Avril 2010

 

Extrait

Polygame mais sans voile...

L’affaire Lies Hebbadj, du nom de ce musulman rezéen ayant quatre femmes, fait actuellement grand bruit, et la polygamie qu’il pratique est dénoncée par la totalité des ténors de la droite libérale et des militantes féministes.

Or, ceux qui ont de la mémoire se souviennent qu’en 2007, celle qui n’était pas encore la première dame de France – et qui à l’époque soutenait Ségolène Royal – se prononçait ouvertement en faveur de la … polygamie dans un entretien accordé au Figaro Madame.

Sans honte, elle déclarait : « Je suis monogame de temps en temps mais je préfère la polygamie et la polyandrie. (…)  Je m’ennuie follement dans la monogamie ».

Des propos que Nicolas Sarkozy aimerait bien qu’on oublie actuellement …

Fin de l'extrait

 

C'est le type même de la désinformation – c'est la polygamie institutionnalisée comme un droit et un choix pour les hommes qui est condamnée

Pseudo droit issu de l'idéologie patriarcale qui par ce droit bien évidemment ne prône pas en parallèle l'institutionnalisation de la polyandrie

 

Cette interdiction faites aux femmes [perpétrée par la religion et les codes impératifs issus de la sharia] fait la preuve [ mais pas des moindres ] que tout ce qui à pour origine [ comme les voiles ] le patriarcat fait de la femme un bétail dont l'homme dispose à son gré

 

Donc la polygamie institutionnalisé n'est autre que la volonté d'hommes de dominer les femmes – bien sûr il n'est pas dans mon entendement de proposer l'institutionnalisation ni de la polygamie ou de la polyandrie  - Crab

 

L'Épiclérat (de); et de l'utilitaire femme...

29 Avril 2010

Comprendre pourquoi il faut en finir avec dieu ou le patriarcat

« L’humanité est mâle et l’homme définit la femme non en soi mais relativement à lui »

Simone de BEAUVOIR

 

Le pire ennemi de la femme [ d'où qu'elle vienne ] sera toujours une idéologie naturaliste et par conséquent celle de toute politique nataliste

Les monothéistes depuis toujours sont entrés parfaitement dans ce rôle de constructeurs de '' cette belle mythologie de la maternité '' – récemment dans le conflit, la femme et la mère Élisabeth BADINTER rappelait à nouveau cette vérité première naturaliste et nataliste (1)

 

( Paradoxalement ce sont quelques personnes frustes comme Cécile DUFLOT [ qui de toute façon n'avait pas même lu le livre ] qui se sont insurgés contre cette pourtant pertinente démonstration des tentatives actuelles de '' faire rentrer '' ou de maintenir les femmes à la maison )

 

Ces tentative sont inspirées par la frange puritaine qui pollue encore nos société démocratiques – puritains qui à travers leurs codes impératifs [moraline] prétendus d'origine divine nient tout autant la sexualité d'une manière générale et en sont encore à délirer, fantasmer que les femmes ont à la place du sexe un instinct maternel – si Simone de BEAUVOIR était parmi nous je suis à peu près certains qu'elle écrirait de ces fossiles «toute une initiation sexuelle à faire» - vous l'aurez compris pas même à refaire

 

Est-il besoin de rappeler qu'une fois publié et connut, d’article en article, le livre de Simone de Beauvoir ''

Le Deuxième Sexe '' devient un « manuel d’égoïsme érotique », un manifeste d’ « égotisme sexuel », on se scandalise des «hardiesses pornographiques» qu’il contient, et son auteure est qualifiée de «suffragette de la sexualité» ou d’ «amazone existentialiste»?

 

Relire la Presse de l'époque pour constater, je vous laisse imaginer les propos graveleux qu'on y lit, qu'avec les clergés font chorus et de pousser des cris d'orfraies des individus qui comptaient tout autant dans les rangs des staliniens que des autres sensibilités politiques – bref l'union sacrée des ignorants – aujourd'hui l'on dirait obscurantistes

 

La conjonction, dans notre actualité, de la femme voilée [ tous les voiles, niqab ou burqa ] conjuguée à la position naturaliste rappelle cette formule de Simone de Beauvoir, je la cite:

« La femme ? c’est bien simple, disent les amateurs de formules simples: elle est une matrice, un ovaire; elle est une femelle: ce mot suffit à la définir » (p. 37)

 

Cette phrase à elle seule résume le contenu de l'idéologie patriarcale – la femme est tout juste bonne pour la reproduction pour permettre à l'homme [ le mâle ] d'assurer sa descendance et de faire la preuve de sa virilité

Depuis l'antiquité c'est sur cette sur base que s'institutionnalisa la polygamie – survivance dans l'actualité de ces mentalités archaïques figurant en bonne place dans ''le droit'' des codes de la famille issus de la sharia

 

Et si dans certains pays comme l'Allemagne de nombreuses femmes ne veulent plus faire d'enfant, n'en déplaise aux féministes d'arrière zinc, [ou celles qui sévissent dans les tables carrées de France 2, dans la journée et non pas après minuit] c'est bien parce que l'idéologie patriarcale [encore présente dans l'inconscient collectif] valorise celui qui tue (2) et non au sexe qui engendre pour instituer la supériorité de l'homme sur la femme – « la mère est ravalée au rang de nourrice, de servante » ( p. 134 ) phrase au combien encore d'actualité – il suffit de lire la plupart des forums portails des thèmes religions, sociétés ou politiques pour s'en convaincre et de constater que cela reste le discours dominants des islamistes et de ce qui reste des judéo-chrétiens

 

« La Musulmane voilée et enfermée est encore aujourd’hui dans la plupart des couches de la société une sorte d’esclave » ( p. 141 ) S de B

 

La soumission fait du christianisme trouve aujourd'hui un relais avec les idéologies islamistes conjuguées à celles des néo-naturalistes – d'où la position ambiguë de bon nombre d'élus formatés aux clientélismes dans les banlieues - sortes de fossiles qui vont des extrêmes staliniennes, en passant par des déviants au sein des socialistes suivis de très près par quelques néo-archaïsants invétérés du coté des droites – tout '' ce beau monde '' en égale proportions comme à la sortie du livre de Simone de BEAUVOIR et celui plus récent d'Élisabeth BADINTER – Je dirais prendre garde que ce qui n'est peut-être que cyclique ne devienne pas le pathos du siècle

Crab - 28 Avril 2010

 

  1. http://laiciteetsociete.hautetfort.com/le-conflit-la-femme-et-la-mere/

 

  1. Néanmoins depuis peu quelques femmes kamikazes viennent ''jouer les troubles fêtes''

 

Notes:

la notion d’épiclérat, cette fois-ci expliquée: en cas de mort d’un homme sans héritier, « l’héritière devait épouser dans le génos paternel son parent le plus âgé […] l’épiclère n’était pas héritière mais seulement une machine à procréer un héritier » (p. 147 - S de B

 

Hommes arabes féministes

Qasim Amin, un intellectuel égyptien, a déclaré, en 1897, que " C’est quand même étonnant ! Pourquoi ne demande-t-on pas aux hommes de porter le voile ou de dérober leurs visages aux regards des femmes, s’ils craignaient tant de les séduire ? La volonté masculine serait-elle inférieure à celle des femmes ? ".

Tahar Haddad, un intellectuel tunisien, a comparé, en 1930, le voile à " la muselière qu’on met aux chiens pour les empêcher de mordre ".

 

Qasim Amin (1865-1908) - penseur égyptien connu comme principal instigateur du courant féministe arabe

Tahar Haddad tunisien et féministe

 

Au J T de F 3 aujourd'hui 30 Avril 2010

Donne la parole aux représentants du culte musulman, comme le recteur de la mosquée de Paris ou à des néo-archaïsants socialistes comme Harlem Desir qui jouent en permanence la carte victimaire [ '' ces pauvres musulmans '' ] – chacune de leurs interventions sont autant de tentatives de faire oublier que nous avons affaire là à des idéologies [ islamiques ] de régressions – une fois de plus se seront exprimé dans le J T de F3 d'aujourd'hui – sans qu'il y ait de présent pour leur répliquer de réels contradicteurs

Pour contrecarrer cette intox quasi quotidienne

Faire connaître les arabes d'autres époques et les laïcs ou incroyants parmi eux qui à notre époque ont parfaitement compris que le monothéisme musulman ( 1 ) ne fait que reconduire le mode d'oppression patriarcal -

Crab

( 1 ) Idem pour toutes les religions Abrahamiques - idéologies de la négation de l'autre – l'inexistante – cet autre la femme – Aucune de ces trois religions monothéistes n'est défendable

 

Piqûre de rappel

De L’ÉDUCATION

PUDEUR ( de la ) ; et de la sociabilité…

 

Les chantres du relativisme culturel
Ce sont les activistes de la désinformation
Leur socle commun
Consiste à reprendre et présenter comme une évidence, « une qualité libératrice » qui serait « une qualité essentielle » de la femme voilée ou fantôme dont le propos est de dire: porter le voile ou masquer entièrement mon corps et mon visage « c’est ma pudeur ».

Pudeur
Prétendre que porter le voile ou masquer entièrement mon corps et mon visage « c’est ma pudeur » révèle un défaut d’éducation qui se traduit dans les faits par un refus de la sociabilité.

L’œdipe du citoyen-ne socialisé
Suppose une éducation réussie avec ou sans ses parents ( autre référent ).
Réussir son œdipe, grâce aux parents ou tout autre  référent, c’est avoir reçut un enseignement de la pudeur, en socialisant leur désir « sauvage », favorisant leur passage dans la vie en société.

L’aliénation
L’accoutrement vestimentaire défini ou justifié à partir de la notion de pudeur; est un non sens; c’est exactement l’inverse,c’est le refus du passage dans la vie en société.
Mais l’emploie de ce non sens est symptomatique de la pire des formes du patriarcat, idéologie entièrement bâtie à partir de non sens tous manifestes du refus de la vie.  - 03 Juillet 2009
Crab

 

( La pudeur c'est faire preuve de retenue – '' me couvrir la tête de n'importe lequel des voiles islamiques '' - c'est faire preuve d'aucune retenue - c'est considérer ''l'autre indigne de voir ma chevelure'' - Crab 2003 )

 

DÉMOCRATIE ( de la ) ; et de l'aliénation [ des ]...

04 Mai 2010

 

Il y a quelques temps de cela j'avais écris

« Par sa nature ou structure patriarcale le monothéisme ne sait pas relier - il ne peut que tenter le clonage des esprits

Les monothéistes font une confusion constante entre spiritualité et religion

Les monothéismes transforment chaque confession en dogme ou en un code impératif, ou encore prétexte à une moraline... la religion n'est plus qu'une idéologie ou le regard n'est plus capable de triompher de l'œil
» Fin de l'extrait

 

J'ajoute que la notion de prescription religieuse n'a aucun sens dans la loi ou l'esprit des lois d'une démocratie – sinon cela reviendrait à admettre que l'idée même de démocratie n'a aucun sens

 

C'est d'ailleurs au contraire ce que disent les monothéistes hommes qui savent inconsciemment ou consciemment que que les monothéismes ne sont autres que le produit d'une idéologie masculine rédigée par des hommes pour les hommes – que dans le monothéisme [ redisons-le ] la femme est inexistante - Les religions Abrahamiques [ patriarcales ] sont l'expression de la pire des violences faites aux femmes mais aussi à toute l'humanité

 

Bien sûr l'on ne se privera pas de me rétorquer que de nombreuses femmes '' vivent '' cet état de fait masculin comme naturel – certes mais aussi pendant que beaucoup trop d'hommes vivent encore captifs des images destructives de la virilité

 

Parenthèse

Sur les forums, lors du débat sur les testes ADN, face à des croyants, et parmi les plus virulents ceux d'entre eux qui prônaient la virginité des filles [ ce qui n'est pas un hasard puisqu'il s'agit là encore d'un élément majeur constitutif de l'idéologie du patriarcat ] j'ai constaté l'impossibilité de leur faire admettre que le principe de la filiation pour les enfants n'avait de valeur que culturelle – mais pour ces individus il ne pouvait s'agir que d'une filiation biologique...

Fin de la parenthèse

 

Faut-il s'en étonner ?

Que beaucoup femmes font leurs ces idéologies masculine

Comment pourrait-il en être autrement après plus de quarante siècles de patriarcat pendant lesquels elles ont étés privées de développements – sans aucune chance de s'épanouir - conditionnées par l'éducation qui leur était faite

Redisons-le – voici quarante siècles passés - et toujours en vigueur dans les milieux les plus attardés de notre société

 

Pour des femmes adhérer à ces idéologies qui ne proposent que leurs propres destructions – c'est ce que l'on désigne sous le vocable - aliénation -

 

La démocratie

Parler de prescriptions religieuses relève d'un abus de langage – du charlatanisme -

Le rôle d'une démocratie c'est d'imposer par la loi des valeurs qui ne doivent rien à des aliénations – sinon c'est admettre comme naturelles toutes les atteintes à la liberté de conscience – l'admettre fait ou ferait de la démocratie une coquille vide de sens

C'est bien à la loi qu'il appartient de dire le Droit – il est temps de réagir et de donner par les lois un sens culturel évident à notre nation   - Crab

 

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/commission-burqa/

 

 

Brève - Burqa du jour


Ce jour 11 Mai 2010 [ durant le JT DE sur F 3 ] Moussaoui ( Moussa non ) déclare à propos de la burqa qu'il trouve regrettable que « la première résolution traite d'un problème très minoritaire »

Dans ce cas puisqu'il s'agit d'un problème minoritaire en quoi cela le concerne ?

Sa position dissimule vraiment très mal la réalité de ce que pense la majorité des siens – tout est bon pour faire assimiler l'idéee aux fillettes qu'une fois devenues adultes elles devront s'affubler d'un des voiles ou de les '' essayer '' les uns et les autres  - Crab


Brève - burqa du jour 2


[.../...]

Le Conseil d'État a émis un « avis défavorable » [.../...] ...dans leur étude remise il y a un mois à Matignon, qu'« une interdiction absolue et générale du port du voile intégral en tant que telle ne pourrait trouver aucun fondement juridique incontestable »

[.../...]

« Ce n'est pas une surprise », fait-on savoir à Matignon. « Cela n'entame en rien la détermination du gouvernement à faire évoluer la législation sur ce sujet. » Le gouvernement va passer outre l'avis du Conseil d'État, qui n'est que consultatif. « Il faut assumer les risques juridiques de nos convictions », avait anticipé François Fillon – Source - Le Figaro14/05/2010


Faire évoluer la législation c'est en effet le travail du politique – dans ce cas précis faire évoluer la loi consistera certes à interdire les voiles intégral [au nom de la sécurité...] - mais bien au-delà à ne plus permettre à des adultes de conditionner la fillette pour lui faire intérioriser que une fois devenue adulte qu'en se masquant le rejet de l'autre [qui ne mérite pas de voir mon visage] va de soi – la république dit non à ce qui s'apparente à une nouvelle forme de racisme - un racisme à rebours que l'on peut rapprocher de l'apostasie prônée par les fondamentalistes

Crab 14 Mai 2010


SORCIÈRES (des) ; et du désir..

Faire passer les femmes pour des sorcières

Lire la suite....

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/le-desir/

 

 

 

01/04/2010

Paul de Tarse

 L'HOMME

QUI ''AIMAIT LES FEMMES ''

0 P de Tarse.jpg

Peinture numérique - Crab -

Paul de Tarse

Né v. 10 à Tarse, en Cilicie ( auj. İçe, en Turquie )

mort v. 65 à Rome



Histoire

d'un impuissant mythomane


Paroles – paroles - paroles de névrosé

«...N'a t-il pas écrit: « si tout le monde était comme moi...»?

Surnom qu’il s’attribuait lui-même, « l’avorton de Dieu »

1ere Epître aux Corinthiens, mais de facto présent dans la moitié de ses Epîtres), alliée à de nombreux propos misogynes et à un rejet du monde ( « N’aimez pas le monde ni ce qui est dans le monde » )

C'est ce qui caractérise ce que l'on pourrait épeler une sorte de NON désir – une notion qui en toute logique devrait permettre à Christine BOUTIN '' de s'éclater ''

Augustin serait « l’inventeur du péché originel » - Paul lui '' sexualise le péché '' - en accusera les femmes selon lui coupable de la faute généalogique – théorise la libido en regard de la chute – finit par culpabiliser le désir autant que le plaisir ou la volupté

La personnalité et le rôle de Paul de Tarse peut-on dire fera loi dans la prise de position de la chrétienté envers la sexualité - le rôle de la femme, du couple et l’organisation familiale. Récupérés dans le droit par l’empire romain, ce système de valeurs utile à son unité et à son expansion. Le monothéisme, ou plutôt cette moraline christicole avait pour les tyrans le plus grand des attraits par ses '' vertus d’ordre '', d’unité et de reconnaissance de l’autorité

« Que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d'y parler; mais qu'elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi. Si elles veulent s'instruire sur quelque chose, qu'elles interrogent leur mari à la maison; car il est malséant à une femme de parler dans l'Église » (1 Co 14, 34); « Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l'homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ» (1 Co 11, 2-16). « Que le mari rende à sa femme ce qu'il lui doit, et que la femme agisse de même envers son mari » (1 Co 7, 3)

Notes

Paul de Tarse '' dit Saint Paul '' est ce '' grand homme '' qui a lancé l’idée que le Christ s’est incarné et a subi le supplice de la croix, pour que dieu '' dit le Père '' amnistie les hommes [ humains ] du péché commis par Adam et Ève, '' un péché '' lit-on - qui aurait scellé le sort de l’Humanité entière

A commencer par l’expulsion de l’Éden, et mieux encore la transmission de ce péché à tous les hommes, la condition d’être mortel, les souffrances de l’accouchement, la domination de la femme par l’homme, l’obligation de travailler, la honte de la nudité

Piqûre de rappel

Nous savons depuis longtemps ce sont les hommes qui décident comment les femmes doivent être respectées... Les livres sacrés ont été écrit par des hommes, sur mesure pour les hommes, dans les textes les femmes sont considérées comme objet reproduction...

Suite sur

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/0-2011-l-hellenisme/

 

 

 

22/03/2010

Le monothéiste et l’Araignée

araignee-14.jpg

Image numérique - Crab -

Conte pour les enfants

Le monothéiste et l’Araignée

A lire sous un pin parasol et non à l’ombre d’une chapelle

Il était une fois

Vivait un '' homme '' dans une grotte profonde, d’un noir sombre -Noire, noire, noire, la lumière semblait lui parvenir, enfin plutôt une faible, bien faible lueur

Peut-être tout au plus quelques ombres ou légers reflets parvenaient à recouvrir la surface déformée par les reliefs rocailleux des parois de la caverne

Du plus loin du fond de la caverne il clamait qu’il savait tout, tout tout tout

Roi dans l’obscurité, chercher à sortir du néant  -  N’était-il pas si bien, si bien dans son antre ?

Seul sans contradicteur, en paix, si ce n’était près de la sortie de la caverne en guise de passage une toile, bien plus vaste que le WEB ; Une toile de conception à la fois concentrique et rayonnante

Toile parcourut par un être qui lui parut étrange, toujours à s’employer jour après jour, à tisser sa toile pour offrir, parait-il le meilleur du web

Notre homme n’osait pas trop s’approcher, cet être n’avait-elle pas huit pattes ?

N’avait-elle pas un regard à la fois simple et complexe - Par cette étrangeté de la nature il fut quelque peu ébranlé et surtout, de plus n’en crût pas ses yeux

Néanmoins il tendit à vouloir s’approcher, toutefois en prenant garde de bien détourner la tête, notre homme s’inquiétait d’étranges lueurs perçues, avec peine, par delà l’horizon de la toile

Voir l’eut entraîné à sortir de la grotte, mais comment franchir la porte sans passer par la toile, il se sentait sans savoir, n’ayant du fond du gouffre jamais connut la lumière, d’où son désarroi grandissant

A chaque pas cette exigeante créature lui demanderait ses raisons et peut-être les valideraient au fur et à mesure qu’il avancerait, mais rien n’était moins sûr

N’était-il pas suffisamment bien, peut-être même par trop droit dans ces bottes pour courir un tel risque au point de s’engluer ?

Devrait-il se rendre à la raison ? Par exemple se chausser plus léger - Plongé dans cet affreux dilemme, désorienté, l’angoisse s’empara de lui, à ce moment, plus fort que jamais auparavant

Se demandant s’il n’était pas mieux pour lui de rester séculairement réfugié dans le monde virtuel, son monde qu’il lui semblait bien connaître

C’est ce qu’il fit et il y est encore

Crab -  07 07 2007

Note

Allégorie de Platon

Représente-toi donc des hommes qui vivent dans une sorte de demeure souterraine en forme de caverne, possédant, tout au long de la caverne, une entrée qui s'ouvre largement du côté du jour; à l'intérieur de cette demeure ils sont, depuis leur enfance, enchaînés par les jambes et par le cou, en sorte qu'ils restent à la même place, ne voient que ce qui est en avant d'eux, incapables d'autre part, en raison de la chaîne qui tient leur tête, de tourner celle-ci circulairement. Quant à la lumière, elle leur vient d'un feu qui brûle en arrière d'eux, vers le haut et loin. Or entre ce feu et les prisonniers, imagine la montée d'une route, en travers de laquelle il faut te représenter qu'on a élevé un petit mur qui la barre, pareil à la cloison que les montreurs de marionnettes placent devant les hommes qui manuvrent celles-ci et au-dessus de laquelle ils présentent ces marionnettes aux regards du public.

- Je vois ! dit-il.
- Alors, le long de ce petit mur, vois des hommes qui portent, dépassant le mur, toutes sortes d'objets fabriqués, des statues, ou encore des animaux en pierre, en bois, façonnés en toute sorte de matière; de ceux qui le longent en les portant, il y en a, vraisemblablement, qui parlent, il y en a qui se taisent.
-Tu fais là, dit-il, une étrange description et tes prisonniers sont étranges !
-C'est à nous qu'ils sont pareils ! répartis-je. Peux-tu croire en effet que des hommes dans leur situation, d'abord, aient eu d'eux-mêmes et les uns des autres aucune vision, hormis celle des ombres que le feu fait se projeter sur la paroi de la caverne qui leur fait face?
- Comment en effet l'auraient-ils eue, dit-il, si du moins ils ont été condamnés pour la vie à avoir la tête immobile ?
- Et à l'égard des objets portés le long du mur, leur cas n'est-il pas identique ?
- Évidemment ! (...)
-Et, si en outre il y avait dans la prison un écho provenant de la paroi qui leur fait face ? Quand parlerait un de ceux qui passent le long du petit mur, croiras-tu que ces paroles, ils pourront les juger émanant d'ailleurs que de l'ombre qui passe le long de la paroi ?
- Par Zeus, dit-il, ce n'est pas moi qui le croirai !
- Dès lors, repris-je, les hommes dont telle est la condition ne tiendraient, pour être le vrai, absolument rien d'autre que les ombres projetées par les objets fabriqués.
- C'est tout à fait forcé ! dit-il.
- Envisage donc, repris je, ce que serait le fait, pour eux, d'être délivrés de leurs chaînes, d'être guéris de leur déraison, au cas où en vertu de leur nature ces choses leur arriveraient de la façon que voici. Quand l'un de ces hommes aura été délivré et forcé soudainement à se lever, à tourner le cou, à marcher, à regarder du côté de la lumière; quand, en faisant tout cela, il souffrira; quand, en raison de ses éblouissements, il sera impuissant à regarder lesdits objets, dont autrefois il voyait les ombres, quel serait, selon toi, son langage si on lui disait que, tandis qu'autrefois c'étaient des billevesées qu'il voyait, c'est maintenant, dans une bien plus grande proximité du réel et tourné vers de plus réelles réalités, qu'il aura dans le regard une plus grande rectitude ? et non moins naturellement, si, en lui désignant chacun des objets qui passent le long de la crête du mur, on le forçait de répondre aux questions qu'on lui poserait sur ce qu'est chacun d'eux ? Ne penses-tu pas qu'il serait embarrassé ? qu'il estimerait les choses qu'il voyait autrefois plus vraies que celles qu'on lui désigne maintenant ?
- Hé oui ! dit-il, beaucoup plus vraies !
- Mais, dis-moi, si on le forçait en outre à porter ses regards du côté de la lumière elle-même, ne penses-tu pas qu'il souffrirait des yeux, que, tournant le dos, il fuirait vers ces autres choses qu'il est capable de regarder, qu'il leur attribuerait une réalité plus certaine qu'à celles qu'on lui désigne ?
- Exact ! dit-il.

Platon, La République, Livre Vll, 514a-515e

Suite

HYPATIA

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/tu-aimeras-ton-pro...